Anciennes familles de Provence
   

 

(de) Creyssel


 

 

Famille de négociants habitués à la finance, originaire du Languedoc, fixée à Toulon en 1626, installée quelques années à Marseille puis définitivement à Aix, où elle acquiert en 1690 la charge de trésorier général des Etats de Provence, qui est la plus haute responsabilité financière du pays. Anoblie en 1700 par une charge de secrétaire du roi, elle est ruinée deux ans plus tard par la banqueroute retentissante du trésorier général Pierre de Creissel (1667-1734).

L’histoire de cette mésaventure a été relatée par Jean Audouard dans un remarquable opuscule paru en 1910, intitulé Un krach financier au XVIIIe siècle. La faillite de Pierre Creissel, seigneur de La Motte-Lussan, trésorier général des États de Provence (1702). Principalement en cause dans cette affaire, l’habitude prise peu à peu par le Trésor de Provence de se transformer en maison de crédit, requérant du trésorier moins les qualités d’un comptable que celles d’un solide banquier. Si ce rôle convenait à Gabriel Creissel (v.1636-1702), homme rompu aux affaires, négociant en gros à Toulon et Marseille, il n’en fut pas de même de son fils Pierre, juriste de 35 ans, qui lui succéda.

Issu du milieu calviniste montpelliérain, neveu d’un trésorier de la Bourse de Languedoc, Gabriel Creissel (v.1636-1702) avait admirablement réussi sa gestion – ou du moins le laissait paraître -, prêtant et empruntant aux plus grands personnages dont il avait su gagner l’estime, lorsqu’il mourut à Aix le 4 avril 1702. Associé à ses affaires, son fils Pierre de Creyssel n’avait pas grandi à la même école. Peu expérimenté, habitué à la dépense, formé davantage au droit – il était conseiller au parlement d’Aix depuis huit ans -, il ne laissa pas deux mois s'écouler avant d’annoncer qu’il ne pourrait plus payer, et prit la fuite, laissant un passif de plusieurs millions de livres. Arrêté à Libourne le 15 juillet, il fut ramené sous escorte en Provence où, pendant trois ans, la Cour des Comptes et le Parlement se disputèrent son procès. La liquidation de ses affaires dura plus de trente ans, sa faillite causa la ruine d’innombrables particuliers. La province sauva à peu près sa mise.

Pierre de Creyssel mourut sans postérité. Son frère cadet, substitut au parquet d’Aix, vit son office saisi en novembre 1704. Marié à une demoiselle de noblesse picarde, du temps où il était officier de cavalerie, il laissa plusieurs enfants habitant Aix, restés célibataires. Sa sœur Gabrielle de Creyssel avait épousé en 1693 le conseiller Pierre Revest de Monvert.

Armes : de gueules à deux lions affrontés d’or tenant entre leurs pattes un croissant de même, au chef cousu d'azur chargé de trois gerbes d'or. Elles figurent ainsi à l’Armorial général de 1696 pour le trésorier Gabriel Creissel et son fils Pierre Creyssel, conseiller au parlement.

Le lion et le croissant sont les pièces héraldiques figurant aux armes de la vicomté de Creissels en Rouergue, d'où sont probablement originaires anciennement les Creissels. Ces armes sont : d'azur au lion rampant surmonté de trois étoiles rangées en divise sous un croissant, le tout d'or.

A noter qu’un autre rameau des Creissel du Languedoc apparaît à Marseille dès les premières années du XVIIe siècle : en 1604 et 1607, nous trouvons en l’église de la Major les baptêmes de Marguerite et Magdeleine filles d’Alexandre Creissel et de son épouse Jeanne Le Tellier (parente de la mère du célèbre Pierre d’Hozier). Deux générations plus tard, noble Jean de Creissel de Paul, écuyer de Marseille, fils de Marc-Antoine et d’Anne Jambefort, fait enregistrer ses armes à l’Armorial : écartelé, au 1er et 4e d’azur à deux lions affrontés d’or lampassés de gueules surmontés d’un croissant d’argent, aux 2e et 3e d’azur à un lion issant d’or armé et lampassé de gueules, coupé d’or. Marié deux fois, d'abord en 1692 avec Louise de Monier de Mélan, puis en 1699 avec Anne de Bricard, il laissa au moins une fille Jeanne de Creissel de Paul, décédée célibataire en 1762.

 

 

I – Jacques de CREISSELS bourgeois de Montpellier, décédé avant 1588 ; épouse Marguerite CHAUCHE probablement parente de Pierre Chanche ou Sanche, apothicaire du roi, qui avait sa boutique rue de l’Argenterie à Montpellier. D’où :

  1. Esther de CREISSELS baptisée le 17 février 1562 au temple de Montpellier, y épouse le 26 février 1584, Guillaume de MASSIA marchand bourgeois, receveur des tailles du diocèse de Narbonne, fils de Pierre, bourgeois de Montpellier, et d’Antoinette GIMEL. D’où postérité.
  2. p.-ê. d’un autre mariage avec Isabeau SUAU : Jean qui suit,

II – Jean de CREISSELS marchand bourgeois de Montpellier, teste le 27 mars 1634, est inhumé le 22 juillet 1639 ; épouse au temple de Montpellier le 27 mars 1588, Jeanne BURGUES fille de feu Antoine, marchand, et d’Eléonore de SAINT-JEAN. D’où :

  1. Gabriel de CREISSELS riche marchand bourgeois de Montpellier, acquiert en 1632 une charge de conseiller du roi et son receveur général des finances en la généralité de Montpellier et trésorier triennal de la Bourse du pays de Languedoc, teste en 1640 puis le 20 mai 1644 à Montpellier (trésorier général des guerres en 1650) ; épouse 1) le 5 octobre 1624 au temple de Montpellier, Suzanne de LAUTIER fille de feu Guillaume, marchand, et de Louise NADAL. 2) le 30 novembre 1642 au temple de Montpellier, suivant contrat reçu par Me Causse, notaire royal de Frontignan, Colombe de GAILLARD fils de feu Jean, conseiller du roi correcteur en la cour des Aides et Finances de Montpellier, et d’Antoinette de MARAVAL. D’où, du premier mariage :

    1. Suzanne de CREISSELS née le 9 septembre 1625 à Montpellier, baptisée au temple le 9 octobre suivant (parrain Jean Creissels Vieux, marraine Françoise de Chaugier veuve de Guillaume Lautier) ; épouse le 25 avril 1644 au temple de Montpellier, Jean GAILLARD seigneur de Frontignan fils de feu Jean, conseiller du roi correcteur en la cour des Aides et Finances de Montpellier, et d’Antoinette de MARAVAL.
    2. Jeanne de CREISSELS née le 5 mai 1627 à Montpellier, baptisée le 19 au temple (parrain Jacques Lautier, marraine Jeanne de Burgues son ayeule), épouse le 3 novembre 1641 au temple de Montpellier, et suivant contrat reçu la veille par Me Maigret, notaire à Montpellier, Charles de RANCHIN docteur en droits et avocat en la cour du parlement et chambre de l’Edit de castres, puis receveur général des finances à Montpellier, alors âgé de presque 23 ans, né le 21 novembre 1618 à Castres, fils de Jacques (1583-1656), conseiller du roi en la cour du parlement de Toulouse et chambre de l’Edit séant à Castres, et de Suzanne de GREFFEUILLE. Maintenu dans sa noblesse par jugement en 1669, il meurt en 1683. D’où onze fils et une fille.
    3. Gabriel de CREISSELS né le 24 novembre 1628 à Montpellier, baptisé au temple le 23 mars 1629 (parrain Jean Creyssels, marchand, marraine Françoise de Lautier).
    4. Françoise de CREISSELS née le 13 mai 1632 à Montpellier, baptisée une semaine plus tard, le 21 mai, au temple (parrain Jacques Creyssels, marchand, marraine Suzanne de Creyssels femme du sieur Goubin marchand) ; épouse Isaac de GUILHAUMES capitaine.

  2. Jean de CREISSELS marchand de Montpellier, né le 2 mars 1590 à Montpellier, baptisé le 21 mars suivant au temple (parrain Gabriel Burgues, marraine Marguerite Chauche) ; épouse le 5 octobre 1624 au temple de Montpellier, Jeanne de LAUTIER fille de feu Guillaume, marchand, et de Louise NADAL. D’où :

    1. Françoise de CREISSELS née le 21 août 1625 à Montpellier, baptisée le 9 septembre suivant au temple (parrain Jean Creissels ayeul, marraine Françoise de Chauchier).
    2. Jean de CREISSELS né le 17 octobre 1627, baptisé le 15 novembre suivant au temple de Montpellier (parrain Gabriel Creissels, marraine Anne de Burgues).
    3. Suzanne de CREISSELS née le 10 mars 1629 à Montpellier, baptisée le même jour au temple (parrain Jacques Creissels, marraine Suzanne de Lautier).

  3. Pierre qui suit,
  4. Marthe de CREISSELS née le 19 septembre 1600 à Montpellier, baptisée le 9 octobre suivant au temple (parrain Etienne Ranchin, marraine Mlle de Talemandier), décédée à l’âge de 42 ans le 26 mai 1643 en la foi protestante ; épouse Daniel OLLIVIER apothicaire.
  5. Antoinette de CREISSELS née le 14 janvier 1603 à Montpellier, baptisée le 22 au temple (parrain le trésorier Clausel, marraine Antoinette d’Aubenas femme de Mr le receveur Grangier), épouse en novembre 1625 au temple, Moïse MONTAUD né à Montpellier, fils d’André, capitaine ; elle est tutrice de son neveu Jean Ollivier en 1660.
  6. Françoise de CREISSELS née le 20 septembre 1607 à Montpellier, baptisée le 27 au temple (parrain Jean Morel docteur en médecine, marraine Françoise de Vaux), décédée à l’âge de 34 ans le 9 novembre 1641 à Montpellier, en la foi protestante, épouse Jean REYNARD marchand de laine.

III – Pierre de CREISSEL bourgeois, installé à Toulon, né à Montpellier le 25 octobre 1593, baptisé le 29 au temple (parrain Pierre Clausel, marraine Jeanne de Saint-Ravy), épouse le 2 juin 1626 en la cathédrale de Toulon, Isabeau GAVOT de ladite ville, fille de Jacques et de Marguerite RICARD, en présence des témoins Gaspard Isnard et Pierre Gervais. D’où :

  1. Jeanne de CREYSSEL baptisée le 10 janvier 1634 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon (parrain André de Colonia écuyer, marraine Louise Picasse).
  2. Gabriel qui suit,
  3. Françoise de CREYSSEL baptisée le 7 juin 1641 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon (parrain Jean Feine, marraine Catherine Icard), décédée le 14 juin 1717, inhumée le lendemain en ladite église Sainte-Marie, âgée de 76 ans, épouse Dominique REY. D'où postérité.
  4. Louise de CREYSSEL épouse sieur Marc PIELLAT décédé avant 1697. D’où :
    1. Marc PIELLAT du PIGNET ancien receveur de la viguerie de Draguignan, nommé en 1692 directeur de la Monnaie d’Aix jusqu’en 1702, puis de 1704 à 1736, décédé le 29 juin 1736 à Aix, inhumé le lendemain en la paroisse de la Madeleine, âgé de 70 ans.
    2. Jean PIELLAT du PIGNET receveur de la viguerie de Draguignan.
    3. Louise PILLAT du PIGNET épouse le 20 octobre 1697 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon, René GUELTON garde magasin à Toulon, écrivain de la Marine, fils de Louis, et de François DUMAS, du diocèse de Nantes, demeurant à Toulon. D’où :
      1. Jean-Baptiste GUELTON du PIGNET alias du PIGNET GUELTON pourvu d’un office de secrétaire du roi en chancellerie près le parlement de Provence le 17 juillet 1722, puis d’un office de conseiller au parlement de Provence par lettres du 26 novembre 1726, reçu en cette charge le 1er avril 1727, achète la même année la terre et seigneurie de Saint-Martin-de-Castillon en la viguerie d’Apt, qualifié également seigneur du Bouisset, nommé conseiller honoraire par lettres royales du 5 juin 1746 ; né le 4 mars 1698 à Toulon, baptisé le même jour en l’église Sainte-Marie (parrain Jean Piellat du Pignet, marraine Louise de Creissel), décédé le 16 octobre 1763 à Aix, inhumé en la paroisse de la Madeleine, âgé de 65 ans ; épouse le 21 décembre 1719 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Thérèse de CHARBONNIER fille de feu Barthélémy, procureur au siège d’Aix, et de Marthe de BARBEZIEUX. D’où sept enfants :
        1. (Marie) Marthe du PIGNET GUELTON née et ondoyée le 1er mars 1721, baptisée le 16 octobre suivant en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Marc Piélat du Pignet directeur de la Monnaie d’Aix, marraine Marthe de Barbezieux Charbonnier), épouse le 20 septembre 1745 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Joseph Marie de SAQUI des TOURETS (1705-1779) lieutenant des vaisseaux du roi au département de Toulon, puis brigadier des armées navales, fils de Jean, seigneur des Tourets, et de feue Marguerite de THOMAS, en présence des parents de l’épouse, de Louise de Grimaudet de Motheux, chevalier de Saint-Louis, lieutenant de vaisseau. D’où postérité.
        2. Jean-Baptiste Marc René du PIGNET GUELTON né et ondoyé le 21 janvier 1722 à Aix, baptisé le 28 en l’église Sainte-Magdeleine (parrain Jean Barbezieux greffier, marraine Louise Piélat du Pignet Guelton), décédé à l’âge de 5 mois le 14 juillet suivant.
        3. Magdeleine du PIGNET GUELTON née le 24 mars 1723 à Aix, baptisée le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Pierre de Creissel, marraine Magdeleine de Marguerit de Barbezieux), décédée à l’âge de 18 mois le 3 août 1724 inhumée en la paroisse de la Madeleine.
        4. Marc du PIGNET GUELTON écuyer, seigneur de Saint-Martin de Castillon, succède à son père dans la charge de conseiller au parlement de Provence, à laquelle il a été nommé par lettres patentes accompagnées de lettres de dispense d’âge du 28 janvier 1746, reçu en ses fonctions le 23 avril suivant, né le 17 avril 1724 à Aix, baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Marc Piellat du Pignet, marraine Louise du Pignet), décédé le 30 septembre 1798 en son hôtel à Aix, âgé de 74 ans, enseveli le lendemain au cimetière de la Madeleine. Sans postérité.
        5. Gabriel-Louis du PIGNET GUELTON garde de la marine le 14 juillet 1741, enseigne de vaisseau le 1er avril 1748, sous-lieutenant d’artillerie le 1er juillet 1750, lieutenant de vaisseau le 11 février 1756, tué à bord du vaisseau Le Triton lors du combat livré contre les Anglais à Saint-Philippe le 28 juin 1756, pour la prise de l’île de Minorque ; né le 1er août 1725 à Aix, baptisé le surlendemain en l’église de la Madeleine (parrain Louis Charbonnier avocat, marraine Gabrielle de Creissel).
        6. Louise Thérèse du PIGNET GUELTON née le 1er octobre 1726 à Aix, ondoyée le lendemain, baptisée le 8 en l’église de la Madeleine (parrain Joseph François N., marraine Marthe du Pignet Guelton sa sœur).
        7. Augustin René du PIGNET GUELTON né le 13 janvier 1728 à Aix, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Augustin François Icard, avocat, marraine Marthe de Barbezieux).

IV – Gabriel CREYSSEL bourgeois de Toulon, ayant un commerce de gros à Marseille dès 1674, acquiert une charge de trésorier provincial à l'extraordinaire des guerres (des régiments et garnisons en Provence, Bresse, Valromey et Gex) en 1676, citoyen de Marseille le 21 mai 1683, il est reçu le 1er janvier 1690 en la charge de conseiller du roi trésorier général des Etats de Provence, d’une durée de sept ans, est ensuite pourvu, le 14 février 1700, d’un office de conseiller secrétaire du roi, maison et couronne de France contrôleur en la chancellerie de Provence, sur la résignation de Jean-Baptiste Ravel ; qualifié écuyer, seigneur de la Motte Lussan (île près de Beaucaire) et de l’île de Lubières, décédé le 4 avril 1702 à Aix, âgé d’environ 66 ans, inhumé le lendemain en la chapelle des Carmes déchaussés d’Aix ; épouse le 24 mai 1664 en l’église cathédrale Sainte-Marie de Toulon, Anne LAUGIER âgée de 21 ans, baptisée le 28 juillet 1642 en la cathédrale de Toulon, fille de Pierre et de Claire FOURNIER. D’où :

  1. Isabeau de CREYSSEL née vers 1666 à Toulon, épouse le 20 avril 1683 en l’église Saint-Martin de Marseille, Charles ICARD, âgé d’environ 20 ans, bourgeois de la Ciotat, fils de Louis, et de Françoise GAZILLE, en présence d’Emmanuel Suffret prêtre, Jean-Pierre Bouys, Dominique Prépaud banquier et Honoré Crest, et aussi en présence de noble Augustin de Rivier baron de Roumoules, son oncle, en qualité de procureur de Louis Icard père de l’époux, l’épouse signe Izabeau de Creyssel, sa mère Anne Laugière.
  2. Pierre de CREYSSEL alias Creissel écuyer, seigneur de la Motte-Lussan, Boisvert (arrière-fief), propriétaire à Aix et Toulon, reçu le 25 juin 1689 trésorier général de France au bureau des finances d’Aix en l’office de Louis de Félix, obtient des lettres de provisions de l’office de conseiller au parlement de Provence le 17 décembre 1693, acquiert le 24 janvier 1694 une des charges créées par l’édit de juin 1693 ; trésorier général des Etats de Provence après son père, mis en faillite, ruiné de fond en comble, son office est saisi le 14 juin 1702, sa terre de la Motte Lussan est vendue 86.000 livres à André Froissat, sieur de Ramon, de Paris ; né le 12 mars 1667 à Toulon, baptisé en l’église Sainte-Marie, décédé le 30 novembre 1734, âgé de 67 ans ; épouse le 1er janvier 1690 en la chapelle des Pénitents sous le titre de Saint-Sébastien, en l’église Sainte-Marie de Toulon, Marianne de LAUGIER sa cousine germaine, fille et héritière de Nicolas, capiscol de l’église de Toulon, et de feue Thérèse d’ALLARDON, les époux obtiennent dispense du 2e degré de consanguinité.
  3. Nicolas Gabriel qui suit,
  4. François de CREYSSEL baptisé le 10 août 1670 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon (parrain François Laugier capiscol, marraine Louise Creissel).
  5. Claire Marie de CREYSSEL née le 22 novembre 1671 à Toulon, baptisée le surlendemain en la cathédrale Sainte-Marie (parrain Dominique Rey, marraine Françoise Laugier).
  6. Joseph de CREYSSELbaptisé le 24 janvier 1673 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon (parrain Joseph Laugier avocat, son oncle, marraine Jeanne de Creissel, sa tante).
  7. Gabrielle de CREYSSEL épouse le 24 février 1693 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Pierre de REVEST seigneur de Monvert et autres lieux à Saint-Zacharie, conseiller du roi au parlement de Provence, âgé de 29 ans, né en 1664 à Aix, fils d’Honoré, conseiller secrétaire du roi en la chancellerie, et de Marguerite de BONNET sa troisième épouse ; le mariage est célébré en présence du père de l’épouse, des parents de l’époux, de messire Pons André prêtre, Gaspard Girard, Esprit Taneron et Christophe Dinely prêtre.

V – Nicolas Gabriel de CREYSSEL dit La Motte Creyssel écuyer, lieutenant de cavalerie au régiment royal Piémont, puis conseiller du roi et son substitut au parquet du parlement de Provence à Aix, son office est saisi le 20 novembre 1704 ;  né le 17 septembre 1668 à Toulon, baptisé le lendemain en l’église Sainte-Marie (parrain Nicolas Laugier, marraine Jeanne de Courrège), épouse par contrat du 19 janvier 1691 à Cambrai (Cordelois et Michel, notaires), Elisabeth Françoise de MONTAIGLE de VIEFVILLE, demeurant à Ham en Picardie. D’où :

  1. Claire Thérèse de CREYSSEL née le 17 février 1693 à Paris, ondoyée le lendemain en l’église Saint-Germain-le-Vieil, suppléments de baptême le 18 février 1710 en l’église de la Madeleine à Aix (parrain Marc de Pielat du Pignet directeur de la Monnaie d’Aix, marraine Claire de Laugier).
  2. Pierre de CREYSSEL décédé et inhumé le 25 novembre 1700 en la paroisse de la Madeleine à Aix.
  3. Gabriel de CREYSSEL né à Aix, baptisé le 10 décembre 1697 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Gabriel de Creissel seigneur de la Motte Lussan, trésorier général et receveur des droits, marraine Anne de Laugier), décédé à l’âge de deux ans le 3 janvier 1700 à Aix, inhumé le lendemain.
  4. Gabrielle de CREYSSEL née le 29 janvier 1699 à Aix, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Pierre de Creyssel seigneur de la Motte-Lussan, conseiller du roi au parlement de Provence, marraine Gabrielle de Creyssel).
  5. Magdeleine de CREYSSEL baptisée le 8 janvier 1700 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Charles Icard conseiller et secrétaire du roi, maison et couronne de France, marraine Magdeleine de Forbin de Villeneuve), décédée à l’âge de 63 ans le 29 avril 1763 à Aix, inhumée le lendemain en l’église des Pères Picpus, célibataire.

 

 

 

 
contact