Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Maynier


 

 

Famille présente à Manosque au XVe siècle, peut-être de souche chevaleresque. Jean-Baptiste Meynier, ou Maynier, y était notaire de 1576 à 1585. Son petit-fils Honoré de Maynier, marié en 1635, fut pendant trente ans huissier au parlement d’Aix. Cette charge étant roturière, il s’en démit en janvier 1669 afin d’obtenir, par la production de titres anciens, un jugement de maintenue de noblesse. Celui-ci fut rendu le 25 avril 1669 mais comportait deux conditions : d’une part, d’acquitter les 300 livres d’amende pour « dérogeance », et d’autre part, d’obtenir des lettres de réhabilitation de noblesse. Ces dernières furent octroyées par le roi le 25 avril 1672. Elles se heurtèrent cependant au refus du procureur général de la cour des Comptes chargé de les enregistrer, qui releva une impossibilité de filiation entre le premier titre invoqué, remontant à l’an 1178, et le second daté de 1446. Une vérification des actes dans les archives de Manosque fut ordonnée. Cette mission fut confiée au conseiller d’Antoine et à l’avocat général, Boniface de Joannis. Elle débuta le 14 juin 1676 pour finir douze jours plus tard par l’enregistrement des lettres de relief, c’est-à-dire la validation des titres mais aussi, et surtout, l’approbation pure et simple de la filiation erronée présentée par Maynier. Une « décision surprenante », écrit F.-P. Blanc, mais qui souligne, par-delà le manque d’intégrité des magistrats, toute la complexité et les enjeux de ces maintenues.

Balthasar de Maynier (1639-1733) fils d’Honoré, d'abord officier au régiment de Chevreuse, fut avocat au barreau d’Aix. Reprenant le nom et les armes des Maynier de Saint-Marcel mentionnés dans les chartes, il est l’auteur de l'Histoire de la principale noblesse de Provence publiée à Aix en 1719, mais également, selon le baron Scipion du Roure, le véritable auteur de la Critique du Nobiliaire de Provence attribuée communément à Barcillon de Mauvans. Esprit infatué et sans scrupules, « aigri par l’insuccès de ses démarches pour faire réviser les jugements de noblesse récents, dont sa famille avait été exclue, il fut obligé de postuler des lettres de réhabilitation en 1692, ce qui dut être pour lui une cruelle mortification, après s’être donné une descendance des illustres seigneurs de Saint-Marcel Francfort » (Les Maintenues de noblesse par Belleguise t.III, 1923, introduction).

En janvier 1697, ayant achevé la Critique, il sollicita du comte de Pontchartrain, alors secrétaire d’Etat, l'honneur de parrainer son ouvrage. Sa lettre, publiée par Du Roure en 1910, ne manquait pas d'audace : « Je dédierai à Votre Grandeur mon livre de l’épurement de la noblesse de Provence, si vous me le permettés (...) Par votre protection, Monseigneur, j’obtiendrai la protection de Sa Majesté de le faire imprimer à Lyon, sans pourtant que mon nom paraisse ». Plus loin, il en viendra même à solliciter rien moins qu’un office de juge d’armes de France à Aix ou à Marseille. Ses prétentions exagérées, ses manières cavalières déplurent fortement. Il n’obtint ni l’un ni l’autre, et le futur chancelier lui fit connaître son refus sans ménagement (Du Roure in Compte-rendus et mémoires du Congrès des sociétés savantes de Provence, 1910, p.345).

Marié à Marseille en 1673, Balthasar de Maynier eut une fille, Marquise, mariée au fils du conseiller au comptes Dedons du Lis, et un fils Balthasar (1681-1735), enseigne de vaisseau à Toulon, mort sans postérité.

Armes : d’azur à un chevron accompagné en chef à dextre d’une rose et à senestre d’une étoile, le tout d’or, et en pointe d’un cygne d’argent. Ce sont les armes que les Maynier de Manosque adoptèrent en référence à cette fameuse charte de 1178, tirée des archives de la ville, par laquelle Bertrand, comte de Forcalquier, aurait inféodé « la terre de Saint-Marcel à Guillaume de Maynier, un de ses chevaliers et barons, causée pour services rendus en ses guerres, tant par lui que par ses aieux » (Critique, art. Maynier). « Cette charte d’inféodation, est-il précisé plus loin, porte clause de concession d’une étoile et d’une rose d’or en chef, et d’un cygne en pointe, avec sa devise : ad nobiliora tendo, aux armes que Guillaume de Maynier portait déjà simplement : d’azur à un chevron d’or ». Authentique ou non, cette charte crée assurément un lien héraldique entre les Maynier de Manosque et ceux de Digne, dont les armes étaient d’azur au chevron d’or.

Les Maynier de Digne, co-seigneurs d’Aiglun, mais présents à Aix dès 1503 (mariage de noble Pierre Maynier co-seigneur d’Aiglun, fils de noble Pierre, de Digne, avec Catherine Majeure, le 23 octobre 1503), firent souche à Draguignan où ils sont attestés dès le début du XVIe siècle. Devenus co-seigneurs du Revest-des-Brousses et de Collobrières, ils adoptèrent les mêmes armes que ceux de Manosque, et s’éteignirent à la fin du XVIIe siècle.

Des armes similaires, mais avec variation de couleur, furent enregistrées à l’Armorial général par deux autres personnages : Marquise Meynier, veuve de Jean-François Laugier, bourgeois d’Aix (les meubles étant tous d’argent), et Dominique Meynier, procureur au siège d’Aix (les meubles étant tous d’or). L’un et l’autre, tante et neveu, appartenaient à une lignée d’artisans connue à Aix depuis Pierre Mainier, bastier, marié en 1571.

Filiation ancienne supposée :

  • Silvestre MAYNIER seigneur de Saint-Marcel, teste en 1392 en faveur de son fils Guillaume, d’où :
  • Guillaume MAYNIER seigneur de Saint-Marcel, vivant en 1446 ; d’où :
  • Alexandre MAYNIER seigneur de Saint-Marcel, épouse en 1420, Anne de CASTELLANE d’où :
  • Pierre MAYNIER qualifié magnifique et généreux homme, seigneur de Saint-Marcel, épouse par contrat du 22 mai 1446 (Bourgarely, notaire à Manosque), Marguerite de GASQUY fille de noble Jean-Baptiste, d’où :
  • Rodolphe MAYNIER qualifié noble et généreux, seigneur de Saint-Marcel, épouse par contrat en 1490, Marie de VALENCE d’où :
  • Audibert MAYNIER seigneur de Saint-Marcel, épouse en 1516 à Manosque, Antonie BONNET ou BONETY, d’où :

    1. Nicolas qui suit,
    2. Jeanne MAYNIER épouse en 1530 Jean SAFFALIN seigneur en partie de Lincel et d’Aubenas.

 

I – Nicolas MEYNIER ou Maynier, épouse en 1540, Françoise AYMAR ; d’où :

II – Noble Jean-Baptiste MEYNIER notaire royal à Manosque de 1576 à 1585, premier consul de la ville en 1580, baptisé le 15 août 1553 en l’église Notre-Dame de Romigiers à Manosque, décédé avant 1594, épouse en 1568 à Manosque, Françoise REBUT née en cette ville en février 1557, fille de Louis, et de Charlotte N. Elle meurt à Manosque le 13 avril 1619 à l’âge de 72 ans, et est inhumée en l’église Notre-Dame. D’où :

  1. Louise MEYNIER baptisée le 20 décembre 1579 en l’église Notre-Dame de Romigiers de Manosque (parrains Mathieu Arnaud, Jean Arnaud, Claude Gougon et Joseph Laugier, marraine Louise Aguillier).
  2. Scipion qui suit,
  3. Catherine MEYNIER baptisée le 28 mai 1584 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Claude Gougon, marraine Catherine Redortier).
  4. Jean Louis MEYNIER baptisé le 19 octobre 1586 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Jean Rebut marchand bourgeois de Manosque, marraine Françoise du Mayne veuve de Jacques Rabut bourgeois).

III – Scipion MEYNIER écuyer, bourgeois de Manosque, baptisé le 20 août 1581 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrains Rolin Arnaud, Alexandre Michel et Rostan Beau, marraine Marguerite Sigaud), décédé avant 1635 ; épouse en 1605 à Aix, Marguerite d’ANDRE d’où :

  1. Françoise MEYNIER baptisée le 29 janvier 1606 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Paulet André, marraine Françoise Rebut).
  2. Honorat ou Honoré qui suit,
  3. Jean-Baptiste MEYNIER baptisé le 28 novembre 1613 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Jean François Pochet, marraine Marie de Savournin femme du capitaine François Sigaud).
  4. Marie MEYNIER baptisé le 15 février 1615 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Michel Magnan procureur au siège de Forcalquier, marraine Catherine de Mesle femme du capitaine Etienne Pasquier).
  5. Catherine MEYNIER baptisée le 16 janvier 1619 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Jean Chevaly bourgeois, marraine Françoise Manent femme de Me Joseph Garnier notaire).
  6. Jean-Baptiste MEYNIER huissier en la cour des comptes de Provence, bourgeois d’Aix, baptisé le 28 novembre 1620 en l’église Saint-Sauveur de Manosque; épouse le 23 janvier 1650 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, sa servante, Marguerite SIGAUD ou Sigale fille de Jean et de Diane ARCHIMBAUD, en présence de Michel de Saint-Martin, chanoine de Saint-Sauveur. D’où :

    1. Honoré de MEYNIER docteur en droits et avocat en la cour, juge du bourg Saint-Sauveur et du bourg Saint-André dans l’enclos d’Aix, épouse le 10 février 1676 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, Chrétienne de JAULNE âgée de 20 ans, née en 1655, fille de Marc, procureur au siège d’Aix, présent, et d’Anne de LAUGIER, en présence de la mère de l’époux, et des témoins Michel Laugier oncle de l’épouse, Etienne Honoré avocat au parlement, Jean-Baptiste Gastaud et Jacques Bouisson aussi avocats au parlement. D’où :

      1. Marc Antoine de MEYNIER né le 25 janvier 1677, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix (parrain Marc Jaulne procureur au siège général, marraine Marguerite de Sigaud).
      2. Joseph de MEYNIER inhumé le 21 juillet 1681 au couvent des Grands Carmes d’Aix.
      3. Jean-Baptiste de MEYNIER né le 31 janvier 1683 à Aix, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Marc Jaune procureur au siège, marraine Anne d’Azan), décédé à l’âge de 6 mois, inhumé le 30 juillet 1683 au couvent des Grands Carme, en présence de son père et de Félix de Meynier son oncle.
      4. Jean-Baptiste de MEYNIER baptisé le 14 août 1687 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix (parrain Jean Bonnet sieur de Costefrède, avocat en la cour, marraine Mademoiselle Anne de Jaulne).
      5. Luc de MEYNIER né le 17 octobre 1693 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Pierre Jaune procureur au siège, marraine Claire Selon), décédé à l’âge de 5 mois, inhumé aux Grands Carmes le 28 mars 1694.
      6. Louis de MEYNIER né le 19 janvier 1696 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Louis Brémond, avocat en la cour, marraine Marguerite de Meynier).

    2. Pierre de MEYNIER baptisé le 12 novembre 1652 en la cathédrale d’Aix (parrain Pierre d’Agut conseiller du roi au parlement de Provence, marraine Marie d’Audibert).
    3. Marguerite de MEYNIER baptisée le 7 juin 1654 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix (parrain Louis Saffalin, apothicaire, marraine Marguerite Guérin).
    4. Gaspard de MEYNIER baptisé le 12 juin 1656 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix (parrain Honoré Sibon, marraine Thérèse Audibert).
    5. Félix de MEYNIER baptisé le 1er janvier 1658 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain François Félix Audibert, marraine Jeanne Chabert).
    6. Thérèse de MEYNIER baptisée le 29 janvier 1660 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Joseph Roubaud, marraine Marquise Fabre).
    7. Marguerite de MEYNIER baptisée le 11 septembre 1661 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Georges Chabert, marraine Marguerite Thomassin).
    8. Pierre de MEYNIER baptisé le 25 février 1663 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix (parrain Honoré Marie Lautier, marraine Catherine Danfoux).
    9. Véronique de MEYNIER baptisée le 19 avril 1667 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Honoré Meynier, marraine Véronique Mounié).
    10. Françoise de MEYNIER baptisée le 2 août 1669 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix (parrain Honoré Meinier, marraine Marguerite Meinier).


  7. Etienne MEYNIER baptisé le 16 avril 1624 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain Etienne Féraud bourgeois, marraine Louise Meynier).
  8. Jean MEYNIER baptisé le 7 janvier 1627 en la cathédrale Saint-Sauveur de Manosque (parrain Jean de Natal, écuyer, marraine Marguerite de Collongue).

IV – Honoré de MAYNIER écuyer d’Aix, praticien, nommé huissier au parlement de Provence par lettres du 26 janvier 1638, en l’office précédemment exercé par Georges Artaud, il se démet de sa charge le 12 janvier 1669, à l’époque des vérifications de noblesse, en faveur de Pierre Ripert, obtient un jugement de maintenue de noblesse le 8 avril 1669, assorti d’une amende de 300 livres pour dérogeance et d’un renvoi à demande de réhabilitation ; ces lettres de réhabilitation de noblesse lui sont accordées à Versailles le 25 avril 1672, et enregistrées à la cour des Comptes de Provence le 27 juin suivant malgré l’opposition du procureur général ; il a été baptisé le 15 juin 1608 en l’église Saint-Sauveur de Manosque (parrain capitaine Honoré Colomby, marraine Marguerite du Mayne), épouse le 8 janvier 1635 en l’église de la Madeleine d’Aix, et suivant contrat passé le 14 janvier, Marguerite de GUERIN fille de feu Bernardin, praticien d’Aix, et de Ginèbre de CHARRIER, les témoins sont Honoré Thomassin et Nicolas Esmieu. D’où :

  1. Balthasar qui suit,
  2. Catherine de MAYNIER épouse le 15 avril 1670 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Melchior de MENC conseiller du roi contrôleur général des Finances, âgé de 48 ans, fils de François écuyer, sieur de Lineau, trésorier général de France, et de Blanche de GASSENDY.
  3. Pierre Jean de MAYNIER baptisé le 19 janvier 1648 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Pierre Jean N. huissier au parlement, marraine Magdeleine Beneton).
  4. Jean-Baptiste de MAYNIER baptisé le 12 novembre 1649 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Jean-Baptiste Meinier, marraine Suzanne Cheilan).
  5. Mathieu de MAYNIER baptisé le 7 avril 1652 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Mathieu Bec procureur au parlement, marraine Catherine Benoret).
  6. François de MAYNIER baptisé le 14 février 1654 en l’église Sainte-Madeleine (parrain François Danne, marraine Louise Dumas).
  7. Claire de MAYNIER baptisée le 27 février 1658 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Balthasar Meynier, marraine Claire Colomb).

V – Balthasar de MAYNIER FRANCFORT écuyer, qualifié seigneur de Francfort ou de Saint-Marcel-Francfort, sert dans la compagnie de chevau-légers de la garde ordinaire du roi commandée par le duc de Chevreuse, puis docteur en droit de l’université d’Aix et avocat au parlement de Provence, reprend le nom et les armes des « anciens seigneurs de Saint-Marcel Francfort » dont il se disait issu, il est l’auteur de l’Histoire de la principale noblesse de Provence publiée à Aix en 1719, mais également serait l’auteur de la non moins célèbre Critique du Nobiliaire de l’abbé Robert ; né en 1639 à Aix, décédé en 1733, épouse à Marseille par contrat du 21 octobre 1673 (Besaudun, notaire), Anne de LAFONT fille d’Etienne, et de Marguerite de RAYMOND. Elle meurt à Aix le 29 mars 1725, âgée d’environ 70 ans, et est inhumée le lendemain en la paroisse Saint-Sauveur. D’où :

  1. Marquise de MAYNIER de FRANCFORT née le 23 juillet 1674 à Aix, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Melchior de Menc conseiller du roi contrôleur des Finances, marraine Marquise d’Armand), décédée à l’âge de 79 ans le 25 avril 1754, ensevelie le lendemain au couvent des religieuses de Sainte Claire d’Aix ; épouse le 5 août 1715 en l’église du Saint-Esprit d’Aix, Esprit DEDONS du LIS écuyer, seigneur de Saint-Raphael, officier dans le régiment de Provence, second consul d’Aix en 1727, né à Aix en 1667, y décédé en 1754, fils de Pierre écuyer, seigneur du Lis et de Saint-Raphaël, conseiller du roi en la cour des Comptes, et de Marie de GASSENDY CAMPAGNE, en présence des parents de l’épouse, d’Antoine Guigues, Nicolas Barthélémy, Joseph Curet, et Augustin Raymond.
  2. Etienne de MAYNIER né le 4 septembre 1675 à Aix, baptisé le surlendemain en l’église de la Madeleine (parrain Etienne de Lafont, marraine Catherine de Maynier), mort jeune.
  3. Honoré de MAYNIER né le 4 mai 1677 à Aix, baptisé le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Honoré de Maynier écuyer, marraine Marguerite de Sigaud veuve de Jean-Baptiste de Maynier), décédé à l’âge de 3 ans, inhumé le 20 janvier 1681 au couvent des Grands Carmes d’Aix.
  4. Joseph de MAYNIER né le 13 juin 1678 à Aix, baptisé le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Joseph de Thomassin, marraine Jeanne d’Autheman), mort jeune.
  5. (Louis) Balthasar qui suit,
  6. Thomas Auguste de MAYNIER né le 15 octobre 1682 à Aix, baptisé le même jour en l’église Sainte-Madeleine, mort jeune.
  7. Joseph de MAYNIER jumeau né et baptisé le 19 novembre 1683 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Joseph de Vitalis de Pourcieux, marraine Marquise de Maynier), mort jeune.
  8. Thomas Honoré de MAYNIER officier du roi au régiment de Béarn, né jumeau le 19 novembre 1683 à Aix, baptisé le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Thomas Barberin avocat en la cour, ci-devant juge au tribunal Saint-Lazare de Marseille, marraine Suzanne d’Agoult).
  9. Victoire de MAYNIER inhumée le 13 juillet 1687 au couvent des Grands Carmes.
  10. Thérèse de MAYNIER née le 11 août 1688 à Aix, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Ambroise Beneton consulaire d’Aix, marraine Diane d’Eyriès).

VI - Balthasar de MAYNIER FRANCFORT écuyer, qualifié seigneur de Francfort (fief qui n’a jamais existé selon Du Roure), officier de marine, engagé dans la marine comme volontaire, il servit durant la campagne du Ponant sous les ordres du chevalier de Gineste puis en 1697 à bord du vaisseau commandé par le chevalier de Palais, obtient un brevet de garde-marine au département de Toulon le 1er février 1703, nommé enseigne de vaisseau du roi le 25 novembre 1712, et enfin lieutenant de vaisseau le 1er octobre 1731 ; né le 22 août 1681 à Aix, baptisé le 25 en l’église de la Madeleine, décédé le 12 septembre 1735 à Hyères, âgé de 54 ans ; épouse 1) alors émancipé par son père, le 1er novembre 1716 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon, Thérèse-Lucrèce DURAND veuve de François LIEUTAUD, avocat en la cour, fille de feu Jacques, avocat en la cour, et de Thérèse ROUSTAN, en présence des témoins Noël Sicard, prêtre, Jean Brémond, Hyacinthe Hermitte, ecclésiastique, et François Martelly procureur. 2) le 28 avril 1726 en la cathédrale Sainte-Marie de Toulon, Magdeleine de CUGES d’EVENOS fille de feu César, et de Marguerite DECUGES, les témoins sont Claude de Beaucaire, seigneur de Bouchet, capitaine des vaisseaux du roi, inspecteur de la Marine, Charles Prosper d’Astour, écuyer, lieutenant des vaisseaux de roi, Joseph de Cuges seigneur d’Evenos et d’Orves, et noble Jean-Baptiste de Brueil seigneur de Rodillat, tous de la ville de Toulon ou y habitant. Magdeleine de Cuges se remarie le 24 novembre 1740 en l’église Sainte-Marie de Toulon, à noble François-Michel de PRADIER d’AGRAIN écuyer, capitaine dans le régiment de Landes, natif de la ville du Puy en Auvergne.

Sans postérité.

 

 
contact