Anciennes familles de Provence
     

 

Mérendol

(de) Mérendol de la Valette


 

 

Famille ancienne de Pélissanne, probablement issue des Mérindol de Lambesc, et qui a produit plusieurs branches dont la plus notable exerça le droit durant deux siècles, de 1650 à 1850, et accéda aux premières fonctions municipales.

Etienne Mérendol (v.1623-1668) avocat au parlement de Provence, est le premier à avoir été admis au barreau. Marié en 1646 à Anne d’Estienne, il a deux fils, Jacques et Jean, et une fille qui épousera en 1698 le poète Palamède Tronc de Coudoulet, de Salon.

De Jacques Mérendol, avocat au parlement, consul puis maire de Pélissanne, est issue une branche qui s’est perpétuée à Pélissanne jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. De Jean Mérendol, aussi avocat, est né Jean-Baptiste Mérendol, maire de Pélissanne, qui acquiert en 1723 l’office de conseiller du roi à l’Amirauté de Marseille. Marié en 1708, il a deux fils : Jean-Baptiste Mérendol (1711-1790), négociant, vécut plusieurs années à Lisbonne où il a un fils qui, sans enfant, lèguera sa fortune à ses cousins en 1807. Etienne Mérendol (1709-1778), l’aîné, fut greffier à l’Amirauté de Marseille, maire de Pélissanne en 1750. Marié à la fille de l’avocat aixois Roman-Tributiis, il aura dix enfants : parmi eux, Jeanne Louise Mérendol, sa fille aînée, épouse en 1777 Jean-Antoine Ailhaud, premier avocat au siège d’Aix, qui passera dix années comme administrateur dans les colonies, à l’île de France (Maurice) puis, en 1792, à Saint-Domingue, où il sera chargé par l’Assemblée nationale de rétablir l’ordre mais ne restera que deux mois ; rentré à Aix, il est élu président du tribunal criminel des Bouches-du-Rhône en 1794, divorce la même année et terminera sa carrière comme président à la cour d’Amiens.

Jean-Baptiste Mérendol, fils aîné d’Etienne, avocat à Aix, périt sur l’échafaud en 1794, quatre mois après son mariage avec Marie Bec, âgée de 16 ans, de laquelle il eut un fils nommé Joseph. Ce dernier sera magistrat, vice-président du tribunal civil de Marseille, chevalier de la Légion d’Honneur, père d’une fille mariée en 1838 à un magistrat de Nice.

Deux autres fils d’Etienne feront carrière dans les armes : Esprit et Joseph de Mérendol de la Valette – du nom de la bastide qu'ils possédaient au Plan d’Aillane près d’Aix – s’engagent en 1780 dans l’expédition de Rochambeau pour l’indépendance des Etats-Unis. Alors que le premier se noie dans un naufrage en 1783, le second continue son service, promu lieutenant en 1786, capitaine en 1792, commissaire des guerres en 1793 ; émigré, il termine sa carrière comme juge de paix à Marseille. Marié en 1809, il aura un fils, Joseph de Mérendol, qui part vivre à la Guadeloupe où il a plusieurs enfants, dont deux fils, qui suivent leur père à Saïgon et ne semblent pas avoir été mariés.

Armes : d’or à six tourteaux de gueules posés 3, 2, 1, au chef d’azur (elles figurent dans une note à la généalogie de la famille d'Esménard de Pélissanne, publiée en 1856).

 

I - Jacques MERENDOL de Pélissanne, d’où :
  1. Etienne qui suit,
  2. Claude MERENDOL baptisé le 3 mai 1585 à Pélissanne (parrain Claude N., marraine Marguerite Giraud).

II - Etienne MERENDOL bourgeois de Pélissanne, épouse le 12 juin 1612 en l’église de Lambesc, Isabeau alias Elisabeth de FABRE fille de Jean, de Rognes, en présence de Jacques Eymar et noble Jean de Colin, d’où :

  1. Ne MERENDOL baptisée le 14 décembre 1613 à Pélissanne (parrain Guilhen Perrin baile, marraine Constance de Martiny).
  2. Constance de MERENDOL baptisée le 9 décembre 1614 à Pélissanne (parrain Antoine Constantin docteur en médecine, marraine Constance de Fabre, de Lambesc).
  3. Françoise MERENDOL baptisée le 12 octobre 1616 à Pélissanne (parrain Jean de Colin, de Lambesc, marraine Françoise Arquier).
  4. Marguerite MERENDOL baptisée le 21 mars 1619 à Pélissanne (parrain Alexandre de Paul, marraine Marguerite Ranquise épouse du sieur Esmenard).
  5. Claire MERENDOL baptisée le 10 octobre 1621 à Pélissanne (parrain Jean Bas, marraine Françoise Simon).
  6. prob. Etienne qui suit,

III – Etienne MERENDOL licencié en droits et avocat au parlement de Provence, né vers 1623-28, décédé le 29 octobre 1668, inhumé au cimetière de Pélissanne en la tombe de ses ayeux, épouse par contrat du 25 novembre 1646 (Pierre Esmenard, notaire à Pelissanne), Anne d’ESTIENNE d’où :

  1. Isabeau MERENDOL baptisée le 19 février 1648 à Pélissanne (parrain Raymond Estienne, marraine Isabeau de Fabre).
  2. Jacques qui suit,
  3. Balthasar MERENDOL baptisé le 11 décembre 1652 à Pélissanne (parrain Balthasar Deidier ?, marraine Catherine de Montaud).
  4. Jean qui a postérité,
  5. Marie MERENDOL baptisée le 12 janvier 1669 à Pélissanne (parrain Jean-Baptiste Sicard, bourgeois, marraine Marie de Mathillon).
  6. Thérèse de MERENDOL épouse le 12 mai 1698 à Pélissanne, Palamède TRONC de COUDOULET âgé de 42 ans, né à Salon en 1656, fils de feu Pierre, docteur en droit et avocat au parlement, et de Marguerite de FAUDRAN de LAVAL, en présence de Pierre Estienne, conseiller du roi et procureur du roi de la communauté de Pélissanne, Jean-Baptiste Estienne et Jacques Bourgarel bourgeois. Auteur de poésies et chansons provençales et d’un abrégé de la vie de Michel Nostradamus, consul de Salon en 1711 et 1712, Palamède Tronc de Codolet meurt en mai 1722, âgé de 68 ans.
  7. Marguerite MERENDOL décédée le 31 juillet 1710, inhumée le lendemain à Pélissanne.

IV - Jacques MERENDOL avocat au parlement de Provence, procureur du roi en la communauté de Pélissanne, consul, puis conseiller du roi et maire de Pélissanne ; baptisé le 9 octobre 1649 à Pélissanne (parrain Honoré Mérendol, marraine Lucrèce Montagnier) ; épouse le 15 janvier 1679 à Pélissanne, âgé de 28 ans, Marie d’ESTIENNE âgée de 21 ans, fille de Pierre, et de feue Anne ESTIENNE, d’où :

  1. Marie Anne de MERENDOL née et baptisée le 20 janvier 1680 à Pélissanne (parrain Pierre Estienne, marraine demoiselle Anne d’Estienne), épouse le 11 octobre 1702 à Pélissanne, Pierre VINCENS licencié en droit, avocat au parlement de Provence, fils de Claude, bourgeois, et de Louise BARTHELEMY, en présence des parents et des témoins qui sont Jacques Bourgarel, Antoine Estienne, Laurent Giraud et Vincent Basset.
  2. Catherine de MERENDOL née le 18 juillet 1681 à Pélissanne, baptisée le 21 (parrain noble Jérôme Duranti, marraine Jeanne Rolland), épouse le 8 août 1708 à Pélissanne, avec dispense des 2e et 3e degrés de parenté, Honoré ESTIENNE, son cousin germain et issu de germain, fils de feu Esprit.
  3. Joseph MERENDOL né en 1683, décédé le 18 août 1684 âgé de 18 mois, inhumé le même jour en l’église de Pelissanne.
  4. Jacques Jean qui suit,
  5. Marie Thérèse MERENDOL née le 9 septembre 1688, baptisée le même jour à Pélissanne (parrain Jacques Estienne, marraine Thérèse Mérendol).
  6. Jean-Louis MERENDOL né le 14 mai 1690 à Pélissanne, baptisé le même jour (parrain Jean Estienne, marraine Anne Montagnier).
  7. Jean-Baptiste MERENDOL né le 1er avril 1694 à Pélissanne, baptisé le lendemain (parrain Jean-Baptiste Mérendol, marraine Magdeleine Estienne), décédé le 9 octobre suivant, inhumé le lendemain.
  8. Etienne Joseph MERENDOL ecclésiatique.
  9. Marguerite Rose MERENDOL née le 12 février 1697, baptisée le même jour (parrain Jean Guigues notaire royal, marraine Catherine Estienne), décédée à l’âge de 75 ans le 22 inhumée le 23 février 1772 à Pélissanne.

V - Jacques Jean MERENDOL avocat au parlement de Provence, né le 21 octobre 1685 à Pélissanne, baptisé le lendemain (parrain Jean Mérendol, avocat en la cour, marraine Marguerite Goujon), épouse le 16 mai 1713 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix, Thérèse de MARGUERIT fille d’Henry, avocat à la cour, et de Marguerite BOURRELLY, en présence d’Etienne Joseph Mérendol ecclésiastique, frère de l’époux, Jean André Guigue, Trophime Mathieu, ecclésiastique, et Jean-Baptiste Ollivier, docteur en médecine. D’où :

  1. Jacques Henry qui suit,
  2. Marie Thérèse MERENDOL née le 28 février baptisée le 4 mars 1715 à Pélissanne (parrain Joseph de Marguerit, prévôt d’Oppède, marraine demoiselle Estienne).
  3. Anne Rose de MERENDOL née le 31 janvier baptisée le 2 février 1717 à Pélissanne (parrain Jean Mérendol avocat, marraine Thérèse Mérendol) épouse le 6 octobre 1739 à Pélissanne, âgée de 23 ans, Jean Joseph REYNAUD bourgeois de la ville de Salon, âgé de 28 ans, fils de feu Jean, et de Claire de VILLENEUVE, en présence de la mère de l’époux, des parents de l’épouse, de Trophime Tronc de Coudoulet bourgeois, d’Ambroise Vincent bourgeois, Pierre Esmenard bourgeois, et Claude Vincent sacristain.
  4. Catherine MERENDOL née et baptisée le 17 octobre 1719 à Pélissanne (parrain Jean-Baptiste Mérendol, avocat au parlement, marraine Catherine Mérendol d’Estienne).

VI - Jacques Henry MERENDOL bachelier en droits, bourgeois de Pélissanne, né le 8 baptisé le 10 mars 1714 à Pélissanne (parrain Jacques Mérendol avocat en parlement, marraine Marguerite de Marguerit) ; épouse le 25 avril 1741 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Anne de BRUEYS âgée de 29 ans, née le 12 novembre 1711 à Aix, fille de Christophe, avocat au parlement, et de Jeanne ROMAN. D’où :

  1. Jacques Christophe MERENDOL né le 28 septembre 1742 à Aix, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Jacques Jean Mérendol avocat en la cour, marraine Anne d’Olivary).
  2. Jean Baptiste qui suit,
  3. Antoine Christophe MERENDOL né jumeau le 18 juillet 1745, baptisé le même jour à la Madeleine (parrain Antoine Verlaque, marraine Louise Légier).
  4. Jean Joseph MERENDOL né jumeau le 18 juillet 1745, baptisé le même jour à la Madeleine (parrain Pierre Claude Jean Tournatoris, marraine Anne d’Olivary).

VII - Jean-Baptiste MERENDOL licencié en droits, avocat au parlement de Provence, bourgeois de Pélissanne, né le 22 juin 1744 à Aix, baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Jean Louis Roman, bourgeois, marraine Louise Légier), épouse le 15 septembre 1767 à Pélissanne, avec dispense de consanguinité au 3e degré, Marguerite Rose VINCENS âgée de 18 ans, fille de feu Ambroise, licencié en droits (fils de Marie-Anne Mérendol ci-dessus), et de Marie Thérèse PELLICOT, en présence de François-Xavier Tronc de Codolet avocat en la cour, de Salon, Joseph Reynaud, bourgeois de Salon, Joseph Barthélémy Bontoux, praticien de Pélissanne, et Jean Roman sacristain. D’où :

  1. Jacques Ambroise MERENDOL baptisé le 13 août 1768 né du même jour (parrain Jacques Henri Mérendol, marraine Marie Thérèse Pellicot Vincent).
  2. Jean Joseph MERENDOL né et baptisé le 9 mars 1771 à Pélissanne (parrain Jean Joseph Reynaud bourgeois de Salon, marraine Marie Thérèse Pellicot), décédé 15 jours plus tard.
  3. Marie Rose MERENDOL baptisée le 25 mars 1773 née le même jour (parrain Joseph Pellicot, marraine Marie Mérendol), décédée à 8 mois le 27 inhumée le 28 novembre 1773.
  4. Léon Edouard MERENDOL né le 16 baptisé le 1 décembre 1774 à Pélissanne (parrain Léon Imbert, avocat en la cour, marraine Marie Thérèse Pellicot Vincent).
  5. Jean-Baptiste MERENDOL né le 11 baptisé le 12 mai 1778 (parrain Jean Etienne Geoffroy bourgeois, marraine Magdeleine Ventre).
  6. Marie Magdeleine MERENDOL décédée à 14 mois le 22 juillet 1779, inhumé le lendemain à Pélissanne.
  7. Marie Rose Séraphine MERENDOL née et baptisée le 26 juin 1780 à Pélissanne (parrain Jacques Honoré Perron, marraine Marie Rose Estienne).

 

 

 
contact