Anciennes familles de Provence
     

 

Bérage


 

 

La famille Bérage, éteinte en 1917, occupait aux XVIIIe et XIXe siècles un rang distingué dans la haute bourgeoisie de la ville d’Aix. Ayant fait fortune dans l’industrie de la soie sous Louis XV, elle était en cours d’anoblissement par l’acquisition d’une charge de secrétaire du roi, juste avant la Révolution.

Elle est issue de Louis Bérage, installé dans le négoce à Aix vers 1675 et natif de Toulon : en décembre 1714, sa fortune était déjà bien avancée, puisqu’à la mort du comte de Grignan, gouverneur de Provence (et gendre de Mme de Sévigné), il apparaît comme l’un des principaux commerçants créanciers de sa succession, ayant fourni les ornements de ses funérailles. Marié en 1690 dans la bourgeoisie marchande d’Aix (un oncle de son épouse achète une charge de secrétaire du roi), il eut quatre filles mariées à des marchands d’Aix, et deux fils. L’aîné, Louis Bérage (1693-1760), lui succède et fonde en 1735 la société de fabrication de soie « Bérage et Cie ». A sa mort, la maison Bérage est continuée par son fils et par son gendre, Gaspard Grégoire (1714-1795), qui obtient pour ses filatures de soie une subvention et un privilège royal. L’année suivante, les Bérage font l’acquisition de l’hôtel de Montauroux, en haut du Cours (n°65).

La famille Grégoire tient, elle aussi, une place particulière dans la bourgeoisie d’Aix, pour son goût des arts. Gaspard Grégoire (1714-1795), gendre de Bérage, est en effet l’auteur d’un ouvrage intitulé Explication des jeux de la Fête-Dieu d’Aix en Provence, publié en 1777, en collaboration avec ses fils, qui en ont réalisé les gravures et les dessins. Roux-Alphéran, qui cite de nombreux passages de ce livre, décrit Grégoire comme un homme « doué de beaucoup d’esprit et d’un caractère aimable et gai ». De sa femme Thérèse Bérage, il eut huit enfants, dont trois se sont particulièrement distingués : Gaspard Grégoire (1751-1846), successeur de son père à la soierie Bérage & Grégoire, sera l’inventeur d’un procédé complexe permettant d’obtenir des velours peints avec un grand réalisme (voir Henri Algoud, Gaspard Grégoire et ses velours d’art, Paris, 1908), Louis-Denis Grégoire (1750-1840), qui sera secrétaire de la musique de l'empereur Napoléon, puis de la chapelle du roi Louis XVIII, et enfin Paul-Pierre Grégoire (1755-1842), muet de naissance et peintre remarqué.

A la même génération, signalons le destin, passé inaperçu dans l’historiographie régionale, de Jean-Pierre Bérage, connu sous le nom de Bérage de la Boyère (la Boyère est sans doute un héritage de sa grand-mère paternelle), entré au service du roi en 1751, promu capitaine en 1776 après 25 ans de service, et récompensé de la croix de Saint-Louis en décembre 1781 pour sa bonne conduite, deux mois plus tôt, à la prise de Yorktown en Amérique, et qui s’engagea en 1792 dans l’amée de Condé. Mentionnons aussi Honoré de Bérage, prêtre, chanoine trésorier de la cathédrale de Nîmes, et syndic du clergé, présent à Aix au mariage Castel-Bérage en 1771, et que nous n’avons pas encore rattaché.

L’aîné des Bérage, Louis, avait acquis une charge anoblissante de secrétaire du roi lorsque la Révolution éclata. Sa position était en vue : beau-père d’un trésorier général de France et d’un lieutenant général à la sénéchaussée d’Aix, il est l’ayeul de Louis Auguste Bérage (1796-1847), conseiller en la cour royale d’Aix, qui ne laissa que deux enfants : Alfred Bérage (1826-1884) prêtre regretté à Aix, et Albertine Bérage (1832-1917), entrée par son mariage dans la famille Jaubert de Saint-Pons.


*

Armes : de sable au lévrier courant d’argent accolé et bouclé d’or, sur une terrasse de sinople, au chef d’or chargé d’un soleil de gueules accosté de deux étoiles d’azur. Elles ont été enregistrées ainsi à l’Armorial général de France par Louis Bérage, marchand à Aix.

 

I – Louis BERAGE épouse Anne BOYER d’où :

II - Louis BERAGE marchand drapier et bourgeois d’Aix où il habite depuis l’an 1675 environ, natif de Toulon, décédé avant 1716, épouse le 26 décembre 1690 à la Madeleine d’Aix, Thérèse BOYER née en 1669, décédée en 1749, fille d’Honoré, et de Gabrielle REYNAUD, présents Michel Raynaud bourgeois, Esprit Tanneron, Jean-François Jaubert, et Louis Raynaud conseiller secrétaire du roi, maison et couronne de France, tous oncles de l’épouse. D’où :

  1. Louis qui suit,
  2. Françoise BERAGE née le 17 octobre 1694 à Aix, baptisée le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Joseph Celony, marraine Françoise Boyer).
  3. Madeleine BERAGE décédée le 22 octobre 1775 inhumée le lendemain, épouse le 26 juillet 1716 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Jean-Pierre POULLET marchand bourgeois d’Aix, fils de feu Jacques et d’Anne AUGARDE, présente, les témoins sont Etienne Augustin Grimaud, procureur au siège, Esprit Blanc, Jean Isoard et Honoré Blanc. Elle fait donation de ses biens à sa nièce Madeleine Blanc, épouse de Louis Perrinet, le 4 mai 1753.
  4. Gabrielle BERAGE née en 1696, décédée le 25 mai 1771, inhumée le lendemain, âgée de 75 ans, épouse le 9 novembre 1716 en l’église de la Madeleine à Aix, Balthasar BERTIER bourgeois, fils de Jean, maître apothicaire, présent, et de feue Marguerite VALANTIN, les témoins sont Jean Theron, Benoît Legrand, Pierre Rimbaud et Jean Laurent Chauvet. Il meurt en 1782.
  5. Joseph BERAGE décédé à l’âge de 75 ans environ le 31 juillet 1773, inhumé le lendemain en l’église de la Madeleine à Aix. Il avait fait donation de ses biens entre vifs à sa nièce Thérèse Bérage, épouse de Gaspard Grégoire marchand, le 20 janvier 1750.
  6. Marie Anne BERAGE née le 16 mars 1700 à Aix, baptisée le surlendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Louis Cochois, marraine Espérite Boyer), épouse le 21 juillet 1722 en l’église de la Madeleine à Aix, Antoine REYNAUD marchand d’Aix, fils de feu Jacques, et de Marie Magdeleine PLAGNARD, en présence du père Paul Plagnard religieux trinitaire, de François Folliot ecclésiastique, Honoré Boyer marchand, Jacques Madon, et Jean Jérôme Fion.
  7. Michel BERAGE baptisé le 3 novembre 1701 en l’église de la Madeleine (parrain Michel Raynaud bourgeois, marraine Thérèse Cadry).
  8. Thérèse de BERAGE née le 31 octobre 1708 à Aix, baptisée le lendemain 1er novembre en l’église Sainte-Madeleine, décédée le 1er juillet 1799 à Aix, épouse le 18 janvier 1724 à Aix, église Sainte-Madeleine, Joachim-Antoine PIN marchand bourgeois d’Aix, né en 1696 à Apt, fils de Joachim, bourgeois et consul d'Apt, et de Catherine CHANTEDUC. Il meurt le 31 décembre 1763 à Aix, âgé de 67 ans.

III - Louis BERAGE marchand de soie à Aix, fonde en 1735 la société « Bérage et Cie », importante filature de soie dont la création avait été confirmée par arrêt du Conseil du roi le 10 décembre 1726, né le 18 février 1693 à Aix, baptisé le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Jean-Baptiste Malherbe marchand bourgeois, marraine Gabrielle Reynaud), décédé à l’âge de 67 ans le 19 avril 1760, inhumé le lendemain en l’église de la Madeleine, épouse le 13 décembre 1718 en l’église Saint-Sauveur d’Aix, Jeanne ARCHIAS fille de Claude, présent, et de feue Lucrèce CARNAUD, d’Apt, témoins Etienne Augustin Grimaud procureur au siège, Joseph Bedot marchand, Jean Isoard marchand, Antoine Turrel. Elle meurt à l’âge d’environ 39 ans le 27 juillet 1743, inhumée le lendemaine en l’église de la Madeleine ; d’où :

  1. Thérèse BERAGE née le 26 juin 1720 ondoyé à la maison le même jour, baptisée le 31 à la Madeleine (parrain Claude Archias, de Poncet, marraine Thérèse de Boyer de Bérage), épouse le 13 janvier 1750 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, son cousin, Gaspard GREGOIRE marchand de soie d’Aix, âgé de 35 ans, né en 1714, fils de Gaspard marchand, syndic des marchands, ancien trésorier de la ville d’Aix (1724), et de Rose BOYER, présents et consentants, témoins Jean-François Cauvin, Pierre Grange, noble Jean-Baptiste Laurent Boyer, et Joseph Benoît ecclésiastique. Nommé syndic des marchands en 1760, il succède à son beau-père et forme en 1761 la société « Bérage, Grégoire et Cie » ; admis à la maîtrise en 1777 il s’associe alors avec ses beaux-frères. Sa manufacture de soie obtient privilège royal pour la filature, le moulinage et l’organsinage des soies en Provence. Auteur d’un ouvrage sur les Jeux de la Fête-Dieu à Aix publié en 1777, il meurt en 1795.
  2. Joseph Thomas BÉRAGE né le 7 mars 1727, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Joseph Bérage, marraine Thérèse Boyer Carnaud).
  3. Louis qui suit,
  4. Laurent BERAGE né le 30 avril 1732, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Laurent Couraud, marraine Thérèse Boyer Bérage).
  5. Augustin Gabriel Bonaventure BERAGE né le 14 baptisé le 15 juillet 1734 en l’église de la Madeleine (parrain Augustin Jaubert, marraine Gabrielle de Maurel Châteauneuf).
  6. Jean-Pierre BERAGE de LA BOYERE entré au service du roi en 1751, lieutenant en second en avril 1756, capitaine en second au régiment de Soissonnais le 7 juin 1776, après 25 ans de service, passé aux Etats-Unis avec l’expédition de Rochambeau, y fait deux campagnes, nommé chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis le 5 décembre 1781 pour sa bonne conduite à Yorktown, abandonne le service le 4 février 1792, s’inscrit à l’armée de Condé dans la compagnie de son régiment le 15 mars 1792 ; né le 26 février 1736, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Pierre Paulet, marraine Thérèse Bérage).
  7. Henry Bonaventure BERAGE docteur en théologie de la faculté de Paris, religieux dominicain au couvent des Frère Prêcheurs d’Aix; né le 10 février 1737, baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine d’Aix (parrain Henry Boyer parfumeur, marraine Catherine Carnaud Boyer), décédé après 1790.
  8. Marie Elisabeth Michel BERAGE née le 17 juillet 1738 à Aix, baptisée le même jour à la Madeleine (parrain Joseph Bérage, marraine Thérèse Bérage).
  9. Marie-Anne Jeanne BERAGE née le 22 octobre 1739 à Aix, baptisée le même jour à la Madeleine (parrain Louis Bérage, marraine Marianne Bérage Reynaud), épouse le 28 mai 1765 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, avec dispense du 4e degré de consanguinité, Jacques Joseph Melchior ISNARD, avocat au parlement de Provence, fils de feu Melchior, bourgeois, et de Magdeleine BOUTEILLE présente, ainsi que les témoins François Bouteille, notaire royal et apostolique, Joachim Félix Pin, bourgeois, Pierre Augustin Bouteille procureur en la cour des comptes, et Esprit Joseph Pellicot Seillans, avocat en la cour.
  10. Ursule Thérèse BERAGE née le 19 octobre 1740 à Aix, baptisée le même jour à la Madeleine (parrain Laurent Perrin, marraine Jeanne Archias).

IV – Louis BERAGE marchand bourgeois d’Aix, acquéreur en 1762 de l’hôtel de Montauroux situé en haut du Cours du côté nord (n°65), de la famille de Blanc L’Huveaune, il achète une charge anoblissante de secrétaire du roi en la chancellerie près le parlement de Provence, né en 1729 ; épouse le 14 février 1754 en l’église de la Madeleine à Aix, Marianne CRESP âgée de 18 ans, née à Grasse, fille de Jean-François, absent mais consentant, et de feue Marguerite REYBAUD, en présence du père de l’époux, du frère G. Grégoire grand carme, et des témoins Paul Joseph Revest, procureur au parlement, Jean-François Cauvin, négociant à Marseille, Louis Hugues, de Grasse, et Antoine Servel, de Marseille. D’où :

  1. Thérèse Marie BERAGE née le 10 mars 1755, baptisée le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Jean-François Cresp son ayeul, marraine Thérèse Bérage Grégoire) ; épouse le 3 septembre 1771 en l’église des Milles près d’Aix, Jean Antoine CASTEL chevalier, conseiller du roi président trésorier général de France et bureau des Finances en la généralité de Provence (reçu en charge le 15 octobre 1758), propriétaire, veuf de Thérèse DELORD, âgé de 36 ans, né à Aix le 3 avril 1735, fils de feu Honoré, avocat au parlement de Provence et procureur honoraire pour les pauvres des cours et juridictions de Provence, et de feue Françoise de BERNARD, mariage béni par messire Bérage, prêtre, chanoine de l’église de Nîmes, les témoins sont Gaspard Meiffren, avocat en la cour, Claude Placide Turrel, aussi avocat en la cour, noble Simon Barnoin écuyer, et Me Joseph Boyer, notaire royal à Aix, sont également présents Arnaud Decorio, et le Père de Régina, prêtre. Il meurt à Aix, à l’âge de 76 ans, et est enseveli le 4 septembre 1811 au cimetière Saint-Jean.
  2. Gabrielle Louise BERAGE née le 16 janvier 1757, baptisée le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Louis Bérage, marraine Gabrielle Cresp).
  3. Jeanne Adélaïde BERAGE née le 6 mai 1759 baptisée le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Joseph Bérage, marraine Jeanne Bérage), décédée 13 juillet 1760 inhumée le lendemain.
  4. Marie Julie BERAGE née le 21 décembre 1760, baptisée le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Joseph Cresp, marraine Jeanne Bérage).
  5. Marie Pauline BERAGE née le 30 juillet 1763, baptisée le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Joseph Thomas Bérage son oncle, marraine Thérèse Marie Bérage sa soeur), épouse le 13 avril 1779 en l’église des Milles, Bruno Philibert AUDIER MASSILLON lieutenant général en la sénéchaussée générale de Provence (1772), âgé de 32 ans, né à Aix le 1er juillet 1746, fils de feu Dominique Jean-Baptiste AUDIER, et de Catherine Agnès MASSILLON, en présence des parents de l’épouse, de la mère de l’époux, de Joachim Mitre Pin, avocat en la cour, Jean-Baptiste Massillon, avocat en la cour, d’Hyères, Jacques Leclerc, avocat en la cour, d’Aix, et Me Devoulx, notaire royal et apostolique d’Aix. Député aux Etats généraux de 1789, il sera juge et président du tribunal du district d’Aix, chevalier de l’Empire en 1808, chevalier de la Légion d’Honneur, conseiller à la cour de cassation et à la cour royale d’Aix, et meurt le 29 septembre 1822 à Aix, à l’âge de 76 ans.
  6. Louis Joseph qui suit,

V - Louis Joseph BERAGE propriétaire, notamment de l’hôtel Montauroux sur le Cours (n°65), né le 18 septembre 1764 à Aix, baptisé en l’église Sainte-Madeleine, décédé à Aix le 31 octobre 1844, épouse le 20 janvier 1794 à la mairie d’Aix, sa nièce, Marie Pauline CASTEL âgée de 19 ans, née le 10 juin 1774 à Aix, fille de Jean Antoine Bernard, ancien président trésorier général de France, et de Marie Thérèse BERAGE, les témoins civils du mariage sont Balthasar de Clapiers, Paul Modeste Grandin, cousin par alliance des époux, Pierre Gabriel Aguillon, de Toulon, et Louis Grégoire négociant à Aix, cousin germain de l’époux et oncle de l’épouse. Elle meurt en l’hôtel Montauroux, son domicile, le 17 août 1840. D’où :

  1. Louis Auguste qui suit,
  2. Marie Anne Cécile dite Céline BERAGE née à Aix le 12 avril 1798, épouse le 2 octobre 1827 en la mairie d’Aix, Joseph Mitre de LAIDET capitaine d’infanterie en retraite, âgé de 45 ans, blessé à la prise de Taragonne en 1811, chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur, né à Sisteron le 3 avril 1781, fils de défunts Jean Antoine, capitaine d’infanterie, chevalier de Saint-Louis, et de Marie Anne Françoise d’ESGUISIERS des TOURRES, en présence des parents de l’épouse. Il meurt, à l’âge de 68 ans, en sa bastide de Beaulieu près Sisteron le 29 juillet 1849.

VI - Louis Auguste BERAGE conseiller en la cour royale d’Aix, chevalier de la Légion d’Honneur par décret de 1847, né le 8 avril 1796 à Aix, décédé le 28 septembre 1847 à Aix, épouse le 30 septembre 1828 à la mairie d’Avignon, Emilie d’HONORATI âgée de 24 ans, née à Avignon le 24 mai 1804, fille du comte Pierre, colonel d’infanterie en retraite, chevalier de l’ordre de Saint-Louis, et d’Adèle de PERRIN ; les témoins civils sont François Marie Justin Verger, conseiller à la cour d’Aix, Alexandre de Brucher, maire de Courthezon, le baron Edmond de Chabert, Eugène d’Alauzier susbtitut du procureur. Elle meurt le 7 mars 1852 en son domicile à Aix, 8 rue Mazarine, âgée de 48 ans. D’où :

  1. Alfred BERAGE prêtre, chanoine titulaire du chapitre métropolitain Saint-Sauveur d’Aix, curé de Saint-Victoret, propriétaire du château de Galici près d’Aix, né le 5 novembre 1826 à Aix, décédé d’une courte maladie le 3 janvier 1884, à l’âge de 57 ans. Le chanoine Bérage « était un vénérable ecclésiastique, annonce le Mémorial d’Aix, d’une piété exemplaire, d’une rare mansuétude, plein de modestie, de charité et d’aménité, qui a passé sa vie à faire le bien et à une application constante à ses devoirs sacerdotaux ».
  2. Albertine BERAGE née le 7 avril 1832 à Aix, décédée le 11 décembre 1917 à Philippeville (Algérie), âgée de 85 ans, épouse le 19 avril 1854 à la mairie d’Aix, Maxence JAUBERT de SAINT-PONS, propriétaire châtelain de Saint-Pons terroir d’Aix, âgé de 19 ans, né le 20 février 1835 à Aix, fils d’Henri, officier en retraite, chevalier de Saint-Louis et de la Légion d’Honneur, et de Julie VOLAND de MATHERON, présents et consentants. les témoins civils sont Jean André Philippe de Renaud d’Allein, oncle de l’époux, Joseph François Michel baron de Martiny Saint-Jean, Honoré Paul Castel, oncle de l’épouse, et Victor d’Anselme, ancien magistrat, ami.
  3. Paulin Désiré Ferdinand BERAGE né le 8 mai 1837 à Aix, mort jeune.
  4. Louise Marie Pauline BERAGE né le 2 mai 1848, décédée le 28 juin suivant.

 
contact