Anciennes familles de Provence
 

 

la famille du compositeur

André Campra


Jean-François CAMPRA chirurgien à Aix, originaire de Gaillet (Graglia) diocèse de Turin, fils de feu Toussaint ou Rustin, et de Jeanne ROUERA, épouse le 25 février 1659 à Saint-Sauveur à Aix et par contrat du même jour (Me Jean André not.) à Aix, Louise FABRY fille de Charles, bourgeois d'Aix, et de Marguerite ALPHERAN. Il meurt le 2 juillet 1685 et est inhumé le lendemain à Saint-Sauveur. D’où :

  1. André CAMPRA né rue du Puits-Neuf à Aix le 3, baptisé le 4 décembre 1660 à la Madeleine, reçoit sa formation musicale et religieuse à la cathédrale Saint-Sauveur à Aix et devient prêtre en 1678. De 1694 à 1700, il est maître de musique de Notre-Dame de Paris, après l'avoir été successivement à Toulon, à Arles et à Toulouse. Il commence en 1697 à se tourner vers le théâtre, et se voit du coup obligé de renoncer à ses charges d'alors. Il est alors engagé par le prince de Conti en tant que maître de musique et atteint en 1730 la fonction de directeur de l'Opéra, après être passé par le poste de maître de la chapelle royale. Avec L'Europe galante (1697) il s'affirme comme le vrai créateur de la comédie-ballet, genre musical créé à l'origine par Pascal Collasse (dans le Ballet des saisons). Il travaille à l’Académie royale de musique et à la chapelle royale de Versailles après la mort du roi Louis XIV. À partir de 1720, il retourne au religieux en y consacrant l’essentiel de son œuvre. Nommé chevalier de Saint-Lazare par le roi en 1729, inspecteur de l’Opéra en 1730, il meurt à Versailles le 29 juin 1744, âgé de 84 ans, un peu oublié, il lègue sa modeste fortune à ses domestiques. Il fut l’un des musiciens les plus remarquables de son temps, parfois située entre Lully et Rameau, et les plus significatifs de l’opéra français.
  2. Joseph CAMPRA baptisé le 10 septembre 1662 à Aix, décédé en mars 1744 âgé de 81 ans.
  3. Thérèse CAMPRA épouse le 25 mai 1714 à Saint-Sauveur d’Aix, Elie DUPUYS fils de Jacques, procureur à la cour des Aides et Finances de Montauban, et de Marguerite DOULS, en présence de Jean Fouquet ecclésiastique, Jean Dupuys frère de l’époux, Joseph Fabry, Etienne Bernard porteur.

 

 
 
contact