Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Cortasse


 

 

Famille originaire de Gordes, installée à la fin du XVIe siècle dans la bourgeoisie d'Apt où elle exerça la notariat. Elle s’est particulièrement illustrée par le général Christophe Cortasse de Sablonet (1736-1793), né à Apt, colonel et lieutenant du roi à la Martinique de 1772 à 1777, maréchal de camp en 1788, mort à Lyon le 21 juin 1793 de ses blessures reçues lors des journées d’insurrection contre la Convention.

Armes : de gueules à une cuirasse d'argent. Ce sont des armes parlantes, enregistrées à l'Armorial général de France pour Pierre Cortasse, notaire royal d'Apt.

 

I - Laugier CORTASSE laboureur de Gordes, épouse Marguerite RIVAREL soeur du bayle de Gordes; elle fait une donation le 3 novembre 1618, alors veuve, à ses enfants Pierre, notaire, Jacques et André Cortasse, de Gordes. D'où :

  1. Pierre qui suit,
  2. Jacques CORTASSE notaire d’Apt.
  3. André CORTASSE laboureur à Gordes, y décédé le 6 juillet 1666 âgé de 74 ans, épouse 1) le 14 novembre 1609 à Gordes, et suivant contrat du 30 novembre suivant, Catherine TOURNEFORT fille de François et d’Anne SILVESTRE. Elle meurt le 22 juin 1629 à Gordes, âgée de 32 ans. 2) le 16 décembre 1629 à Gordes, Delphine de SILVESTRE, fille de Jean et d’Isabelle MOLLINASSE.

II - Pierre CORTASSE natif de Gordes, notaire d’Apt, épouse 1) en 1595 Claire FULCHIER, fille de Jacques, notaire d’Apt, et de Delphine SIARD. 2) en 1599 Louise ESCUYER ou Escuyard, fille d’Elzéar, notaire d’Apt, et de Togne MASSE. 3) en 1620 Claire d’INGUIMBERTI de Ménerbes. D’où :

III - Pierre CORTASSE notaire royal d’Apt, épouse Jeanne de LAUZIER d’où :

  1. Esprit Joseph qui suit,
  2. Gabrielle CORTASSE baptisée le 18 mai 1658 à Apt, épouse en 1677 Jérôme DELPECH, bourgeois peintre d’Apt, fils de Thomas bourgeois et d’Anne FAUQUE sa première épouse.
  3. N. CORTASSE baptisé le 2 août 1661 en l'église cathédrale d'Apt.
  4. Marie CORTASSE baptisée le 1er juillet 1667 en l'église cathédrale d'Apt.

IV - Esprit Joseph CORTASSE avocat en la cour du parlement de Provence, baptisé le 16 mai 1655 à Apt, épouse le 4 mars 1680 en l’église de Meyrargues, Françoise Paule de GEOFFROY fille d’Alexandre, avocat en la cour d’Aix, et de Catherine ARNAUD, présents Gaspard Bonardy avocat en la cour, Joseph Garcin, et Jacques Jacel, d’où :

V - François CORTASSE licencié en droit, avocat en la cour du parlement de Provence, épouse en 1714 Marie Thérèse de SILVESTRE fille de Jean Joseph, avocat, juge de Villars, et d’Elisabeth de BERNARD ; d’où :

  1. François qui suit,
  2. Christophe CORTASSE de SABLONET appelé parfois le comte de Sablonet, qualifié chevalier, seigneur de Sablonet, élève du collège de Juilly, entré dans le régiment d’Archiac cavalerie le 1er mars 1756, lieutenant dans le régiment d’infanterie d’Enghien, nommé lieutenant des grenadiers de France le 29 janvier 1762, aide-major le 1er février 1763, capitaine d’une compagnie le 1er janvier 1766, réformé en 1771, nommé colonel du régiment de la Martinique le 18 août 1772, exerce en même temps la lieutenance du roi de Fort-Royal, décoré de la croix militaire de Saint-Louis le 4 août 1773, mis en congé de santé en mai 1777, débarqué à Brest le 23 juin, mis à la retraite avec le grade de brigadier des colonies le 26 juin 1779, se retire au château de Verny près Metz, nommé brigadier au département de la Guerre le 1er janvier 1784, obtient le commandement du bataillon de garnison de Guyenne le 1er avril 1788, nommé maréchal de camp le 21 septembre suivant ; prend part à l’insurrection fédéraliste de Lyon contre la Convention, grièvement blessé à la jambe par un boulet lors d’un guet-apens le 29 mai 1793 alors qu’il ralliait une colonne, meurt de sa blessure le 21 juin 1793 à l’hôtel-Dieu de Lyon, ses obsèques sont célébrées à Saint-Pierre et suivies d’hommages magnifiques à Lyon le 29 juin, et le lendemain à Apt où son oraison funèbre fut prononcée par Joseph-Elzéar-Dominique de Bernardy (G. Bodinier, Dict. des off. généraux 2009, p.588 ; son éloge a été publié en avril 1882 dans le journal La Provence, pages 358 et 371) ; il était né le 27 juin 1736 à Apt, baptisé le lendemain en l’église cathédrale (parrain Christophe Delpech, son oncle, marraine Marianne de Silvestre, de Saint-Saturnin) ; épouse le 6 mars 1764 à Nancy, en l’église Saint-Epvre, Marie Marguerite de MARIEN de FREMERY âgée de 20 ans, née le 2 avril 1743 à Nancy, fille de Claude (1708-1778), chevalier, seigneur de Frémery, conseiller du roi maître des comptes puis président en la cour des Comptes, Aides et Monnaies de Lorraine, et d’Elisabeth Françoise de GAUVAIN de LIGNIERES, en présence des parents de l’épouse, de Louis de Marien prieur de l’abbaye d’Hauteville, de Charles Gabriel Siméon de Marien de Frémery, prieur de Gondrecourt, son frère, de Philippe-de-Néry de Marien de Frémery, lieutenant de cavalerie au régiment royal Lorraine, de Josephh Redoubté seigneur de Boncout, exempt des gardes du corps du roi de Pologne, colonel au service de France, chevalier de Saint-Louis, de Joseph chevalier de Montchal, chevalier de Saint-Louis, major dans le corps des grenadiers de France, l’époux signe Christophe Cortasse de Sablonet, l’épouse Marie Margueritte de Marien de Frémery. Elle meurt le 27 septembre 1823 à Nancy, âgée de 80 ans. D’où :

    1. Jeanne-Charlotte Béatrix CORTASSE de SABLONET épouse Jean-Melchior COLLENET de FONTET, capitaine au régiment Royal-Liégeois puis colonel au 101e d’infanterie, combattit avec son beau-père dans l’armée lyonnaise comme commandant du quartier de Vaise, arrêté et conduit à Paris où il est jugé et condamné à mort par décision du tribunal révolutionnaire du 26 frimaire an II (16 décembre 1793), guillotiné deux jours plus tard, âgé de 36 ans, était né en Moselle.
    2. Ne CORTASSE de SABLONET obligée de quitter le Cap-Français où elle vivait en 1793, et d’abandonner tous ses biens en raison de l’insurrection des esclaves, se réfugie dans sa famille à Aix, obtient pour son secours de la société de bienfaisance de Toulouse une somme de 116 livres ainsi qu’une somme pour son voyage de retour, épouse François-Louis de MINUTY greffier de la sénéchaussée et amirauté de Port-de-Paix, île de Saint-Domingue, juge par intérim de cette colonie, également premier président de la cour d’appel de l’île, ancien avocat au parlement de Provence et procureur des pauvres ; né à Aix le 23 septembre 1762, fils de Toussaint-Louis, avocat et procureur des pauvres près des cours souveraines de Provence, et de Marie-Thérèse ARBAUD. Il meurt à Saint-Domingue en 1808.

VI - François de CORTASSE docteur en médecine et écuyer de la ville d’Apt, épouse le 10 janvier 1765 à la Madeleine, âgé d’environ 44 ans, Marguerite CAZENEUVE âgée d’environ 40 ans, fille de Gaspard, huissier au parlement, et de Magdeleine BOISSON, en présence de Joseph Autheman prêtre, Jacques Viguier, Joseph Viguier, marchand confiseur et Jean-Baptiste Lantoin. D’où :

  1. Marie Françoise de CORTASSE née à Aix le 9 juin 1766, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain François Cortasse, son grand père, marraine Françoise Gabrielle d’Orcin de Rippert) ; épouse le 23 septembre 1783 à la Madeleine d’Aix, Mitre MINUTY avocat et procureur du roi pour les pauvres en toutes les cours et juridictions d’Aix, fils mineur de feu Toussaint Louis, avocat et procureur pour les pauvres, et de Marie Claire ARBAUD, assisté de Joseph François Nicolas Arbaud son oncle maternel, docteur en médecine, présents Isidore Gautier étudiant en droit, François Arbaud avocat en parlement, Jean Baptiste Lantouin, et Louis Armand.

 
contact