Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Guilhens


 

Famille originaire de Cahors, installée à Avignon vers 1450, puis à Lyon où Michel Guilhen fut maître particulier de la Monnaie de 1513 à 1538, et enfin en Provence où elle posséda la seigneurie de Montjustin. Elle avait reçu cette terre par alliance en 1532 avec les Sala, ancienne famille consulaire de Lyon dont elle reprit le nom et les armes.

Admise au sein des conseillers nobles d’Avignon en 1477, à l’échevinat de Lyon en 1535, au parlement de Dombes en 1561, au présidial de Lyon en 1572, à Malte en 1625, et enfin au parlement de Provence en 1655, elle fut maintenue noble en 1668 et 1699. Elle servit également dans les armées du roi.

Elle eut deux branches : les aînés, sieurs de Montjustin, s’éteignirent au milieu du XVIIIe siècle laissant une partie de leur héritage aux Romieu, d’Arles, les cadets restés en Avignon et sieurs de Puylaval, disparurent en 1868 après avoir porté le nom des anciens seigneurs de Clermont-Lodève, auxquels ils se croyaient rattachés. Le nom a connu plusieurs graphies : Guilhen, Guilhem, Guillen, Guilhens, Guillens, ou Guilliens.

Armes : d’argent à un rosier de sinople boutonné et fleuri de gueules et une bordure d’azur chargée de huit étoiles d’or. Alias : un rosier d’or à trois roses de gueules sur champ d’azur à la bordure chargée d’étoiles d’or sans nombre, d’après des preuves de Malte. Joseph de Guillens de Sala, écuyer, seigneur de Montjustin et de la Chassagne, porte : d'argent à un rosier arraché de sinople, fleuri et boutonné de gueules, à une bordure d'azur chargée de huit étoiles d'or.

 

I - N. GUILHEN père de :

  1. Jean qui suit,
  2. Jacques de GUILLEN juge-mage de Forcalquier, cité en 1437.

II – Jean GUILHEN docteur en médecine natif du diocèse de Cahors, s’installe à Avignon vers 1450, qualifié écuyer, seigneur de Puylaval par achat de cette seigneurie située sur une île du Rhône, en Languedoc, le 29 novembre 1458 (Pons de Petra, not. Avignon), et pour laquelle il rend hommage devant Godeonis, notaire, le 6 juin 1466, élu consul d’Avignon pour l’année 1474 ; épouse par contrat du 23 juillet 1452 à Avignon (Jean Garreli, not.), Catherine GERARD, habitante d’Avignon, fille de Jacques, et de Delphine CHAPUIS. D’où :

  1. Jean qui suit,
  2. Michel GUILHEN conseiller noble de l’hôtel de ville d’Avignon en 1477, teste le 11 novembre 1509 (Vani, not.) en faveur de son frère Jean, meurt sans postérité.
  3. Olivier GUILHEN écuyer d’Avignon, l’un des conseillers nobles de l’Hôtel de ville d’Avignon en 1489.
  4. Perrette GUILHEN épouse Jean Marie de FRANCIA, docteur, d’Avignon.

III – Jean GUILHEN docteur en médecine comme son père, admis dans le rôle des nobles d’Avignon, écuyer, seigneur de Puylaval, et du Castellet au comté Venaissin par achat de cette seigneurie de Barthélémy Barralier le 11 septembre 1505 (Jean de Ulmo, not. Avignon), teste le 11 septembre 1509 à Avignon (Vani notaire). Epouse Isabeau de LIBELLIS CARASCANTES (famille non identifiée). D’où :

  1. Michel qui suit,
  2. Jean qui a fait la branche de Puylaval restée en Avignon, éteinte en 1868.
  3. Françoise de GUILHENS épouse par contrat du 21 avril 1526, Antoine GUYARD co-seigneur de Venasque et de Saint-Didier, fils d’Etienne, écuyer de l’Isle, et d’Anne FORNIER. Remarié en 1533 à Catherine FORNIER.
  4. Catherine de GUILHENS épouse par contrat du 16 décembre 1535, Henri de LA CROIX dit d’Ussel, baron de Castries, guidon des gendarmes du comte de Sancerre, mort en Allemagne au service du roi, fils de Louis, baron de Castries, président des grâces et de la justice en Languedoc, et de Jeanne de MONTFAUCON.
  5. Clémence de GUILHENS épouse en 1537, Pierre de COUCILS dit AGAFFIN, prévôt général de la Monnaie d’Avignon et du Comtat (1535-1545), seigneur de Merveilles près de Martigues, fils d’Olivier, gentilhomme piémontais installé à Avignon, prévôt général de la Monnaie, consul et viguier d’Avignon, co-seigneur de Lagnes, et de Magdeleine de MONTFERRAT.
  6. Marguerite de GUILHENS épouse 1) en 1544, Joachim de MATHERON écuyer, seigneur de Salignac, Entrepierres et en partie de Barbentane, fils de Charles, écuyer, seigneur desdits lieux et de Peynier, et de Baptistine de LA TOUR. 2) par contrat du 10 avril 1559 (Moiroux not. Avignon), Jean de FAURIS, docteur en droits et avocat au parlement, seigneur de Châteauneuf.
  7. Manaud de GUILLENS écuyer, seigneur du Castellet, docteur, élu conseiller de la première main de la ville d’Avignon, épouse par contrat du 30 avril 1540, Marguerite de ROQUEFEUIL fille d’Antoine, écuyer, seigneur de Versols et Convertis, et de Sillette de PORCELET. D’où :

    1. Clémence de GUILHENS épouse par contrat du 10 août 1557, Jean de POL écuyer, seigneur de Saint-Tronquet et Belfeuil, fils de Jean-Baptiste, et d’Isabelle MAYAUD.
    2. Catherine de GUILHENS épouse Louis de RICHERIS de la ville de Nice. Veuve et encore jeune, elle revint à Avignon où elle devint la maîtresse d’Henri de MONTMORENCY duc de Damville, maréchal, pair et connétable de France, premier baron chrétien, né en 1534 à Chantilly, fils d’Anne, le célèbre connétable de Montmorency, maréchal de France, et de Magdeleine de SAVOIE ; ils ont deux fils : Pierre-Splendien de Montmorency né vers 1575, d’où continuation de cette auguste maison en Comtat-Venaissin, et Jules de Montmorency, chevalier de Malte en 1578.
    3. Marguerite de GUILHENS ou Guilhem, épouse avant 1571, Thomas de BERTON écuyer, baron de Crillon, diocèse de Carpentras, seigneur de Saint-Jean de Vassols et en partie de Velleron, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, chevalier de son ordre, premier consul de Pernes et d’Avignon, viguier en 1590, fils de Gilles, écuyer, seigneur desdits lieux, et de Jeanne de GRILLET des TAILLADES. Remarié à Françoise de CROIZET.
    4. Alix de GUILHENS épouse par contrat du 23 février 1567 (Moiroux, not.), Boniface de FAUDRAN, écuyer, seigneur de Laval, fils de Guillaume, écuyer, seigneur dudit lieu, et de None MATHERON. Il teste le 25 août 1612.
    5. Antoinette de GUILHENS épouse par contrat du 27 août 1571 à Pernes, Claude COMTE dit de CABASSOLE, décédé en 1590, fils de François Antoine, et de Gabrielle ALLEMAN.
    6. Pierre de GUILHENS écuyer, seigneur du Castellet, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, capitaine d’une compagnie de cavalerie de chevau-légers, décédé peu avant 1598 ; épouse par contrat du 15 juillet 1582 à Aix (Catrebard, notaire), Magdeleine de PANISSE fille de Claude, conseiller du roi au parlement d’Aix, et de Françoise de COUCILS AGAFFIN dame de Merveilles. D’où :

      1. Isabeau de GUILHENS dame du Castellet, héritière de ses parents, placée sous tutelle de son oncle Thomas de Berton en 1598 ; épouse par contrat du 24 octobre 1605, Jean-Vincent de GALIEN de VEDENES alias Galéan, écuyer, sieur de Vedènes, fils de Balthasar, écuyer, seigneur de Vedènes et Saint-Savournin au Comté Venaissin, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, chevalier de l’ordre de Saint-Michel, et de Emilie de BERTON de BALBES. Il teste en 1652.

IV – Michel GUILHEN écuyer, seigneur de Puylaval, maître particulier de la Monnaie d’Aix en Provence (1508… 1512), nommé maître de la Monnaie de Lyon en 1513, fonction qu’il exerce jusqu’en 1537 (il est remplacé par François Guilhen, son neveu, qu’il avait pris comme commis), est chargé par le roi à plusieurs occasions de missions financières en Flandres, élu conseiller échevin de Lyon en 1535 et 1536, meurt en 1538, il signait Mychiel Guilhen ;  épouse par contrat du 16 septembre 1532 à Lyon (Pelisson, notaire), Antoinette de SALA fille de Jean, écuyer, capitaine de 200 hommes d’armes pour le roi à Lyon, chevalier de l’ordre du roi, échevin de Lyon, et d’Isabeau BARONNAT.
Elle a trois frères : 1) Geoffroy Sala nommé en 1521 par le comte de Foix vicaire pour le roi en la ville d’Asti en Piémont, puis conseiller-clerc au parlement d’Aix (prestation de serment le 20 mai 1522), qui teste le 23 août 1559 en faveur de son frère François ; 2) François Sala seigneur de Montjustin, capitaine de la ville de Lyon (1543), chevalier de l’ordre du roi (1565), héritier de son frère Geoffroy; n’ayant pas eu d’enfant de son mariage avec Claude de Laurencin, François Sala teste le 3 avril 1572 à Lyon (Frontin, notaire) en faveur d’Antoine de Guillen son neveu ; et 3) Jean Sala seigneur du Rieu, commissaire de l’artillerie.
Veuve, Antoinette de Sala se remarie à Jacques de TOURVEON seigneur du Vivier, bourgeois de Lyon et conseiller de ville, dont elle n’a pas d’enfant; ses deux fils, Antoine et Jean sont placés sous la tutelle de leur cousin François de Guilhens, maître de la Monnaie de Lyon. Elle teste le 1er août 1572 (Dutroncy, not.) en faveur de ses deux fils à part égale, à condition qu’ils portent le nom et armes des Sala. Elle laisse notamment à Jean, conseiller au présidial de Lyon et à sa femme, une terre avec jardin et colombier, qu'elle avait reçue de sa mère en la paroisse de Vaise.
D’où :

  1. Jean qui suit,
  2. Antoine de GUILLENS de SALA écuyer, seigneur du Clos et de Montjustin, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, institué en 1572 héritier de son oncle François Sala, sieur de Montjustin ; nommé capitaine de la ville de Lyon avec commandement de 200 arquebusiers au service du roi (résignation d’office en sa faveur par son oncle François Sala le 6 septembre 1569, lettres de provisions du 4 novembre 1574) ; en 1575, il présente au roi une requête par laquelle il supplie Sa Majesté de lui rembourser les dommages liés à la démolition du château de Montjustin, rasé par ordre du comte de Carcès : le requérant, ainsi que son neveu Jean de Guillen, font état des dommages causés en particulier par la destruction des archives concernant la juridiction locale. Il fait un testament le 18 septembre 1579 (Frontin not. Lyon), par lequel il élit sépulture au tombeau de ses parents et ayeux du nom de Sala en l’église Saint-Laurent, lègue à sa femme, à noble Claude de Fenoyl, sergent-major de la ville de Lyon, son compère et ami, institue ses enfants à naître, ou à défaut son frère Jean. Est inhumé le 23 juin 1580 en l’église Saint-Paul, au tombeau de son oncle. Epouse par contrat du 21 mars 1575 à Lyon (François Frontin, not.) Claude de CHAMPIER alias Claudine, dotée de 6.000 livres, fille de Claude, seigneur de la Bâtie, Corcelles et Faverges, chevalier de l’ordre du roi, gouverneur de Dombes, et de feue dame Magdeleine du PEYRAT sa seconde épouse. Elle se trouve en procès contre François de Garnier, tuteur des enfants de Jean de Guilhen de Salla (d’où un factum imprimé en 1587), et se remarie en décembre 1602 à Jean de TALARU CHALMAZEL seigneur de la Pie, Saint-Eloy et Saint-Marcel-de-Félines, maître de camp. Sans postérité.

V - Jean de GUILLENS de SALA écuyer, seigneur en partie de Montjustin, Puylaval, et du Vivier, et de la baronnie de Montagny, docteur en droits, conseiller au parlement de Dombes (provisions du 9 septembre 1561), puis conseiller auditeur de camp et garde sceau au siège présidial de Lyon [en 1572], teste le 28 juillet 1581 et fait donation à sa femme des droits qu’il avait sur la baronnie de Montagny, meurt la même année. Il épouse par contrat du 12 mai 1561 à Lyon (Virieu, not.), Sibille GARNIER des GARETS fille de feu François, écuyer, seigneur des Garets et de Saint-Julien en Beaujolais, échevin de Villefranche, et de Méraulde de TOURVEON. Elle teste le 14 juillet 1586 (Fiard, not. Lyon), léguant à son fils Antoine la juridiction de Bechevellain en Dauphiné. D’où :

  1. Marie de GUILLENS de SALA épouse 1) par contrat du 2 janvier 1582 à Lyon, Pierre BULLIOUD sieur de Célettes et la Tour d’Epinay, procureur du roi en la sénéchaussée et siège présidial de Lyon, et procureur général au parlement de Dombes, échevin de Lyon (1597), fils de Pierre, procureur du roi audit siège, conservateur des foires et privilèges de la ville, conseiller au parlement de Dombes, et d’Emeraude de LA PORTE, sa seconde épouse. Il teste le 10 juillet 1597 et meurt à Paris, avant avril 1601. 2) Pierre ALLARD sieur de Sardon, conseiller du roi au siège présidial de Lyon, auditeur de camp au gouvernement de Lyon, juge-mage de Bresse et conseiller au parlement de Dombes.
  2. Françoise de GUILLENS de SALA née le 23 janvier 1564 à Lyon, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Croix (parrain Néry Torvéon lieutenant criminel, marraines Françoise Audebert et Léonarde Albisse) (i155), épouse par contrat du 3 février 1584, Mathieu de VAUZELLES sieur du Jonchay en Lyonnais, docteur en droits et avocat au siège présidial de Lyon, fils de Mathieu, avocat pour le roi à Lyon, avocat général au parlement de Dombes, juge des terres et seigneuries du chapitre de l’église de Lyon, et de Jeanne FOURNIER de LAVAL.
  3. Antoinette de GUILLENS de SALA épouse par contrat du 22 février 1593 à Lyon (Fiard, not.), noble André CORNEILLE receveur des tailles et aides en l’élection de Lyon.
  4. Antoine de GUILLENS de SALA écuyer, seigneur de Montjustin, capitaine de 200 arquebusiers à cheval ; fait un testament le 25 août 1585 en faveur de ses frères Jean et Jérôme, baptisé le 15 février 1570 (parrain Antoine Guillen capitaine de la ville de Lyon, marraine Emeraude Bulioud).
  5. Eléonore de GUILLENS de SALA née le 20 mars 1571 à Lyon, baptisée le même jour en l’église Sainte-Croix (parrain François de Mandelot chevalier de l’ordre du roi, lieutenant général au gouvernement de Lyon en l’absence de Mgr le duc de Nemours, marraine Ne épouse du président Masso), épouse par contrat du 13 février 1593 (Delaforest et Huret, not. Lyon), Geoffroy de SALLEMARD, écuyer, seigneur du Ressis, la Faye, et Montfort, officier de cavalerie, fils de Claude et de Magdeleine de FOUDRAS.
  6. Emeraude de GUILLENS de SALA baptisée le 13 décembre 1573 en l’église Sainte-Croix de Lyon (parrain Louis de Barillier conseiller du roi, marraines Méraude de la Porte et Magdeleine N.).
  7. Jérôme de GUILLENS de SALA écuyer, seigneur du Vivier et du Rieu (à Fourvière), eut la charge de garde des sceaux de la sénéchaussée de Lyon par résignation que fit Louis de Chabannes en sa faveur le 12 février 1600; né le 20 février 1576 à Lyon, baptisé le même jour en l’église Sainte-Croix (parrain Jérôme de Châtillon, président au siège présidial, marraines Héliénor de Pré, femme de M. de Combelande, chevalier de l’ordre du roi, et Marguerite Baronnat), décédé avant 1635.
  8. Jean qui suit,
  9. Marguerite de GUILLENS de SALA épouse par contrat du 14 avril 1601 à Lyon (Fiard, not.), Gaspard CAMUS, écuyer, seigneur barpn de Châtillon-sur-Azergues et d’Orieu, fils de feu Claude, seigneur d’Arginy, Bagnols, Châtillon, Vaise, la Roche-lès-Lyon, conseiller du roi trésorier général de France en la généralité de Lyon, échevin, et d’Anne GROLLIER.
  10. Jeanne de GUILLENS de SALA décédée avant 1601.

VI - Jean de GUILLENS de SALA écuyer, seigneur de Montjustin, de Puylaval et du Vivier, reçu conseiller au parlement de Dombes avant 1603, vend la terre de Puylaval à son cousin Pierre de Guillen, écuyer d’Avignon, par acte du 1er décembre 1611 (Anglesi, not. Avignon), gentilhomme ordinaire de la maison du roi (par lettres datées à Montpellier de juillet 1622), fait un testament le 4 novembre 1629 à Céreste, puis une donation le 5 juillet 1632 de la moitié de ce qui lui est dû par François de Garnier des Garets son tuteur, en faveur d’André de Marin, son gendre, et un autre testament le 21 septembre 1653. Il est reconnu noble et exempt des tailles par jugement du 5 mars 1635. Il est né à Lyon et baptisé le 19 avril 1577 en l’église Sainte-Croix (parrain Hugues de Genevois sieur de Buisson, conseiller du roi et visiteur général des gabelles de sel, marraines Andrée Clavel et Jeanne Guime). Epouse 1) par contrat du 20 septembre 1603 (Bellon, not. Villeneuve-lès-Volx), Lucrèce de VALAVOIRE fille de Palamède, écuyer, seigneur de Valavoire, Volx et Montaigu, viguier de Marseille, et de Magdeleine de FRANÇOIS de CHATEAUNEUF. 2) par contrat du 13 novembre 1615 (Guigues, not. Vence), Cassandre de VILLENEUVE VENCE fille de Claude, écuyer, baron de Vence, et de Françoise GRIMALDI. Décédée avant 1632. 3) par contrat du 23 juillet 1636, Anne Marguerite LOUET de NOGARET de CALVISSON fille de Jean, chevalier, seigneur d’Aujargues en Languedoc, et de Magdeleine de ROCHEMORE. D’où :

  1. Du premier lit : Henri qui suit,
  2. Palamède-François de GUILHENS de SALA reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte, preuves de noblesse produites le 17 juin 1624 et reçues à Malte le 24 avril 1625.
  3. Jean de GUILHENS de SALA
  4. ? Catherine de GUILHENS de SALA de MONTJUSTIN religieuse bernardine à Manosque, décédée en son couvent le 26 juillet 1673.
  5. Magdeleine de GUILHENS de SALA dite Madon, baptisée le 13 janvier 1607 à Montjustin (parrain Pierre Reynaud de Valavoire, marraine Magdeleine de François), décédée le 20 juillet 1678 à Saint-Michel près de Forcalquier, inhumée le lendemain en la chapelle Saint-Pierre, âgée de 71 ans, épouse le 28 septembre 1625 à Montjustin, André de MARIN, écuyer, seigneur de Saint-Michel et de Porchères, conseiller au parlement de Provence, fils de Paul, seigneur d’Aubenas et de Saint-Michel, capitaine pour le roi, viguier de Marseille, et de Diane d’ARNAUD.
  6. Melchion de GUILHENS de SALA baptisé le 27 décembre 1607 à Montjustin (parrain Melchion de Forbin sieur de Janson, marraine Renée d’Oraison).
  7. Suzanne de GUILHENS de SALA baptisée le 14 octobre 1611 à Montjustin (parrain Pierre de Cornillon, marraine Suzanne de Forbin).

  8. Du second lit : Marguerite de GUILHENS de SALA baptisée le 19 avril 1618 à Montjustin (parrain Gaspard de Forbin sieur de Manen, marraine Magdeleine de Guilhens).
  9. Renée de GUILHENS de SALA baptisée le 10 août 1622 à Montjustin (parrain le marquis de Saintal [Cental], marraine Renée d’Oraison baronne de Céreste), marraine en 1628.
  10. Anne de GUILHENS de SALA baptisée le 23 novembre 1623 à Montjustin (parrain M. de Valavoire, marraine Julie d’Antibes).
  11. Jérôme de GUILHENS de SALA baptisé le 20 juin 1624 à Montjustin (parrain Claude de Grimaldi écuyer de la maison d’Antibes, marraine Diane de Simiane).
  12. Magdeleine de GUILHENS de SALA religieuse bernardine, baptisée le 17 mai 1626 à Montjustin (parrain Paul de Marin, seigneur de Saint-Michel, marraine Magdeleine de Guillen damoiselle de Saint-Michel), décédée novice au couvent des bernardines de Manosque le 20 août 1640.
  13. Jérôme de GUILLENS de SALA écuyer, sieur de Courbons et de Montjustin, capitaine au régiment de Mazarin, reçoit de son père un legs de 36.000 livres ; baptisé le 1er octobre 1628 à Montjustin (parrain Henry de Guilhen, marraine Anne de Brancas), décédé à Lyon avant juin 1657. D’un mariage avec Fiacre CHARPIN laquelle se remarie en 1669 à Jacques BONNIN, avocat au parlement de Paris, il eut un fils :

    1. Jean-Joseph de GUILLENS de SALA de MONTJUSTIN chevalier, seigneur de la Chassagne en Bresse et de Combelande, qualifié sieur de Montjustin, rend hommage au duc d’Orléans de la seigneurie de la Chassagne mouvante de la châtellenie de Châtillon le 22 août 1698 ; condamné comme faux noble le 17 juin 1699, reçoit des lettres de confirmation de noblesse datées à Versailles du mois de septembre 1700, confirmées à Paris le 28 octobre 1716 et enregistrées le 22 décembre suivant ; né à Lyon et baptisé posthume le 26 juin 1657 à Saint-Pierre et Saint-Saturnin (parrain Jean de Guillien sieur de Montjustin, marraine Marguerite de Bullioud baronne de Cravin), légitimé par lettres de juin 1659, décédé en 1718, inventaire de ses biens au château de Combelande à Millery, le 25 août 1718. Epouse 1) par contrat du 5 octobre 1689 à Lyon, Marie de COSTART. 2) le 3 mars 1699 en l’église Sainte-Croix de Lyon, avec dispense du 3e degré d’affinité, Anne-Françoise d’ARVILLARS, veuve de Henri LENOIR, seigneur de Lancin, Arandon et Combelande, fille de Zacharie, seigneur de la Roche en Dauphiné, et d’Eléonore de ROSTAING, en présence de Paul de Saconay, capitaine au régiment de cavalerie du Châtelet, Louis-Joseph de Sallemard, seigneur de Ressis et Montfort. Elle teste le 26 janvier 1726 à Lyon (de Foras, not.) puis le 12 juillet 1727 (Varnon, not. Lyon). D’où, du premier lit:

      1. Joseph de GUILLENS de SALA de MONTJUSTIN écuyer, seigneur de la Chassagne, lieutenant au régiment de Vauges (?), né et ondoyé le 24 décembre 1691 à Millery, suppléments de cérémonies de baptême le 27 avril 1692 à Lyon en l’église Saint-Saturnin (parrain Claude Renaud, maître ouvrier de soie, marraine Anne Thomas, femme de Pierre Munier maître de chant, le père signe De Guilliens, la mère Marie de Costart).
      2. Henriette de GUILLENS de SALA de MONTJUSTIN née le 29 septembre 1694 baptisée le 1er octobre à Millery (parrain Henri Le Noir, chevalier, seigneur de Lancin et autres places, marraine Françoise de Reynon, femme de François de Vincent, seigneur de Panette), décédée le 10 décembre 1778 à Lyon, âgée de 84 ans, inhumée le lendemain au cimetière de la paroisse Saint-Pierre-le-Vieux ; épouse François JANIN écuyer, seigneur de Combes, capitaine de dragons.

      3. Il eut une fille naturelle : Marie de MONTJUSTIN inhumée le 23 août 1680 dans le cimetière de Millery, âgée de huit mois.

VII - Henri de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN écuyer, sieur de Montjustin et du Vivier, puis de Pennafort et autres lieux par son mariage, capitaine de 100 hommes d’armes au régiment du prince de Joinville par commission du 6 février 1625, nommé conseiller du roi au parlement de Provence en la charge d’Arnaud de Bermond, oncle de sa femme (lettres de provision données à Paris le 4 octobre 1655, réception en charge le 26 octobre) ; né vers 1605, meurt en charge en mai 1659 et est inhumé le 12 mai en la tombe de sa famille en la chapelle Saint-Jean de Montjustin. Epouse le 6 juin 1632 en l’église de la Madeleine à Aix, et suivant contrat le même jour (Beaufort, notaire), Catherine de BERMOND de PENNAFORT dame de Pennafort, fille de feu Nicolas écuyer d’Aix, seigneur de Pennafort et la Galinière, et de Renée de LAUGIER, en présence de Charles de Visargues, l’épouse est assistée d’Arnaud Bermond, sieur de Pennafort, Esclans et la Galinière, conseiller au parlement de Provence, et de François d’André, sieur de Nibles, docteur en droits, ses oncles. L’époux reçoit en donation de son père une maison et des vignes à Aix, ainsi qu’une bastide à Pierrevert, sous réserve d’une pension viagère de 4.000 livres. Cette donation lui sera confirmée le 10 juillet 1653, et augmentée par la donation que lui fait son père de tous ses biens, à la même réserve, et à la condition qu’il donne, après sa mort, une somme de 60.000 livres à son frère Jérôme de Guilhen, et une somme de 42.600 livres accompagnée d’une pension viagère de 700 livres à Marguerite de Calvisson, dernière épouse de son père. Catherine de Bermond meurt à l’âge d’environ 40 ans et est inhumée le 6 juin 1658 à en la chapelle Saint-Jean de l’église de Montjustin. D’où :

  1. Renée de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN baptisée le 19 mai 1635 à Montjustin (parrain Jean de Guilhen de Sala, sieur de Montjustin, marraine Madame de la Galinière), décédée à l’âge de 86 ans le 29 octobre 1721, inhumée le lendemain en l’église paroissiale de Barbentane ; épouse 1) par contrat du 19 décembre 1655, Louis de CASTELLANE-MAJASTRES, écuyer, seigneur de Majastres, veuf de Blanche de POLIGNY, fils de feu Scipion, seigneur de Majastres et Aurans, et de feue Cassandre de LOMBARD de GOURDON, l’épouse est assistée de Pierre de Valavoire, seigneur de Volx, maréchal des armées du roi, son grand-oncle, et l’époux de Charles de Lombard, seigneur de Gourdon, conseiller au parlement de Provence, son oncle. 2) le 7 novembre 1662 à Saint-Sauveur de Manosque, et suivant contrat du même jour (Michel Gombert, not.), Paul-Antoine de ROMIEU écuyer, seigneur de Lirac, docteur en droit, conseiller du roi lieutenant général au siège et ressort d’Arles, et commissaire des inventaires de la ville et viguerie de Tarascon, veuf de Marguerite de VINCENS de CAUSANS (épousée en 1657), fils de Charles chevalier, seigneur de Lirac en Languedoc, citoyen d’Arles, et de Pierre de GRILLE, l’épouse est assistée d’Arnaud de Guilhen de Salla, son frère, seigneur de Montjustin, Pennafort, Vivier et autres places, de Pierre de Valavoire, seigneur de Volx, Montagut et autres places, maréchal des camps et armées du roi, et de Charles de Damian, seigneur de Vinsargues et Manville. Il meurt à Arles le 16 décembre 1717, âgé de 89 ans, et est inhumé le lendemain aux Cordeliers de la ville.
  2. Arnaud qui suit,
  3. Pierre de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN baptisé le 9 septembre 1637 à Montjustin (parrain Mr de Valavoire, marraine Madame de Villeneuve Grignan).
  4. Ursule de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN baptisée le 16 mai 1644 à Montjustin (parrain Arnaud de Guilhen, marraine Marguerite de Guilhen).
  5. Marquise de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN ondoyée le 6 août 1646, baptisée le 5 novembre 1653 à Montjustin (parrain Arnaud de Guilhen de Sala, sieur du Vivier, marraine Marquise de Valbelle marquise de Cental et vicomtesse de Reillanne).
  6. Catherine de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN entre en procès avec son frère Arnaud au sujet de l’héritage de leur mère, puis fait donation à ce dernier, le 24 décembre 1681, de tous ses biens à la réserve d’une pension de 3.000 livres pour sa dotation spirituelle dans une maison religieuse où elle a l’intention de se consacrer au service de Dieu, elle entre ensuite dans un couvent de la Ciotat « où elle demeura dix à douze ans ; en ayant passé sept avec l’habit de religieuse, & sous le voile blanc » (Boniface, Arrêts notables), son frère ayant cessé de verser sa pension, les religieuses la renvoyèrent à Montjustin où elle fit une seconde donation à son frère, qu’elle voulut révoquer en 1695, mais qui fut validée par la justice ; le 20 décembre 1701, elle laisse ses biens à son neveu Joseph-Elzéar de Guilhen de Salla de Montjustin, seigneur des Crottes, sous réserve d’un capital de 4.000 livres et d’une pension annuelle de 500 livres ; elle a été baptisée le 21 janvier 1653 à Montjustin (parrain Arnaud de Guilhen, marraine Renée de Guilhen).
  7. Henri de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN baptisé le 10 juillet 1654 à Montjustin (parrain Arnaud de Guilhen de Sala, marraine Renée de Guilhen de Sala).
  8. Jean Charles de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN baptisé le 7 novembre 1655 à Montjustin (parrain Charles de Simiane sieur de Vinsargues, marraine demoiselle d’Autric dame du Vivier), inhumé le 20 août 1662.
  9. Ursule de GUILHEN de SALA de MONTJUSTIN baptisée le 28 mars 1658 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Barthélémy Jourdan, marraine Magdeleine Laugier).

VIII - Arnaud de GUILLEN de SALA de RAME dit le marquis de Montjustin, chevalier, seigneur de Montjustin, du Vivier, Pennafort, Baumettes et autres places, baron des Crottes, maintenu noble par jugement de la commission du 12 septembre 1668, condamné comme faux-noble par ordonnance de défaut en 1697, maintenu de nouveau par ordonnance du 9 septembre 1699 ; baptisé le 31 mai 1636 à Montjustin (parrain Arnaud de Pennafort conseiller en la cour du parlement, marraine Magdeleine de Guilhen dame de Saint-Michel), décédé à l’âge de 82 ans le 28 octobre 1718 à Aix, inhumé le lendemain en la paroisse Saint-Sauveur. Epouse 1) par contrat du 19 mai 1654 à Aix (De Citrane notaire), Elisabeth alias Isabeau d’AUTRIC de VINTIMILLE, fille de Claude, écuyer, seigneur des Baumettes et des Crottes, et d’Hélène de RAME. Elle lègue à l’hôpital Saint-Jacques d’Aix 2000 francs par son testament passé le 1er septembre 1687 devant Me Collard, notaire de Grenoble. 2) Maria JOSEPH. D’où, du premier lit :

  1. Charles Joseph Elzéar qui suit,
  2. Françoise-Hélène de GUILLEN de SALA de MONTJUSTIN teste le 30 janvier 1745 à Paris en faveur de ses cousins Romieu (Angot, not.) ; épouse le 2 mai 1690 en la chapelle du second monastère des religieuses de la Miséricorde à Aix, Joseph-François des comtes de VINTIMILLE chevalier, seigneur de Montpezat, capitaine de cavalerie, fils de Charles, écuyer, seigneur de Montpezat, viguier de Moustiers, et d’Anne MERCADIER, en présence de Noé Poitevin, prêtre de Saint-Sauveur, Etienne Fermier ecclésiastique, Etienne Boisset, marchand d’Aix, et Michel Amy, de Fourquevaux.

IX – Joseph de GUILLEN de SALA de MONTJUSTIN chevalier, baron de Montjustin, seigneur des Crottes, terre qu’il vend le 4 octobre 1724 à Lazare de Ravel, vit en 1743 à Avignon, sans alliance.



 

 
contact