Anciennes familles de Provence
     

 

Reinaud de Fonvert


 

 

Famille distinguée d’Aix, assimilée à la noblesse sous le règne de Louis XVI, notamment par l’achat de la terre de Fontvert. Contrairement à ce qui a été écrit, la famille Reinaud de Fonvert n’est pas issue de la robe, mais du négoce. Ceci n’enlève en rien sa notabilité : Jean-Baptiste Reinaud, acquéreur de la terre de Fontvert, au Puy-Sainte-Réparade, ainsi que d’une maison à Aix sur le cours, était un riche négociant, cousin des Bérage marchands de soie à Aix, petit-fils d’André Reynaud (1638-1689) bourgeois de Banon, dont l’oncle Pierre André Reynaud (1602-1675) exerçait l'art de la chirurgie.

Son fils, Alexandre Reinaud de Fonvert (1773-1838), marié à la fille du conseiller Cymon de Beauval, eut plusieurs fils : Amédée de Fonvert (1797-1872) conseiller à la cour d’Aix, botaniste et membre de l’Académie d’Aix, Jules de Fonvert (1804-), père de deux filles, Mmes de Raffélis Soissan et de Boudard, Alexis de Fonvert (1810-1903), président de l’Académie d’Aix, gendre du maire d’Aix Louis d’Estienne du Bourguet, et père d’une fille qui porta le domaine de Fontvert dans la famille de Présolle, Maurice de Fonvert (1813-) installé à Saint-Tropez, père de deux filles, Mmes de Champmorin et de Raphélis Soissan, et enfin Edouard de Fonvert (1816-1890) lieutenant-colonel, officier de la Légion d’Honneur, dont le fils Emile de Fonvert, marié en 1886 à Mlle de Bovis, paraît éteindre le nom.

Le château de Fontvert, situé à la lisière du hameau de Saint-Canadet, possède un beau parc enclos de murs à créneaux et un portail en fer forgé orné de lions sculptés. L’hôtel de Fontvert, qui est également connu sous le nom d’hôtel Guiran de la Brillane, situé 2 rue Littéra à Aix, possède une grande porte du début du XVIIIe siècle, à deux vantaux et imposte sculptés, classée Monuments historiques en 1929.

Armes, selon Rietstap : d'or, à trois croisettes tréflées de gueules, au chef d'azur, chargé de trois étoiles d'or.

 

I - Jean REINAUD ou Reynaud, selon les écritures, épouse Jaumette TESTANIERE d’où :

  1. Pierre André REYNAUD maître chirurgien de Banon, baptisé le 1er avril 1602 en l’églsie de banon (parrain Jean Roman, de Forcalquier, marraine Marguerite Fabre, d’Apt), décédé à l’âge de 73 ans, inhumé le 17 décembre 1675 à Banon ; épouse Jeanne de LA MARTINIERE (peut-être d’Avignon ?) d’où :

    1. Jean REYNAUD baptisé le 11 février 1632 en l’église de Banon (parrain Jean Louis Reynaud son oncle, marraine Magdeleine Besson, du Revest des Brousses).
    2. Pierre REYNAUD né le dernier jour de février 1638 en l’église de Banon (parrain Sauvaire Vial, marraine Françoise Draie).
    3. Guillaume REYNAUD baptisé le 12 août 1647 en l’église de Banon (parrain Jean Dabon, prêtre servant ladite église, marraine Jeanne Reynaud).

  2. Prob. Antoine qui suit,

II - Antoine REYNAUD, bourgeois de Banon, décédé avant 1684, épouse Claire JOANNIS. D’où :

  1. Jeanne REYNAUD baptisée le 3 septembre 1634 en l’église de Banon (parrain Gaspard de Mathieu, marraine Anne Joannis).
  2. André qui suit,
  3. Jeanne REYNAUD baptisée le 17 juillet 1641 en l’église de Banon (parrain Jean Bonafoy, marraine Jeanne Girard).
  4. Claude REYNAUD baptisé le 24 septembre 1644 en l’église de Banon (parrain Claude Romany, de Manosque, marraine dame Marguerite Peiron).

III - André REYNAUD bourgeois de Banon, baptisé le 24 janvier 1638 en l’église de Banon (parrain Pierre André Reynaud, marraine Lucrèce Ripert), décédé à l’âge de 53 ans le 31 mai 1689 à Banon, épouse le 9 juillet 1684 en la cathédrale d’Apt, Anne ARCHIAS fille de feu Claude, marchand d’Apt, trésorier de la communauté de la ville, et de Marie BRUN, présente, en présence de François Rigolet, François Romany, Jean-Benoît Robaud et Antoine Ravel, vicaire de Montsallier. D’où :

  1. Jean Michel REYNAUD baptisé le 1er octobre 1685 en l’église de Banon, né la veille (parrain Jean Benoît Roubaud, de Saint-Vincent, marraine Marie Brun, sa grand mère).
  2. Antoine qui suit,
  3. Anne Marie REYNAUD née le 11 avril 1689 à Banon, baptisée le même jour en l’église paroissiale (parrain Elzias Archias, marraine Anne Roubaud).

IV - Antoine REYNAUD (marchand) à Aix, né le 29 juillet 1687 à Banon, baptisé le même jour en l’église paroissiale (parrain Antoine Ravel, prêtre vicaire de Montsallier, marraine Marguerite Archias, sa tante, d’Apt), décédé avant 1769 ; épouse le 20 mai 1730 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, Elisabeth RAMBOT fille de Jean-Baptiste, et de Magdeleine DESVEUX, de Senas, en présence de Joachim Pin, Joseph Isoard, Etienne Grognard, et Etienne Janety prêtre. D’où :

  1. Alexandre REYNAUD marchand à Aix, né en 1731, épouse le 4 avril 1769 en l’église de la Madeleine, Marguerite Françoise CHAUDOIN âgée d’environ 38 ans, fille de feu Joseph, et de Thérèse FLORENS, consentant, en présence de Jean Gaspard Ravanas, Charles Martin Mille, Pierre Barras et Jean-Baptiste Lantoin, témoins requis, et malgré l’opposition de la mère de l’époux rejetée par sentence du lieutenant général le 16 mars précédent.
  2. Jean-Baptiste qui suit,

V - Jean-Baptiste REINAUD de FONVERT négociant, achète la co-seigneurie de Fonvert de l’archevêque d’Aix Mgr de Boisgelin, dont il reçoit l’investiture, ainsi qu’un hôtel sur le cours à Aix ; épouse le 5 mai 1772 à Meyreuil, Claire BOURLION de la paroisse Saint-Martin de Marseille, résidente à Aix, fille de feu Jean, et de feue Françoise CHEVE, en présence des témoins Lazare Gras, Noé Bourrelly, Jacques Marin, et Jean-Pierre Deloutte. D’où :

VI - Alexandre Jean Baptiste Antoine REINAUD de FONVERT propriétaire à Aix et châtelain de Fontvert au Puy-Sainte-Réparade, né le 8 mars 1773 à Aix, baptisé le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Alexandre Reinaud marchand, marraine Thérèse Monier Rambaud), décédé à Aix en son domicile rue Littéra n°2 le 24 novembre 1838, âgé de 65 ans ; épouse le 11 prairial an IV (1796), Léontine de CYMON de BEAUVAL née le 11 juillet 1776 à Aix, fille de Louis Théodore Xavier (1727-1808) écuyer, sieur de Beauval, conseiller au parlement de Provence, et de Geneviève MARTIN de GERMAIN, présents Jacques Elzéar Cymon 64 ans, oncle de l’épouse. Elle meurt le 4 octobre 1839 au Puy-Sainte-Réparade, âgée de 63 ans. D’où :

  1. Amédée REINAUD de FONVERT magistrat, d’abord juge auditeur à Dole (1820), susbtitut à Montbéliard (1821), juge d’instruction à Tarascon (1823), président du tribunal de Sisteron (1828), puis conseiller à la cour d’appel d’Aix en 1852 et enfin conseiller honoraire, membre de l’Académie d’Aix en 1862, auteur de travaux sur la botanique régionale ; il a laissé, en collaboration avec Achintre, un ouvrage intitulé Catalogue des plantes vasculaires qui croissent naturellement aux environs d’Aix (Aix 1870), né à Aix en 1797, décédé le 30 janvier 1872.
  2. Jules REINAUD de FONVERT employé à la manufacture des tabacs, propriétaire à Valensole, domicilié à Aix rue Littéra n°2, né à Aix le 15 décembre 1804 ; épouse 1) le 10 octobre 1831 à la mairie d’Aix, Alix SAUTERON de SERANON née à Eoulx le 22 février 1810, fille de Jean-François Désiré, propriétaire, présent, et de feue Marie Marguerite Gabrielle Caroline CHAMPOURCIN de SAINT-SILVESTRE, décédée à Eoulx le 17 janvier 1827. Elle décède à Fréjus le 9 juillet 1834. 2) le 15 mars 1840 en la mairie de Cavaillon, Antoinette de RAPHELIS SOISSAN née à Nîmes le 21 avril 1806, fille de Casimir, comte puis marquis de Raphélis Soissan, propriétaire à Cavaillon, et d’Angélique Louise Charlotte NOVY de CAVEYRAC. Elle meurt en son domicile à Aix, âgée de 68 ans, le 8 janvier 1874. D’où :

    1. Du premier mariage : Marie Caroline Léontine Mathilde REINAUD de FONVERT née le 26 juin 1832 à Lyon.

    2. Du second mariage : Alexandre Ernest REINAUD de FONVERT né à Aix le 1er janvier 1841, décédé à l’âge de 17 jours chez sa nourrice le 17 janvier 1841, à Saint-Canadet.
    3. Léontine REINAUD de FONVERT née à Aix le 4 février 1844, épouse le 22 octobre 1870 à la mairie de Valensole, suivant contrat reçu le même jour (Giraud, notaire), le comte Maurice de RAFFELIS SOISSAN propriétaire à Cavaillon, âgé de 20 ans, né le 21 décembre 1849 à Cavaillon, fils de Charles (1813-1851), et de Louise de SEYTRES-CAUMONT (1815-1864). Il meurt le 17 août 1936, âgée de 86 ans.
    4. Louise REINAUD de FONVERT née à Aix le 28 août 1845, épouse le 28 avril 1875 à la mairie d’Aix, et suivant contrat reçu par Me Mille notaire, Alexis MARTIN de BOUDARD propriétaire à Villars (Vaucluse), né à Avignon le 30 décembre 1837, fils de Barthélémy Auguste, ancien chef d’escadron, officier de la Légion d’Honneur, médaillé de Sainte-Hélène, ancien page de l’Empereur, décédé à Villars le 1er janvier 1860, et de feue Marie Marguerite Sabine ODE, décédée le 11 juillet 1865 ; les témoins sont Edouard Reinaud de Fonvert, oncle de l’épouse et beau-frère de l’époux, Adrien Fabre perpecteur à Vauvert (Gard), beau-frère de l’époux, Joseph Théodore Reinaud de Fonvert, oncle de l’épouse, et Maurice de Raffelis-Soissan, beau-frère de l’épouse, l’épouse signe Louise de Fonvert et l’époux Alexis de Boudard.

  3. Mathilde Léontine Geneviève REINAUD de FONVERT née à Aix le 11 avril 1807.
  4. Théodore REINAUD de FONVERT propriétaire, demeurant à Aix, né à Aix le 2 septembre 1808, sans alliance.
  5. Alexis REINAUD de FONVERT propriétaire châtelain de Fontvert, membre de l’Académie d’Aix (1858), puis président de ladite société savante, auteur d’une Carte des circonscriptions diocésaines de la Provence avant 1789, éditée en 1861; né à Aix le 10 août 1810, décédé en 1903, âgé de 93 ans ; épouse le 29 avril 1839 à la mairie d’Aix, Sextia d’ESTIENNE du BOURGUET âgée de 21 ans, née à Aix le 19 mai 1817, fille de feu Louis (1771-1834), ancien officier, maire d’Aix durant toute la Restauration, chevalier des ordres de Saint-Louis et de la Légion d’Honneur, propriétaire, et d’Anne GRANDIN de SALIGNAC. Elle meurt à Aix en 1889, âgée de 74 ans. D’où :

    1. Léontine Marie REINAUD de FONVERT née à Aix le 16 mars 1842.
    2. Mathilde REINAUD de FONVERT héritière de Fonvert, née le 12 septembre 1843 à Aix, épouse le 16 avril 1868 à la mairie d’Aix, Raoul de PRESOLLE, propriétaire, domicilié à Marseille, né à Tarascon le 17 octobre 1840, fils de feu Henri (1782-1857), maire de Tarascon, lieutenant-colonel de cavalerie, chevalier de l’ordre de Saint-Louis, officier de la Légion d’Honneur, et de feue Marie de BARREME de MONTRAVAIL (1809-1861). Il meurt en 1883. D’où une fille mariée à Gaston de Salve-Villedieu.

  6. Maurice REINAUD de FONVERT propriétaire, domicilié à Saint-Tropez, fait rétablir avec ses frères la particule de son nom supprimée pendant la Révolution par jugement du 18 octobre 1858 ; né à Aix le 12 janvier 1813, épouse le 26 septembre 1842 à la mairie de Saint-Tropez, Léontine LIEUTAUD âgée de 22 ans, née le 12 juin 1820 à Saint-Tropez, fille de Victor, juge de paix, membre du Conseil général du Var, et de Sabine MARTIN, présents, les témoins sont François de Barlet, conseiller à la cour d’Aix, Benjamin Allard, propriétaire, Joseph Roque, notaire à Draguignan ; et Jean-Baptiste Maille, notaire à Saint-Tropez. Elle meurt à Aix le 16 avril 1853, âgée de 32 ans. D’où :

    1. Louis Alexandre REINAUD de FONVERT né le 31 août 1843 à Saint-Tropez.
    2. Marie REINAUD de FONVERT née le 19 août 1846 à Saint-Tropez, épouse le 17 février 1873 à la mairie de Gassin (Var), le comte Arthur CHESNON de CHAMPMORIN du JAROSSEY, lieutenant des zouaves en garnison à Alger, chevalier de la Légion d’Honneur (1870), médaille militaire (1862), âgé de 35 ans, né à Mortagne dans le Perche (Orne) le 14 février 1838, fils de Jules (1790-1870), colonel en retraite, commandeur de la Légion d’Honneur et du Medjidié, domicilié à la Flèche, et de Hortense de FREVAL. Promu capitaine en 1874, chef de bataillon d’infanterie en 1885, officier de la Légion d’honneur par décret du 29 décembre 1898, médaille coloniale, il meurt le 24 octobre 1918 à Saint-Tropez, âgé de 80 ans. D’où deux enfants.
    3. Claire REINAUD de FONVERT née le 13 avril 1851 à Saint-Tropez (Var), décédée en janvier 1875, âgée de 18 ans ; épouse le 17 mars 1873 à la mairie de Gassin (Var), le vicomte Charles de RAPHELIS SOISSAN âgé de 21 ans, propriétaire à Cavaillon, né le 4 mars 1852 à Cavaillon, fils du vicomte Charles (1813-1851), et de Louise de SEYTRES-CAUMONT (1815-1864). D’où un fils, mort prématurément sans alliance. Veuf, Charles de Raphélis Soissan se remarie en août 1876 à Gabrielle GERARD de LUBAC (1856-1912), et meurt le 23 décembre 1918 à Marseille, âgé de 66 ans.

  7. Edouard qui suit,

VII - Edouard REINAUD de FONVERT chef de bataillon au premier régiment de voltigeurs de la garde impériale, décoré de la croix de chevalier de la Légion d’Honneur (14 mars 1857) pour ses 25 ans de service effectif et 7 campagnes en Crimée et en Italie, nommé officier (25 juin 1859), né à Aix le 14 octobre 1816, décédé le 16 septembre 1890, âgé de 74 ans ; épouse 1) le 27 janvier 1858 à la mairie d’Aix, Marie-Etiennette DUMONTEIL née à Aix le 5 janvier 1826, fille de feu Jean, ingénieur de la marine en retraite, officier de la Légion d’Honneur, décédé à Toulon le 7 juin 1853, et d’Emilie CAPPEAU, présente, les témoins sont Philippe Louis de Meyronnet baron de Saint-Marc conseiller honoraire à la cour de cassation, commandeur de la Légion d’honneur, cousin issu de germain de l’époux, Ludovic de Boyer de Fonscolombe, capitaine de cavalerie, cousin de l’époux, Charles-Fort comte de Gabrielli de Gubbio, conseiller à la cour impériale d’Aix, oncle de l’épouse, Louis du Pin de Saint-André lieutenant-colonel, officier de la Légion d’Honneur, beau-frère de l’épouse. Elle meurt à Paris le 13 juin 1863, âgée de 36 ans. 2) le 26 septembre 1866 à la mairie de Villars (Vaucluse) et religieusement le lendemain, Athénie MARTIN de BOUDARD âgée de 34 ans, née à Apt le 21 juin 1832, fille de feu Auguste Barthélémy (1789-1860), ancien page de l’Empereur, ancien chef d’escadron de cavalerie, officier de la Légion d’Honneur, décoré de la médaille de Sainte-Hélène, et de feue Marie Marguerite Sabine ODE. D’où, du premier mariage :

  1. Emile qui suit,
  2. Valentine REINAUD de FONVERT née le 16 décembre 1861 à Aix, décédée à l’âge de 5 jours le 21 décembre.

VIII - Emile REINAUD de FONVERT propriétaire à Aix, né à Aix le 25 octobre 1858 ; épouse le 18 octobre 1886 à la mairie d’Avignon, Denise de BOVIS née à Valence le 13 mars 1862, fille d’Henri, conservateur des hypothèques, propriétaire de la Blancherie à la Tour d’Aigue, présent, et de feue Gabrielle d’HILAIRE de JOVYAC, décédée à Bourg-Saint-Andéol (Ardèche) le 12 novembre 1867.


 

 
contact