Anciennes familles de Provence
     

 

Ventre
de la Touloubre


 

 

Famille distinguée du barreau d’Aix, venue de Rognes où elle est connue depuis 1599.

Claude Ventre, né en 1634, est le premier a se tourner vers le droit : procureur du roi à la sénéchaussée d’Aix puis à la cour des Comptes, il est oncle de Gaspard Ventre (v.1666-1750) également procureur à la sénéchaussée, qui sera élu, sur ses vieux jours, à la charge de procureur du pays de Provence. Marié en 1697 à la fille d’un conseiller en la chancellerie, Gaspard est père de Louis Ventre (1706-1767), sieur de la Touloubre, professeur de droit et juriste éminent, nommé en 1734 substitut du procureur général du parlement de Provence. Bien que confondu parfois avec le mystérieux Artefeuil, auteur de l’Histoire héroïque et universelle de la Noblesse de Provence, éditée à Avignon en 1759, Louis Ventre de la Touloubre est essentiellement un jurisconsulte, remarqué pour sa publication des oeuvres de Scipion du Périer (1759), et pour un recueil de jurisprudence féodale (1765). La réédition de son oeuvre fut assurée après sa mort par son fils, Félix Ventre de la Touloubre (1746-1816).

Ce dernier, d’abord avocat, puis littérateur à Paris, fut, à la Révolution, un ardent défenseur de la cause royaliste. Co-fondateur du célèbre journal L’Ami du Roi, il signa, de 1789 à 1793, sous le pseudonyme de Galart de Montjoie, de nombreux pamphlets dénonçant Robespierre et Philippe-Egalité, et ne cessa d’écrire pour la défense du Roi et de la Reine. Condamné à la déportation, exilé en Suisse, il obtint la reconnaissance de Louis XVIII qui le nomme conservateur à la Bibliothèque Mazarine.

Au début du XIXe siècle, la famille Ventre de la Touloubre, fixée à Marseille, donna plusieurs chevaliers de la Légion d’Honneur, officiers militaires ou d’administration, puis partit vivre en Algérie. Elle forme actuellement trois branches installées au Brésil, en Suisse et en Belgique.

*

Les Ventre de la Touloubre possédaient à Aix une maison héritée des Vincens, 34 place des Prêcheurs, qu’ils vendirent à la famille des notaires Brémond en 1785. Le domaine de la Touloubre qui leur a donné leur nom est situé, semble-t-il, à Puyricard.

Armes : d’argent au chevron d’azur accompagné en pointe d’un croissant de gueules, au chef cousu d’or chargé de trois étoiles d’azur. Elles figurent ainsi à l’Armorial général pour Gaspard Ventre, procureur au siège d’Aix. Des armes similaires (mais avec les étoiles de gueules) ont été enregistrées pour Pierre Ventre, bourgeois de Colmars. Cette ressemblance n’implique pas que les deux hommes aient eu une quelconque parenté mais, plus certainement, qu’ils se pensaient avoir une origine commune.

Borricand donne pour armes aux Ventre de la Touloubre : d'azur au chevron d'argent, accompagné en chef de deux étoiles et en pointe d'un lion de même. Poplimont et après lui Rietstap, donnent : d’azur à un pélican d’argent.

 


I - Antoine VENTRE père de :

II - Pascal VENTRE épouse le 9 août 1599 en l’église de Rognes, Marguerite VIDAL fille de Jacques, et de Gilette de LA PIERRE. D’où :

  1. Marguerite VENTRE baptisée le 31 décembre 1600 à Rognes (parrain J. Bouchart, marraine Claude Iscarden).
  2. Joseph qui suit,
  3. Marguerite VENTRE baptisée le 11 mai 1605 en l’église de Rognes (parrain Etienne Lati, notaire royal, marraine Marguerite Varagis).
  4. Louise VENTRE baptisée le 23 mars 1607 en l’église de Rognes (parrain Gaspard Jourdan, marraine Louise Isnard, du Puy Sainte-Réparade), épouse le 5 juin 1628 à Rognes, François ROLAND d’Eguilles, fils de Pierre et de Jaumette BARBIER.

III - Joseph VENTRE (bourgeois) de Rognes, baptisé le 13 mars 1603 en l’église de Rognes (parrain Joseph Peyron, marraine Jeanne Bonet) ; épouse 1) le 17 janvier 1628 en l’église de Venelles, Honorade CLEMENS fille de Jean et de Spérite GOIN. 2) le 2 décembre 1651 en l’église de Lambesc, Jeanne BARRAL veuve de Raymond PAGY, fille d’Etienne et de Suzanne LION. D’où :

  1. Charles qui suit,
  2. Claude VENTRE procureur au siège d’Aix, puis en la cour des Comptes, Aides et Finances de Provence, baptisé le 19 mai 1634 en l’église paroissiale de Rognes (parrain Jean Clémens, marraine Lucrèce Gras), épouse le 28 janvier 1662 en la cathédrale Saint-Sauveur, Jeanne MEILLEUR veuve d’Esprit MARTIN épousé en 1658, habitante d’Aix et native de Salon, fille d’Antoine et de Louise PEYS, en présence des témoins François de Guin et Jean Gazel. D’où :

    1. Thérèse VENTRE née à Aix, baptisée le 2 décembre 1664 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Jacques Bouteille, procureur au siège, marraine Jeanne Cibon), épouse le 13 janvier 1684 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Jean-Louis ALPHERAN, notaire et greffier de l’hôtel d’Aix, trésorier de la viguerie, fils de Claude, notaire et greffier de la ville d’Aix, consul, et de Thérèse COLOMB.
    2. Catherine VENTRE née le 19 novembre 1669 à Aix, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Barthélémy Simon, marraine Catherine de Nicolay).
    3. Anne VENTRE née le 3 juillet 1672 à Aix, baptisée le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Pierre Roux procureur au siège, marraine Thérèse Gras).
    4. Louise VENTRE
    5. Françoise de VENTRE épouse le 21 février 1696 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Joseph BUISSON avocat en la cour du parlement de Provence, fils d’Honoré, avocat audit parlement, et de feue Thérèse SALVATOR, en présence des parents de l’épouse, et des témoins Pons André, prêtre, Claude Alpheran, ancien consulaire, Germain Tornaire, et Me Gaspard Ventre.
    6. Paul VENTRE bourgeois d’Aix, né à Aix, baptisé le 10 avril 1680 à Aix ; épouse le 27 février 1712 en l’église Saint-Jean Baptiste du faubourg, Marianne ROMAN fille de Jean bourgeois, puis secrétaire du roi en la chancellerie de Provence, et de Marguerite BONNET, en présence de Joseph Gueyroard vicaire de Rougier diocèse d’Aix, et d’Antoine Simon procureur au siège, Gaspard Court avocat, Gaspard Ventre bourgeois, Joseph Ignace Arnaud et Claude Alpheran. D’où :

      1. Jean Elzéar Paul VENTRE né le 26 novembre 1712, baptisé le 3 décembre suivant en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Jean Roman, marraine Thérèse Ventre d’Alpheran).
      2. Marguerite VENTRE née le 17 mars 1714 à Aix, baptisée le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Joseph Buisson, avocat en la cour, marraine Marguerite Bonnet).
      3. Charlotte VENTRE décédée à le 21 mai 1749 à Aix, âgée de 23 ans, inhumée le lendemain en l’église de la Madeleine.

  3. Joseph VENTRE baptisé le 21 janvier 1637 en l’église de Rognes (parrain Claude Bonson, marraine Françoise ..rise).
  4. Marie VENTRE baptisée le 23 mars 1639 en l’église de Rognes (parrain Jean Audibert, marraine Catherine Blanc).

IV - Charles VENTRE marchand de Rognes, baptisé le 23 avril 1631 en l’église de Rognes (parrain Jacques Audier, marraine Catherine Roustan) ; épouse le même jour que son père, 2 décembre 1651, en l’église de Lambesc, Louise PAGY ou Page, fille de Raymond, et de Jeanne BARRAL Elle décède avant 1697. D’où :

  1. Jeanne VENTRE baptisée le 4 mars 1653 en l’église de Rognes (parrain Gaspard Cadet, marraine Jeanne Barral).
  2. Jeanne VENTRE baptisée le 31 mars 1654 en l’église de Rognes (parrain Claude Ventre, marraine Jeanne Barral).
  3. Marguerite VENTRE baptisée le 10 avril 1656 en l’église de Rognes (parrain Jean-Baptiste Pagy, marraine Marguerite Puget).
  4. Gaspard qui suit,
  5. Prob. Joseph VENTRE sieur du Plan, capitaine de dragons, résidant à Lambesc, épouse Anne Elisabeth d’HOURT décédée le 30 juillet 1748 à Lambesc ; d’où :

    1. Henriette VENTRE du PLAN née vers 1695, décédée à l‘âge d’environ 75 ans le 28 septembre 1770 à Lambesc ; épouse le 9 juillet 1715 en l’église de Lambesc, suivant contrat passé la veille (Durand, notaire à Lambesc) Jean-François de GAJOT de MONTFLEURY, écuyer, seigneur de Montfleury et du Sallet, maintenu noble en 1706, premier consul de Lambesc en 1735, fils de feu Etienne, écuyer de Lambesc, seigneur de Montfleury, ancien officier au régiment de Provence, et de Magdeleine GEORGE d’OLLIERE de LUMINY.
    2. Joseph VENTRE du PLAN né le 8 juin 1707 à Lambesc, baptisé le 11 (parrain Gaspard Ventre procureur au siège d’Aix, marraine Françoise Roman), décédé le 3 octobre 1714, à l’âge de 7 ans, enseveli le même jour en l’église paroissiale.

V - Gaspard VENTRE de LA TOULOUBRE bourgeois d’Aix, sieur de la Touloubre, procureur du roi au siège de la sénéchaussée d’Aix, nommé assesseur d’Aix et procureur du pays de Provence en 1741, né à Rognes vers 1666, décédé l’âge d’environ 84 ans le 19 avril 1750 à Aix, inhumé le lendemain en la paroisse Saint-Sauveur ; épouse le 18 mars 1697 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, Charlotte de GAZILLE d’Aix, fille de Nicolas, référendaire en la chancellerie de Provence, et d’Antonie de LIEURE, témoins Joseph Buisson avocat en la cour, Paul Ventre, étudiant en philosophie, Benoît Buisson, Joseph Rousset. Elle meurt à l’âge de 70 ans le 6 février 1742 et est inhumée le lendemain en la paroisse Saint-Sauveur. D’où :

  1. Jean-Baptiste VENTRE de LA TOULOUBRE né le 20 juin 1698 à Aix, baptisé le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Claude Ventre, procureur aux comptes, marraine Françoise Gazille, tante maternelle).
  2. Thérèse VENTRE de LA TOULOUBRE née le 9 février 1700 à Aix, baptisée le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Christophe Constans, conseiller du roi référendaire en la chancellerie de Provence, marraine Thérèse Ventre) ; décédée à l’âge de 76 ans le 12 septembre 1776 à Aix, inhumée le lendemain en l’église de la Madeleine, épouse le 30 mai 1718 en la cathédrale d’Aix, François Dominique RICARD conseiller du roi greffier en chef civil en la cour des Comptes, Aides et Finances de Provence, fils de Jean-François, conseiller greffier en ladite cour, présent, et de Marie Thérèse LAUTIER, en présence des parents de l’épouse, et des témoins Dominique Monier, prêtre et directeur du séminaire, Joseph Arnulphy, ecclésiastique, François Bruno Fillastre ecclésiastique, et Honoré Ailhaud greffier en chef de la cour des Comptes.
  3. Jeanne VENTRE de LA TOULOUBRE née le 4 février 1703 à Aix, baptisée le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Pierre Simon avocat en la cour, marraine Jeanne de Meillour), décédée à l’âge de 2 ans et demi, inhumée le 24 novembre 1705 en ladite église.
  4. Françoise VENTRE de LA TOULOUBRE baptisée le 12 décembre 1704 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Louis Pagy viguier de la ville de Lambesc, marraine Françoise Gazille sa tante).
  5. Louis qui suit,
  6. Françoise Gabrielle VENTRE de LA TOULOUBRE née le 17 janvier 1708 à Aix, baptisée le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain François de Pigenat, lieutenant général criminel, marraine Gabrielle d’Icard).
  7. Charles Félix VENTRE de LA TOULOUBRE né le 6 avril 1712 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain noble Charles Félix d’Escalis, baron de Bras, marraine Félicité de Milan de Cornillon), décédé à l’âge de 4 ans, inhumé le 19 avril 1716 en ladite église.

VI - Louis VENTRE de LA TOULOUBRE sieur de la Touloubre, docteur en droit et avocat au parlement de Provence, pourvu de l’office de conseiller du roi substitut du procureur général au parlement par lettres du 8 avril 1734, nommé à la chaire de professeur de droit français à l’université d’Aix suivant lettres patentes données à Versailles le 23 avril 1741 ; jurisconsulte de renom, auteur de recueils de jurisprudence notamment d’un ouvrage sur le droit féodal appliqué en Provence (édité en 1765 puis réédité en deux volumes par son fils en 1773), et d’un ouvrage sur les Actes de notoriété des gens du roi, il est également éditeur des oeuvres de Scipion du Périer en 1759, il signe Ventré La Touloubre, propriétaire de la maison des Vincens sise 34 place des Prêcheurs à Aix ; né le 26 novembre 1706 à Aix, baptisé le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Louis Constans, marraine Thérèse Ventre), décédé le 3 septembre 1767 à Avignon, de retour d’un voyage en Italie, âgé de 60 ans ; épouse le 11 septembre 1729 en l’église de la Madeleine à Aix, Catherine de VINCENS fille de Melchior, avocat en la cour, receveur des décimes, procureur du pays de Provence, et de Madeleine de ROUX, présents et consentants, soeur cadette de Dom Vincens (1702-1769), savant bénédictin, les témoins des mariés sont Antoine Guiran, Joseph Bertrand, Gaspard Rambaud et Claude Alpheran. D’où :

  1. (Marie) Charlotte (Euphrosine) VENTRE de LA TOULOUBRE baptisée le 14 mars 1733 en la cathédrale Saint-Sauveur d'Aix, épouse le 23 avril 1750 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, Joseph BERNE de BOURTHOUMIENNE seigneur de Bourthoumienne, avocat au parlement, président trésorier général de France par provisions du 27 septembre 1752, fils de Joseph, avocat au parlement, ancien consul d’Aix et procureur du pays de Provence, bourgeois d’Orgon, et de Catherine de BERNARD, présente, l’épouse signe Charlotte La Touloubre. D’où postérité.
  2. Pierre Dominique VENTRE de LA TOULOUBRE né le 29 avril 1734 à Aix, baptisé le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Dominique François Ricard, conseiller du roi, greffier en chef à la cour des comptes, marraine Jeanne de Vincens).
  3. Joseph Bruno Benoît Charles VENTRE de LA TOULOUBRE né le 6 octobre 1735 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Joseph Bertrand, marraines Thérèse Ventre de Ricard et Catherine de Vincens).
  4. Louis Thomas Perpétue VENTRE de LA TOULOUBRE né le 7 mars 1737 à Aix, baptisé le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain noble Louis Constans Castellet, marraine Marie Vincens).
  5. Nicolas VENTRE de LA TOULOUBRE né le 19 juin 1738 à Aix, baptisé le même jour en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Nicolas de Galliffet, seigneur du Tholonet et de Monbijou, capitaine de vaisseaux du roi, chevalier de l'ordre militaire Saint-Louis, marraine Madeleine Vincent de Roux).
  6. Jean André VENTRE de LA TOULOUBRE né le 28 septembre 1739 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Jean André Sube, bourgeois, marraine Anne Leblanc).
  7. Sextius Charles VENTRE de LA TOULOUBRE né le 19 baptisé le 21 février 1741 à Aix, en la cathédrale Saint-Sauveur (parrains MM. les consuls et assesseurs d'Aix et procureur du pays, Charles Joseph Bernard, marquis de La Roque, N. Michel de Champourcin, Gaspard François d'Antelmy de La Cépède et Gaspard Ventre, seigneur de La Touloubre, marraine Marie Marthe de Bertet épouse de M. le marquis de La Roque).
  8. Thérèse VENTRE de LA TOULOUBRE née et ondoyée le 11 novembre 1744 à Aix, baptisée le 19 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain François Michel, avocat en la cour, marraine Thérèse Vincent de Castellane), épouse le 4 septembre 1770 en l’église de Rognes, Jean-Baptiste Antoine-Denis GUION avocat en la cour du parlement de Provence, notaire royal à Rognes, âgé d’environ 22 ans, fils de Jean Joseph Nicolas, lieutenant de juge, et de Catherine CHAPUS, de Rognes.
  9. Félix (Christophe Louis) VENTRE de LA TOULOUBRE connu sous le pseudonyme de Galart de Montjoie, parfois comte de la Touloubre, journaliste, homme de lettres et historien, fut d’abord avocat à Aix, puis, rendu à Paris, collaborateur de l’Année littéraire en 1790, il se signala au moment de la Révolution comme l’un des principaux journalistes et pamphlétaires de la cause royaliste, co-fondateur du journal L’Ami du roi (supprimé en août 1792), auteur de nombreux ouvrages dont une Histoire de la conjuration de Louis-Philippe d’Orléans surnommé Egalité (Paris, 1790, 3 vol.), une Histoire de la conjuration de Maximilien Robespierre (Paris, 1796), un Eloge historique et funèbre de Louis XVI (1796), et de quelques romans ; condamné à la déportation, exilé en Suisse, il est nommé, sous l’Empire, professeur à Gand puis à Bourges, pensionné par le roi Louis XVIII en 1815, il termine sa carrière comme conservateur de la bibliothèque Mazarine à Paris ; né le 18 mai 1746 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Christophe Constans du Castellet, marraine Charlotte de Constans Mongé) ; il meurt d’apoplexie le 4 avril 1816 à Paris, âgé de presque 70 ans.
  10. François Joseph qui suit,

VII - François Joseph VENTRE de LA TOULOUBRE président de section au tribunal de première instance de Marseille, puis vice-président honoraire, chevalier de la Légion d’Honneur le 1er octobre 1814 (brevet du 7 avril 1821), retraité à Orgon ; né à Aix le 4 octobre 1751, baptisé le surlendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Joseph Berne de Bourthoumiènes, avocat, marraine Anne-Marthe de Maillane de Benoist), décédé en sa maison de campagne dite de la Chapelle à Orgon le 1er octobre 1823, âgé de presque 72 ans ; épouse le 18 janvier 1796 (28 nivôse an IV) à la maison commune de Lambesc, Jeanne Marthe MASSER née à Aix le 24 mai 1756, fille de Laurent, et d‘Anne BELLIARD ; elle décède en sa maison d’habitation à Orgon le 12 juillet 1843, âgée de 87 ans. Ils ont plusieurs enfants nés hors mariage et reconnus par jugement du 2 septembre 1809 :

  1. Joseph Melchiade Patrice qui suit,
  2. Christine Madeleine Joséphine VENTRE de LA TOULOUBRE épouse (Jean François) Fortuné REGUIS conseiller auditeur en la cour d’Aix (1811), procureur du roi (1815) puis premier président au tribunal de première instance de Marseille, membre du conseil municipal de Marseille, membre et plusieurs fois président de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de cette ville, officier de la Légion d’honneur (1844), né le 1er février 1788 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), fils de Jean-François, et d’Elisabeth BARTHELEMY. Il meurt le 13 septembre 1847, âgé de 59 ans. D’où notamment une fille mariée en 1838 au baron Louis de Samatan.
  3. Anne Joséphine Pierrette VENTRE de LA TOULOUBRE née à Aix le 1er août 1789, baptisée le même jour en l’église du Saint-Esprit (parrain Joseph Claude Gautier, marraine Christine Saint-Etienne Gautier) ; épouse le 3 août 1822 à la mairie d’Orgon, Joseph GOLLIER propriétaire, âgé de 24 ans, né à Orgon, fils de feu Alexandre, propriétaire, décédé à Orgon le 6 janvier 1804, et de Marguerite Elisabeth ROUX, présente et consentante.

VIII - Joseph Melchiade Patrice VENTRE de LA TOULOUBRE lieutenant puis inspecteur des douanes impériales, nommé à Bellegarde (Ain), retraité demeurant à Saint-Raphaël, né à Aix le 8 décembre 1779, baptisé le lendemain en l’église du Saint-Esprit (parrain Claude Joseph Gautier, chirurgien, marraine Jeanne Christine Saint-Etienne Gautier), décédé à Marseille le 13 juillet 1845, âgé de 65 ans ; épouse le 8 août 1810 à la mairie de Marseille, Virginie BELLIARD née à Aix le 27 avril 1787, demeurant depuis son enfance à Marseille, fille de feu Jean, fabricant d’indiennes, décédé le 9 nivose an 11, et de Marie-Anne RICHAUD, domiciliée à Marseille, les témoins sont Denis Belliard, 33 ans épicier à Marseille, Antoine Turcas 46 ans, marchand, Louis Silvestre Béraud, 41 ans, chirurgien, et Louis Garnier, 35 ans, commis, tous de Marseille. Les époux reconnaissent avoir eu deux enfants, Laure et Antoine. D’où :

  1. Laure VENTRE de LA TOULOUBRE née le 13 juin 1808 à Marseille ; épouse le 24 mars 1849 à la mairie de Marseille, Georges LONG propriétaire, veuf avec enfant de Catherine JAYLE, décédée le 31 janvier 1847 à Marseille, né à Marseille le 11 mars 1802, fils de feu Jean-Jacques, propriétaire, et de feue Claire Pierre AUDIBERT.
  2. Jules Marius Antoine VENTRE de LA TOULOUBRE né le 20 février 1810 à Marseille.
  3. Patrice VENTRE de LA TOULOUBRE commissaire de la Marine nationale, entré dans la Marine le 3 mars 1843, commis le 30 décembre 1845, aide-commissaire le 22 septembre 1848, sous-commissaire le 31 octobre 1855, en poste principalement à la Guadeloupe puis en Guyane, chevalier de la Légion d'Honneur le 29 juillet 1863, commissaire adjoint le 6 janvier 1864, nommé officier de la Légion d’honneur par décret du 27 décembre 1872, commandant supérieur à Mayotte en 1871, retraité à Marseille ; né le 5 septembre 1813 à Neumarck en Illyrie (Autriche), décédé le 20 décembre 1892, âgé de 79 ans.
  4. André Joseph Marius Auguste VENTRE de LA TOULOUBRE sous-lieutenant au premier régiment de Spahis au Sénégal, chevalier de la Légion d’honneur par décret du 20 mai 1850 ; né le 26 juin 1816 aux Echelles (Isère), décédé le 21 juin 1893, âgé de 76 ans.
  5. Fortuné qui suit,
  6. Eugène VENTRE de LA TOULOUBRE employé des douanes, né à Sète (Hérault) le 1er septembre 1823, décédé à Marseille le 1er juin 1871, âgé de 48 ans ; épouse le 27 avril 1850 à la mairie de Marseille, Estelle MONVOISIN âgée de 24 ans, née à Mahé (Seychelles) le 11 octobre 1825, demeurant à Marseille avec ses parents, fille de Constant, propriétaire, et de Victoire LE PAON. Elle meurt à Marseille le 7 décembre 1865, à l’âge de 40 ans. D’où :

    1. Paul VENTRE de LA TOULOUBRE chef de bureau à la Compagnie transatlantique, épouse le 8 mars 1898 à Alger, Lucile DAVID âgée de 20 ans, née à Bordeaux le 15 juillet 1877, fille d’Anatole Joseph Antoine, représentant de commerce, et de Roxane Antoinette Félicité FRATINI.
    2. Charles VENTRE de LA TOULOUBRE engagé volontaire en 1869, caporal au 4e régiment d’infanterie de marine ne 21 juin 1870, sergent au 3e chasseurs le 13 décembre 1874, passé dans l’administration en 1879, officier d’administration le 26 février 1894, arrêté d’activité en 1898, nommé chevalier de la Légion d’honneur par décret du 29 décembre 1898 ; né le 14 novembre 1852 à Marseille, décédé centenaire.

  7. Octave VENTRE de LA TOULOUBRE engagé volontaire à 18 ans comme lancier en octobre 1849, brigadier en décembre 1850, puis maréchal des logis, passé au 1er régiment des Spahis du Sénégal en 1856, promu sous-lieutenant au 3e Spahis le 16 mars 1861, chevalier de la Légion d’honneur par décret du 29 décembre 1865 ; né le 6 juillet 1831 au hameau des Girards à Chapareillan (Isère), décédé le 19 octobre 1867 à Souk-Ahras (Algérie), âgé de 36 ans.

IX - Fortuné VENTRE de LA TOULOUBRE contrôleur des douanes à Bône et Oran (Algérie), né à Saint-Amant (Nord) le 30 mai 1820, décédé le 11 novembre 1889 à Alger, âgé de 69 ans ; épouse le 12 juin 1852 à la mairie de Marseille, Zélie MONVOISIN âgée de 23 ans, née à Mahé (Seychelles) le 8 décembre 1828, demeurant à Marseille avec sa mère, fille de feu Constant, négociant, décédé à Marseille le 18 septembre 1851, et de Victoire LE PAON, présente. Elle décède le 20 mars 1860 à Philippeville, âgée de 31 ans. 2) le 2 avril 1862 à Philippeville (Algérie), Ernestine MONVOISIN née le 14 novembre 1829 aux îles Seychelles, domiciliée à Marseille, fille de feu Constant, et de Victoire LEPAON. D’où :

  1. Du premier mariage : Ernest qui suit,

  2. Du second mariage : Marie VENTRE de LA TOULOUBRE née le 15 octobre 1863 à Philippeville (Constantine), épouse le 27 mars 1895 à Bougie (Algérie), Jules CAFFA âgé de 23 ans, né à Marseille le 11 novembre 1871, fils de Jean-Baptiste, agent de compagnie maritime, et de feue Angeline Marie-Thérèse SEMERIA, décédée en 1889. Dont postérité.
  3. N. VENTRE de LA TOULOUBRE né et décédé le 24 décembre 1864 à Philippeville (Algérie).

X - Ernest VENTRE de LA TOULOUBRE chef de gare puis inspecteur aux chemins de fer de l’Est algérien ; né le 9 décembre 1854 à Djidjelli (Constantine), épouse le 24 juin 1882 à Sétif (Algérie), Victorine CHAYNE née le 5 octobre 1862 à Sétif, fille de Bertrand, journalier, décédé le 3 août 1865, et de Joséphine LABAN. D’où :

  1. Zélie Fortunée Joséphine VENTRE de LA TOULOUBRE née le 13 février 1883 à Sétif.
  2. Marie Ernestine Augustine VENTRE de LA TOULOUBRE née le 17 août 1885 à Ménerville (Algérie).
  3. Gaston Ernest Charles VENTRE de LA TOULOUBRE né le 20 décembre 1886 à Sétif.
  4. Alphonse qui suit,
  5. Zélie Fortunée Joséphine VENTRE de LA TOULOUBRE née le 9 mars 1890 à Ménerveille (Algérie), décédée le 1er novembre 1956 à Saint-Germain en Laye, âgée de 66 ans.
  6. Marie Ernestine VENTRE de LA TOULOUBRE née le 28 février 1892 à Sétif.
  7. Raoul VENTRE de LA TOULOUBRE né à Sétif le 29 avril 1894, y décédé le 15 avril 1895, âgé de presque un an. Postérité en Suisse.
  8. Jeanne Eugénie VENTRE de LA TOULOUBRE née le 20 novembre 1895 à Sétif, épouse le 1er décembre 1938 à Constantine, Gaston Cyprien DEMAREZ.
  9. Blanche Louise VENTRE de LA TOULOUBRE née le 28 novembre 1897 à Sétif, épouse le 28 avril 1926 à Constantine (Algérie), Pierre-Antoine Pascal COULOT, âgé de 25 ans, né le 12 mars 1901 à Bône, fils de Joseph, instituteur, et de Thérèse CARCOPINO.
  10. Paul VENTRE de LA TOULOUBRE né le 1er février 1900 à Sétif, décédé le 31 mai 1939 à Neufmoutiers-en-Brie ; épouse le 29 décembre 1923 à Esbly (Seine-et-Marne), Fernande CONSTANTIN. Postérité en Belgique.

XI - Alphonse VENTRE de LA TOULOUBRE né à Sétif le 11 juin 1888, épouse le 1er avril 1933 à Alger, Marguerite Marie BENSI. Postérité au Brésil.

 

 
contact