Anciennes familles de Provence
     

 

de Saint-Père


 

 

Famille venue de Paris où elle vivait, sous Louis XIV, dans un milieu de marchands aisés et de robins. Ayant acquis la charge de payeur des cours souveraines de Provence, elle s’implanta définitivement à Aix dans les dernières années du XVIIe siècle, avant de se fondre en 1763 dans la famille d’Estienne du Bourguet.

L'origine des Saint-Père reste, en l’état de nos connaissances, assez obscure. A-t-elle un lien avec l’ancienne famille de Saint-Père en Berry ? A-t-elle laissé une descendance à Paris, comme le laisse entendre Poplimont (La France héraldique, 1874), au risque de quelque confusion avec des familles homonymes ?

Antoine de Saint-Père, par qui commence la filiation, exerçait l’office de receveur payeur, c’est-à-dire d’agent comptable des magistrats de la cour des Comptes et du parlement d’Aix. Mort prématurément en 1661, il laissait à Paris plusieurs enfants mineurs, et une veuve, Barbe Le Clerc. Celle-ci, s’étant remariée au sieur de La Font de Savine, sénéchal-bailli de Bugey et conseiller du roi en ses conseils, négligea quelque peu les affaires domestiques et l’héritage de ses fils qui, revenus de leur instruction militaire en 1677, lui demandèrent des comptes. Parmi les biens composant la succession de son premier mari, se trouvait la charge de receveur qui avait été investie par la famille de Savine et retourna, non sans difficulté semble-t-il, à François de Saint-Père, l’un des plus jeunes fils d’Antoine. Marié dans la bourgeoisie parisienne, mais installé définitivement à Aix, ce dernier l'exerça durant presque quarante ans. Elle revint ensuite à son fils aîné Joseph de Saint-Père, puis à son fils cadet, Jean-François de Saint-Père (1703-1761), avocat à Aix, qui ne l’exerça que peu de temps. Ce dernier fut père d’une fille, qui épousa le sieur d’Estienne du Bourguet, et mourut en 1814, dernière du nom.

Les armes, enregistrées à l’Armorial général par François de Saint-Père, sont : d’argent au chevron de gueules accompagné de trois croix pattées aussi de gueules, chacune entourée d’un cercle de grains de chapelet du même.

 


I – Antoine de SAINT-PERE conseiller du roi receveur et payeur des gages des officiers des cours souveraines de Provence, décédé en 1661 ; épouse Barbe LE CLERC. Remariée vers 1662-1664 à Victor Amédée de LA FONT de SAVINE, chevalier, seigneur de Saint-Appolinard et autres lieux, sénéchal et bailli de la province de Bugey et Valromey, gouverneur pour le roi de la ville de Belley, conseiller du roi en ses conseils. D’où :

  1. Pierre de SAINT-PERE écuyer, enseigne d’une compagnie franche de Suisses pour le service du roi, accepte la curatelle des affaires de son frère Claude le 14 mai 1672 ; né avant 1644.
  2. Claude de SAINT-PERE écuyer, sieur d’Aiguebelle, gendarme ordinaire des gardes du corps du roi.
  3. Antoine de SAINT-PERE écuyer, seigneur de Chamarante, placé à la mort de son père, avec son frère François, sous tutelle de leur mère et de leur beau-père (14 février 1664), ils sont envoyés tous deux dans une école militaire puis, étant revenus à Paris, auraient appris que depuis quelques années leur mère et le mari de celle-ci « s’estoient absentez aveq un grand désordre dans leurs affaires » notamment une succession diminuée journellement par la multitude des frais, obtiennent des lettres de bénéfices d’âge le 11 août 1677 et sentence d’émancipation le lendemain, précédées d’une sentence du 29 juillet ordonnant l’élection d’un curateur à leurs causes et actions.
  4. François qui suit,

II – François de SAINT-PERE écuyer, conseiller du roi trésorier receveur et payeur des gages des officiers des cours souveraines de Provence, de 1692 à 1729 ; fait enregistrer ses armes à l’Armorial général de Provence, né vers 1660, il meurt à Aix le 22 juillet 1739 et est inhumé le lendemain en la paroisse de la Madeleine, âgé d’environ 80 ans ; épouse avant 1691, Françoise Marie PHILIPPART, fille de François, marchand bourgeois de Paris, et de Marguerite DESTIEUGE. D’où :

  1. Joseph de SAINT-PERE écuyer d’Aix, succède vers 1730 à son père dans la charge de conseiller du roi trésorier receveur et payeur ancien, alternatif et triennal des gages des cours souveraines de Provence, né le 23 mai 1694 à Aix, baptisé le même jour en l’église Saine-Madeleine (parrain Joseph de Séguiran marquis de Bouc, seigneur de Saint-Hilaire, marraine Jeanne de Porcellet dame de Maillane), meurt le 5 mars 1758 à Aix, âgé de 63 ans, est inhumé le lendemain en la paroisse de la Madeleine à Aix.
  2. Honoré Henri de SAINT-PERE baptisé le 3 octobre 1695 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Honoré Henri de Piolenc, avocat général au parlement de Provence, marraine Gabrielle Thérèse de Roux).
  3. Anne Françoise de SAINT-PERE jumelle, baptisée le 6 février 1697 en l’église Sainte-Madeleine (parrain François Pazery, marraine Anne de Bouchaud).
  4. Marie-Anne de SAINT-PERE jumelle, baptisée le 6 février 1697 en l’église Sainte-Madeleine (parrain François Guéric avocat au parlement de Paris, marraine Anne-Marie de Puimichel).
  5. Arnaud de SAINT-PERE né le 6 juillet 1698, ondoyé le même jour à la maison, suppléments de cérémonie le 27 novembre 1698 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Arnaud de Guillens de Sala seigneur de Montjustin, marraine Catherine Bruselle).
  6. Jean de SAINT-PERE écuyer d’Aix, né le 2 août 1699, baptisé le même jour en l’église Saint-Madeleine d’Aix (parrain Jean Andry bourgeois de Paris son beau-frère, marraine Isabeau Martin), décédé à Aix le 12 juin 1782, âgé de 82 ans, inhumé le lendemain dans le cimetière paroissiale de la Madeleine ; épouse le 1er juin 1756 en l’église de la Madeleine à Aix, âgé d’environ 50 ans, Françoise (Marie Cécile) de FERRY âgée d’environ 20 ans, fille de feu Charles, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, ingénieur en chef brigadier des armées du roi (fils et petit-fils d’artisans aixois du nom de Ferry sans particule, distincts de la famille des De Ferry, gentilshommes verriers provençaux), et de Marie Elisabeth de RENAUD d’ALLEIN, présente, les témoins sont Jean Joseph Augustin d’Arbaud seigneur de Jouques, conseiller au parlement, André Billon, bourgeois d’Aix, Louis Joseph François de Capisuchy écuyer, et Joseph Autheman, prêtre. D’où :

    1. Gaspard de SAINT-PERE écuyer d’Aix, officier au régiment du Lyonnais, né le 11 octobre 1757 à Aix, baptisé le lendemain à la Madeleine (parrain Gaspard d’Arbaud ancien officier de marine et chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, marraine Lucrèce Françoise Cécile de Renaud d’Arbaud dame d’Ongles et de Jouques), meurt à l’âge de 25 ans, en 1783.
    2. Pierre Charles de SAINT-PERE né le 6, baptisé le 9 décembre 1758 à la Madeleine (parrain Pierre François de Viens, marraine Jeanne de Ferry).

  7. Marie Françoise de SAINT-PERE née et ondoyée le 6 août 1700 à Aix, baptisée le 26 août suivant en l’église de la Madeleine (parrain Guillaume de Rabasse seigneur de Vergons, conseiller du roi et son procureur général en la cour du parlement, marraine Marie d’Hugues de Saint-Janet), décédée à l’âge de 71 ans le 18 septembre 1771 à Aix, inhumée le lendemain auprès de son mari en l’église des R.P. de la Merci ; épouse le 7 février 1741 en l’église de la Madeleine, Joseph François CONCORDE avocat au parlement de Provence, bourgeois d’Aix, né vers 1700, fils de François, avocat au parlement, sieur de Rousset et Saint-Privat, et de Marguerite de GIBERT sa seconde épouse.
  8. Magdeleine Marthe de SAINT-PERE baptisée le 27 avril 1702 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Michel Daret bourgeois, marraine Marthe Moulin).
  9. Jean-François qui suit,
  10. Marie de SAINT-PERE célibataire, décédée à l’âge d’environ 52 ans le 3 février 1755, inhumée le lendemain en la paroise de la Madeleine.

III – Jean-François de SAINT-PERE écuyer d’Aix, avocat du roi au parlement d’Aix, exerce après son frère aîné la charge de conseiller du roi trésorier receveur et payeur des gages des cours souveraines de Provence ; baptisé le 18 juin 1703 en l’église de la Madeleine à Aix (parrain Jean François de Meaux, écuyer, marraine Anne de Revest de Gras), décédé à l’âge de 58 ans le 18 août 1761 à Aix, inhumé le lendemain en l’église de la Merci, épouse le 19 janvier 1740 en l’église cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, Françoise (Antoinette) AURIOL, alias Lauriol, âgée de 26 ans, fille de Louis, marchand orfèvre, et de feue Magdeleine ROUARD, et petite-fille par son père de Marie Cundier, de la famille des graveurs géomètres aixois. D’où :

  1. Louis François Antoine de SAINT-PERE né le 17 janvier 1741 à Aix, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Louis Auriol orfèvre, marraine Anne Marie-Thérèse Aubert Dupuy).
  2. Jean-Baptiste Esprit de SAINT-PERE né et ondoyé le 30 novembre 1741 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Jean-Baptiste de Saint-Père du Bousquet, marraine Magdeleine Goiran), suppléments de baptême le 1er janvier 1742 à Aix, décédé le 7 novembre 1745 à Aix, inhumé dans l’église de la Merci, âgé de 3 ans et 10 mois.
  3. Louise Thérèse Gabrielle de SAINT-PERE née le 5 mars 1743 à Aix, baptisée le surlendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain haut et puissant seigneur Louis de Thomassin, chevalier, seigneur de Peynier, Taillas et autres lieux, conseiller du roi en ses conseils, président à mortier au parlement de Provence, marraine haute et puissante Sexte Gabrielle d'Aymar de Châteaurenard veuve de Jean Louis Gabriel de Thomassin, chevalier, marquis de Saint-Paul, comte de Reillane, seigneur de Rognac et autres lieux, conseiller du roi en ses conseils, président à mortier au parlement de ce pays), décédée le 17 mars 1814 en son domicile à Aix 8 rue de La Cépède, âgée de 71 ans ; épouse le 2 août 1763 en l’église de la Madeleine à Aix, Jules-Denis d’ESTIENNE du BOURGUET chevalier, seigneur de Bagarris et du Bourguet, né à la Tour d’Aigues le 23 février 1722, décédé à Aix le 7 décembre 1802, fils de Louis, écuyer, seigneur du Bourguet, et de Marie Thérèse de CASTELLANE d’ALUIS, l’épouse est assistée d’Esprit Lauriol, bourgeois, son oncle et tuteur, par sentence du 23 juin précédent, les témoins sont Joseph Jacques de Gaufridy, chevalier seigneur de Saint-Estève, Jean François Aubert, conseiller au siège d’Aix, Jean Antoine de Mayol, écuyer et Louis Pierrugues avocat en la cour.
  4. Esprit Melchior de SAINT-PERE décédé le 24 mars 1749 à Aix, enseveli dans l’église de la Merci, âgé de 3 ans.

 

 

 
contact