Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Bertet
de la Clue


 

 

La famille de Bertet de La Clue, maintenue noble en 1668, appartient à l’ancienne bourgeoisie de la ville de Moustiers. Antoine Bertet y est notaire de 1471 à 1499, puis Jean Bertet, de 1497 à 1505. La filiation commence avec Gaspard Bertet, marchand, qui épouse en 1544 la fille d’Honoré Arbaud, riche drapier à Aups et seigneur de Bresc, et adopte vers cette époque les qualificatifs de la noblesse. Guilhem Bertet, son fils, écuyer, acquiert le domaine de La Clue. Il a trois fils : Pierre, auteur de la branche de Segriès, qui s’éteint avec sa petite-fille, Anne de Bertet, mariée à un bourgeois de Moustiers ; Gaspard, qui fait la branche de La Clue, et Jean de Bertet (1596-1678), prieur de Moustiers, nommé agent général du clergé de France en 1625 et aumônier du roi Louis XIII en 1634.

La branche de La Clue est la plus illustre : Gaspard de Bertet, capitaine d’infanterie en 1625, est père de Guillaume de Bertet (1626-1692), capitaine et viguier de Moustiers, et aïeul de Jean-François de Bertet de La Clue (1658-1724), juge de Moustiers, qui obtient d’être maintenu noble en 1697, non sans difficulté. Ce dernier a quatre fils entrés au service du roi. L’un d’eux, Jean-François de Bertet de La Clue (1696-1764) dit La Clue-Sabran, fera carrière dans la Marine, et quittera le service en 1764 avec le rang de lieutenant général des armées navales, malgré une terrible défaite contre les Anglais à Lagos en 1759. Gaspard-Nicolas de Bertet de La Clue (1732-1815), son neveu, également officier de marine, chef d’escadre en 1784, se retire en 1792 ; resté longtemps célibataire, il épouse à 63 ans la veuve du marquis de Majastres qui décède après quatre ans de mariage, en 1800, sans lui donner d’enfant. Il est le dernier du nom.

Armes : d’or à trois roses de gueules, au chef d’azur chargé d’une étoile du champ. Elles ont été ainsi enregistrées à l’Armorial de Provence par Jean-François de Bertet, sieur de la Clue, juge de Moustiers, et par Gaspard de Bertet de La Clue, prieur de Moustiers, son frère ; elles seront également déposées par Gaspard-Nicolas de Bertet, chef d’escadre, lors de son admission aux Etats généraux d’Aix en 1787.

Jean-François de Bertet, avocat au parlement, avait pris cependant des armes différentes : écartelé au I et IV d’or à un chevron d’azur accompagné de trois roses de gueules au chef de gueules chargé de trois croix ancrées au pied fiché d’argent, au II et III d’argent à une bande d’azur chargée en chef d’une fleur de lys cousue de gueules, brochant sur un lion passant de gueules. Il s’agit, au premier quartier, des armes des Bertet, de Tarascon, famille de savants et lettrés, contemporains de notre avocat (notamment les frères Jean Bertet, jésuite, Théodose Bertet, capucin, et Rostain Bertet, chanoine de Tarascon et grand archidiacre d’Avignon). Cette communauté d’armoirie évoquant une communauté d’origine entre les deux familles, n’a pas été démontrée mais reste très possible.

Deux autres Bertet de Moustiers figurent à l’Armorial : Guillaume de Bertet qualifié « bourgeois » (d’or à la bande d’azur, coupé d’azur au loup passant d’argent), et Marguerite de Thomas, veuve Bertet, aussi « bourgeoise » (d’or au loup passant d’azur, coupé de gueules à la barre d’argent). Il s’agit d’armes de fantaisie, attribuées d’office.

Enfin, la famille Bertet, des notaires et juges de Grambois, portait les mêmes armes que les Bertet de Moustiers. Joseph Bertet, vicaire de Grambois, autre Joseph Bertet, notaire à Grambois, et Guillaume Bertet, juge de Grambois, firent enregistrer leurs armes à l’Armorial général. Là aussi, une communauté d’origine paraît très possible.

 

 

I – Gaspard BERTET marchand de Moustiers, commence à s’intituler noble et écuyer vers 1544, teste le 16 décembre 1552 (Abert, notaire à Moustiers) pour moitié en faveur de sa femme et pour l’autre moitié en faveur de son fils Guillaume; épouse par contrat passé le 14 juin 1544 à Aups, Françoise ARBAUD fille cadette d’Honoré, seigneur de Bresc, ancien marchand drapier d’Aups, et de Marguerite BERNARD dite de CLARE. Elle est veuve à la date du 22 avril 1574, lors de la transaction que, avec son fils Guillaume, elle établit avec ses neveux Marcellin, Guillaume et Antoine Arbaud fils de Melchior, sieur de Bresc, au sujet de la propriété d’une bastide. D’où :

  1. Guillaume qui suit,
  2. Honorade BERTET épouse 1) N. 2) par contrat du 18 février 1591 à Moustiers, Gaspard GROGNARD, docteur en droit, de Puimoisson.
  3. P-ê. Hélione BERTET épouse Balthasar CARBONNEL avocat à Moustiers.
  4. P-ê. Marguerite BERTET épouse vers 1595, Antoine GASSENDI écuyer de Riez, co-seigneur dudit lieu.

II – Guillaume alias Guilhem BERTET qualifié écuyer de Moustiers (sieur de la Clue, arrière-fief acquis de la famille de Pontevès vers 1606 ?), teste le 21 juin 1629 à Moustiers (Carbonel, notaire) ; épouse par contrat du 20 septembre 1573 (Pellissery, notaire audit Moustiers), Melchionne de PERIER. D’où :

  1. Jeanne de BERTET épouse par contrat du 1er janvier 1595 à Moustiers (Pellissery, notaire), Jean ROUX, marchand de Riez, fils de feu Sébastien.
  2. Pierre qui suit,
  3. Gaspard qui a postérité,
  4. Lucrèce de BERTET baptisée le 24 avril 1594 en l’église de Moustiers (parrain Bastian Périer, marraine Lucrèce Guindan), décédée à Aix le 1er avril 1678, à l’âge de 83 ans, inhumée au couvent des Grands Augustins ; épouse par contrat du 10 juin 1612 à Moustiers, Thomas COCULAT, capitaine du lieu de Mareschan ? fils de Blaise, et de Marguerite RAVEL.
  5. Jean de BERTET prêtre, nommé en 1614 prieur commendataire du prieuré de Moustiers, y faisant sa résidence, docteur en droits, protonotaire apostolique, nommé agent général du clergé de France lors de l’assemblée provinciale de l’archevêché d’Aix le 11 mars 1625, reçu en fonctions l’année suivante à Paris ; nommé conseiller et aumônier ordinaire du roi en 1634, il refuse l’évêché de Grasse qui lui est proposé ; seigneur de la Clue, il est déchargé du droit de franc-fief le 30 mars 1657, et fait donation de cette terre et seigneurie à son neveu Guillaume de Bertet le 2 septembre 1657 (Guitton, notaire), résigne son prieuré à son autre neveu Antoine de Bertet en 1670 ; baptisé le 23 juin 1596 en l’église de Moustiers (parrain Jean Abeille prieur de Moustiers, marraine Anne Foyssard), il meurt à Moustiers le 11 novembre 1678, âgé de 82 ans.

III - Pierre de BERTET écuyer, seigneur de la Clue pour lequel il rend hommage le 1er février 1634, élu consul de Moustiers en 1631, nommé lieutenant du gouverneur de la ville par ordre du comte d’Alais le 7 août 1649 ; épouse par contrat du 11 avril 1606 à Moustiers (Claude Carbonel, notaire), Marguerite de SABRAN d’AIGUINES, fille de feu Claude, écuyer, seigneur d’Aiguines et de Chantereine, et de feue Sybille de CASTELLANE SALERNES. D’où :

  1. Anne de BERTET ensevelie le 6 septembre 1662 en la chapelle de Saint-Sébastien en l’église de Moustiers ; épouse par contrat du 1er avril 1639 à Moustiers, noble Antoine de PERIER seigneur de Lert et d’Argens, fils d’Antoine, son parent. Il meurt quelques jours après sa femme et est inhumé auprès d’elle le 17 septembre 1662.
  2. Guillaume qui suit,
  3. Prob. Claude de BERTET avocat au parlement de Provence, sieur de Segriès, juge pour le roi de la ville de Moustiers, décédé le 7 avril 1671 à Moustiers, inhumé le lendemain en la chapelle Saint-Joseph de l’église paroissiale, en présence d’Antoine de Bertet, prieur de Moustiers, et de Guillaume de Bertet sieur de Segriès ; épouse Jeanne de FERRY ; elle teste à Moustiers le 26 janvier 1665. D’où :

    1. Joseph de BERTET ondoyé le 10 août 1658, suppléments de cérémonie le 22 janvier 1659 en l’église de Moustiers (parrain Antoine Tholosan prêtre, marraine Marguerite de Sabran).
    2. François de BERTET baptisé le 27 novembre 1659 en l’église de Moustiers (parrain Guillaume de Bertet sieur de Segriès, marraine Claire de Lévesque femme de Frédéric de Périer), décédé à l’âge de deux ans, inhumé le 6 novembre 1661 en la chapelle du Saint-Rosaire à Moustiers.

IV - Guillaume de BERTET écuyer de Moustiers, sieur de Segriès, maintenu noble par jugement de la commission du 26 mai 1668, décédé à l’âge d’environ 80 ans, à Moustiers, et inhumé en la chapelle Saint-Joseph le 6 mai 1700 ; épouse par contrat du 15 août 1656 à Moustiers (Carbonnel, notaire), Anne de SABRAN, sa cousine germaine, fille de Marc-Antoine, seigneur de Saleperrine, et de Françoise de DEMANDOLX. D’où :

  1. Françoise dite Françon de BERTET célibataire, née vers 1657, décédée à l’âge d’environ 44 ans et ensevelie en la chapelle Saint-Joseph le 27 septembre 1701.
  2. Marc-Antoine de BERTET baptisée le 5 novembre 1658 en l’église de Moustiers (parrain Marc Antoine de Sabran, marraine Marguerite de Sabran), décédé à l’âge de presque deux ans, enterré le 7 octobre 1660 en l’église de Moustiers.
  3. Marguerite de BERTET baptisée le 26 mai 1660 en l’église de Moustiers (parrain Jean de Sabran chevalier religieux de l’ordre de Malte, marraine Marguerite d’Arbaud).
  4. Anne de BERTET de SEGRIES baptisée le 30 janvier 1662 en l’église de Moustiers (parrain Antoine de Sabran chevalier de Malte, marraine Anne de Bertet), épouse le 28 juillet 1681 à Moustiers, André ROBION bourgeois de Moustiers, âgé de 34 ans, fils de feu Jean, et de feue Marguerite MARCEL. Il meurt le 19 septembre 1707 et est inhumé au-dessous de la chapelle Saint-Eloy en l’église de Moustiers. D’où postérité, notamment dans la famille de Suffret, à Fréjus.
  5. Gaspard de BERTET baptisé le 10 février 1664 en l’église de Moustiers (parrain noble Gaspard de Bertet écuyer, marraine Jeanne de Ferry jugesse), décédé le 18 septembre 1702 à Moustiers, âgé de 38 ans, inhumé en la chapelle Saint-Joseph.
  6. François de BERTET baptisé le 25 juillet 1666 en l’église de Moustiers (parrain Claude de Bertet juge royal de Moustiers, marraine Isabeau de Sabran).
 
contact