Anciennes familles de Provence
     

 

Chantre


 

 

Famille de marchands aixois qui fit fortune avec son auteur, Laurent Chantre, « habile et riche teinturier, comme l’étaient ses pères », selon l’historien Roux-Alphéran qui avait connu dans sa jeunesse ses derniers descendants. Fils du teinturier Jacques Chantre, et marié en 1601, Laurent Chantre fut père de François, et ayeul d’Hercule Chantre, tous marchands teinturiers.

Jean Chantre (1675-1759), fils d’Hercule, après avoir acquis une charge de conseiller au siège d’Aix, fut reçu en 1701 en celle de juge-garde de la Monnaie d’Aix ; marié en 1705 à une demoiselle Rémusat, de Marseille, il en eut plusieurs fils : l’aîné, Pierre Chantre (1709-1786), acquit une charge de trésorier général de France, et resta célibataire ; Pierre-Jacques, né en 1716, reprit la charge exercée par son père, fut aussi célibataire ; trois autres furent militaires : l’un mourut jeune durant les Guerres d’Italie, un autre entra au régiment Royal Comtois en 1744 et le dernier, Jean, fit carrière dans les gardes du corps du roi.

Roux-Alpheran, qui dit avoir connu ce dernier, écrit qu’il se « plaisait tant à nous raconter, au moins deux ou trois fois par semaine, les prodiges de valeur que la maison du roi, dont il faisait partie, avait faits à la mémorable bataille de Fontenoi. »

Mais, si ce témoignage de l’auteur des Rues d’Aix n’a guère plus de valeur aujourd’hui que sur le plan de l’anecdote, il prend un intérêt tout autre, sur le plan généalogique, par le fait qu’il dit avoir connu les trois frères Chantre « morts dans un âge avancé sans avoir été mariés », laissant conclure à l’extinction de la famille.

L’énigme de Valentin Chantre et du Royal-Comtois

L’histoire de la famille Chantre, à ce stade, relève d’une énigme généalogique comme on en rencontre rarement, et qui captive immédiatement ; et nous remercions vivement M. Serge Vasseur, descendant des Chantre, qui nous permet obligeamment de synthétiser ici le fruit de ses recherches.

Le 1er mai 1757, à Genève, se mariait le sieur Valentin Chantre, ancien militaire, avec Jeanne Rambosson. Le couple eut treize enfants, dont plusieurs fils, qui participeront avec leur père à la révolution génevoise, et feront souche en Suisse. Dans l’acte de mariage, l’époux est dit originaire d’Orange, fils de Claude. Mais les recherches entreprises dans le Vaucluse, restées vaines, ont permis d’apprendre que la ville d’Orange était un point de rassemblement de protestants vers la Suisse, changeant souvent leur nom, prénom et profession, afin d’éviter les recherches. Selon le témoignage oral et écrit d’un descendant, retrouvé plus tard, Valentin Chantre était capitaine dans un régiment français : le Royal-Comtois.

Le dossier militaire, conservé aux Archives de Vincennes, de Jacques-Marc Chantre, né à Aix en 1720, indique son incorporation au régiment le 28 mars 1744, nommé capitaine en second deux ans plus tard, il quitte le Royal-Comtois le 1er août 1755 sans motif apparent. Il ne laisse plus de trace ensuite. Or, nous savons qu’à la même époque, Louis XV avait signifié, par édit royal, sa volonté de ne plus avoir de gradés de religion protestante dans ses armées. La solution était donc simple : se convertir ou partir.

En l’état actuel des recherches, tout porte à croire donc que ce fut cette dernière solution qui fut adoptée par le 'quatrième' frère Chantre, non mentionné par Roux-Alphéran.


*

Armes : d’azur à un coq crété et barbé d’argent, ayant la patte senestre appuyée sur une motte de même, au chef cousu de gueules chargé d’un croissant d’or, accosté de deux étoiles de même.

 


I - Jacques CHANTRE marchand teinturier d’Aix, décédé avant 1601, épouse Hélione alias Aliénor GENEZY ou Genies; d’où :

  1. Jeanne CHANTRE baptisée le 5 janvier 1572 en l’église de la Madeleine à Aix (parrain Jean Perrinet, marraine Catherine Rouière).
  2. Laurent qui suit,

II - Laurent CHANTRE riche marchand teinturier d’Aix, épouse par contrat du 4 novembre 1601 à Aix, et le 18 en l’église de la Madeleine, Magdeleine GROS fille d’Antoine, hostelier du Cheval Blanc à Aix, et de Louise PAULE ; en présence de Jacques Sibon et Louis Villet témoins, soeur d’Antoine Gros. L'épouse est assistée lors du contrat de ses parents et de son frère André Gros ; le père constitue en dot à sa fille, en plus du trousseau, une somme de 200 écus sols de 60 sous pièce, dont 80 payés au moment du contrat, il est promis également à la future épouse un cotillon d'escarlatin, un aubergeron de taffetas, une chaîne, pendant de boucle et clavier d'argent, payés par les parties et remises le jour des épousailles, l'époux fait donation à l'épouse de 40 écus de 60 pièces, et l'épouse à son époux de 20 écus, les procureurs choisis par les époux sont, pour Laurent Chantre, Christophe Peyroncel, et pour l'épouse Mre Jean Albe procureur au siège d'Aix, le contrat est passé à Aix dans la salle du logis où pend pour enseigne le Cheval Blanc, où habite le sieur Gros, en présence de Pierre Coquilhat procureur en la cour des Comptes, Jean Antoine Dounin, Christophe Marguerit greffier, Claude Eyssautier aussi greffier d'Aix, et Aimé Gentil tondeur de draps à Aix, témoins requis.

Signature de Laurent Chantre
à son contrat de mariage en 1576.

D’où :

  1. Jeanne CHANTRE épouse suivant contrat passé le 4 septembre 1622 à Aix, Jean MARGUERIT marchand d’Aix, décédé avant 1638, fils d’Antoine marchand drapier, et d’Anne MARTIN sa seconde épouse.
  2. Jean CHANTRE marchand teinturier d’Aix, épouse par contrat du 25 février 1628 à Aix, Catherine SIMIAN d’où :

    1. Anne CHANTRE épouse le 24 avril 1652 à la Madeleine d’Aix, Laurent d’ADAOUST conseiller secrétaire du roi grand audiencier en la chancellerie de Provence (1654), honoraire (1699), fils de Barthélémy, praticien de Jouques, bourgeois et consul de Bouc, et de Scielle GAZEL.

  3. Antoine CHANTRE marchand drapier à Aix, baptisé le 12 décembre 1608 en l’église Sainte-Madeleine, épouse le même jour que sa soeur, 11 novembre 1640 à la Madeleine, Marguerite EYSSAUTIER soeur de Louis, fille de Mathieu, marchand drapier, et de Marguerite de LEGRIN.
  4. Louise CHANTRE inhumée le 17 décembre 1681 aux Grands Carmes d’Aix, épouse le 9 janvier 1634 en l’église de la Madeleine et suivant contrat le 15 suivant, Pierre SIMIAN bourgeois d’Aix, fils de feu Mathieu et de Marguerite GAZEL, en présence de Claude Margaillan apothicaire, et Claude Boyer marchand.
  5. François qui suit,
  6. Marquise CHANTRE épouse le 11 novembre 1640 en l’église Sainte-Madeleine, Louis EYSSAUTIER, marchand bourgeois d'Aix, âgé de 37 ans, né en 1613 à Aix, fils de Mathieu, marchand drapier d’Aix, et de Marguerite de LEGRIN.

III - François CHANTRE maître teinturier, épouse le 5 janvier 1641 en l’église Notre-Dame des Accoules à Marseille, Louise PLEZENT de Marseille, fille d’Hercule et d’Anne CAZE. D’où :

  1. Hercule qui suit,
  2. Magdeleine de CHANTRE née vers 1655 épouse 1) le 29 décembre 1675 à la Madeleine d’Aix, Denis BERNARD, originaire de Bonnieux, âgé d’environ 25 ans, fils de Joachim, et de Ne GIRARD, en présence de Jacques Laugier bénéficier de Saint-Sauveur, Joseph Artaud et Nicolas Roustan. 2) le 12 juillet 1682 en l’église Sainte-Madeleine, Pierre GENIN habitant d’Aix, fils de feu Jean et de Magdeleine de LA TOUR.

IV – Hercule CHANTRE maître teinturier à Aix, né vers 1644, décédé avant 1705 ; épouse le 16 octobre 1670 à Saint-Sauveur, Jeanne de MARGUERIT âgée de 22 ans, fille de Mathieu, marchand tanneur, et de Catherine GRANGE, en présence d’Antoine Chantre marchand drapier, oncle, Antoine Ailhaud tanneur, oncle maternel de l’épouse, Jean-Baptiste Marguerit, frère de l’épouse. D’où :

  1. Laurent CHANTRE né le 6 janvier 1672 baptisé le même jour à la Madeleine, inhumé le 22 août suivant au couvent des Grands Carmes.
  2. Laurent CHANTRE baptisé le 6 juillet 1673 à la Madeleine d’Aix (parrain Mathieu Marguerit, marraine Marguerite Eyssautier).
  3. Jean qui suit,
  4. Anne CHANTRE inhumée le 24 juillet 1682 au couvent des Grands Carmes en la chapelle Sainte-Barbe.
  5. Antoine CHANTRE baptisé le 16 novembre 1686 à la Madeleine d’Aix, né la veille (parrain Jean Chantre, marraine Isabeau Adaoust).

V - Jean CHANTRE conseiller du roi au siège sénéchal, reçu en 1701 en la charge de conseiller du roi juge-garde de la Monnaie d’Aix, baptisé le 30 avril 1675 à la Madeleine d’Aix né le même jour (parrain Jean Chantre, marraine Claude Saurat), décédé le 21 juin 1759 à Aix et inhumé aux Carmes, épouse le 14 mai 1705 en l’église Notre-Dame des Accoules à Marseille, Anne de REMUSAT âgée d’environ 17 ans, fille de feu Simon et de feue Anne GANTEAUME, en présence de Clément Ganteaume curateur de l’épouse, de Me Esmenard conseiller au siège de Marseille, Jean-Baptiste Ganteaume, François Ravel avocat en la cour et Jean-Baptiste Marguerit bourgeois. Elle meurt le 22 juillet 1759. D’où :

  1. Laurent CHANTRE né le 14 septembre 1707 baptisé le même jour à la Madeleine d’Aix (parrain Laurent Chantre, marraine Louise Remusat).
  2. Pierre qui suit,
  3. Jean-Baptiste CHANTRE né le 26 mars 1711 baptisé le 28 en l’église de la Madeleine (parrain Jean Baptiste Gantelme, marraine Magdeleine Chantre).
  4. Marc CHANTRE né le 24 juillet 1712 baptisé le 27 en l’église de la Madeleine (parrain Marc du Pignet directeur de la Monnaie, marraine Jeanne Ravel de Pazery).
  5. Mathieu CHANTRE capitaine au régiment d’Aunis, né le 22 baptisé le 23 septembre 1714 en l’église de la Madeleine (parrain Mathieu Remusat, marraine Anne Cabassol), mort aux guerres d’Italie en 1734.
  6. Pierre-Jacques CHANTRE conseiller du roi juge-garde de la Monnaie d’Aix, vivant en 1780, né le 1er août 1716 baptisé le même jour à la Madeleine (parrain Jacques de Violaine, marraine Thérèse Chantre).
  7. Jeanne Marthe CHANTRE née le 5 juillet 1718 baptisée le lendemain à la Madeleine d’Aix (parrain Henri Gautier trésorier de Provence, marraine Jeanne Constans).
  8. Jacques Marc CHANTRE entre le 28 mars 1744 au régiment Royal Comtois, capitaine en second en 1746, quitte son régiment le 1er août 1755 et se réfugie à Genève où, sous le nom de Valentin Chantre, il se marie et laisse postérité; né le 24 avril 1720 en l’église de la Madeleine (parrain Jacques Héraud écuyer secrétaire du roi audiencier en la chancellerie, marraine Thérèse Charbonnier du Pignet).
  9. Barthélémy CHANTRE né le 15 février 1722 baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Barthélémy Adaoust ancien conseiller du roi et son avocat au bureau des Finances, marraine Anne Thabot épouse du lieutenant Bourges).
  10. Catherine CHANTRE née le 24 janvier 1724 baptisée le même jour à la Madeleine (parrain Joseph Rostagny conseiller du roi juge garde de la Monnaie d’Aix, marraine Catherine Imbert).
  11. Catherine CHANTRE née le 7 mars 1727 baptisée le lendemain à la Madeleine (parrain Honoré Boyer seigneur de Fonscolombe, marraine Catherine Gros de Gautier).
  12. Jean (Joseph Thérèse) CHANTRE garde du corps du roi Louis XV dans la compagnie de Luxembourg, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, retraité le 25 décembre 1777 ; né le 9 avril 1729 suppléments de baptême le 29 du même mois à la Madeleine (parrain Jean Joseph de Pellas chevalier de l’ordre du roi seigneur de Maillane général des Monnaies de Provence, marraine Thérèse Charbonnier).

VI – Pierre CHANTRE trésorier général de France en la généralité de Provence, reçu le 15 octobre 1734 en l’office d’Antoine Constans, résilie sa charge en 1758; né à Aix et baptisé le 7 juillet 1709 en l’église de la Madeleine (parrain Pierre d’André écuyer, marraine Thérèse Chantre), inhumé le 28 décembre 1786 au cimetière de la Madeleine. Sans alliance.

 

 
contact