Anciennes familles de Provence
   

 

descendance d'Henry Croze-Magnan


 

IV - Henry CROZE MAGNAN bourgeois (fils d’André bourgeois de Forcalquier, et de Catherine Mauroux), épouse Jeanne GIRARD fille de Jean, notaire de Châteauneuf-Miravail. Elle meurt le 27 juillet 1687 âgée d’environ 32 ans, et est inhumée le lendemain au cimetière de Redortiers, d’où :

V - Célestin CROZE MAGNAN installé à Marseille, baptisé à Redortiers le 15 juin 1687 (parrain Célestin Peyron, marraine Elisabeth Peyron), décédé avant 1747 inhumé en la paroisse Saint-Martin de Marseille, épouse à l’âge de 22 ans le 17 octobre 1709 à Saint-Martin de Marseille, Jeanne Rose ALISCANDRE (alias Alexandre) fille de feu Roland et de Claire MONIER. D’où :

  1. Pierre qui suit,
  2. Simon Pierre CROZE MAGNAN négociant à Marseille, premier échevin, conseiller du roi lieutenant de police, épouse à l’âge d’environ 30 ans, le 7 janvier 1748 en l’église Saint-Martin de Marseille, Hélène Désirée BONNET, âgée d’environ 22 ans, fille de feu Claude et de Jeanne Rose VARSY, d’où :

    1. Jeanne Désirée CROZE MAGNAN épouse en 1772, son cousin Simon Célestin CROZE MAGNAN.

VI - Pierre CROZE MAGNAN négociant marseillais, décédé en 1772, épouse à l’âge d’environ 33 ans le 18 juillet 1747 à Saint-Martin de Marseille, Rose Renée ROUX âgée de 20 ans, fille de Gaspard Michel, et de Suzanne GAY, en présence des parents de l’épouse, de la mère de l’époux, et des témoins Augustin Blanc négociant, Joseph Ange Giraud négociant, Antoine Revel courtier royal, et Joseph Revest négociant. D’où :

  1. Simon Célestin qui suit,
  2. Augustin Gaspard CROZE MAGNAN négociant et propriétaire, né vers 1751 à Marseille, décédé après 1809.
  3. Rosalie CROZE MAGNAN épouse le 19 juin 1787 en l’église Saint-Martin de Marseille, Charles MAGNE négociant, fils de feu Pierre Henri, bourgeois, et de Catherine MOUTON, natif d’Aix résidant à Marseille depuis quinze ans, en présense d’Augustin Croze-Magnan frère de l’épouse, Justinien Samary avocat au parlement, ancien premier secrétaire du ministre du roi, Paul Sené marchand orfèvre et Antoine Mouton, oncles maternels de l’épouse qui signe Rosalie Croze Magnan.
  4. Antoinette CROZE MAGNAN épouse le 8 avril 1788 en l’église Saint-Martin de Marseille, avec dispense du 4e degré de parenté obtenue le 2 avril précédent, François Joseph CROZE MAGNAN négociant résidant à Marseille depuis 6 mois et auparavant à Seide en Syrie, originaire de Mane, veuf de Marie Louise BERTRAND, fils de Marius, et de Thérèse BICAIS, en présence des sieurs Augustin Gaspard Croze-Magnan, Jean-Baptiste Croze-Magnan, Antoine Allègre, et Honoré Gallet négociants.
  5. Anne Rose CROZE MAGNAN née vers novembre 1756 à Marseille, épouse à l’âge de 42 ans, le 8 juin 1799 en la mairie de Marseille nord, et en l’église Saint-Laurent le 5 novembre suivant, Etienne Anne Benjamin THOMASSON cultivateur, âgé de 32 ans, fils de feu Claude Marie, propriétaire, et d’Anne Marguerite LEFEVRE, natif de Marseille et domicilié au quartier de la Pallu, en présence d’Augustin Croze-Magnan frère de l’épouse.

VII - Simon Célestin CROZE MAGNAN homme de lettres, ancien élève du collège de Belzunce, négociant à Marseille puis à Paris en 1776 à Paris, où il est nommé directeur des Eaux de la ville, revenu à Marseille sous la Révolution, nommé conservateur du musée en 1794, bibliothécaire de la ville, membre titulaire de l’Académie de Marseille (août 1809), dont il devient le secrétaire perpétuel pour la section histoire et littérature (1817), né le 11 avril 1750 à Marseille, décédé de maladie, à l’âge de 68 ans, le 11 août 1818, a laissé plusieurs ouvrages sur les arts et l’histoire de l’art (Eléments de perspective, le Musée Français – les deux premiers volumes), et quelques manuscrits consacrés à l’horticulture. (cf. notice nécrologique sur M. Croze-Magnan par M. Lautard in Histoire de l’Académie de Marseille vol.3, 1843). Epouse à l’âge de 22 ans, le 4 août 1772 en l’église Notre-Dame du Mont à Marseille, avec dispense de parenté du 2e degré expédiée le 17 juin précédent, Jeanne Désirée CROZE MAGNAN sa cousine germaine, fille de Simon Pierre, premier échevin de Marseille, conseiller du roi et lieutenant général de police, et d’Elisabeth Désirée BONNET, bénédiction donnée par le P. Angélique Varsy, prêtre grand carme, oncle maternel de l’épouse, en présence des témoins Joseph Laurent Brémond négociant, Simon Pillavoine capitaine de vaisseau marchand, Augustin Mouton, négociant, et Joseph Bonnet capitaine de vaisseau marchand. Elle meurt peu après sans postérité.

 

 
contact