Anciennes familles de Provence
   

 

(de) Trets


 

 

Deux familles de ce nom ont habité la ville d’Aix. La première issue de Bertrand de Trets, marchand néophyte, qui testa en 1546, a fourni plusieurs avocats au parlement de Provence et s’est établie par suite d’une alliance en 1627, en la ville de Lançon. Claire de Trets, qui semble la dernière de cette famille, épousa à l’âge de 50 ans environ, le capitaine Jean-Baptiste de Paul de Lamanon, chevalier de Saint-Louis, domicilié à Mallemort.

La seconde, dont il est question ici, est originaire de Grasse, d’où Jean-Joseph de Trets bourgeois, vint se marier à Aix en 1529. Son petit-fils, reçu avocat au parlement de Provence, élit sa sépulture au couvent des religieux Observantins à Aix ; marié en 1612 à une fille d’un apothicaire de Marseille, il en eut un fils, Charles de Trets (1616-1681), reçu conseiller au parlement en 1647, père à son tour de deux conseillers, Joseph de Trets (1652-1692) et Antoine de Trets (1655-1702), décédés sans postérité, et d’une fille, épouse du président aux Comptes Pierre de Gueydan.

Antoine de Trets, conseiller du roi, avait pour armes : d’azur à la feuille de trèfle d’or accompagnée de trois étoiles du même. Le trèfle est probablement celui des armes de la ville et baronnie de Trets.

 

 

I – Barthélémy de TRETS décédé avant 1529, épouse Alayone ARBAUD d’où :

II – Jean Joseph de TRETS bourgeois d’Aix, originaire de Grasse, épouse par contrat du 13 juin 1529 à Aix, Rose FERAUD fille de Pierre et d’Elisabeth PERRIN, d’où :

III - Jacques de TRETS bourgeois d’Aix, épouse par contrat du 30 décembre 1569 à Aix, Marie BLANC fille de François, et de Silvie PELLEGRIN, d’où :

IV - Pierre de TRETS avocat au parlement de Provence, inhumé le 30 janvier 1642 en la chapelle de Notre-Dame de Grâce du couvent des Observantins à Aix, épouse par contrat passé à Aix le 1er janvier 1612 (Boyer, notaire), Françoise du PORT, de la ville de Marseille, fille d’Antoine, maître apothicaire à Marseille, et d’Angélique de THIBAUD, d’où :

  1. Jean de TRETS baptisé en janvier 1611 à Saint-Sauveur (parrain Jean Solleri, marraine Elisabeth de Lyre), inhumé le 22 décembre 1631 aux Observantins.
  2. Charles qui suit,
  3. Jeanne de TRETS inhumée le 12 juin 1629 aux Observantins.

V - Charles de TRETS docteur en droit et avocat au parlement de Provence, nommé en l’un des 32 offices de conseillers du roi audit parlement récemment créés, par lettres datées de Paris le 31 décembre 1647, devient ensuite conseiller honoraire, est l'auteur d’un livre de raison; baptisé le 24 septembre 1616 à Saint-Sauveur (parrain Charles César de Castellane, marraine Françoise de Fabry), décédé à l’âge de 64 ans et inhumé le 23 mai 1681 au couvent des Observantins d’Aix, épouse le 9 septembre 1645 à Saint-Sauveur, et suivant contrat du 8 octobre suivant (Jacques Isoard, notaire à Aix), Louise de LIEUTAUD d’Aix, fille d’Etienne, bourgeois d’Aix, présent, et de Louise de COURDURIER, d’Arles, en présence des parents de l’époux, et des témoins : Claude Prévost et Jacques Pioule, d’Aix, et Raymond Etienne. Elle est inhumée le 16 décembre 1697 aux Observantins. D’où :

  1. Gabrielle de TRETS baptisée le 2 décembre 1651 en l’église cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Antoine Lieutaud conseiller du roi trésorier de France, marraine Louise de Cordurier).
  2. Joseph qui suit,
  3. Thérèse de TRETS baptisée le 9 janvier 1654 à Saint-Sauveur, inhumée le 25 août 1655 aux Observantins.
  4. Antoine de TRETS écuyer d’Aix, conseiller du roi en la cour du parlement, reçu le 23 juin 1693 en la charge de Joseph son frère, conseiller secrétaire en la grande chancellerie de Paris, fondateur de l’hôpital de la Charité à Aix, fut baptisé le 31 janvier 1655 à Saint-Sauveur (parrain Antoine Lieutaud, conseiller du roi trésorier général de France, marraine Marthe de Rougier), et meurt à l’âge de 47 ans le 18 mars 1702, inhumé le lendemain en l’église des Observantins. Par son testament du 12 avril 1699 (Sube notaire), enregistré le 21 mars 1702, Antoine de Trets lègue toute sa fortune (400.000 francs) aux hôpitaux Saint-Jacques et de la Charité à Aix, dont il devient ainsi l’un des principaux bienfaiteurs ; il demande notamment à l’hôpital Saint-Jacques de recevoir les malades de la Tour d’Aigues, Pélissane, et de Lançon, et de faire célébrer la messe tous les jours ; il demande en outre de faire célébrer chaque année une messa avec diacre et sous-diacre pour les membres de sa famille, et laisse des dots à répartir aux filles des hospices qui contracteraient mariage. Il avait épousé le 8 juillet 1697 à la Madeleine d’Aix, Françoise de PERRIN fille de noble Louis, présent et de Marguerite de BONNAUD, présents Pons André prêtre, Joachim de Gantel Guitton, marchand banquier de Marseille, Paul de Gueydan, d’Aix, François Gontier, de Lille, maître perruquier résidant à Aix. Elle est inhumée le 8 août 1719 aux Observantins, âgée d’environ 43 ans.
  5. Thérèse de TRETS baptisée le 1er juin 1656 à Saint-Sauveur (parrain Philippe Beaufort, greffier du pays, marraine Thérèse de Montaud).
  6. Magdeleine de TRETS baptisée le 23 mai 1657 à Saint-Sauveur (parrain Balthasar de Ségur sieur de Luynes, marraine Louise de Lieutaud), décédée à l’âge de 38 ans, inhumée le 21 juillet 1695 aux Observantins, épouse par contrat du 27 mars 1677, Pierre de GUEYDAN, conseiller maître, puis président en la cour des Comptes, né en 1645 à Reillane, décédé en 1734, fils de Gaspard, auditeur archivaire à la cour des Comptes, et de Catherine de BERMOND sa première épouse.
  7. Charles de TRETS baptisé le 19 août 1659 à Saint-Sauveur (parrain François Lieutaud conseiller du roi trésorier des Finances , marraine Marthe de Rougier).
  8. Marthe de TRETS baptisée le 24 septembre 1660 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Balthasar de Ségur sieur de Luynes, marraine Marthe de Rougier).
  9. Magdeleine de TRETS baptisée le 15 février 1667 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Antoine de Trets, marraine Magdeleine de Trets).
  10. Louise de TRETS inhumée le 5 mars 1669 aux Observantins.

VI – Joseph de TRETS écuyer d’Aix, conseiller du roi au parlement de Provence, reçu le 26 juin 1680 en la charge de François-Paul de Valbelle Meyrargues, baptisé le 17 novembre 1652 à Saint-Sauveur, décédé à l’âge de 40 ans le 12 novembre 1692, inhumé le lendemain aux Observantins, épouse le 16 janvier 1678 à la Madeleine, Marguerite Thérèse de MEYRONNET, âgée d’environ 20 ans, née à Aix, inhumée le 28 avril 1716 aux Observantins, fille de Paul, greffier des Etats de Provence, et de Catherine de MORICAUD, mariage célébré en présence de Philippe de Meyronnet frère de l’épouse, Balthasar d’André conseiller en la cour des Comptes, Pierre de Gueydan beau-frère de l’époux, Antoine de Trets frère de l’époux, Guillaume Touche et Pierre Grange, prêtre.

 

 

 
contact