Anciennes familles de Provence
   

 

(d') Aguillenquy


 

 

Ancienne famille marchande d’Aix, anoblie à Marseille en 1608 par Henri IV en récompense de ses services, et éteinte dans ses trois branches au début du XVIIIe siècle. C’est probablement à cause de leur disparition rapide que les d’Aguillenquy n’ont fait l’objet d’aucune maintenue de noblesse, et que leur généalogie ne figure dans aucun ouvrage.

Le premier que nous trouvons est Guillaume Aguillenqui, d’Aix, en 1351. Jean Aguillenqui, boucher, teste devant Pierre Senequeri, notaire, le 25 septembre 1395. Jacques Aguilhenqui, riche mercier, obtient la charge de « procureur, recteur, roi et défenseur de tous les merciers existant dans les comtés de Provence et de Forcalquier » : il nomme pour son lieutenant, le 24 juin 1449, le mercier Jean Barbet. Pierre Aguillenquy tient une boutique à Aix place aux Herbes en 1467.

Guillaume Aguilhenqui, marchand d’Aix, est troisième consul de la ville en 1522. Marié à une fille du marchand Gilles Tibaud, il a plusieurs enfants : Jean, docteur en droit, installé à Digne, juge de cette ville en 1535 puis lieutenant du sénéchal en 1563, Thomas, mort avant son père, receveur également à Digne, Honorade mariée en 1529 au marchand Laurent de Malespine, et enfin Honoré et Alexandre Aguilhenqui, auteurs de deux branches.

D’Honoré Aguilhenqui, apothicaire, est né Jean Aguillenquy, trésorier des Etats de Provence en 1606, qui avait épousé une Pontevès, fille cadette du sieur d’Amirat, capitaine et viguier de Barjols, et cousine de l’humaniste Fabri de Peiresc. Des nombreux enfants nés de ce mariage, deux s’illustrent dans l’Eglise : François d’Aguillenquy (1599-1674), archidiacre du diocèse de Rouen et grand vicaire de Pontoise, qui se signale par son courage lors de la peste à Pontoise en 1638, et Françoise, connue sous le nom de Mère Agnès d’Aguillenquy (1602-1672) abbesse des capucines de Marseille, morte en odeur de sainteté, dont la vie spirituelle est publiée dès le lendemain de sa mort, en 1673, par le R. P. Marc de Bauduen (Antoine Bec), puis en 1740 par le R. P. Hyacinthe de Verclos. Mathieu d’Aguillenquy (1617-1675), dernier enfant, est gentilhomme ordinaire du roi et se retire dans le pays de sa mère. Il laisse une fille mariée en 1678 au sieur de Blanchetti, d’Avignon, et un fils, mouquetaire, chevalier des ordres du Mont-Carmel et de Saint-Lazare, marié sur le tard à Marseille, sans postérité.

La deuxième branche est issue d’Alexandre, marchand à Marseille, consul lorsqu’éclate la peste de 1580, et qui, au lieu de fuir, brave le danger. Il est père de Pierre d’Aguillenquy, acquéreur en 1604 des fiefs de Châteaufort et Saint-Véran, baillage de Sisteron, élu consul de Marseille en 1607 et anobli l’année suivante par le roi Henri IV en considération de ses services et ceux de son père. Joseph d’Aguillenquy de Châteaufort (1632-1722), petit-fils de Pierre, et dernier de sa branche, est chanoine de l’église primatiale d’Arles ; il laissera ses biens à son petit-neveu Charles de Barrème de Manville, d’Arles.

La troisième branche, plus obscure, serait issue d’un autre fils du marchand Guillaume Aguilhenqui, et demeurait à Sisteron où elle s’éteint au début du XVIIIe siècle. Il faut signaler toutefois que les Aguilhenc étaient nombreux au XVIe siècle à Sisteron, et pourraient donc y avoir fait souche plus anciennement.

Armes : d’azur à trois fasces d’argent, au chef de gueules chargé d’un lion passant d’or lampassé d’argent. Elles figurent ainsi à l’Armorial général pour Marguerite d’Aguillenquy veuve du sieur de Barrême, et pour son frère Joseph d’Aguillenquy de Châteaufort, chanoine d’Arles. Une autre version des armes des Aguillenquy, donnée par Artefeuil, serait : fascé d’argent et de sable de six pièces au chef de gueules chargé d’un léopard d’or.

 

I – Antoine AGUILHENC ou Aguilhenqui, épouse Anthonette FRANÇOIS d’où :

II - Guillaume AGUILHENQUI marchand d’Aix, élu tiers consul d’Aix pour l’année 1522, teste en cette ville le 21 mars 1506, puis le 30 juillet 1551, épouse Mitrone TIBAUD fille de Gilles, marchand sellier d’Aix. Elle teste à Aix le 30 juillet 1551, puis le 3 juillet 1554. D’où :

  1. Jean AGUILHENQUI docteur en droits, pourvu par lettres du 29 août 1535 de l’office de juge de Digne, puis le 12 septembre 1563 de l’office de lieutenant en chef du grand sénéchal de Provence au siège et ressort de la même ville, décédé après 1572.
  2. Ne AGUILHENQUI inhumée le 16 décembre 1519 au couvent des Dominicains d’Aix.
  3. Honorade AGUILHENQUI épouse à Aix, par contrat du 5 juillet 1529, Laurent de MALESPINE marchand, contrôleur des deniers de la ville d’Aix, consul en 1556 et 1562, fils d’Aymeric, marchand néophyte, anobli en 1519, seigneur de Montjustin, et de Douce TURELLI.
  4. Thomas AGUILHENQUI pourvu receveur ordinaire et particulier au siège de Digne par lettres du 26 janvier 1543, pourvu de l’office de châtelain et capitaine de Lauzet par lettres du 24 juillet 1544, meurt début 1545 ; épouse par contrat du 5 octobre 1544 à Aix, Louise BERNARD fille de Louis et de Catherine SIGAUD.
  5. Honoré qui suit,
  6. Charles AGUILHENQUI teste à Aix le 10 juillet 1554, épouse Marie DIGNE. D’où :

    1. Jeanne AGUILHENQUI épouse par contrat du 8 mars 1578 à Aix, Esprit JUSBERT fils d’Honoré et d’Anthorone GREASQUE.

  7. Michel AGUILHENQUI
  8. Etienne AGUILHENQUI
  9. Alexandre a fait branche de Châteaufort.
  10. Gaspard qui aurait fait branche à Sisteron.

III – Honorat AGUILHENQUI marchand apothicaire à Aix, déshérité par son père et en procès contre lui en 1548, teste à Aix le 10 janvier 1576, puis 19 mai 1587 et enfin le 8 août 1588, épouse Marguerite ALBE d’où :

  1. Françoise AGUILHENQUI baptisée le 20 juin 1545 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Marc de Gréoux, marraine noble Françoise de Baradier).
  2. Louise AGUILHENQUI épouse suivant contrat du 18 septembre 1564 à Aix, Antoine de MARI alias de La Mer, dit le Mineur, bourgeois d’Aix, âgé de 22 ans, né à Aix en 1542, fils de Jean, notaire royal d’Aix, tiers consul en 1540, et de Jeanne MEOLHON, sa seconde épouse.
  3. Alayone AGUILHENQUI baptisée le 9 juillet 1548 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Antoine Galaup, marraine Alayone Mo...).
  4. Jeanne AGUILHENQUI baptisée le 20 mai 1550 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, épouse par contrat du 12 mai 1572 à Aix, Philippe du MAYNE procureur au siège d’Aix, gardien de la Monnaie d’Aix, fils de Jean Jacques, et d’Antonette GUIBAUD.
  5. Françoise AGUILHENQUI baptisée le 4 septembre 1555 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Georges Galice noble de Sainte-Croix, marraine Elisabeth Martin).
  6. François AGUILHENQUI baptisé le 30 avril 1557 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain François de Pérussis seigneur de Lauris, conseiller du roi, marraine Bernardine Arbaud).
  7. Honoré AGUILHENQUI baptisé le 5 janvier 1561 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Honoré Blégier procureur, marraine Louise Risse).
  8. Anne AGUILHENQUI épouse Honoré SAVOURNIN fils d’André.
  9. Jean qui suit,
  10. Melchion Antoine AGUILHENQUI baptisé le 9 décembre 1570 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Antoine Lebane, marraine Françoise Regina).
  11. Isabeau AGUILHENQUI épouse 1) N. 2) par contrat du 6 février 1623 à Aix, Christophe ESTIENNE écuyer d’Aix, âgé de 59 ans, veuf en premières noces d’Anne Torel et en secondes noces de Marguerite de Galice, né à Aix en octobre 1563, fils de Monet, marchand d’Aix, fermier des droits seigneuriaux du Puy-Sainte-Réparade, et de Jaumette FRESQUIERE.
  12. Ne AGUILHENQUI épouse Joseph AUBERT maître apothicaire à Aix.

IV - Jean AGUILLENQUY trésorier général du roi pour le pays de Provence (en janvier 1606), bourgeois, qualifié écuyer d’Aix, et installé à Barjols où il meurt le 12 septembre 1632, signe Aguillenquy; épouse, par contrat du 4 mai 1591, Anne de PONTEVES âgée de 15 ans, née en mai 1576 à Barjols, fille de Pierre, écuyer, seigneur d’Amirat et de la Forest, viguier et capitaine pour le roi de la ville de Barjols, et de Magdeleine de FABRI (tante du grand Peiresc). D’où :

  1. Magdeleine d’AGUILLENQUY baptisée le 23 avril 1592 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Gaspard de Pontevès comte de Carcès, marraine Lucrèce de Puget), épouse le 15 octobre 1608 à Saint-Sauveur d’Aix, Charles de BRASSIER docteur en droit et avocat au parlement, de la ville d’Hyères, fils de Jacques et de Madeleine GALLIOT.
  2. Chrétienne AGUILLENQUY baptisée le 7 janvier 1595 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain noble Charles Thomas seigneur de Milhaud, marraine Chrétienne d’Aguerre comtesse de Sault).
  3. François d’AGUILLENQUY prêtre, prévôt commendataire de la cathédrale de Barjols, se rend à la cour et s’attache à François de Harlay archevêque de Rouen qui le fait grand archidiacre de son diocèse, nommé grand vicaire de l’église royale et collégiale Saint-Melon de Pontoise et du Vexin français le 16 mars 1638, c’est lui qui, lorsque la peste ravage la ville de Pontoise au mois d’août de la même année, fait rassembler les échevins et survivants en une procession qu’il mène au porche de l’église Notre-Dame, y invoquer la Sainte-Vierge et obtenir d’elle sa protection, ce qui fut accordé - relatent les archives de la ville - par l’arrêt immédiat du fléau ; également official et doyen dudit chapitre, démissionne le 6 janvier 1666 mais garde la prébende de sa charge ; baptisé le 14 avril 1599 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain François de Beaumont, marraine Isabelle Aguilhenque) ; décédé le 10 août 1674, âgé de 75 ans.
  4. Claude d’AGUILLENQUY chanoine, prieur et prévôt de l’église de Barjols, décédé à Aix le 2 février 1661.
  5. Françoise d’AGUILLENQUY religieuse capucine, entre au couvent de Marseille en 1626, en religion soeur Agnès d’Aguillenquy, élue par trois fois abbesse de son couvent ; née le 17 février 1602 à Aix, baptisée le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain François de Vins, marraine Françoise de la ...), décédée en odeur de sainteté le 18 juin 1672.
  6. Anne d’AGUILLENQUY baptisée le 22 novembre 1604 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Vincent Anne de Meynier conseiller au parlement, marraine Diane de Pontevès), décédée à l’âge de 77 ans le 3 février 1682, inhumée le lendemain à Barjols ; épouse en 1633, Balthasar de CASTELLAN écuyer de Barjols, capitaine dans le régiment d’infanterie étrangère, docteur en droit et avocat en la cour du parlement, lieutenant du roi au siège de Carcès, [commandant du château de Bouc en 1649], fils de Gaspard, écuyer et bourgeois de Barjols, sergent-major au régiment de Provence (fils de Marguerite de Beccaris), et de Blanche de NICOLAI, d’Arles. Maintenu noble par jugement du 16 juillet 1668, il meurt à l’âge d’environ 86 ans le 16 février 1690, inhumé le même jour à Barjols. D’où :
  7. Marguerite d’AGUILLENQUY religieuse ursuline à Brignoles, profession de foi vers 1630.
  8. Mathieu qui suit,

V - Mathieu d’AGUILLENQUY écuyer de Barjols, gentilhomme ordinaire de la chambre du roi, baptisé le 8 octobre 1617 à Barjols (parrain Mathieu Gras prévôt de Barjols, marraine Anne Estienne dame de Salernes), décédé le 8 septembre 1675 à Brignoles, âgé de 57 ans, inhumé le lendemain aux Augustins de Barjols, épouse Anne de CASTILLON prob. fille de Frédéric, écuyer de Marseille, sieur du Castellet, et de Polixène de GUIRAN. Elle se remarie en 1678 à Jean-Baptiste de BLANCHETTI seigneur de la Motte, d’Avignon, veuf de Françoise d’HENRICI, et meurt à l’âge d’environ 61 ans le 27 octobre 1689, inhumée le lendemain à Barjols dans l’église des Augustins. D’où :

  1. Polixène d’AGUILLENQUI baptisée le 6 mai 1651 en l’église de Barjols (parrain Claude d’Aguillenqui prévôt de l’église de Barjols, marraine Polixène de Guiran).
  2. Anne d’AGUILLENQUI baptisée le 4 février 1653 en l’église de Barjols (parrain Gaspard de Castillon de Sabran, seigneur de Cucuron, baron de Fos, marraine Anne d’Aguillenquy).
  3. Françoise d’AGUILLENQUI de PONTEVES baptisée le 23 novembre 1654 en l’église de Barjols (parrain Me Guillen Grognard, marraine Marguerite Lombard), épouse le 26 mars 1678 à Marseille, en l’église Saint-Martin, avec dispenses de publication et du temps, François de BLANCHETTI seigneur de la Motte, habitant d’Avignon, âgé de 15 ans, né à Avignon le 24 août 1662, fils de Jean-Baptiste, seigneur de la Motte, et de Françoise d’HENRICI. Il se remarie le 24 avril 1714 à Avignon à Gabrielle de MONERY et meurt le 22 novembre 1734 à Avignon, âgé de 72 ans.
  4. François d’AGUILLENQUI baptisé le 11 octobre 1659 en l’église de Barjols.
  5. Claire d’AGUILLENQUI baptisée le 15 octobre 1662 en l’église de Barjols (parrain Pierre de Maurel sieur de Pontevès, marraine Anne d’Aguillenquy).
  6. Jean Nicolas d’AGUILLENQUI baptisé le 6 décembre 1663 en l’église de Barjols (parrain Jean de Castillon, marraine Angélique de Castillon).
  7. Joseph qui suit,
  8. François d’AGUILLENQUI baptisé le 8 juillet 1666 en l’église de Barjols (parrain François de Castellan, marraine Françoise d’Aguillenquy).
  9. Jean-Baptiste d’AGUILLENQUI baptisé le 6 décembre 1667 en l’église Saint-Martin de Marseille (parrain Jean de Fargues écuyer, marraine Marie de Coutron dame de Pourrières).
  10. Boniface d’AGUILLENQUI né le 8 mars 1669, baptisé le 14 en l’église de Barjols (parrain Boniface de Fortis, marraine Catherine de Richery dame de la Forest).
  11. Léonore d’AGUILLENQUI inhumée le 16 novembre 1672 à Barjols.
  12. Jean d’AGUILLENQUI baptisé le 9 janvier 1675 en l’église de Barjols, décédé le lendemain.

VI - Joseph d’AGUILLENQUI écuyer de Marseille, mousquetaire du roi, chevalier de l’ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, habitant d’Aix, baptisé en l’église Saint-Martin de Marseille le 3 mars 1665 (parrain Claude Allard, marraine Polixène de Guiran), épouse le 22 septembre 1728 à Aix, en l’église du Saint-Esprit, Magdeleine BERARD, de Marseille, fille de feu Lazare, bourgeois de Marseille, et de Jeanne PELUCENE, en présence de Joseph Roccas, prêtre d’Annot, François Baudouin prêtre de Ventavon, Raynaud Fabre et Jean-Baptiste Mathieu Mazet, l’époux signe Daguillenquy.

 

Portrait de la R.M. Agnès d'Aguillenqui
a
bbesse des capucines de Marseille,
morte en odeur de sainteté

(1602-1672)

 
contact