Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Malespine


 

 

Famille de riches marchands d’origine néophyte, anoblie par lettres du 18 décembre 1519 et maintenue dans sa noblesse en 1669.

Pour dissimuler leur origine judaïque, lors des enquêtes de noblesse ordonnées par Louis XIV, les Malespine ne firent point état des lettres d’anoblissement de 1519 et furent maintenus sur le fondement des règles applicables à la noblesse de race, c’est-à-dire qualifiée authentiquement noble avant l’an 1560. Cette fraude fut grandement facilitée par le lien de parenté qu’ils avaient avec le premier président de la Cour des Comptes, Raynaud de Séguiran, arrière-petit-fils d’une Malespine. Passée sous silence par l’abbé Robert de Brianson et par Artefeuil, cette absence de principe noble n’a pas échappé à la Critique de Barcillon (p.255), qui a pris soin de rappeler au passage que les fonctions consulaires exercées honorablement par les Malespine ne pouvaient être la cause d’aucune noblesse.

Plus récemment, les travaux de Mme Danièle Iancu sur les Juifs de Provence, ont particulièrement mis en lumière l’origine des Malespine, leur développement social et les liens étroits qu’ils avaient, et ont conservés, avec le milieu des Juifs convertis provençaux. Leur auteur, et membre le plus marquant, est le riche marchand de draps Aymeric de Malespine, issu de médecins juifs, converti avec sa mère peu avant 1489. C’est lui qui fut anobli trente ans plus tard, et se rendra propriétaire d’une portion de la seigneurie de Montjustin ainsi que la terre d’Alanson en Haute-Provence.

La postérité d’Aymeric de Malespine (enfants et petits-enfants) est assez nombreuse : de son fils Jean Malespine marchand, sont issus Bernardin Malespine capitaine, et Antoine Malespine marchand, tous deux mariés à Marseille, où ils ont laissé postérité ; de Charles de Malespine, à la fois marchand lainier et sieur de Montjustin, qui reçut à sa table l’Empereur Charles Quint en 1536, sont issus les Malespine, notaires à Flayosc et Draguignan, déployés ensuite dans tout le département du Var et représentant aujourd’hui la seule descendance de la famille. De Laurent de Malespine, enfin, contrôleur des deniers de la ville d’Aix, deux fois porté au consulat, et possessionné à Gardanne, sont nés : Jean de Malespine, allié aux Brancas et beau-père d’un conseiller aux comptes, Anthorone entrée par mariage dans la famille de Séguiran, Alexandre dont la fille a épousé en 1595 François de Pontevès de la Roquette, et enfin Guillaume de Malespine allié aux Sabran, dont le fils aîné est parti s’installer à Cavaillon où sa descendance s’est perpétuée sans éclat (d’où une demoiselle de Saint-Cyr en 1724), et le cadet, simlpe écuyer d’Aix, eut trois fils maintenus nobles en 1669.

Le nom de Malespine, adopté par Aymeric et sa mère à leur conversion, vient de l’antique famille Malaspina en Toscane, dont un membre, François Malespina, installé en Avignon, avait été nommé par le pape Paul II viguier d’Avignon en 1465.

Les Malespine provençaux ont laissé leur nom à différents lieux-dits ou quartiers : à Gardanne, où ils possédaient des biens depuis longtemps, à Cavaillon où le domaine de la Malespine passa à la famille de Bellis de Roaix qui en porta le nom au XVIIIe siècle, mais aussi à Pertuis (explication non trouvée pour ce dernier lieu). Les Malespine furent présents également à Arles où Pierre Malespine était notaire royal dans les années 1600.

Armes : d'azur, au chevron d'or chargé de deux épines de gueules et accompagné de trois roses d'argent tigées et feuillées de même.

 

I - Salomon JACOB marchand juif de l’Isle sur Sorgues, épouse par contrat du 16 juillet 1448, Tolsane, veuve de Jacob ASTRUG, fille de Bonsenhor BENDICH, elle est soeur de Bonsenhor converti sous le nom de Pierre Mark et tige de la famille de Mark-Tripoli. Tous deux se convertissent, ainsi que leurs enfants, elle prend le nom de Honorate de MALESPINE et teste à Aix, en faveur de son fils Aymeric et de ses deux filles Mabilia et Raphelma, mais fait un leg à sa fille de son premier mariage Astrugia appelée à présent Christiane, le 19 avril 1505 (Imbert Borrilli notaire), d’où :

  1. Jacob devenu Aymeric qui suit,
  2. Stes convertie sous le nom de Mabilie de MALESPINE épouse Pierre LOUIS marchand néophyte d'Aix (ex Abraham Salomon de la Garde) fils d’Elzéar marchand d’Aix ; il passe une reconnaissance de dette envers ses beaux-parents le 26 octobre 1510 à Aix (Imbert Borrilli, notaire). Il teste le 17 mars 1534. D’où postérité.
  3. Rosseta convertie sous nom de Rapheline ou Raphelma de MALESPINE épouse suivant contrat de dot établi le 27 novembre 1494 (l’épouse reçoit 115 florins comprenant 100 florins en argent comptant et 15 en un cratère d’argent), et reconnaissance de dot du 27 décembre 1511, François Marcellin de MONTLAUR, marchand d’Aix, autrefois juif du nom d’Ysac Salomon de Noves.

II - Aymeric de MALESPINE riche marchand lainier, présent à Marseille en 1494 et à Aix en 1497, néophyte (converti dès 1489, adopté avec sa mère par François de Malespine, viguier d'Avignon en 1449 et 1467 et premier consul de sa ville, lui-même fils de Hugo de Malespine, viguier en 1408). Propriétaire de nombreux biens (maisons à Aix, Peyrolles, Jouques, Meyrargues, Marseille, terres et vignes...), il teste le 25 février 1513 (Imbert Borrilli, notaire) élit sépulture sous l’autel du couvent des Frères Mineurs de l’Observance au tombeau de ses enfants décédés, lègue à Jean de Pertuis alias de Guerre, d’Arles, son frère consanguin, fils d’honorable François de Pertuis alias de Guerre, son beau-père, jadis marchand d’Aix et habitant d’Arles, lègue à Andrieve de Malespine sa fille, à sa femme Douce Turelle, à Jean et Laurent de Malespine, lègue à Brissende Laurent sa bru, à Mabile de Malespine femme de Pierre Louis, fils de feu Elzéar Louis marchand d’Aix, et à Rapheline de Malespine femme de François Marcellin de Montlaur marchand d’Aix, ses soeurs, à Jean de Pertuis son frère consanguin, institue son héritier Charles de Malespine marchand d’Aix son fils et de ladite Douce Turrel. Il fait un codicille le 5 mars 1513 puis le 4 février 1514. Il est anobli par lettres du 18 décembre 1519 et qualifié « noble marchand » d’Aix en 1521, achète la seigneurie de Montjustin le 2 juillet 1523 (Imbert Borrilli notaire) de Claire de Glandevès, épouse de Gervais de Beaumont, président au parlement de Provence, moyennent 4000 florins, et en est investi la même année; il est seigneur aussi d’Alanson. Décédé vers mars 1525, date de la publication de son testament, le 17 mars. Il avait épousé en 1486 à Marseille, Douce TURELLI fille de Jacques, marchand néophyte de Marseille (ex Cregut Bonet), et soeur de Pierre Turrelli cordonnier à Marseille, d’Antoine Turelli marchand à Draguignan, de Françoise Turelli épouse de Simon Nicolay d’Arles, et de Beatrix Turelli ayeule maternelle du célèbre Michel de Nostredame dit Nostradamus. D’où :

  1. Andrieue de MALESPINE épouse en 1513, Prancasse DOMICELLI docteur en droits, l'épouse reçoit de son père une dot de 1200 florins.
  2. Jeanne de MALESPINE légataire de son père en 1505, décédée avant 1513.
  3. Charles de MALESPINE marchand en draps et laines, également écuyer et seigneur de Montjustin, acquéreur des biens d’Elzéar et Guillaume Barlatier, travailleurs de Rognes, élu second consul de la ville en 1536, c’est lui qui reçut à sa table l’Empereur Charles Quint arrivant dans Aix, sur le compte d’un pari entre les deux hommes, rapporté dans les Mémoires de Martin du Bellay et l’Histoire de la ville d’Aix de Pitton (1666), puis par Barcillon à sa notice sur les Malespine: remerciant l’Empereur du sauf-conduit qu’il avait obtenu pour ses marchandises, Malespine convia à sa table l’Empereur qui, surpris d’une proposition de la part d’un négociant, et pour le mettre en difficulté, lui demanda combien de gens devraient l’accompagner, Malespine répondit autant que l’Empereur souhaitait, et s’acquitta honorablement de son défi. Epouse 1) Brissande LAURENT fille d’un nourriguier de Vitrolles-Martigues. 2) Marie PREVOST alias Préposit. D’où, du premier lit :

    1. Alexandre MALESPINE bourgeois, nommé fils aîné de Charles Malespine dans une procuration qu’il lui fait en janvier 1531 (François Borrilli notaire). Père de :

      1. Charles MALESPINE baptisé le 13 juin 1536 à Saint-Sauveur (parrain Charles Malespine, marraine Anne Rascas dame de Bagarris).
      2. Marie MALESPINE baptisée le 20 septembre 1537 à Saint-Sauveur (parrain Jean de Burgo, marraine Marie Preposit).

    2. Pierre MALESPINE d’où :

      1. Jean MALESPINE baptisé le 28 mai 1538 à Saint-Sauveur (parrain honorable François Borrilli, marraine noble Magdeleine Marc).

    3. Mathieu MALESPINE
    4. Guillaume de MALESPINE épouse en 1545, Jeanne de CUERS, de Flayosc. Auteur des Malespine à Flayosc, Draguignan et des familles Malespine dans le Var.
    5. Françoise de MALESPINE épouse par contrat du 1er avril 1542 à Aix, Antoine ARNOUX fils de N. et de Philippa MAYNIER.

  4. Jean de MALESPINE marchand d’Aix, épouse Aisseline de TIBOLDIS dite Tribolle, fille de noble Jean (ou Jacques marchand peaussier), et de Catherine MEYFREDI, et soeur de Jean de Tiboldis dit Tribolle marchand tanneur d’Aix. D’où :

    1. Bernardin MALESPINE capitaine à Marseille, né à Aix, épouse le 30 octobre 1558 à Marseille, Anthonette PEYRE fille du capitaine Benoît et de Marie DELADEFORS d’où :

      1. Claudette MALESPINE épouse par contrat du 22 octobre 1579 et le 31 en l’église Notre-Dame des Accoules (fille de feu Bernard et Anthonette Garrux), Amédée alias Amiel LANTELME fils de feu Claude et de Marguerite ALPHANT, en présence de Jean Guillermi et François Belli.
      2. Isabeau MALESPINE épouse le 6 novembre 1584 en l’église de la Major à Marseille, Claude GAZILLE marinier de Marseille, fils de Pierre et de Marguerite ROUX, en présence de Me Bernard Mitre notaire, et Jean Sacardi.
      3. Catherine MALESPINE épouse le 9 septembre 1591 à Marseille, Antoine REYNAUD marinier, de Marseille, fils de Guillaume et d’Eygline CHOUQUET.

    2. Nouvé MALESPINE épouse par contrat du 12 novembre 1555 à Aix, Mitre COLIN fils de Pierre. 2) Antoine FERAPORTE.
    3. Bertrand MALESPINE maître apothicaire d’Aix, baptisé en décembre 1538 à Saint-Sauveur (parrain Bertrand Elici, marraine noble Honorate Aguilhenque), épouse 1) Claudie LENFANT. 2) par contrat du 26 novembre 1587 à Aix, Lucrèce BON veuve de Jean-François DRAGUY ; elle teste à Aix le 1er février 1592, nommant ses deux filles du premier lit (Madeleine Draguy épouse de Pierre Bertier et Catherine Draguy) et ses deux filles du second. D’où :

      1. Du premier lit : Anne de MALESPINE décédée à Aix et inhumée le 28 septembre 1649 aux Observantins ; épouse 1) par contrat du 16 novembre 1587 à Aix, Luquet COALHIER fils de Jean et d’Andrieue THIBAUD. 2) par contrat du 10 juillet 1604 à Aix, et le 15 en l’église Saint-Sauveur, Dominique BAUDOIN praticien de Digne. 3) le 9 février 1617 en l’église de la Madeleine d’Aix, et suivant contrat le même jour, Louis GABRIELIS bourgeois.

      2. Du second lit : Louise de MALESPINE
      3. Marguerite MALESPINE baptisée le 2 mars 1592 à Saint-Sauveur (parrain Jean Etienne Thomassin avocat, marraine Louise de Vento).

    4. Delphine MALESPINE baptisée le 31 décembre 1541 à Saint-Sauveur (parrain Pierre Gaufridi, marraine Delphine de Verdache).
    5. Antoine MALESPINE veloutier d’Aix, décédé avant 1645, épouse le 22 avril 1584 à Marseille, en l’église de la Major, et par contrat du même jour, Magdeleine MARION. D’où :

      1. Marguerite MALESPINE baptisée le 14 septembre 1590 en l’église de la Major à Marseille (parrain Jean Martin, marraine Anne Bernier).
      2. Louis MALESPINE bourgeois de Marseille, épouse le 2 août 1645 à Marseille, en l’église de la Major, Marguerite GARIN fille de feu Peyron et de Jaumette GARIN.

  5. Laurent qui suit,

III - Laurent de MALESPINE écuyer, bourgeois d’Aix, né peu après 1505 ; achète de ses beaux-parents ce qu’ils possèdent à Gardanne en 1537 (François Borrilli, notaire) ; est pourvu par lettres royales du 7 juillet 1542 de l’office de contrôleur des deniers communs de la ville d’Aix. Elu consul d’Aix en 1556 et 1562. Il teste à Aix le 14 octobre 1550, 18 août 1564 et 11 novembre 1574. Epouse à Aix, par contrat du 5 juillet 1529, Honorate AGUILHENC alias d’Aguillenqui, fille de Guillaume, marchand d’Aix, et de Mitronne TIBAUD. D’où :

  1. Anthorone de MALESPINE épouse par contrat du 13 janvier 1552, Henri SEGUIRAN seigneur de Bouc, avocat, fils de Guillaume, co-seigneur de Vauvenargues, et de Magdeleine BOMPAR.
  2. Louise de MALESPINE épouse par contrat du 18 septembre 1558, François FRANÇOIS.
  3. Jean de MALESPINE écuyer d’Aix, co-seigneur de Montjustin, épouse Marguerite de BRANCAS veuve d’Etienne de MARTIN, seigneur de Montboneau en Dauphiné, chevalier de l’ordre du roi, épousé en 1570 ; fille de Gaspard, baron de Céreste et de Forcalquier, seigneur de Villeneuve, et de Françoise d’ANCEZUNE de CADEROUSSE. Elle se remarie en avril 1585 à Jean de LA CEPEDE, seigneur d’Aigalades, premier président en la cour des Comptes et Aides de Provence. D’où :

    1. Claire de MALESPINE épouse par contrat du 18 avril 1588 devant Claude de Goa, notaire, Gaspard BOISSON âgé de 29 ans, conseiller du roi auditeur en la cour des Comptes (1577), puis conseiller maître (1594), né à Aix en 1559, fils de Thomas, avocat du roi, conseiller aux Comptes, maître rational et archivaire, et de Ginèbre de BENOIT ; l’épouse autorisée de Jean de la Cépède conseiller du roi et président en la cour des Comptes son beau-père, époux de ladite dame de Brancas, d’Alexandre et Guillaume de Malespine écuyers, ses oncles paternels, et Gaspard de Martin seigneur de Montbonaud son frère utérin.

  4. Marguerite de MALESPINE l'aînée, baptisée le 22 janvier 1539 à Saint-Sauveur (parrain Honorat Aguilhenc, marraine Marguerite N.) épouse par contrat du 13 septembre 1560 à Aix, Antoine AUBERT.
  5. Guillaume qui suit,
  6. Marguerite MALESPINE la jeune, baptisée le 24 mai 1543 à Saint-Sauveur (parrain Jean Digne, marraine Marguerite de Clapiers).
  7. Françoise de MALESPINE baptisée le 22 septembre 1548 à Saint-Sauveur, épouse par contrat du 3 septembre 1573 à Aix (Nicolas Borrili, notaire) Jean de MAZARGUES, d’Aix, seigneur de Chandol, fils de feu Me Louis, trésorier du palais d’Aix, et de Jaumette de SAINT-JACQUES.
  8. Antoine de MALESPINE capitaine d’infanterie en 1583 et 1585, baptisé le dernier février 1550 à Saint-Sauveur (parrain Antoine d’Oraison, marraine Catherine d’Oraison), sans postérité.
  9. Henri de MALESPINE baptisé le 18 mai 1552 à Saint-Sauveur d’Aix (parrain Henri Séguiran, marraine Jeanne Roux).
  10. Delphine de MALESPINE épouse par contrat du 23 octobre 1569 à Aix, Avinion de VILLEMUS marchand bourgeois d’Aix et de Cadenet, âgé de 20 ans, décédé avant 1610, fils de Colin, marchand d’Aix, et de Saurette CHRISTOL.
  11. Melchion de MALESPINE baptisé le 13 avril 1556 à Saint-Sauveur.
  12. Alexandre de MALESPINE écuyer et bourgeois d’Aix, teste à Aix le 25 mai 1580 en faveur de ses deux filles Claire et Lucrèce, second consul d’Aix en 1583, inhumé à Aix, au couvent des Observantins, épouse par contrat du 26 juin 1577 à Aix (Barthélémy Catrebards, notaire), Perrinette de CAMBIS d’Avignon, fille de feu Pierre, sieur d’Orsan. Elle est inhumée le 2 avril 1603 au couvent de l’Observance. D’où :

    1. Claire de MALESPINE épouse par contrat du 21 juin 1595 à Aix (A. Reynaud notaire à Aix), François de PONTEVES écuyer, sieur de Roquette, ancien chevalier de Malte (1579), fils de François, écuyer, seigneur de Pontevès et de Sainte-Catherine, et de Marguerite de VILLENEUVE des ARCS (fille de Marguerite Mathieu du Revest). Veuf, François de Pontevès se remarie en septembre 1625, en la ville de Salon, à Sybille de Panisse. Il meurt à Aix et est inhumé le 21 novembre 1631 au tombeau du sieur de Malespine, son beau-père, au couvent des Observantins.
    2. Lucrèce de MALESPINE

IV - Guillaume de MALESPINE écuyer d’Aix, fut premier consul d’Aix en 1597, baptisé le 16 juin 1541 à Saint-Sauveur (parrain Guillaume Bocheti, marraine Marguerite Nicolas), teste à Aix le 1er février 1576 et est inhumé le 21 mai 1610 en l’église des Observantins, épouse 1) par contrat du 1er janvier 1575 à Aix, Françoise de SABRAN de BAUDINARD fille de Louis, écuyer, seigneur de Baudinard et d’Aiguines, qualifié comte d’Arian, et d’Antoinette de Gamaches dite de Chevrières, en Berry. 2) par contrat du 15 juin 1583 (de Goa, notaire à Aix), Isabeau de COLIN veuve d’Antoine ARQUIER, fille d’André, bourgeois de Lambesc et écuyer, seigneur du Janet, et d’Antoinette de PENA. Elle meurt à Aix et est inhumé le 17 mai 1608 aux Observantins. D’où :

  1. du premier lit : Catherine de MALESPINE née fin 1575, épouse par contrat du 4 avril 1595 à Aix, Scipion de VERDILLON écuyer, seigneur de Châteauredon.

  2. Du second lit : Jean qui a fait la branche de Cavaillon.
  3. Laurent qui suit,
  4. François de MALESPINE baptisé le 8 novembre 1593 à Saint-Sauveur (parrain Alexandre Malespine, marraine Françoise Malespine).

V – Laurent de MALESPINE écuyer d’Aix, teste à Aix le 7 février 1645, baptisé le 6 février 1590 à Saint-Sauveur (parrain Jean de la Cépède, président aux Comptes, marraine Jeanne de Montclar). Epouse 1) par contrat du 12 août 1619 à Aix, Anne RAYNAUD fille d’Arnaud, bourgeois, rentier du greffe de la cour ordinaire puis notaire royal d’Aix (1569-1607) élu plusieurs fois syndic des notaires, et de Louise DELPHIN UPAIS sa seconde épouse. 2) par contrat du 13 mai 1626 à Aix, Catherine de CITRANY fille de Marc Antoine, bourgeois d’Aix, et d’Anne d’ANDRE. Il teste le 17 février 1645. D’où :

  1. du premier lit : Jean Arnaud de MALESPINE baptisé le 15 avril 1620 à Saint-Sauveur (parrain Jean François André, marraine Louise Delphin Hupays).

  2. du second lit : Guillelme de MALESPINE baptisé le 18 juin 1629 en la cathédrale d’Aix (parrain Jean de Malespine, marraine Anne de Séguiran).
  3. Etienne de MALESPINE inhumé le 21 juin 1633 aux Observantins.
  4. François qui suit,
  5. Laurent de MALESPINE écuyer d’Aix, maintenu noble par jugement de la Commission du 25 février 1669.
  6. Jean de MALESPINE écuyer d’Aix, maintenu noble par jugement de la Commission du 25 février 1669.
  7. Catherine de MALESPINE épouse le 15 septembre 1663 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Mathieu PUECH conseiller du roi au siège général d’Aix (1654), fils de feu Barthélémy, qui exerçait la même charge, et d’Anne de JARDY, en présence des témoins Paul Perrin, Honoré Rostagny écuyer, Jean Bonfillon et Barthélémy de Citrane. Il meurt à Aix, et est inhumé le 18 mai 1675 aux Grands Carmes.

VI - François de MALESPINE écuyer d’Aix, maintenu noble avec ses frères par jugement de la Commission du 25 février 1669, baptisé le 2 juin 1640 à la Madeleine d’Aix (parrain François Porchier, marraine Jeanne de Citrany). Est probablement le François de Malespine décédé à l’âge d’ « environ 80 ans » et inhumé le 2 octobre 1727 aux Observantins. Est-il aussi le François de Malespine avocat au parlement de Provence, propriétaire à Gardanne. D’où :

VII - Esprit François de MALESPINE consul de Gardanne, célibataire, né vers 1675, décédé à l’âge d’environ 70 ans le 3 avril 1735 inhumé le lendemain en la tombe de ses ancêtres à Gardanne.

 

 
contact