Anciennes familles de Provence
   

 

branche de Melchior d'Anjou


 

IV – Melchior d’ANJOU écuyer de Pertuis (fils d’Antoine écuyer, et d’Isabeau Amoureux), décédé à l’âge d’environ 76 ans, inhumé le 21 novembre 1683 en l’église Saint-Nicolas de Pertuis ; épouse le 4 juin 1628 en ladite église de Pertuis, et suivant contrat du 26 mai (Barthélémy Ollivier, notaire à Pertuis), Marie de LAURENS fille de Jean et de Marguerite de SINETY, en présence de Jean-Louis Boutin carme, et de Me Barthélémy Ollivier notaire royal. Elle est inhumée le 27 août 1670 en l’église de Pertuis. D’où :

  1. Isabeau d’ANJOU baptisée le 9 février 1631 en l’église de la Tour d’Aigues (parrain Jean de Laurens, grand père paternel, marraine Isabeau Amoureux), épouse le 9 juin 1652 à Cereste, Pascal d’UPAIX, avocat au parlement, originaire de La Tour d’Aigues, fils d’Arnaud et d’Anne de BALLEGUIER.
  2. Marguerite d’ANJOU baptisée le 15 novembe 1633 en l’église de Pertuis (parrain Melchior d’Anjou, marraine Marguerite Chinet), épouse par contrat du 27 octobre 1680, et le même jour en l’église paroissiale Saint-Nicolas de Pertuis, François Joseph de REMERVILLE de SAINT-QUENTIN écuyer d’Apt, seigneur de Saint-Quentin, historien, poète, âgé de 27 ans, né le 4 avril 1653 à Apt, fils de François Antoine, avocat, capitaine, seigneur de Saint-Quentin, et d’Isabeau de MAZARGUES sa seconde épouse.
  3. Jean qui suit,
  4. Louise d’ANJOU baptisée le 21 août 1638 en l’église de Céreste (parrain Jehan Lours, de Pertuis, marraine Marguerite de Sineti, sa grand-mère).
  5. Françoise d’ANJOU baptisée le 16 avril 1644 en l’église de Pertuis (parrain Balthasar d’Anjou, marraine Françoise d’Anjou).
  6. Honoré d’ANJOU capitaine au régiment de la Marine, baptisé le 11 février 1647 en l’église de Pertuis (parrain Honoré d’Anjou, marraine Elisabeth d’Anjou).
  7. Anne d’ANJOU baptisée le 3 septembre 1649 en l’église de Céreste (parrain Jehan d’Anjou, marraine Isabeau d’Anjou), décédée le 2 janvier 1695 et est inhumée le lendemain en l’église Saint-Sauveur d’Aix, âgée de 45 ans ; épouse le 26 janvier 1676 en l’église de Pertuis, Jean GALLICY procureur du roi au siège sénéchal d’Aix, puis avocat au parlement, fils d’Honoré Fabre Gallicy, procureur au siège d’Aix, et d’Anne BLANCARD.
  8. Ursule d’ANJOU baptisée le 8 novembre 1651 en l’église de Céreste (parrain Jehan d’Anjou, marraine Isabeau d’Anjou).
  9. Marguerite d’ANJOU baptisée le 22 août 1655 en l’église de Céreste (parrain et marraine non indiqués).

V – Jean d’ANJOU écuyer de Pertuis, premier consul de ladite ville, baptisé le 31 juillet 1636 suppléments de baptême en avril 1644 en l’église de Pertuis (parrain Balthasar d’Anjou, marraine Françoise d’Anjou), décédé à l’âge de 56 ans le 22 octobre 1692, inhumé le lendemain à Lambesc, en présence de Joseph de Tamarlet de Valbonnette et François d’Esmenard sieur de Vautubières et Montdésir ; épouse 1) Catherine DURAND. 2) le 16 février 1670 et suivant contrat passé le même jour devant Me Olivier notaire à Pertuis, Louise de MARTELLY fille d’André, écuyer de Pertuis, et d’Isabeau de JOANNIS. Elle meurt le 23 mars 1701 et est inhumée le lendemain en l’église de Pertuis. D’où :

  1. Du premier lit : Elisabeth d’ANJOU née le 16 avril 1658, baptisée le lendemain en l’église de Pertuis (parrain Honoré Brunet, marraine Elisabeth de Joannis), décédée à l’âge de 15 ans, inhumée le 22 février 1673 à Pertuis.

  2. Du second lit : Melchior qui suit,
  3. Marguerite d’ANJOU née le 29 mai 1674, baptisée le même jour en l’église de Pertuis (parrain André Martelly, marraine Thérèse de Joannis), décédée à l’âge de 11 ans, inhumée le 21 mars 1686.
  4. Nicolas Jean d’ANJOU né jumeau, baptisé à la maison, mort et inhumé le même jour, 25 juin 1676.
  5. Jeanne d’ANJOU jumelle née et baptisée à la maison le 25 juin 1676, morte et inhumée le même jour.
  6. Pierre d’ANJOU baptisé le 5 février 1680 en l’église de Pertuis (parrain Pierre Martelly, marraine Marguerite d’Anjou), décédé à l’âge de 9 ans, inhumé en l’église Saint-Nicolas de Pertuis le 18 septembre 1689.
  7. Antoine d’ANJOU jumeau né le 28, baptisé le 29 août 1681 en l’église de Pertuis (parrain Melchior d’Anjou, marraine Marguerite de Pezet).
  8. Gabriel d’ANJOU jumeau né le 28, baptisé le 29 août 1681 en l’église de Pertuis (parrain Melchior d’Anjou, marraine Cécile de Martelly), décédé à l’âge de 2 ans, inhumé le 23 juillet 1683.
  9. Jean Louis d’ANJOU prêtre, licencié en théologie de l’université d’Avignon le 16 février 1706, né le 16 septembre 1684, baptisé le même jour en l’église de Pertuis (parrain Jean Louis d’Archimbaud, marraine Françoise de Danjou).
  10. Ursule d’ANJOU religieuse au monastère de Sainte-Ursule d’Apt, en religion soeur Ursule de Sainte-Catherine, fait donation de ses biens et droits à son frère Melchion d’Anjou le 4 décembre 1703, sous réserve de la somme qu’il conviendra de payer audit moanstère pour sa dotation spirituelle ; baptisée le 10 mai 1686 en l’église de Pertuis (parrain Melchior d’Anjou, marraine Sibille de Martelly).
  11. Anne d’ANJOU née le 26, baptisée le 27 juin 1689 en l’église de Pertuis (parrain Jean-Baptiste de Joannis, marraine Louise de Puymichel d’Orgon).

VI – Melchior d’ANJOU écuyer de Pertuis, maire et premier consul de Pertuis, maintenu noble par ordonnance de l’intendant du 27 juillet 1702, baptisé le 5 janvier 1671 en l’église de Pertuis (parrain Melchior d’Anjou, marraine Elisabeth de Joannis), décédé le 13 novembre 1745, inhumé le lendemain à Pertuis, âgé de 74 ans ; épouse le 12 juillet 1705 en l’église Saint-Nicolas de Pertuis, avec dispense de parenté du 3e au 4e degré, Marie-Anne d’ANJOU veuve de Pancrace de QUEIREL, fille de feu Honoré, écuyer de Pertuis, et de feue Catherine de RIPERT, les témoins du mariage sont Joseph de Joannis conseiller du roi et son avocat général à la cour des comptes, Jean Louis de Clappiers sous-diacre et Louis d’Archimbaud. Décédée le 1er juillet 1731 à Pertuis. D’où :

  1. Jean Louis d’ANJOU né le 16 juin 1706, baptisé le lendemain en l’église de Pertuis (parrain Jean Louis d’Anjou son oncle, marraine Suzanne de Venture), décédé à l’âge de 7 ans, inhumé le 5 février 1714.
  2. Pierre qui suit,
  3. Joseph Antoine d’ANJOU célibataire, né le 13 juin 1709, baptisé le 16 en l’église de Pertuis (parrain Joseph de Joannis avocat général en la cour des Comptes d’Aix, marraine Anne de Bonadona Cornarel), décédé le 4 juin 1766 âgé de 56 ans, inhumé le lendemain.
  4. Louise d’ANJOU née et ondoyée le 5 février 1712, baptisée le 18 septembre suivant en l’église de Pertuis (parrain André de Joannis, ci-devant commandant de la citadelle de Mantoue et chevalier de Saint-Louis, marraine Sibille de Martelly), décédée à l’âge de 12 ans, inhumée le 1er octobre 1724.
  5. Joseph d’ANJOU officier, décédé en 1765.

VII – Pierre d’ANJOU écuyer de Pertuis, né le 28 janvier 1708, baptisé le lendemain en l’église de Pertuis (parrain Pierre de Martelly, marraine Marguerite Marion), décédé le 19 août 1779, âgé de 71 ans, inhumé le lendemain au cimetière de Pertuis ; épouse à Marseille, par contrat du 3 juin 1737 (Salomé notaire), et le lendemain en l’église Saint-Martin, Marguerite (Charlotte) de SAVIGNON de Marseille, fille de feu noble Jacques, et d’Anne de MARTIN, mariage célébré en présence de Jean-Louis d’Anjou prêtre, frère de l’époux. Elle meurt à l’âge de 57 ans le 12 janvier 1774 et est inhumée le lendemain. D’où :

  1. Charles-Melchior qui suit,
  2. (Marie Anne) Louise (Thérèse) d’ANJOU née et ondoyée le 19 janvier 1740 à Pertuis, baptisée le 23 en l’église paroissiale (parrain Gaspard de Savignon son oncle, marraine Anne de Cornarel Bonadona).
  3. Marie d’ANJOU née le 29 novembre 1745 à Pertuis, baptisée le même jour en l’église paroissiale (parrain Joseph Antoine d’Anjou, marraine Marie de Savignon); épouse 1) le 19 novembre 1771 en l’église de Pertuis, Jean-Baptiste Laurent de VIANY, chevalier, conseiller du roi en la cour du parlement de Provence, âgé de 31 ans, né le 10 août 1740 à la Tour d’Aigues, fils de feu Sauveur, écuyer de la Tour d’Aigues, et d’Elisabeth SICARD, habitant d’Aix, en présence de Joseph Bache Scipion de Pitton chevalier, seigneur de Tournefort, procureur fondé de Mme de Viany, ainsi que les parents de l’épouse, et les témoins Joseph Sébastien de Croze, Joseph Gaspard d’Anjou de Mazargues, Pierre Joseph de Barquier capitaine au régiment de Picardie, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, et Jean-Louis de Bonaud. Il meurt guillotiné le 7 juillet 1794 à Orange (19 messidor an II). 2) le 25 mars 1796 en l’église de la Madeleine à Aix, et civilement le 21 décembre suivant, Antoine PEYRAS propriétaire, âgé de 69 ans, né le 16 janvier 1727 à Arles, fils de feu Pierre, et de feue Marguerite LIEUTAUD.
  4. Marianne d’ANJOU morte jeune.

VIII – Charles-Melchior d’ANJOU écuyer de Pertuis, officier de marine, d’abord garde de la Marine à Toulon le 5 septembre 1755, puis successivement garde du pavillon le 18 mai 1756, enseigne de vaisseau le 1er janvier 1761, lieutenant de vaisseau le 1er février 1770, capitaine-lieutenant en second au régiment de Marseille le 1er mai 1772, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis le 23 septembre 1776, se retire à Marseille en raison du mauvais état de sa vue, le 25 octobre 1776, avec une pension de 800 livres, membre de l’Académie de peinture et de sculpture de Marseille, possédait en son hôtel de la rue du Champ Major une collection de 80 modèles de vaisseaux ; né le 26 septembre 1738 à Pertuis et baptisé le même jour en l’église paroissiale (parrain Melchion d’Anjou, marraine Anne Martin), décédé avant 1807 ; épouse à Marseille, par contrat du 27 août 1770 reçu Salomé notaire, et le lendemain en l’église Saint-Ferréol, Angélique Renée MARTIN fille mineure de noble Barthélémy, directeur de la compagnie royale d’Afrique, négociant à Québec, et de Marie Françoise Renée LE VASSEUR, en présence des parents des époux, et des témoins Antoine Tropez Magniol négociant, Joseph Le Vieux négociant, Joseph Emmanuel d’Audibert-Caille, négociant, et François Lombard, tous du bureau de la compagnie d’Afrique, sont présents également le chevalier de Forbin Gardanne et l’abbé de Jarente. D’où :

  1. Charles qui suit,
  2. Emilie d’ANJOU née le 24 septembre 1775 à Marseille, baptisée le lendemain en l‘église Saint-Ferréol (parrain Barthélémy Martin directeur de la compagnie d’Afrique, marraine Anne Marie Louise d’Anjou), épouse civilement le 6 février 1806 à Marseille, Joseph Pierre Justinien MEYNIER, receveur général du tabac et des gabelles à Marseille, puis premier commis au bureau de la recette des douanes impériales, né en 1748.
  3. Flore d’ANJOU née le 23 octobre 1776 à Marseille, baptisée le 26 en l’église Saint-Ferréol (parrain René Nicolas Le Vasseur ancien commissaire de la Marine, marraine Marie d’Anjou de Viany), y demeure chez son ayeule maternelle lors de son mariage, épouse civilement le 12 août 1807 à Marseille, Hilarion de LA BOULIE avocat en la cour impériale, demeurant à Marseille, veuf d’Anne Louise Lucie MIRAILLIECT décédée en 1799, né à Aix le 2 novembre 1772, fils de feu Pierre Joseph, ancien conseiller au parlement de Provence, décédé en 1794, et de Marie Françoise de JULIEN, les témoins des mariés sont les sieurs Romagnac négociant, Victor Cournaud, avocat et avoué, Meynier beau-frère de l’épouse, premier commis aux douanes, et Pierre Bourguignon propriétaire à Marseille, l’épouse signe Flore d’Anjou. Nommé vice-président du tribunal civil de Marseille de 1816 à 1830, il meurt en 1848.

IX - Charles d’ANJOU né le 20 juillet 1771 à Marseille, baptisé le lendemain en l’église Saint-Ferréol (parrain noble Pierre d’Anjou son grand père, parraine Marie Françoise Renée Le Vasseur sa grand-mère).

Il serait, pendant la Révolution, parti avec son père en Afrique exercer le commerce d’esclaves. Tous deux s’y seraient établis sur les côtes de l’actuel Cameroun, y vécurent vieux et y furent enterrés en la ville de Douala, après avoir fondé le royaume du vieux Cameroun, dit de Bona Biella, sur les berges du fleuve Cameroun (l’actuel fleuve Wouri). Ils y eurent une postérité, encore subsistante sous le nom capétien d’Anjou.


 
contact