Anciennes familles de Provence

 

 

branche
Dupérier Dumouriez


 

III - Claude du PERIER écuyer (fils cadet de Laurent avocat, et de Louise Alpheran) avocat à la cour, Monsieur Maître, gentilhomme du duc de Guise gouverneur de Provence, baptisé le 9 juillet 1577 à la Madeleine (parrain noble Claude de Perussis conseiller au parlement, marraine Françoise Guérin), épouse 1) suivant contrat passé à Aix le 15 novembre 1601, Honorade de JULIANIS fille de Jacques, conseiller au parlement de Provence, et de Marguerite de PENA. 2) par contrat du 24 octobre 1619 (Antoine Jusbert, notaire à Lorgues) Anne de MORIES fille de Gaspard. D’où :

  1. du premier mariage : Louis du PERIER baptisé le 31 juillet 1605 à Saint-Sauveur (parrain Louis de Pena, écuyer, marraine Magdeleine de Pena), maintenu noble en 1668.
  2. Gabrielle du PERIER baptisée le 8 décembre 1607 à Saint-Sauveur (parrain François du Périer écuyer, marraine Gabrielle de Mutonis) épouse par contrat du 30 février 1631 à Aix, Claude de CASTOL fils de Claude, bourgeois d’Aix, receveur pour le roi, et d’Anthorone ESTIENNE.

  3. du second mariage : François qui suit,
  4. Charles du PERIER poète latin, né à Aix et baptisé le 31 janvier 1622 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Monseigneur Charles de Lorraine, duc de Guise et gouverneur pour le roi au pays de Provence, marraine Aimare de Castellane), mort à Paris le 27 mars 1692, âgé de 70 ans.

IV – François DUPERIER part se fixer à Madagascar où il meurt en 1663, il était né à Aix et baptisé le 8 décembre 1620 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain François du Périer, marraine Catherine de Pelerin); épouse sa cousine Anne de MORIES d’où :

V – François du PERIER né vers 1650 à Aix, aurait commencé comme laquais ou valet de chambre dans la troupe de Molière sous le pseudonyme de Provençal, exerce son métier de comédien jusqu’à la mort de son épouse et son remariage, il entre alors dans les affaires du roi, avec la charge de fermier général qu’il exerce notamment en Anjou et lui permet de faire une rapide fortune, il se reconvertit dans le construction de pompes à incendie : le 12 octobre 1699 il obtient une autorisation du roi pour fabriquer, utiliser et louer pendant trente ans une pompe à incendie qu’il avait mise au point, il est qualifié dans les acte de directeur des pompes pour les incendies à Paris ; chargé d’organiser un corps de 60 gardes pompe dans la capitale il est nommé directeur des pompes en 1716, et décède le 21 juin 1723 à Paris. Plusieurs de ses enfants adoptèrent le nom de Moriès que, par corruption parisienne, on a ensuite changé en celui de Dumouriez.

Au 30 de la rue Mazarine à Paris, ancien emplacement de l’Hôtel des Pompes, subsiste une plaque comportant cette inscription : « Ancien hôtel des Pompes. Dans cette maison est mort le 21 juin 1723 du Mouriez du Perrier d’Aix en Provence. Sociétaire de la Comédie Française de 1686 à 1705. Introducteur en France de la pompe à incendie. Créateur du corps des pompiers de la ville de Paris ».

Il avait épousé 1) en février 1673 à Rouen, Madeleine JANNEQUIN fille d’un comédien de Rouen surnommé Rochefort. Elle meurt le 27 novembre 1690. 2) par contrat du 24 novembre 1707, Anne VAUGE d’origine champenoise. D’où :

  1. du premier lit (10 enfants) : Pierre DUPERIER DUMOURIEZ né le 30 mars 1671 à Paris, succède à son père à la ferme générale, et meurt le 24 décembre 1707.
  2. Pierre François DUPERIER DUMOURIEZ dit M. de la GENESTE, lieutenant au régiment de Picardie, né le 25 septembre 1672 à Rouen.
  3. Jean-Baptiste qui suit,
  4. Léon DUPERIER DUMOURIEZ dit M. de SAINT-LEON, agent des fermes royales, munitionnaire des armées, né en 1676, épouse Anne Françoise Julie HENDRET.
  5. Henriette DUPERIER DUMOURIEZ née en 1677.
  6. Anne Antoinette DUPERIER DUMOURIEZ née en 1680, décédée en 1751, épouse le 6 mai 1705, Thomas FOSSART écuyer, seigneur de Rozeville, fils de Thomas, secrétaire des commandements de Mme la duchesse de Nemours, et de feue Marguerite de BEAUVAIS. Nommé conseiller secrétaire du roi en 1736, il meurt durant l’exercice de sa charge le 21 octobre 1754, à l’âge de 78 ans. D’où postérité.
  7. Anne-Edouarde DUPERIER DUMOURIEZ née en 1685.
  8. Jean-François DUPERIER DUMOURIEZ baptisé le 30 janvier 1687, mort en bas âge.
  9. Marie-Anne Charlotte DUPERIER DUMOURIEZ née en 1687, décédée le 21 juin 1718.
  10. Jeanne-Madeleine DUPERIER DUMOURIEZ baptisée le 13 mai 1689, morte en bas âge.

  11. du second lit (6 enfants) : François Nicolas auteur du rameau de Suisnes.
  12. Marie Anne DUPERIER DUMOURIEZ née en 1710, décédée en 1792, épouse 1) François ESTIENNE de FONTENAY directeur général des Aides à Neufchâtel en Normandie (dont une fille mariée à son cousin le général Dumouriez). 2) Jean Jacques Léonor LE GRIX de LA POTERIE lieutenant général civil et criminel au baillage de Pont-Audemer.
  13. Anne Geneviève DUPERIER DUMOURIEZ née en 1712.
  14. Marie Françoise DUPERIER DUMOURIER née en 1713.
  15. Joseph-Antoine DUMOURIEZ de LA GENESTE né en 1715, écuyer, premier commis du duc de la Vrillière, maréchal des logis du roi, demeurant à Versailles. Epouse Marie Anne EYDIEU fille du premier commis du duc de la Vrillière. Marie Anne Eydieu meurt en 1786 après avoir institué pour son héritier le neveu de son mari Charles François du Périer du Mouriez. Le couple eut des enfants qui ont émigré.
  16. Ne DUPERIER DUMOURIEZ religieuse ursuline à Pontoise.
  17. Antoine François auteur du rameau du général Dumouriez.

VI - Jean-Baptiste du PERIER du MOURIER écuyer, qualifié sieur du Mourier, né en 1674, parti pour Saint-Domingue où il est pourvu de l’office de greffier-notaire de la ville du Cap par provisions du 1er mai 1703, élu membre du conseil souverain du Cap à Saint-Domingue. Epouse 1) Marie-Charlotte BRUSLE de BEAUBERT. 2) Marie-Anne GUENET remariée à Jean d'ASSIER d'ADINVILLE, capitaine de cavalerie. Elle meurt le 20 octobre 1759 au Mans (Sarthe). D'où, du second mariage :

  1. Anne Catherine du PERIER du MOURIER décédée le 18 septembre 1802 au Mans, épouse le 1er septembre 1749 en l’église Notre-Dame de Chaufour, René François de RENUSSON d'HAUTEVILLE (1715-1780) capitaine, garde du corps du roi, fils de feu René Simon, conseiller du roi juge magistrat en la sénéchaussée et siège présidial du Mans, et de Perrine Françoise ROBELOT, assisté de Marie Anne et Jacquine Françoise ses soeurs, et de Mre Charles de Vanssay chevalier, seigneur de Blamont, mousquetaire de la garde du corps du roi, son cousin, et de Mre Pierre Jacques René Nepveu écuyer seigneur de Rouillon, lieutenant criminel du Mans, et de Catherine Françoise de Vatetot son épouse, ses cousins, et de Mre Jérôme Nepveu, chevalier de l’ordre militaire de Saint-Louis, lieutenant des vaisseaux du roi, lieutenant des compagnies franches de marine, aussi son cousin. D'où postérité.
  2. Charles (François) DUPERIER DUMOURIER né le 23 septembre 1746 au Mans, grand-vicaire et archidiacre du Mans, nommé évêque de Tulle en 1817, nommé à l'évéché de Bayeux en 1823, sacré évêque de Bayeux sous Louis XVIII (1823), est frappé d'apoplexie dans sa cathédrale en célébrant les saints mystères, le jour de Pâques 1827 et meurt le surlendemain 17 avril.
  3. Anne Louise Françoise du PERIER du MOURIER baptisée le 2 juin 1748 au Mans, épouse N. de CAIGNET.

 

 
 
   
contact