Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Poitevin


 

Famille issue de Sauvaire Poitevin, riche marchand de Riez, vivant en 1540, dont le petit-fils Honoré de Poitevin, avocat, installé à Draguignan par son mariage, succède à son beau-père dans l’office de lieutenant principal (1598) et celui de lieutenant particulier et assesseur criminel (1606) en la sénéchaussée de Draguignan. Qualifié sieur de Mallemoisson et d’Aiglun, il transmet ses titres et charges à son fils Charles de Poitevin (1601-1636), lequel est père de François-Drac de Poitevin (1629-1665), qui reprend en 1648 l’un des offices paternels mais meurt prématurément sans laisser de descendance.

 

 

I - Sauvaire POITEVIN marchand et bourgeois de Riez, se porte caution vers 1540 de la somme de 40 florins que l’évêque de Riez, Antoine de Tende, verse au chapitre de la collégiale Notre-Dame de Barjols  pour y fonder un anniversaire ; épouse Isabeau de LOQUES fille de Jean-Louis, premier huissier au parlement de Provence, et de Gasparde ARBAUD. D’où :

  1. Hélion qui suit,
  2. Catherine de POITEVIN décédée le 6 juillet 1623 à Lorgues, âgée d’environ 73 ans ; épouse par contrat 21 septembre 15… (Chauvet, notaire à Ginasservis), Joseph MORIèS marchand bourgeois de Lorgues, qualifié écuyer, fils de Jean et de Jeanne LABOUREL. Il teste à Lorgues en 1587 puis en 1610.

II - Hélion POITEVIN bourgeois de Riez, épouse par contrat du 1er juin 1577 à Aix, Anthorone MATHERON fille Joachim écuyer, seigneur de Salignac et d’Entrepierres, et de Marguerite de GUILHEN des sieurs de Puylaval au Comtat. D’où :

  1. Honoré qui suit,
  2. (prob.) Honorade POITEVIN inhumée le 16 juin 1612 à Valensole ; épouse Louis GIRAUD bourgeois de Valensole.
  3. (prob.) Marguerite de POITEVIN épouse par contrat du 30 octobre 1599, Antoine BONNARDEL bourgeois de Riez, qualifié écuyer, protestant, consul de Riez en 1582 et 1591, fils de Pierre et de Catherine CHERIN.
  4. (prob.) Anne de POITEVIN épouse vers 1600, François de FABRE écuyer de Riez.
  5. Melchion de POITEVIN écuyer de Riez, installé à Valensole ; épouse 1) par contrat du 1er février 1604 à Valensole (Bouffier, notaire), Jeanne de SARRAZIN native de Boucs en Piémont, fille de feu Jean, et de feue Agnès PELLERIN sa première épouse, l’épouse est assistée de Jeanne de Lanfrin sa marâtre, de Joseph Egnin ? son beau-frère, et d’André Amalenc son parent. 2) le 11 janvier 1616 en l'église de Riez, Lucrèce de GUEIDAN. D’où, du premier mariage :

    1. Honorade de POITEVIN baptisée le 1er mai 1605 en l’église de Valensole (parrain Antoine Bonnardel, de Riez, marraine Honorade de Poitevin femme du sieur Louis Giraud de Valensole).
    2. Isabeau de POITEVIN baptisée le 6 août 1606 en l’église de Valensole (parrain Louis Giraud, marraine Marguerite Poitevin).

III - Honoré de POITEVIN seigneur de Mallemoisson et d’Aiglun, reçu docteur en droits de l’université d’Avignon en 1593 puis avocat au parlement de Provence, succède à son beau-père dans l’office de conseiller du roi et son lieutenant principal au siège de Draguignan, suivant lettres de provisions datées à Paris du 17 juin 1598, sans avoir pourtant l’âge de 30 ans requis pour cette charge, il n’est reçu qu’en février 1600, est pourvu également de l’office de lieutenant particulier, assesseur criminel et premier conseiller par lettres du 18 septembre 1606 vérifiées le 27 du même mois, office acheté 2000 livres, qui lui rapporte 200 livres tournois de revenu, et qu’il résignera le 24 mars 1625 en faveur de son fils Charles de Poitevin, se trouve en procès contre Pierre Fabre de Mazan en 1626 ; était né à Riez ; épouse par contrat en 1596 à Draguignan (Jean-Laurent Michaelis, notaire), Françoise de DOMINICY appelée Mme la lieutenante, fille d’Honoré, docteur en droit et avocat, lieutenant principal au siège de ladite ville (1572), décédé en 1598, originaire de Guillaumes, et de Catherine RICHARD ; elle hérite de biens à Draguignan et notamment une terre aux Vérignanes connue, depuis elle, sous le nom de la Lieutenante, ainsi qu’une bastide au Toret et une terre à Palayson. D’où :

  1. Charles qui suit,
  2. Alexandre de POITEVIN baptisé en 1601 en l’église collégiale de Draguignan.
  3. Joseph de POITEVIN baptisé le 6 septembre 1603 en l’église collégiale de Draguignan (parrain Joseph Mouriès bourgeois de Lorgues, marraine Catherine de Poitevin sa femme, en présence d’une « fort notable compagnie »).
  4. Pierre de POITEVIN écuyer, seigneur en partie de Mallemoisson, baptisé le 24 septembre 1606 en l’église collégiale de Draguignan (parrain Pierre Mathy sieur de Taradeau, lieutenant particulier au siège, marraine Magdeleine de Dol sa femme), décédé avant 1671 ; épouse vers 1630, Blanche BRUN de CASTELLANE fille de Jean-Baptiste, seigneur de Vaucroue, avocat, lieutenant particulier au siège et ressort de Draguignan, et de Françoise de MATHY ; elle reçoit 2.000 livres par le testament de son père en 1639. D’où :
    1. Charles de POITEVIN écuyer de Draguignan, seigneur en partie de Mallemoisson, docteur en droits de l’université d’Avignon en 1653, baptisé le 3 juillet 1631 en l’église de Draguignan (parrain Charles de Poitevin, seigneur de Mallemoisson, lieutenant principal, son oncle, marraine Honorade d’Albert, dame de Caille et de Rougon) ; épouse le 18 janvier 1671 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Claire de GUIRAMAND d’Aix, née vers 1653, fille de Jean-Michel, seigneur de Lagrémuse, la Penne, la Durane et Velaux, et de Marguerite CARNAC, en présence de la mère de l’épouse, de Constant David prêtre, Claude d’André, Balthasar de Félix, et pierre Espérandieu.
    2. Jean-Baptiste de POITEVIN baptisé le 2 mai 1633 en l’église de Draguignan (parrain Jean-Baptiste [Brun] de Castellane sieur de Vaucroue, marraine Françoise de Mati sa femme).
    3. Jean Honoré de POITEVIN baptisé le 3 novembre 1634 en l’église de Draguignan (parrain Jean Honoré Gautier écuyer de Seillans, marraine Sibille de Gaussard femme de Mr le conseiller Crotte).
    4. Pierre de POITEVIN baptisé le 18 février 1636 en l’église de Draguignan (parrain Pierre de Castellane sieur de Rougon, marraine Gabrielle de Demandolx femme du sieur de Broves).
    5. Sibille de POITEVIN baptisée le 6 juillet 1637 en l’église de Draguignan (parrain Honoré de Raphael sieur de Brenon, marraine Sibille de Poitevin).
    6. Claire de POITEVIN religieuse ursuline au couvent de Draguignan, baptisée le 9 novembre 1638 en l’église de Draguignan (parrain Louis Cavalier, marraine Claire de Villeneuve).
    7. Isabeau de POITEVIN baptisée le 3 novembre 1639 en l’église de Draguignan (parrain Antoine Reymondi docteur en sainte théologie, vicaire de N…, marraine puissante dame Isabeau de Halluin marquise douairière de Raron ?).
    8. Marc de POITEVIN baptisé le 29 novembre 1640 en l’église de Draguignan (parrain Marc de Castellane sieur de Vaucroue, lieutenant particulier au siège, marraine Anne de Castellane femme de Jean de Laurans).

IV - Charles de POITEVIN écuyer, seigneur de Mallemoisson et d’Aiglun, docteur en droit, pourvu de l’office de conseiller du roi lieutenant particulier assesseur criminel et premier conseiller au siège sénéchal de Draguignan par lettres données à Paris le 24 mars 1625, puis, l’année suivante, de l’office de lieutenant principal civil et criminel par lettres patentes datées à Fontainebleau du 22 avril 1626, reçu au parlement le 5 juin suivant, installé à Draguignan le 10 juin, il est âgé alors de 25 ans ; cette même année, il fait construire à Draguignan un hôtel (actuellement 13 rue Georges Cisson) pour plaire à son épouse mais finit par s’y ruiner ; de caractère impulsif, il se laisse aller plus d'une fois à de regrettables violences. « Un jour, en plein auditoire, il se serait emporté jusqu'à saisir au collet, « pour le mener en prison », un fermier des tailles qui l'avait assigné en paiement d'arrérages, réglés d'après lui, «  criant toujours qu'il feust mené en prisons, et de plus commanda au greffier d'escripre cinq cens livres d'amande ». Une autre fois, en descente à Fayence pour présider un conseil de ville, sans mission bien régulière, il refusa d’exhiber ses pouvoirs, menaçant avec colère un notaire assez osé pour les lui demander et « disant qu'il la payeroit ». Puis, il serait reparti sans terminer ses opérations. Pour une simple négligence, il traitait un procureur de « brouillon et quouquin » et à ses injures et menaces familières, ajoutait « qu'il le luy payeroit et feroit qu'il n'entreroit plus au palais » (Mireur, Inv. arch. Var, 1895) ; né à Draguignan, baptisé en l’église collégiale le 7 janvier 1601, décédé à Draguignan le 8 mars 1636, à l’âge de 35 ans, en l’exercice de ses fonctions, son office de lieutenant criminel passe entre les mains de Gaspard de Séguiran qui s’en démet, sans se faire pourvoir, puis en juin 1637 à l’avocat Amant de Monier-Châteaudeuil qui ne l’investit pas mais reçoit celui de lieutenant principal ; épouse par contrat du 9 février 1625 à Aix (Boniface Alphéran, notaire), Magdeleine de PERIER fille de Julien, écuyer, seigneur de Clumanc, Douroules, La Traille, conseiller du roi au parlement de Provence, et de Françoise de DEMANDOLX LA PALUD. D’où :

  1. François de POITEVIN baptisé le 28 décembre 1625 en l’église collégiale de Draguignan (parrain Honoré de Poitevin lieutenant principal au siège de Draguignan, son grand père, marraine Françoise de Demandes sa grand-mère).
  2. Sybille de POITEVIN baptisée le 15 février 1627 en l’église de Draguignan (parrain Julien de Périer, conseiller du roi au parlement d’Aix, marraine Sibille de Gras dame de Brovès) ; épouse le 26 avril 1643 en l’église collégiale de Draguignan, Jacques d’ESGUISIER seigneur des Tourres, écuyer de Marseille, fils de Pierre, seigneur des Tourres.
  3. Isabeau de POITEVIN baptisée le 26 juillet 1628 en l’église de Draguignan (parrain Jean Honoré Gautier, bourgeois de Seillans, marraine Isabelle de Chasteuil).
  4. François-Drac qui suit,
  5. Pierre de POITEVIN baptisé le 28 juillet 1631 en l’église de Draguignan (parrain Pierre de Poitevin, marraine Blanche de Castellane).
  6. Julien de POITEVIN baptisé le 26 décembre 1632 en l’église de Draguignan (parrain non nommé, marraine Anne de Périer).
  7. Ursule de POITEVIN baptisée le 7 juin 1634 en l’église de Draguignan (parrain Gaspard de Guillon sieur d’Allons, marraine Lucrèce Fontenie).
  8. Anne de POITEVIN baptisée le 5 septembre 1635 en l’église de Draguignan (parrain Jacques de Laurans sieur de Vaugranier, marraine Anne de Grasse sa femme).

V - François-Drac de POITEVIN écuyer, seigneur de Mallemoisson, avocat au parlement de Provence, conseiller du roi questeur en la sénéchaussée de Draguignan, reprend en 1648 la charge de lieutenant général civil et criminel audit siège ayant appartenu à son père et possédée alors par Marc Brun de Castellane qui, l’ayant exercée six ans, la résigne en sa faveur, bien qu’il ne soit âgé que de 19 ans, suivant lettres du 22 janvier 1648, enregistrées cinq ans plus tard ; mis en possession de sa charge presque aussitôt, il devient ainsi le plus jeune lieutenant de la sénéchaussée de Draguignan ; il aura, durant sa magistrature, à subir les violences de la guerre entre Sabreurs et Canivets « qui eut à Draguignan un de ses foyers les plus intenses et les plus persistants, comme aussi ses plus tragiques » ; capturé à la suite d’un coup de main, il est emprisonné avec d’autres notables de la ville en février 1653 et ne dut sa délivrance qu’à l’intervention du P. Bornin qui prêchait alors le carême ; baptisé le 16 septembre 1629 en l’église de Draguignan (parrains les consuls de Draguignan, savoir Antoine Reymondi avocat en la cour, premier consul, Jean Garcini procureur au siège, et François Meilhe, les marraines Minerve de Maynier, Françoise Allègre et Jeanne Giraud femme d’Esprit N.), il meurt en exercice en 1665, à peine âgé de 36 ans, sans postérité ; épouse le 18 juillet 1647 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix, Marguerite de MALIVERNY fille de Sébastien (1592-1658), conseiller à la cour des Comptes d’Aix, et d’Anne de GALLICE sa seconde épouse, en présence de Jean Cabassol avocat au parlement d’Aix, Jean Giraud prêtre, et Reymond Estienne, d’Aix ; l’époux étant filleul de la ville de Draguignan, les consuls, désireux de reconnaître ses mérites, organisèrent des festivités et accueillirent les jeunes époux, à leur entrée dans la ville, « au son du tambourin et au bruit des salves par la jeunesse en armes, sous le commandement d'un capitaine désigné par le conseil » (Mireur). Veuve et héritière de son mari, Marguerite de Maliverny vend leur hôtel de Draguignan en 1676 et se retire à Aix.

 

 

 

 
contact