Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Fresse


 

 

La famille de Fresse appartient à la noblesse de la ville de Valensole. Son patronyme apparaît dès les premiers registres paroissiaux (1599) sous la forme Fesse uniquement, qui évolue dans la seconde moitié du XVIIe siècle, à mesure que ses membres accèdent à des dignités et offices importants. Balthasar de Fresse, sieur de Monval, nommé conseiller aux Comptes en 1684, est le premier à signer son nom Fresse après avoir découvert cette forme dans d’anciennes listes de Valensole remontant aux années 1328 et 1341, et engage ses frères à suivre son exemple. Cette découverte ne doit évidemment rien au hasard. Une autre branche de la famille, dite de Lineau, ayant suivi la tradition provençale de latiniser son nom en Fessy, adopte à son tour le nom de Fresse qui finit par s’imposer à toutes les branches, même les plus lointaines (le sieur Paul Fesse, menuisier à Valensole, signe Fresse en 1731 tandis que son frère Joseph continue de porter Fesse).

L’auteur de la famille est Pierre Fesse, bourgeois de Valensole, né vers 1530, décédé en 1586, marié à une soeur du notaire Joseph Raynaud, et père de : Honorade Fesse, mariée au notaire Huguet Bouffier, Joseph et Jacques Fesse, marchands, peut-être Pierre Fesse notaire royal de Valensole, Jeannet Fesse, religieux de Cluny, élu prieur en 1623, et enfin André Fesse, l’aîné, rentier des droits et fermes du doyenné de Valensole, alors dépendance de l’abbaye de Cluny. Cet André Fesse, qualifié écuyer, fit, à Aix, en juin 1606, un mariage avantageux : en épousant Melchionne, l’une des filles illégitimes du capitaine Antoine d’Oraison, vicomte de Cadenet, il entrait dans la parenté des grands seigneurs provençaux : le vicomte de Cadenet, le baron de Céreste, le baron d’Allemagne, le baron d’Oppède.

François Fesse (1614-1671), son fils, entré au service du roi dans la compagnie du maréchal de Vitry, est le premier à porter le nom de Monval - qu'il prend d'une bastide située au sud de Valensole. Marié à Isabeau de Giraud, il est le père de Joseph, Balthasar et Alexandre de Fesse, qui forment trois branches : l’aînée, dite de la Condamine, s’éteint deux générations plus tard dans la bourgeoisie d’Oraison, la deuxième, installée à Aix, est issue de Balthasar de Fresse de Monval (1656-1704), conseiller à la cour des Comptes de Provence en 1684, père d’Antoine de Fresse de Monval (1685-1768), qui lui succède dans sa charge en 1706 et la transmet en 1742 à son fils Joseph de Fresse de Monval (1716-1776), nommé en 1771 président aux Enquêtes du parlement, dont le fils unique meurt à l'âge de 21 ans en 1775. Cette branche est la seule à avoir été anoblie. La troisième branche, issue d’Alexandre de Fresse dit le cadet de Monval (1658-1722), avocat et juge de Valensole, est celle qui s’est perpétuée jusqu’à nos jours.

Une autre branche, dite de Lineau, est issue de Joseph Fesse, frère d’André ci-dessus, qui est marchand et, comme lui, gère les revenus de l’abbaye de Cluny sur le terroir de Valensole. Marié à une soeur du capitaine Rogon, de Lurs, il a plusieurs enfants, dont une fille mariée au notaire Reynoard et un fils, avocat, installé à Manosque. Jean-François Fesse, l’aîné, marchand et consul de Valensole, possède une partie du rière-fief de Lineau, à Gréoux, que son fils Guillaume Fesse alias Fessy, avocat et plus tard maire de Valensole (1728), augmente en épousant la fille du sieur Guérin de Lineau. Leur postérité s’éteint, deux générations plus tard, avec Thérèse et Henriette de Lineau, mariées en 1776 dans la bourgeoisie de Marseille, qui n'ont qu'un frère vivant en 1794. Toutefois, un cadet de cette branche, Pierre Fessy, installé à Lyon dès 1699, est l’auteur d’une lignée, restée jusqu’à ce jour inconnue, qui prend le nom de Fessy de la Cardonnière.

A noter que, contrairement à ce qui a été rapporté par Chaix-d’Est-Ange, les Fresse de la Condamine n’ont aucun rapport avec les Fraysse de la Condamine du Languedoc, issus d’artisans protestants du village de Caussade, près de Montauban. Jean-Baptiste Fraisse de la Condamine (1768-1820) chevalier de Saint-Louis, dont le fils sera receveur à Calvi, et le petit-fils receveur à Marseille à la fin du XIXe siècle, était fils d’un capitaine de grenadiers, habitant de Caussade.

*

Armes : de gueules à la fasce d’argent accompagnée en chef de trois étoiles d’or mal ordonnées, et en pointe de trois croissants d’argents, aussi mal ordonnés. Elles figurent ainsi à l’Armorial général de France, pour Balthasar de Fresse sieur de Monval, conseiller en la cour des Comptes, Joseph Fresse, avocat au parlement, demeurant à Valensole, son frère, et pour Jean-François Fesse marchand à Valensole, leur oncle. Cette disposition a été modifiée par la suite : dès le milieu du XVIIIe siècle (Artefeuil), les croissants apparaissent bien ordonnés, c’est-à-dire posés deux et un, et cette configuration, qui avait été adoptée par Guillaume Fesse, maire de Valensole, a été conservée par la famille actuellement.

Nous complétons ici la généalogie des Fresse de Monval, telle qu’établie à partir des archives familiales (et indexée sur Généanet) par l’amiral Michel de Monval à qui nous exprimons nos vifs remerciements, et à qui nous renouvelons notre admiration pour le formidable travail réalisé. Ces archives, qui représentent 20 mètres linéaires de documents, très précieuses pour l’historien des familles, sont conservées aux Archives départementales des Bouches-du-Rhône.

 

I – N. FESSE d’où :

  1. Pierre qui suit,
  2. Durand FESSE qui a postérité.

II – Pierre FESSE né avant 1530, décédé le 13 février 1586, épouse en 1569, Anne RAYNAUD décédée entre 1604 et 1606, soeur de Joseph Raynaud, notaire royal et greffier de Valensole. D’où :

  1. Jean dit Jeannet FESSE aumônier puis grand prieur de l’abbaye de Cluny, en remplacement de Jacques de Vény d’Arbouze, élu abbé, en 1623.
  2. André qui suit,
  3. Joseph auteur de la branche de Lineau.
  4. Honorade FESSE épouse vers 1608, Esprit SION.
  5. Prob. Pierre FESSE notaire royal de Valensole, inhumé le 2 février 1621 près de de l’autel de saint Crespin, épouse Marguerite GIRAUD d’où :

    1. Honorade FESSE décédée en 1632, épouse par contrat passé à Valensole le 25 avril 1604, Hugues alias Huguet BOUFFIER, praticien, puis notaire royal de Valensole, fils de Jacques.
    2. Espérite FESSE épouse par contrat passé à Valensole en 1607, Pierre FAUCHIER marchand de Puimichel, fils de feu André.
    3. Lucrèce FESSE décédée très âgée, et inhumée le 3 novembre 1673 ; épouse le 4 octobre 1621 en l’église de Valensole, Jean REYNOARD fils de feu Sauvaire et de Marguerite BISCAUD, en présence de Jean Guintrand, curé de Valensole.
    4. Jeanne FESSE décédée le 20 décembre 1658 à Valensole, âgée d’environ 60 ans, épouse 1) le 22 novembre 1622 en l’église de Valensole, Eloi MATHARON fils de Jeannet, et de Florence SALVE. 2) le 4 novembre 1631 en l’église de Valensole, Jan AMAND fils de feu André et de Ne CORRIOL.
    5. Isabeau FESSE baptisée le 18 avril 1599 en l’église de Valensole (parrain Etienne Rippert fils d’Honoré, marraines Isabeau d’Arnaud femme du sieur Rippert et Catherine Dalmas).
    6. Léonore FESSE baptisée en septembre 1600 en l’église de Valensole (parrain sire Louis Giraud, marraine Peyrone Bouffier).
    7. Antoine FESSE baptisé le 14 juillet 1602 en l’église de Valensole (parrain le Père Antoine Rousset sieur de Saint-André, marraine Anthorone de la Tour, de Riez).
    8. Catherine FESSE décédée le 22 juillet 1649 à Valensole ; épouse le 24 avril 1623 en l’église de Valensole, Antoine JAUBERT fils de feu Etienne, et de Jannone BOYER.
    9. André FESSE notaire royal par héritage de la charge de son père, étant mineur, il est placé sous tutelle de son parrain et oncle André Fesse, baptisé le 5 février 1606 en l’église de Valensole (parrain sire André Fesse, marraine Léonore Giraud), épouse le 4 janvier 1633 en l’église de Valensole, Marguerite CORRIOL fille d’Henri et de Jaumette CHAUDON. D’où :

      1. Anne FESSE baptisée le 1er octobre 1634 en l’église de Valensole (parrain Pierre Marin, marraine Anne Garcin).
      2. Marguerite FESSE baptisée le 2 juin 1637 en l’église de Valensole (parrain Gaspard Chaudon, marraine Marguerite Angevin).
      3. Jacques FESSE baptisé le 20 octobre 1639 en l’église de Valensole (parrain Jacques Fesse, marraine Anne Fesse).

III - André FESSE bourgeois qualifié « noble écuyer » de Valensole, rentier des droits et fermier du doyenné de Valensole dépendant de Cluny, élu premier consul pour l’année 1634, né vers 1574, inhumé le 5 août 1638 au couvent des Augustins de Valensole ; épouse 1) peu avant avril 1599, Catherine DALMAS prob. fille d’Esprit, et de Catherine SALVE. 2) par contrat passé en la ville d’Aix le 9 juin 1606, Melchionne Claire d’ORAISON de Cadenet, fille de feu Antoine, vicomte de Cadenet, capitaine d’une ordonnance de 50 hommes d’armes, décédé en 1585, et de Richarde d’EYGUIERES, d’Avignon, dame usufruitière d’un quart de la seigneurie de Cucuron. D’où :

  1. Du premier lit : Isabeau de FESSE religieuse, entrée au monastère de Sainte-Croix d’Apt le 27 octobre 1617, née le 11 février 1600 à Valensole, décédée au couvent des ursulines de Lorgues le 18 décembre 1659.

  2. Du second lit : Jeanne de FESSE née vers 1611, morte jeune.
  3. Alexandre de FESSE docteur en théologie, religieux de l’ordre de Cluny, nommé vicaire général du Dauphiné et prieur de la Pigne en 1662, baptisé le 4 mars 1612 en l’église de Valensole (parrain puissant seigneur Alexandre du Mas de Castellane baron d’Allemagne, vicomte de Salernes et Vitrolle, marraine Marthe d’Oraison femme dudit seigneur).
  4. François qui suit,
  5. Sybille de FESSE baptisée le 24 août 1614 en l’église de Valensole (parrain Jean Salve, écuyer de Valensole, marraine Catherine de Giraud son épouse), décédée en 1671, épouse le 11 mai 1631, Gaspard CHAUDON fils d’Honoré et de Catherine BARLES, présents Hercule de Villeneuve sieur d’Esclapon et Me Constantin Bouffier notaire.
  6. Scipion de FESSE baptisé le 31 juillet 1619 en l’église de Valensole (parrain capitaine Daniel Reynaud agissant pour Scipion Raynaud, marraine Anne de Meaux dame d’Esclapon).
  7. Pierre de FESSE baptisé le 28 octobre 1620 en l’église de Valensole (parrain Pierre Arnoulx maître chirurgien, marraine Anne de Flotte femme de Mr d’Esclapon).
  8. Anne de FESSE baptisée le 17 mars 1625 en l’église de Valensole (parrain Honoré Chaudon bourgeois, marraine Marguerite Rogoni), décédée à l’âge de 65 ans le 17 octobre 1690 à Riez, épouse 1) par contrat du 3 mars 1641 (Constantin Bouffier notaire à Valensole), Jean FERRATERY de la Verdière, décédé avant la naissance de leur fils en septembre 1649. 2) par contrat du 7 février 1655 à Valensole (Pierre Bouffier notaire), Jean-Baptiste de RICHIEUD écuyer, seigneur d’Argens, lieutenant de cavalerie au régiment de Vendôme, résidant à Riez, fils de Gaspard, juge royal des villes de Castellane, Guillaumes, Entrevaux et leur district, et de Françoise de PERIER. Il meurt en 1711. D'où une fille mariée à Joseph d'AYMINI écuyer de Manosque.
  9. Scipion de FESSE jésuite, novice le 22 septembre 1640, recteur de la chapellenie de Saint-Honorat à Valensole en 1640, parti pour l’Orient le 9 août 1657, baptisé le 1er janvier 1626 en l’église de Valensole (parrain Jacques de Bernier, marraine Anne de Meaux), mort après 1671.

IV – François de FESSE écuyer, sieur de Monval, sert dans la compagnie du maréchal de Vitry en 1635, obtient la permission de faire construire une chapelle dite Notre-Dame de Pitié, selon le souhait de feu son père, en 1641, élu premier consul de Valensole en 1643 puis en 1650, teste en 1671, laisse un livre de raison, continué à sa mort par son épouse ; né le 24 juillet 1613, baptisé le 5 octobre 1614 en l’église de Valensole (parrain François de Forbin seigneur de la Fare et de Sainte-Croix, conseiller du roi en la cour des comptes, marraine Peyronne Bonnardel femme de Jean Vachenq, bourgeois de Riez et rentier de Valensole), décédé le 20 avril 1671, inhumé le lendemain en la chapelle du Rosaire), épouse par contrat du 20 janvier 1636 (Constantin Bouffier notaire à Valensole), Isabeau de GIRAUD âgée de 15 ans, née en mai 1620 à Valensole, fille d’André, bourgeois, et d’Honorade d’AUDIFFRED. Elle meurt le 14 juillet 1672, à l’âge de 52 ans, et est inhumée le même jour en la chapelle du Rosaire, laissant un livre de raison commencé à la mort de son mari en avril 1671, et qui est poursuivi à sa mort par son fils aîné Balthasar. D’où :

  1. Anne de FESSE née le 23 janvier 1638 à Valensole, inhumée le 17 août 1652 aux Augustins.
  2. André de FESSE baptisé le 23 octobre 1639 en l’église de Valensole (parrain Alexandre Fesse religieux de Cluny, prieur de la Pigne, marraine Catherine Giraud), inhumé le 8 décembre 1641 aux Augustins.
  3. Marie de FESSE baptisée le 9 novembre 1641 en l’église de Valensole (parrains Félix Jaubert et Joseph Sauvin marchands, tous deux consuls, marraines Ne Chambeyron et Marguerite Imbert), inhumée le 20 juin 1646 au couvent des Augustins.
  4. François de FESSE tonsuré en 1658, prieur de Saint-Michel de la Croix de la Pigne en 1664, né le 21 août 1643 à Valensole.
  5. Honorade de FESSE baptisée le 21 septembre 1645 en l’église de Valensole (parrain Jean Giraud bourgeois, marraine Anne de Fesse), morte jeune.
  6. Marguerite de FESSE baptisée le 28 novembre 1647 en l’église de Valensole (parrain Hercule Giraud son oncle maternel, marraine Marguerite Grenon).
  7. Claire de FESSE née le 18 mars 1649 à Valensole.
  8. Honorade de FESSE baptisée le 1er octobre 1650 en l’église de Valensole (parrain Jean-Pierre Guérin, marraine Honorade Fesse).
  9. André de FESSE né le 23 et baptisé le 24 juillet 1652 en l’église de Valensole (parrain Alexandre Fesse gouverneur du prieuré de Valensole).
  10. Melchionne Isabeau de FESSE religieuse ursuline à Valensole, en religion soeur Jean-Baptiste, baptisée le 30 mars 1654 en l’église de Valensole (parrain Jean-François de Fesse, marraine Melchionne d’Oraison), décédée à l’âge de 73 ans, inhumée en son couvent le 4 novembre 1727.
  11. Joseph qui suit,
  12. Balthasar de FESSE avocat, né en 1656, auteur de la branche d’Aix.
  13. Alexandre de FESSE avocat, né en 1658, auteur de la branche cadette de Monval, qui perpétue actuellement le nom.
  14. Magdeleine de FESSE religieuse, supérieure de la communauté de Capsompierre, baptisée le 14 juillet 1660 en l’église de Valensole (parrain Pierre de Giraud chevalier de Malte son oncle, marraine Magdeleine d’Aguilhier), décédée le 20 janvier 1697 à Valensole.
  15. Isabeau de FESSE baptisée le 28 octobre 1661 en l’église de Valensole (parrain Pierre Bouffier notaire, marraine Spérite de Reynoard), épouse le 5 décembre 1676 en l’église de Valensole, avec dispense de consanguinité du 3e degré, Marc Antoine de GASSENDY seigneur de Molières, avocat en la cour du parlement de Provence, âgé de 27 ans, né en 1649 à Riez, fils d'Etienne, avocat, juge de la ville de Riez, et de Suzanne de GAUDEMAR.

V – Joseph de FRESSE LA CONDAMINE écuyer, destiné d’abord à rentrer dans les ordres, tonsuré en 1665, devient avocat au parlement de Provence, hérite par sa femme de la bastide de la Condamine à Valensole, teste le 29 avril 1708 ; baptisé le 22 août 1655 en l’église de Valensole (parrain Marc Antoine Giraud, juge, son oncle, marraine Marguerite de Garnier sa femme), épouse le 2 mars 1676 en l’église de Valensole, Eléonore de SALVE héritière de la Condamine, fille d’André, écuyer, et de Catherine de BAYLE, avec dispense du 4e degré « de parentage ou d’affinité ». Elle meurt le 20 juin 1709 et est ensevelie le même jour. D’où :

  1. Catherine de FRESSE née le 13 janvier 1677, baptisée le même jour en l’église de Valensole (parrain Balthasar Fesse de Monval, marraine Catherine de Bailé), décédée le 25 décembre 1760, inhumé le lendemain en la chapelle du Rosaire ; épouse le 12 janvier 1705 en l’église de Valensole, Esprit EYSSAUTIER maître chirurgien, veuf, fils de feu Melchion, et de Marguerite GUERIN.
  2. Marie Elisabeth de FRESSE baptisée le 26 mars 1679 en l’église de Valensole, née la veille (parrain Jacques de Salve, marraine Elisabeth Fesse), décédée à presque 10 ans, inhumée le 4 mars 1689.
  3. François de FRESSE né le 22 et baptisé le 23 juin 1681 en l’église de Valensole (parrain Alexandre Fesse, marraine Jeanne Fulque), inhumé le 26 novembre 1682.
  4. Joseph de FRESSE baptisé le 13 avril 1683 en l’église de Valensole (parrain Jean Giraud, marraine Ory d’Aguilhier), décédé à 3 ans, inhumé le 12 septembre 1686.
  5. François qui suit,
  6. Louis de FRESSE écuyer, bourgeois d’Oraison, baptisé le 8 octobre 1687 en l’église de Valensole, né la veille (parrain Hercule de Salve, marraine Claire de Fontvive), décédé à l’âge de 81 ans, le 5 janvier 1768, inhumé le lendemain en l’église d’Oraison ; épouse le même jour que son frère, 16 novembre 1711 en l’église d’Oraison, Thérèse ALLEMAND fille de Joseph, bourgeois d’Oraison, et de Catherine POULE. D’où :

    1. Marie de FRESSE née le 28 juillet 1712, baptisée le même jour en l’église d’Oraison (parrain François Fresse, marraine Catherine Poule).
    2. Joseph de FRESSE né le 22 février 1715 à oraison, baptisé le même jour (parrain Joseph Allemand, marraine Marguerite Allemand), décédé le 5 mai 1719 inhumé le lendemain à Oraison.
    3. Marie-Anne de FRESSE vivante à Oraison en 1779, née le 18 septembre 1717, baptisée le lendemain en l’église d’Oraison (parrain Marc Antoine Chaudon, marraine Honorade de Salve).
    4. Thérèse de FRESSE née le 3 janvier 1721, baptisée le même jour en l’église d’Oraison (parrain Pierre Allemand, marraine Jeanne Roche).
    5. Louis de FRESSE né le 13 mars 1722, baptisé le même jour en l’église d’Oraison (parrain Jean Joseph Hesmiol, marraine Marguerite Allemand).
    6. Catherine de FRESSE née le 25 novembre 1724, baptisée le lendemain en l’église d’Oraison (parrain Mary Segond notaire royal, marraine Claire de Firminy).
    7. Elisabeth de FRESSE née le 15 juin 1728, baptisée le même jour en l’église d’Oraison (parrain Louis de Salve, marraine Elisabeth Bernard), décédée à l’âge de 56 ans le 19 septembre 1784, inhumée le lendemain au cimetière d’Oraison, épouse le 15 novembre 1751 en l’église d’Oraison, Jean-François AUDIBERT bourgeois d’Oraison, fils de Pierre, négociant, et de Marguerite GALICY.

  7. Françoise de FRESSE née le 24 octobre 1693, baptisée le même jour en l’église de Valensole (parrain Esprit Eyssautier conseiller du roi et son procureur en la ville de Valensole, marraine Françoise Bourgesy), épouse le 17 janvier 1710, André NICOLAS fils de Pantaléon médecin, et d’Anne EYSSAUTIER, de Puymoisson.

VI - François de FRESSE LA CONDAMINE écuyer, seigneur de la Condamine, baptisé le 22 août 1685 en l’église de Valensole (parrain Jacques Guichard, marraine Gasparde Reynaud), décédé à l’âge de 70 ans, le 13 décembre 1755 et inhumé le lendemain au cimetière de Valensole, épouse 1) le même jour que son frère, 16 novembre 1711 en l’église d’Oraison, Marguerite ALLEMAND fille de Joseph, bourgeois d’Oraison, et de Catherine POULE, en présence des parents et témoins Blaise Giraud, bourgeois, et Mary Segond, notaire royal. 2) le 18 janvier 1746 en l’église des Mées, Thérèse de BERAUD fille de feu Louis, et de feue Françoise de BONNET, les témoins sont Joseph Chaix bourgeois, premier consul des Mées, Claude Roman bourgeois, Paul Bourrelly maître chirurgien, Jean Louis Coupa, Joseph Saint-Michel, et Jean-Baptiste Faudon. Elle meurt le 14 octobre 1771 et est inhumée le lendemain au cimetière de Valensole, âgée d’environ 62 ans.


 
contact