Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Salve


 

 

La famille de Salve appartient à la noblesse de la ville de Valensole. Au XVIe siècle, ses auteurs y étaient nourriguiers, c’est-à-dire propriétaires de bétail et de biens ruraux, et par leur position, prenaient dans les actes le qualificatif de nobles. Isnard Salve, nourriguier, marié en 1536, était membre du conseil municipal de Valensole, ainsi que son fils, Michel Salve, marié en 1566 à la veuve du sieur Berton. Jean Salve dit Baudety, leur fils, capitaine d’une compagnie d’armes de cent cavaliers par commission du roi Henri IV en 1595, donna le tournant décisif de la famille vers les armes et les prérogatives de la noblesse.

Marié en 1597 à Catherine de Giraud, héritière de biens au quartier de Villedieu, il marie sa première fille en 1620 au conseiller aixois Honoré d’Estienne, sa seconde fille en 1632 au juge de Valensole, fait entrer un de ses fils à Malte, un autre à Cluny, et laisse encore trois fils, André, Marc-Antoine et Hercule de Salve, qui font les trois branches de la famille.

La descendance d’André de Salve (1616-1701), qui fut maintenu noble avec ses frères en novembre 1668, au vu des qualifications portées par son bisayeul, s’éteint avec son petit-fils André de Salve, né en 1684, reçu chanoine à la collégiale de Barjols. Celle de Marc-Antoine de Salve (1619-), capitaine protestant, installé au diocèse de Nîmes, quitta la France à la Révocation de l’Edit de Nantes, pour les Pays-Bas, et subsiste actuellement sous le nom de Salve de Bruneton. D’Hercule de Salve (1621-1694), dernier fils, qui fut lieutenant de vaisseau, la famille de Salve s’est perpétuée avec distinction sous le nom de Berthone puis de Villedieu - tous deux domaines à Valensole - jusqu’à nos jours.

*

Armes : d'argent, à deux loups passants de sable, l'un sur l'autre, armés, lampassés (et allumés) de gueules, à la bordure engrelée du même. Elles ont été ainsi enregistrées par nobles André de Salve, Jacques de Salve son fils, et Gaspard de Salve son neveu, à l’Armorial général de France de 1696. La bordure est dite aussi dentelée (Artefeuil), denchée (Saint-Allais), ou simple (Courcelles).

Ces armes sont celles de deux cardinaux, Martin de Salva, mort en 1403, et Michel de Salva, son neveu, mort en 1406, enterrés dans l’église des chartreux de Bonpas, au diocèse d’Avignon. Selon la généalogie publiée par Saint-Allais, la famille de Salve aurait ses origines en Dauphiné où, en 1355, un certain Guillaume de Salve, du lieu de Monteil, apparaît dans une reconnaissance de dette entre les frères Guillaume et Pierre de Pracomtal.

 

I – Laurent SALVE nourriguier de Valensole. D’où :
  1. Isnard qui suit,
  2. Baudet SALVE prêtre, vivant en 1538.

II – Isnard SALVE nourriguier de Valensole, qualifié noble, membre du conseil de la ville de Valensole, décédé avant 1570; épouse par contrat du 7 février 1536 reçu par Me Béraud notaire, Marguerite AUBANEL d’où :

  1. Michel qui suit,
  2. Catherine SALVE épouse par contrat passé à Valensole le 7 mai 1570, Esprit DALMAS fils de feu Antoine.

III – Michel SALVE qualifié noble, membre du conseil de la ville de Valensole, épouse par contrat du 1er novembre 1566 reçu Léotard, notaire, Marie REYNOARD veuve de Balthasar BERTON. D’où :

  1. Jean qui suit,
  2. Cassandre SALVE épouse 1) N. 2) par contrat du 23 octobre 1594 à Valensole, Balthasar ROGON capitaine, de Lurs, fils de feu Antoine.
  3. Alexandre SALVE dit le cadet de Baudety, épouse Marguerite LAUGIER d’où :

    1. Isabeau SALVE baptisée le 21 mai 1601 à Valensole (parrain le capitaine Garin, marraine Isabeau de Giraud).
    2. Jeanne SALVE décédée le 14 inhumée le 15 décembre 1695 en la chapelle du Rosaire, épouse le 7 avril 1641 à Valensole, Me Jean CHAUDON apothicaire, veuf, fils de feu Honoré et de Ctherine BARLES.
    3. Ne SALVE inhumée le 9 novembre 1625.
    4. Jean SALVE décédé le 19 avril 1707, inhumé le même jour en la chapelle du Rosaire, âgé d’environ 75 ans.

IV - Capitaine Jean SALVE dit Baudety, écuyer de Valensole, capitaine d’une compagnie de 100 hommes à cheval par commission du roi Henri IV datée du 20 juillet 1595, possède une bastide au hameau du Bard, décédé à l’âge d’environ « 80 ans », inhumé le 9 décembre 1643 à la tombe des Giraud ; épouse par contrat du 19 novembre 1597 (Fesse notaire), Catherine de GIRAUD héritière du rière-fief de Villedieu, prob. fille de Louis, et d’Honorade de POITEVIN. D’où :

  1. Anne de SALVE épouse 1) le 1er septembre 1620 à Valensole, et suivant contrat pasé à Aix, Honoré d’ESTIENNE conseiller du roi au siège général d’Aix, fils de feu Thomas conseiller du roi audit siège, et de Sybille de ROMANY. 2) par contrat passé à Aix le 27 novembre 1631 (Beaufort notaire), Jean d’ARLES de MONTAUD avocat au parlement de Provence, assesseur d’Aix, fils de Jacques, écuyer, seigneur de Montaud, et de Jeanne de LOZERAN dame de Montaud et de Fesc.
  2. Melchion de SALVE baptisé le 31 décembre 1606 à Valensole (parrain Melchion Poitevin, marraine Honorade Poitevin, témoins André Giraud et Joseph Clarens), inhumé le 27 février 1624 en la tombe de ses ayeulx maternels.
  3. Sibylle de SALVE baptisée le 28 mars 1609 à Valensole (parrain Antoine Aubanel, marraine Honorée Giraud), décédée le 16 décembre 1677, inhumée le lendemain en la chapelle du Rosaire, épouse le 27 août 1632 à Valensole, Marc Antoine de GIRARD, avocat en la cour, sieur de la Javie, juge de Valensole, fils de Gaspard, secrétaire ordinaire de la chambre du roi, et de feue Anne de LAMBERT, de Manosque.
  4. Jean Louis de SALVE religieux de l’ordre de Cluny, baptisé le 11 juillet 1610 à Valensole (parrain Jean Giraud bourgeois, marraine Marguerite Grenon) décédé en 1626.
  5. Marguerite de SALVE baptisée le 4 décembre 1611 à Valensole (parrain Jean Jaubert, marraine Marguerite Gallice).
  6. Pierre de SALVE chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte, capitaine dans le régiment des Vaisseaux, baptisé le 15 février 1613 à Valensole (parrain Pierre de Bellefin avocat, marraine Jeanne Sarrasin), décédé en 1647 ou à la bataille de Lérida.
  7. André né en 1616, qui suit,
  8. Marc-Antoine de SALVE écuyer, seigneur de Bruneton, lieutenant au régiment royal, se fait protestant, habite à Vergèze près de Calvisson, au diocèse de Nîmes, baptisé le 10 novembre 1619 à Valensole (parrain Marc Antoine de Girard juge de Valensole, marraine Honorade d’Audiffred). Auteur d’une branche protestante émigrée pour cause de religion aux Pays-Bas, et encore existante.
  9. Hercule né en 1621, a fait la branche de Villedieu.

V – André de SALVE dit Baudety écuyer de Valensole, officier de cavalerie, maintenu noble avec son frère Hercule par jugement de la commission de vérification du 27 novembre 1688, baptisé le 31 juillet 1616 à Valensole (parrain André Fesse, marraine Magdeleine Reynoard fille de François notaire), il meurt le 23 mai 1701 et est enseveli le même jour en la chapelle Notre-Dame de Pitié ; épouse par contrat du 24 février, et religieusement le 1er avril 1641 en l’église de Valensole, Catherine de BAILE fille d’Hélie, bourgeois de Valensole, et d’Honorade de PINCHINAT sa seconde épouse. Décédée le 28 et inhumée le 29 avril 1702 auprès de son mari. D’où :

  1. Anne de SALVE baptisée le 20 septembre 1644 à Valensole (parrain Hélie Baile, marraine Catherine de Giraud), épouse en 1671, Jean LEOTARD.
  2. Jean Baptiste de SALVE baptisé le 23 juin 1646 à Valensole (parrain Pierre Baile, marraine Honorade Pinchinat), inhumé le 15 septembre 1648.
  3. Jacques qui suit,
  4. Eléonore de SALVE baptisée le 29 mai 1649 à Valensole (parrain Sextius d’Arlatan de Montaud, marraine Eléonore de Giraud), épouse le 2 mars 1676 à Valensole, avec dispense du 4e degré de parenté, Joseph de FESSE écuyer de Valensole, avocat au parlement de Provence, âgé de 20 ans, fils de François, premier consul de Valensole, et d'Isabeau de GIRAUD.
  5. Honoré de SALVE célibataire, baptisé le 28 février 1653 à Valensole (parrain dom Honoré des Arnauds sacristain au doyenné de cette ville, marraine Isabeau de Roux dame d’Antraigues), inhumé le 27 octobre 1729 en la chapelle Notre-Dame de Pitié.
  6. Hercule de SALVE baptisé le 20 mars 1654 à Valensole (parrain Hercule Salve Baudety, marraine Sybille de Salve).
  7. Joseph de SALVE baptisé le 24 septembre 1656 à Valensole (parrain Michel Eyssautier docteur en médecine, marraine Anne de Girard).
  8. Louis de SALVE célibataire, baptisé le 24 décembre 1659 à Valensole (parrain Louis Léotard notaire, marraine Marguerite de Granier femme de M. le juge de Valensole), décédé à l’âge de 78 ans, inhumé à Notre-Dame de Pitié le 24 juillet 1738.
  9. Françoise de SALVE baptisée le 8 juin 1663 à Valensole (parrain Pierr Relle ? notaire royal, marraine Françoise de Croze).
  10. André de SALVE baptisé le 21 novembre 1664 à Valensole (parrain Jacques de Salve son frère, marraine Anne de Salve sa soeur).
  11. François de SALVE baptisé le 6 novembre 1667 à Valensole (parrain Jacques Robert, marraine Claire de Gilli).

VI – Jacques de SALVE écuyer de Valensole, baptisé le 12 mai 1648 à Valensole, décédé à l’âge de 65 ans le 10 juillet 1713, enseveli le lendemain en la chapelle Notre-Dame de Pitié, épouse Anne d’AMIC. Elle meurt le 9 septembre 1710 et est inhumée le lendemain en la chapelle Notre-Dame de Pitié à Valensole. D’où :

  1. André de SALVE capiscol de l’église de Barjols, né le 8 mars 1684 baptisé le même jour à Valensole (parrain André de Salve, marraine Marguerite Arnoux).
  2. Catherine de SALVE baptisée le 23 décembre 1686 à Valensole (parrain Joseph d’Amic docteur en sainte théologie, cabiscol de Barjols, marraine Catherine de Baille), décédée et inhumée le 1er janvier 1696.
  3. Claire de SALVE née le 24 juin 1691, baptisée le même jour à Valensole (parrain Louis de Salve, marraine Claire de Gilly).
  4. Jean Baptiste de SALVE né le 15 septembre 1693, baptisé le même jour à Valensole (parrain Jean-Baptiste Mayol, marraine Françoise Chaudon), décédé le 2 inhumé le 3 octobre 1702.
  5. Anne de SALVE née le 16 baptisée le 18 juin 1696 à Valensole (parrain François Amic, marraine Catherine d’Amic).
  6. Joseph de SALVE décédé le 1er septembre 1704.
  7. Françoise de SALVE née le 2 avril 1700, baptisée le même jour à Valensole (parrain Joseph de Salve, marraine Claire de Salve), décédée le 19 février 1707, inhumée le même jour.
  8. Jacques de SALVE né le 9 avril 1702, baptisé le même jour à Valensole (parrain Joseph Fesse avocat en la cour, marraine Catherine de Fresse).


 
contact