Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Garret Catin


 

 

« Famille de marchands sisteronnais, avec des attaches à Marseille ou en provenant, et peut-être d’origine italienne (Garretti) ; elle s’est d’abord appelée Garret dit Catin, sans doute à la suite d’une alliance avec la famille Catin de Sisteron, puis Garret de Catin puis de Garret de Catin. Elle a été représentée à Gap et à Embrun entre 1550 et 1640 environ et où elle s’est glissée dans l’entourage des évêques et archevêques. La noblesse de certains de ses membres semble avoir été reconnue avec quelque complaisance à Aix le 9.7.1667, sur la base de titres fort minces voire maquillés. Toutefois Balthazard Garret avait été dispensé du droit de franc-fief à Marseille en 1575 et avait vu sa noblesse reconnue, il en a été de même de Pierre et Gaspard en 1639. Pierre Garret (de) Catin s’est titré baron de Beaujeu et de Mariaud, près de La Javie dans le diocèse de Digne (et non le Beaujeu du Gapençais) à la suite de l’achat de portions de ces seigneuries et arrière-fiefs en 1606, revendues vers 1697. Cette famille agrégée à la noblesse semble s’être éteinte au milieu du XVIIe siècle.» (Grosdidier de Matons p.342-343).

Armes : d’azur à une fasce d’or chargée d’un poisson de gueules accompagnée d’une aigle d’argent et en pointe de trois bandes de même. Gaspard de Catin, écuyer de Bras d’Asse, reçut des armes particulières : de sinople au chevron d’argent, coupé d’or au cheval cabré d’azur.

 

I - Catin GARRET marchand de Sisteron, père de :

II - Panet GARRET ép. par contrat du 3 février 1486 devant Me Laget-Maria, notaire à Marseille, Jaumone GOMBERT fille de noble Jehan, de Sisteron. D'où :

  1. Claude qui suit,
  2. Jeanne GARRET ép. vers 1515, Bernardin de BERLUC marchand de Forcalquier, syndic, procureur de l’évéché de Gap, fils de Jean et de Marie de PERUZZI.
  3. Madeleine GARRET ép. vers 1520 Colin de BERLUC, marchand, frère du précédent.
  4. Benoîte GARRET de CATIN ép. Pierre LE BLANC d'où postérité.
  5. p-ê. Louise GARRET épouse noble Elzéar de LAVENTURE de Forcalquier.

III - Claude GARRET dit CATIN, marchand de Sisteron ; Claude Garreti arrente les droits et revenus de l’évêché de Gap, en 1529 pour 2800 écus d’or par an, soit 8400 écus. Il ép. pc 10 février 1510 à Marseille (Sicolle, notaire) Marguerite ou Magdeleine VASSAUD alias Vassal, fille de Cosme, citée à Gap 1545 et le 20.7.1545 : obligation de 100 écus par noble Magdeleine Vassude veuve de sieur Claude Garret dit Catin marchand bourgeois de Sisteron. Dont :

  1. Pierre qui suit,
  2. Jacques qui a fait branche.
  3. Gaspard GARRET curé de Curbans cité « familier de l’archevêque d’Embrun » en 1548 après avoir été dit son serviteur.
  4. Balthazar GARRET dit CATIN sieur de Saint-Savornin, lieutenant au siège du sénéchal de Marseille, dispensé du droit de franc-fief à Marseille en mai 1575 et reconnu dans sa noblesse, teste à Marseille 19.9.1579 (Blanc, not.), il avait épousé par contrat du 16 avril 1577 à Aix, Magdelaine de CORIOLIS veuve avec un fils de Jean BOURDON écuyer de la ville d’Aix et seigneur de Bouc épousé par contrat du 16 février 1573; à nouveau veuve, mais sans enfant, elle se remarie en troisièmes noces par contrat du 1er octobre 1581 à Aix, au célèbre poète François de MALHERBE originaire de la ville de Caen en Normandie, fils de François, écuyer, et de Louise LE VALLOIS. Magdeleine était fille de Louis de CORIOLIS président au parlement de Provence. Elle teste le 1er août 1629.
  5. Jeanne GARRET ép. Georges LEYDET écuyer de Sisteron, veuve en 1543 fait une demande par devant le parlement de Provence concernant son droit à l'héritage de son frère Jacques Garret Catin, en date du 10 août 1549.

IV - Pierre GARRET CATIN dit noble, seigneur de Noyers, capitaine de Sisteron 1557, marchand de cette ville avec son frère Jacques, arrente l’évéché de Gap ; ép. av. 1547 Benoîte de SCLAFFANATIS fille de Sixte, propriétaire à Camargues, et de Claude de SAINT-GERMAIN sa seconde épouse, dame de Jarjayes, dont :

  1. Jean qui suit,
  2. Melchior GARRET chanoine de Sisteron dont le canonicat et la prébende lui sont adjugés par recréance de celles qu’Antoine de Porta avait en l’église cathédrale, le 3.3.1574. Cité le 31.12.1583.
  3. ? Joseph GARRET prévôt de Sisteron ou est-ce Jean GARRET prieur de Sisteron c.25.2.1583.
  4. ? Scipion GARRET père de :

    1. Anne de CATIN fille et héritière de Scipion de Catin, de Sisteron, c.21.4.1622.

  5. ? Gaspard GARRET écuyer c.14.6.1584 frère de Scipion. Me Jacques ALLEMAND avocat au siège de Forcalquier et mari de Catherine de Saffalin est cessionnaire de noble Gaspard Garret le 26.3.1579.
  6. ? Ne de GARRET épouse Artus de SAFFALIN.

V - Jean GARRET CATIN écuyer, baron de Beaujeu, seigneur de Mariaud et Noyers, rend hommage au roi de la terre de Beaujeu et Mariaud le 1er mai 1607, se trouve en procès contre Anfons Aubert sieur de Lançon et Laurent Artaud sieur de Montauban 5.3.1609, baptisé le 3 février 1549, mort avant 1636 ; épouse par contrat du 22 janvier 1602 (Blanchier notaire) Claude de LAIDET, d’où :

  1. Pierre qui suit,
  2. Gaspard de GARRET CATIN maintenu noble avec son frère Pierre en 1639.
  3. Sybille de CATIN épouse le 21 février 1629 à Beaujeu, Scipion de BERNARD, bourgeois de Seyne, fils de feu Pierre.

VI – Pierre de CATIN de BEAUJEU écuyer, baron de Beaujeu, déclaré noble et déchargé de recherche de noblesse par arrête de la chambre des francs-fiefs du 20 novembre 1639, capitaine au régiment de Nantes c.1651, sert en celui de Servantes en février 1653 et 1654 ; baptisé le 23 novembre 1614, épouse le 2 mars 1647 en la cathédrale de Digne, Madeleine de MOUTON. D’où :

  1. prob. Gaspard qui suit,
  2. Françoise de CATIN épouse le 9 avril 1679 en l’église de Bras, Gaspard FRONTEL bourgeois de Saint-Julien le Montagnier, l’épouse signe Françon de Catin.
  3. Catherine de CATIN épouse le 7 décembre 1682 en l’église de Bras, Esprit FRONTEL de Valensole, fils de Gaspard et de feue Catherine SIMON, en présence de François Laurent Estublier prêtre de Bras, Melchion Bonardy, bourgeois de Riez, et Guillaume Grégoire.

VI - Gaspard de CATIN de BEAUJEU écuyer, baron de Beaujeu, décédé le 3 juillet 1726 à Bras d’Asse, âgé d’environ 78 ans, enseveli dans le cimetière paroissial en présence de Barnabé Bosse et autres, d’où :

VII - Pierre de CATIN de BEAUJEU du lieu de Bras, épouse le 6 août 1731 à Barcelonnette, Hélène ANDRY, de la ville de Paris, fille de Jacques, bourgeois.

 

 

Malherbe
(1555-1628)

 
contact