Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Pigenat


 

 

Les Pigenat ont exercé à Aix depuis 1664, de père en fils, pendant trois générations, la charge de lieutenant criminel en la sénéchaussée et celle de juge pour le roi de la ville d’Aix. L’hôtel qu’ils possédaient à Aix rue des Quatre-Dauphins, fut acheté au XIXe siècle par la famille de Foresta avant de devenir l’hôtel de Bresc.

Ainsi que le montre François-Paul Blanc, à l'article Pinchinat, l’origine de cette famille a été habilement falsifiée lors des recherches de noblesse, afin d’obtenir une maintenue en 1705. Les Pigenat prétendaient en effet « estre originairement de la principale noblesse de la ville de Milan » et se rattacher à Honoré Pinchinat (Honorat Penchinart) noble milanais réfugié à Aix, qui avait obtenu de François 1er des lettres lui reconnaissant, pour lui et ses successeurs, les privilèges de sa naissance, en date du 27 janvier 1515.

Rejetant avec raison cette version, M. Blanc en propose une autre qui fait de l'ascendance Pinchinat, non plus une ascendance directe, mais indirecte, par les femmes. Claude Pigenat écuyer d’Aix, époux en 1584 de Marguerite de Durant, serait fils de Raymond Pigenat et d’Anne de Mévouillon mariés en 1542, et petit-fils de Jean Pigenat bourgeois d’Aix, qui aurait épousé Adrienne Pinchinat soeur et héritière dudit Honoré Pinchinat, qui mourut sans enfants.

Cette version n'est, pensons-nous, pas plus exacte que la première.

Mais à la décharge des historiens, nous pouvons dire que la confusion entre les deux familles ne date pas d'hier, les registres témoignant de fluctuations pour ne pas dire contaminations entre les deux patronymes, dès l'origine. Ainsi le relevé de l'acte de mariage notarié de Claude Pigenat en 1568 indique bien Pigenat, ainsi que plusieurs autres actes le concernant, tandis que la naissance de son fils Henri en 1595 indique "Pichenat" avec - détail très révélateur - un "n" intercalé légèrement au dessus du texte, entre le "i" et le "c".

L'explication que nous donnerions volontiers, est que les Pinchinat d'Aix étant une famille très considérée et présente dans la cité comtale au XVIe siècle, les Pigenat sont arrivés dans ce contexte, la prononciation de leur nom, non provençal, mais si proche, a joué en leur faveur, et il n'est pas improbable qu'avec le temps, et l'extinction rapide des Pinchinat au siècle suivant, ils aient trouvé bon de se rattacher à cet ancien lignage... afin notamment d'obtenir leur maintenue de noblesse, moyennant quelque habile falsification.

Toutefois, bien que cette falsification fût soumise aux intendants du roi, et permit la maintenue en 1705, elle « n’échappa point à Legendre, mandataire du traitant qui le signala à l’intendant : ‘... les suppliants ne sont point de la famille de Pinchinat qui est éteinte... ‘ ». Sans doute faut-il voir dans la position sociale, et notamment dans les charges importantes qu’exerçaient les Pigenat à Aix, la raison d’une telle indulgence.

Concernant les Pinchinat, F.-P. Blanc écrit en note qu’ils n’étaient sans doute pas d’origine italienne, puisque, suivant l’opinion de Mistral (Trésor du Félibrige), le patronyme apparaît comme spécifiquement languedocien.

Les Pigenat n'avaient donc, probablement, rien à voir avec les Pinchinat, anciens à Aix et bien alliés, qu’une simple ressemblance de patronyme.

Selon M. Borricand, les Pigenat sont originaires de Bourgogne, où ils se perpétuèrent et furent anoblis avec le titre de baron en 1826. Le nom de Pigenat est en effet resté dans notre histoire nationale attaché aux personnes de François Pigenat docteur en Sorbonne, curé de Saint-Nicolas des Champs à Paris, membre du conseil des Quarante et l’un des plus violents prédicateurs de la Ligue (né à Autun, mort en juin 1590 à Paris), et d’Odon Pigenat, son frère, ardent ligueur comme lui, jésuite et provincial de la Compagnie.

Les Pigenat disparaissent d’Aix avec la mort de Jean-Augustin de Pigenat en 1738 puis avec celle de son frère, officier des gardes suisses du duc de Berry, décédé en 1783. Ce dernier eut toutefois un fils naturel qu’il reconnut, et qui épousa en 1784 une célèbre aventurière de l’époque, nommée Eléonore Bouvier.

 

Armes : d'azur au chevron d'or, accompagné de trois pigeons d’argent celui de la pointe soutenu d’un tertre d’or, ainsi enregistrées par François de Pigenat, lieutenant civil et criminel d’Aix.

 

 

I - Antoine PIGENAT épouse Jehanne N. d’où :

II - Claude PIGENAT praticien, bourgeois d’Aix, épouse 1) par contrat du 2 novembre 1568 passé à Aix, Magdeleine VILLEMONT dite Salvine, veuve, de Marseille, fille de feu Jehan, et de d’Antonette COURTASSE. 2) en 1584, Marguerite DURAND soeur d’Honorade Durand épouse de Jacques Ruffi avocat en la cour, et fille de François, procureur au parlement d'Aix, et d'Andrivette DURAND. Elle teste à Aix le 4 décembre 1638 (Jean Darbès, notaire). D’où :

  1. du premier lit : Anne PIGENAT baptisée le 12 juillet 1575 à la Madeleine (parrain Cosme Vitalis seigneur de Pourcieux, marraine Benoite de Gras dame de Gardanne).
  2. Jean-François PIGENAT baptisé le 7 avril 1577 à la Madeleine (parrain François Bontou, marraine Marguerite Vilhemonte).
  3. Honorade PIGENAT baptisée le 26 décembre 1578 à la Madeleine (parrain Jean Bollonie avocat en la cour, marraine Honorade d’Albis).

  4. du second lit : Jean-Baptiste PIGENAT avocat au parlement d'Aix, baptisé le 25 mars 1587 à la Madeleine (parrain Jean-Baptiste Forbin seigneur de Gardanne, marraine Catherine de Cabanes dame de Collongues), épouse en 1629, Catherine ROYER alias de Royère (dont s’était épris son compatriote Georges de Scudéry) née le 17 septembre 1597 à Apt, fille de Jean, bourgeois écuyer d’Apt, et d’Anne MERMET. Jean-Baptiste Pigenat avait eu projet d’épouser demoiselle Sybille de Ravel veuve de François Ruffy, mais ce projet qui rencontra l’opposition de M. Ruffy, beau-père de la dame, ainsi que certaines difficultés d’obtention de dispenses de parenté en cour de Rome, échoua et se termina par une transaction le 3 mars 1629 devant Me Pierre Astier notaire.
  5. François PIGENAT baptisé le 28 août 1588 à la Madeleine (parrain Jean Bologne, marraine Andrivette Durand).
  6. Marguerite PIGENAT épouse par contrat du 18 août 1616 à Aix, André de MONTAUD, écuyer de Marseille, fils de Perceval, écuyer, et de Magdeleine NICOLAS, d’Avignon.
  7. Louise PIGENAT baptisée le 12 octobre 1591 à la Madeleine (parrain Etienne Tardin docteur en droits et avocat au parlement, marraine Louise Vento).
  8. Henri PIGENAT baptisé le dernier août 1595 à la Madeleine (parrain Henri Gantelmi, marraine Jeanne de Lévesque dame de Rougier).
  9. Guillaume PIGENAT chanoine de l'église cathédrale d'Autun en Bourgogne, baptisé le 23 mai 1598 à Saint-Sauveur (parrain Guillelme Légier, marraine Louise de Garcin), teste le 31 décembre 1687 devant Me Brunet, et laisse ses biens à l’hôpital Saint-Jacques de la ville d’Aix.
  10. Marie PIGENAT baptisée le 3 février 1600 à Saint-Sauveur.
  11. Pierre qui suit,

III - Pierre PIGENAT avocat au parlement de Provence, monsieur maître, reçu lieutenant criminel au siège du sénéchal et juge royal d’Aix, le 27 mai 1664, né à Aix baptisé le 4 décembre 1601 à Saint-Sauveur, mort en charge et inhumé aux Augustins le 28 décembre 1666 ; épouse 1) en 1624 à Aix, Claire de BOURDON née en 1609 à Aix, fille de Jacques, écuyer, sieur de Canaux, viguier et capitaine de la ville d’Aix, et de Marguerite de REGIS. 2) le 5 décembre 1650 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Louise de SAURAT âgée de 34 ans, veuve de Pierre SAUVECANE, grenetier du roi, née à Aix en 1616, fille de défunt Claude et de Sybille BRIGNOLLE, les témoins du mariage sont Pierre Bouchet, marchand d’Aix, Antoine Marguerit, Balthasar Sauvet, et Jean Audiffret. D’où :

  1. du premier lit : Marguerite de PIGENAT baptisée le 7 janvier 1630 en l'église de Brignoles (parrain Guillaume Pigenat chanoine de l’Eglise cathédrale d’Autun en Bourgogne, marraine Marguerite de Rey veuve de Jacques de Bourdon écuyer d’Aix, pour laquelle Thonette Trinoune servante dudit sieur de Pigenat a prêté les mains).
  2. François qui suit,
  3. Claire de PIGENAT épouse le 28 août 1646 à la Madeleine, Denis TROUILHAS avocat au parlement, âgé de 25 ans, fils de Jean, notaire d’Aix, et d’Isabelle de MARTIN.

  4. du second lit : Joseph de PIGENAT baptisé le 28 octobre 1651 à la maison cérémonies le 6 novembre à la Madeleine (parrain Guillaume Pigenat, marraine Anne Rebuffat).
  5. Thérèse de PIGENAT baptisée le 24 décembre 1652 en l’église de la Madeleine d’Aix (parrain Mathieu Navarre procureur en la cour, marraine Louise de Bourdon femme de Joseph Cheylan sieur de Lambruisse), décédée à l’âge de 41 ans, inhumée le 7 octobre 1694 en l’église des Dominicains, épouse le 3 juin 1684 à Saint-Sauveur, Jean BLEGIER écuyer d'Aix, fils de Spérit, écuyer d’Aix, avocat au parlement de Provence, et de Thérèse d’HONORAT, en présence de Joseph Albin, prêtre, Pierre de Pigenat écuyer, frère de l’épouse, Noé Poitevin et Henry Roman prêtres.
  6. Jean Charles de PIGENAT baptisé le 16 juillet 1658 à la Madeleine d’Aix (parrain Guillaume Pigenat, marraine Marguerite de Pigenat).
  7. Pierre de PIGENAT ondoyé à Aix le 24 février 1659 cérémonies de baptême le 13 novembre 1659 à la Madeleine (parrain Guillaume Pigenat chanoine d’Autun en Bourgogne, marraine Marguerite de Roy), maintenu noble par ordonnance de l’intendant du 26 mars 1705.

IV - François de PIGENAT reçu le 8 juillet 1667 en l'office de procureur du roi en la sénéchaussée d’Aix, reçu le 8 juillet 1667, et le 18 février 1668 en ceux de lieutenant criminel au siège et juge royal d’Aix, il cumule ces trois charges jusqu'en 1678 année où il résigne son office de procureur à Jean-Baptiste de Thomassin; né à Aix et baptisé le 30 juin 1643 à la Madeleine (parrain Jules de Bourdon, marraine Magdeleine de Bourdon femme de M. de Mazargues écuyer), il est inhumé aux Grands Augustins le 3 avril 1717. Epouse Hélène d’ARBAUD GARDANNE fille de Jean-Augustin, conseiller du roi en la cour des Comptes, seigneur de Gardanne, et de Jeanne de BADET dame en partie de Gardanne. D’où :

  1. Jean-Augustin de PIGENAT maintenu noble par ordonnance du 26 mars 1705, reçu sur la résignation de son père en la double charge de conseiller du roi lieutenant criminel et juge royal en la sénéchaussée d’Aix, le 1er décembre 1716, né à Aix et baptisé le 24 juin 1668 à Saint-Sauveur, décédé à l’âge de 70 ans le 10 inhumé le 11 mai 1738 à Saint-Sauveur. Il avait fait donation de ses biens, entre vifs, le 11 octobre 1737 à son cousin André Elzéas d’Arbaud seigneur de Jouques, et à François Etienne de Pigenat de la Palun, officier des gardes, son frère.
  2. prob. François Etienne qui suit,

V - François Etienne de PIGENAT de LA PALUN cadet, officier des gardes suisses du duc de Berry, né vers 1687, décédé le 25 juin 1783 âgé de 96 ans ; son portrait se trouve en l’hôtel de ville de Châteaurenard. Il eut une liaison avec Anne MOUSTIER, native de Salon, fille de Pierre et de Louise ISOARD, qui meurt en couches le 13 septembre 1738 « prise sur la place de Linche », âgée d’environ 28 ans, inhumée le lendemain en la paroisse des Accoules. D’où :

VI – François Etienne de PIGENAT de LA PALUN né et baptisé le 13 septembre 1738 à Notre-Dame des Accoules à Marseille (parrain Antoine Blanc pilote de galère, marraine Anne Rose Bonnefoy), reconnu par son père le 18 août 1760 dans une requête qu’il fait au roi demandant sa légitimation, la mention « née de parents inconnus » de son baptistaire, n’est rectifiée par ordonnance que le 24 juillet 1784. Ecuyer, maréchal des logis de la Reine, demeurant ordinairement à Marseille, il épouse à Paris, par contrat du 5 janvier 1784 (Margantin, notaire) Eléonore BOUVIER, âgée de 19 ans, native de Millery en Lyonnais, fille de feu Claude François, de Millery, et de Pierrette PEYSARET.

Le contexte de ce mariage et la personnalité d’Eléonore Bouvier, ne sont pas restés anodins dans l’histoire. Simple domestique, celle-ci avait su par ses intrigues se faufiler près de la reine et des grands personnages de la Cour. Elle fut arrêtée en sa maison le 17 novembre 1785, embastillée, elle y reste un an, et en sort le 6 janvier 1786 pour être placée chez les religieuses de Saint-Michel au petit séminaire. Voir notamment l'ouvrage la Bastille dévoilée publié en 1789 ou celui de M. Dugast de Bois-Saint-Just (article ci-dessous, malgré le prénom erroné de Claudine, il s'agit bien de la même Eléonore Bouvier). Eléonore Bouvier épouse en secondes noces Jean Michel SEGUY médecin du roi. Elle eut de son premier mari, au moins un enfant :

  1. N(e) de PIGENAT de LA PALUN né en janvier 1785.

 

*

Extrait de l'ouvrage
Versailles, Paris et les Provinces par un ancien Officier aux Gardes Françaises
de M. Dugast de Bois-Saint-Just (tome 1, 1823)

 

« Une paysanne lyonnaise sans autre talent que celui de l'effronterie, a occupé assez longtemps les personnages les plus distingués de la cour.

Claudine Bouvier [erreur pour Eléonore Bouvier], simple servante chez un particulier de Lyon, avait toute la confiance de son maître qui, ayant un procès à Paris, l'y mena, et la chargea de suivre ses affaires tandis qu'il retournerait dans sa patrie. Cette fille à qui il avait. laissé de l'argent, sans être jolie, avait une figure agréable et était vêtue élégamment dans son costume villageois, eut envie d'aller à Versailles.

Elle se trouva dans la galerie, au moment où la cour passait pour se rendre à la chapelle. La reine, étonnée de cet habillement. qu'elle ne connaissait pas, demanda ce que c'était. M. le duc de Villeroi, exerçant alors auprès de Sa Majesté ses fonctions de capitaine des gardes, s'empressa de répondre que c'était une Lyonnaise et qu'en qualité de gouverneur de la province, il avait le droit de la lui présenter. La reine la fit approcher, considéra toutes les parties de son ajustement et s'amusa même à arranger sa coiffure, qu'elle trouvait trop reculée du front. Au retour de la messe, la reine aperçut dans le même endroit cette même paysanne, lui fit signe de venir encore auprès d'elle, l'examina de nouveau et s'éloignant avec cette fille et son capitaine des gardes de ceux qui l'entouraient, témoigna le désir de se faire faire pour le bal masqué un habit pareil. La Bouvier offrit avec beaucoup de zèle de se charger de cette commission et de l'exécution de tout le costume, demandant à sa Majesté la permission de prendre ses ordres à cet égard. Une conversation de quelques minutes et l'ordre donné d'introduire cette fille chez la Reine quand elle se présenterait, suffirent pour exciter auprès d'elle l'empressement de toute la cour.

Elle imagina d'en profiter pour sa fortune, se présenta avec effronterie chez le ministres, les amusa par ses expressions populacières, par la vivacité de son babil, contrastant singulièrement avec l'accent niais de son pays ; affecta surtout beaucoup d'aller chez le comte de Maurepas, qui prenait plaisir à en faire son jouet, et obtint ainsi une apparence de crédit qu'elle eut grand soin de faire valoir et d'exagérer auprès des gens simples, qui éblouis de cette faveur soudaine, accouraient du fond de la province pour réclamer et payer sa protection. Elle les accueillait avec l'air de l'intérêt, promettait beaucoup, indiquait les démarches à faire, les secondait dans les bureaux où elle s'était procuré un accès facile; et si elles réussissaient elle s'en attribuait la gloire et une partie du profit.

Elle s'entourait de gens à projets, présentait leurs plans dont elle s'attribuait l'idée, et c'est ainsi qu'elle parvint à faire adjuger à une compagnie, à la, tête de laquelle elle se mit le privilège des messageries publiques, sans savoir comment elle en paierait la ferme, ni par quels moyens elle subviendrait aux avances considérables qu'exigeait une telle entreprise, qu'elle ne put en effet soutenir. Dès qu'elle avait chez elle des solliciteurs opulents de sa province, ou des gens crédules qui pouvaient établir la réputation de sa faveur, des émissaires gagés, vêtus de la livrée des princes du sang, de celle des ministres, ou des plus grands seigneurs; venaient lui présenter des bouquets; de la part de leurs prétendus maîtres, s'informer de sa santé; et l'on conçoit combien ce charlatanisme imposait aux dupes qui se croyaient obligés de payer proportionnellement au grand crédit qu'ils supposaient à leur protectrice.

Dans une vie aussi agitée et qui exigeait même beaucoup de dépense, la Bouvier dissipait aisément tout le produit de ses intrigues. Elle voulait cependant assurer sa fortune et elle crut en trouver le moyen dans une circonstance que le hasard lui offrit. ·Le gouvernement, ayant besoin d'argent émit plusieurs billets du trésor royal pour les faire escompter. Elle parvint à en accaparer pour quatre cent mille francs, et espéra avoir si bien pris ses mesures pour les faire disparaître jusqu'à un temps plus favorable, qu'on ne pourrait même la soupçonner mais la police la surveillait de près, et eut bientôt lieu de conjecturer qu'elle s'était approprié les titres dont le déficit venait d'être découvert.

Un inspecteur de police se rendit chez elle avec des exempts. Elle répondit négativement, et avec un sang-froid imperturbable à leurs interrogations, laissant visiter fort tranquillement son bureau, ses poches, et son portefeuille mais on crut apercevoir quelque inquiétude dans les regards furtifs qu'elle jetait de temps en temps sur son manchon, posé négligemment sur le bras d'un fauteuil. On s'empara de ce meuble, et l'on trouva cousus entre l'étoffe et la doublure tous les papiers que l'on cherchait.

On la conduisit en prison. M. de Calonne, contrôleur général, l'en fit sortir au bout de cinq ou six jours et il est à remarquer que c'est la seule personne que ce ministre, entouré de tant d'ennemis dont il connaissait parfaitement les manœuvres ait fait punir pendant qu'il était en place.

La Bouvier voulut reprendre ensuite le fil de ses intrigues mais son crédit était totalement déchu. Cependant un ancien mousquetaire, qui avait un nom connu dans sa province, un titre, et point de fortune, la croyant riche lui proposa de l'épouser. La perspective d'un sort assuré, autant que l'amour-propre, engagea cette fille à accepter avidement une offre au-dessus de ses espérances, et ils n'ont pas tardé sans doute à s'apercevoir qu'ils étaient l'un et l'autre victimes de leur crédulité. »

 

 

 
contact