Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Tende


 

 

Branche de la maison de Lascaris de Tende, issue du capitaine Annibal de Tende, surnommé le capitaine Pignans, qui se distingua particulièrement dans les guerres de religion. Marié plusieurs fois, Annibal de Tende eut de nombreux enfants. Tandis que plusieurs des cadets vinrent s’établir à Aix comme simples artisans cordonniers, savetiers ou laboureurs, l’aîné de ses fils, Henry de Tende, capitaine d’infanterie, s’installa par son mariage en 1611 au village de Mane, où il eut postérité jusqu’à Jean-Paul-Abdon de Tende sieur d’Ardène (1749-1813), mort à Forcalquier, et dont les biens passèrent à la famille de son épouse, les Garidel.

Toutefois, le fils aîné d’Henry, Gaspard de Tende (1618-1697) étant parti se mettre au service de la reine de Pologne, Marie-Louise de Gonzague, et du roi Jan Casimir Vasa ; revint à Paris, où il composa une Histoire de la Pologne appréciée, ainsi qu’un traité de traduction latine. Son fils, d’abord mousquetaire, s’installa en Picardie et servit dans l’ingénierie royale. Le fils de ce dernier, officier militaire, châtelain de Bécourt, prit le nom de Savoie avec le titre de comte : trois de ses fils, dont le destin nous est resté inconnu, servaient comme officiers supérieurs dans les armées du roi, peu de temps avant la Révolution.

Les armes des Tende provençaux sont celles de Savoie, à un bâton de sable péri en barre.

*

Contrairement à ce qui a longtemps été affirmé (soutenu sûrement d’abord par la famille elle-même, puis par les auteurs, notamment Artefeuil), sur les origines de la maison de Tende en Provence, et qui a été repris par erreur par le Cte de Panisse-Passis dans son ouvrage - néanmoins remarquable – sur Les comtes de Tende de la maison de Savoie paru en 1889, le capitaine Annibal de Tende n’est pas fils naturel de Claude de Savoie comte de Tende, gouverneur de Provence, mais un des fils d’Hélion de Lascaris de Tende, prévôt de la collégiale de Pignans. Voir l’article du blog Chroniques provençales et corses, donnant une reproduction de l’acte de baptême d’Annibal célébré en l’église de Besse le 27 juillet 1544. Sur les Lascaris, voir les tableaux de J. Gallian à qui nous empruntons des précisions concernant Annibal de Tende.

Quant à la branche de Beaulieu, la mise en ligne attendue des archives du Pas-de-Calais permettra sûrement d'en préciser le détail.

 

I - Annibal de TENDE dit le capitaine Pignans, écuyer sieur de Pignans, capitaine de cavalerie au service du roi lors des guerres civiles, mit sous l’autorité de ce dernier la Sainte-Baume, né en 1550, épouse 1) par contrat du 20 janvier 1579 (de Cugis notaire à la Cadière), Jaumette du VERDET, fille d’Antoine, écuyer de la Ciotat, et de Thérèse de JOURDAN. 2) par contrat du 19 juin 1592, Honorade de MAILLE. 3) par contrat du 24 août 1593 à la Verdière, Jeanne FOUQUE. 4) Ne. Il eut de ces quatre mariages, 22 enfants.

  1. D’où, du premier lit : Henry qui suit,
  2. Melchion de TENDE maître cordonnier d’Esparron de Pallières, habitant d’Aix, épouse par contrat du 21 octobre 1615 passé à Aix, Catherine AMOUREUX, fille de Joseph, notaire royal de Vachères, et de Lucrèce N. D'où :

    1. Magdeleine de TENDE baptisée le 1er août 1616 en l’église de la Madeleine d’Aix (parrain Jean-Baptiste de Tende, marraine Magdeleine du Puy).
    2. Jean de TENDE baptisé le 3 octobre 1621 à la Madeleine d’Aix (parrain Jean Aby, marraine Michelle Verdet).
    3. François de TENDE baptisé le 9 juillet 1623 à la Madeleine d’Aix (parrain François Porchet procureur en la cour, marraine Andrieue de Mine).

  3. Jean-Baptiste de TENDE maître cordonnier, épouse Magdeleine AURENGE. D’où :

    1. Marguerite de TENDE baptisée le 28 mai 1623 à la Madeleine d’Aix (parrain Melchion de Tende, marraine Françoise Girard), épouse par contrat du 11 mai 1638 à Aix, et le même jour en l’église Saint-Sauveur, Mathieu RAVAISE, de Vallauris, fils de feu Fouquet, et de feue Anthorone Varage. Remarié en 1663 à Aix, en l’église de la Madeleine, avec Catherine BOURGAREL.
    2. Pierre de TENDE baptisé le 17 juin 1629 à à la Madeleine d’Aix (parrain Pierre Blanc maître cordonnier, marraine Jaumette de Tende).
    3. Jean de TENDE baptisé le 25 novembre 1635 à la Madeleine d’Aix (parrain Jean Seguin, marraine Louise Burle).

  4. Du troisième lit : Antoine de TENDE savetier d’Aix, décédé en 1674, épouse par contrat du 25 avril 1630 à Aix, Catherine CURET, de la Cadière, veuve, fille de N. et de Jeanne AUGESTIN. D’où :

    1. Catherine de TENDE baptisée le 29 janvier 1631 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Pierre de Tende, marraine Catherine Castolesse).
    2. Jean de TENDE baptisé le 23 mai 1633 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Jean Michel, marraine Catherine Béraud).
    3. Antoine de TENDE décédé à l’hôpital Saint-Jacques d’Aix le 28 mars 1674.
    4. Magdeleine de TENDE épouse le 3 mars 1658 en l’église Saint-Sauveur d’Aix, Jean-Baptiste AUDIER, fils de feu Claude, et de Suzanne Muraire, en présence d’André Mallet et Honoré Guérin.
    5. Julien de TENDE laboureur, pierrier d’Aix, épouse 1) le 23 octobre 1668 en l’église Saint-Sauveur d’Aix, Magdeleine FOURNIER, illettrée, fille de feu Guillelme, et d’Anne BIGNAN, en présence du père de l’époux. 2) le 8 juin 1680 à Saint-Sauveur d’Aix, Elisabeth alias Isabeau GERMAN. D’où :

      1. Du premier lit : Jean de TENDE baptisé le 6 octobre 1675 à Saint-Sauveur (parrain Jean Antoine Cantier, marraine Marie Torrelle).

      2. Du second lit : Jean-Baptiste de TENDE né le 12 baptisé le 13 juin 1683 à Saint-Sauveur (parrain Jean-Baptiste Amic, marraine Anne Laugier).
      3. Jean de TENDE baptisé le 23 avril 1685 à Saint-Sauveur d’Aix (parrain Jean Rougon marchand, marraine Honorade Sause).

  5. Jean-Pierre de TENDE cordonnier d’Esparron de Pallières, habitant d’Aix, épouse par contrat du 27 décembre 1625 à Aix, Catherine CASTOL alias Castoulet, d’Esparron, fille de Joseph et de d’Angeline ROSTANG. D'où :

    1. ? Marguerite de TENDE épouse Claude GRIMAUD.
    2. Pierre de TENDE baptisé le 21 décembre 1640 à la Madeleine d’Aix (parrain Pierre Gras, marraine Catherine Alibert).
    3. Pierre de TENDE baptisé le 16 janvier 1644 à la Madeleine (parrain Pierre Gras, marraine Jeanne Saint-Sourmin).

II - Henry de TENDE écuyer, sieur de Pignans, capitaine d’infanterie, fait les campagnes d’Italie, né en 1581, épouse par contrat du 24 juillet 1611 (Gaffarel notaire à Mane), Honorade BESSON fille d’André, bourgeois de Mane, et d’Anne LAUGIER, d’où :

  1. Gaspard qui fait la branche picarde.
  2. François qui suit,
  3. Madeleine de TENDE épouse Pierre ROME bourgeois de Mane, sieur d’Ardène.

III - François de TENDE écuyer, sieur de Pignans, sert avec son père dans les campagnes d’Italie, lieutenant du juge de Mane dès avant 1659, né le 8 juin 1626, épouse par contrat reçu Besson notaire à Mane, le 23 septembre 1655, Jeanne ROME fille de Jean, marchand, sieur d’Ardène, et de Marguerite de REILLANE, d’où :

  1. André de TENDE docteur en Sorbonne, chanoine grand vicaire et official de l’église cathédrale de Beauvais, baptisé le 20 mars 1660 à Mane (parrain André de Rome son oncle, marraine Anne Rome), mort en 1731.
  2. Louis de TENDE mort à Paris sans alliance.
  3. Jacques de TENDE chanoine de Beauvais, baptisé le 26 novembre 1664, mort en 1735.
  4. Henry qui suit,
  5. Françoise de TENDE baptisé le 24 mai 1670 à Mane, âgée de 14 mois (parrain François de Castellane marquis de Saint-Jurs, marraine Renée de Forbin marquise des Pennes).
  6. Renée de TENDE née vers 1670, décédée à l’âge d’environ 30 ans le 4 novembre 1700 inhumée à Mane.
  7. Libérate de TENDE épouse le 16 juillet 1696 à Mane, Jean MAGNAN procureur au siège de Forcalquier, bourgeois, fils de Pierre et de Catherine VERDET.

IV - Henry de TENDE écuyer, capitaine dans le régiment de Quercy Infanterie, par commission du 15 novembre 1693, s’est trouvé à la bataille de la Marsaille, puis ingénieur dans la vallée de Pragelas et d’Embrun ; baptisé le 30 août 1666, mort en 1739, épouse par contrat du 3 mars 1710 (Durand notaire), Marie Hyacinthe de GUEIDON de PIERREFEU, fille de Louis chevalier, seigneur de Pierrefeu, Saint-Hippolyte, Planque, et d’Eléonore de VILLAGES de LA SALLE. D’où un fils :

V - Jean de TENDE écuyer de Mane, capitaine d’infanterie dans le régiment de Lasbordes, milice du Lyonnais, promu lieutenant le 1er janvier 1734, aide-major le 1er octobre suivant, et enfin capitaine le 26 avril 1735, propriétaire du domaine de Montlouis à Mane, né le 27 mai 1711 baptisé le même jour en l’église de Mane (parrain Jean Magnan procureur au siège de Forcalquier, son oncle, marraine Anne Rome), épouse 1) le 3 septembre 1743 en l’église Saint-Martin de Marseille, âgé de 32 ans, Thérèse SEREN, âgée d’environ 20 ans, fille de feu Pierre négociant de Marseille, et de Madeleine PIQUET, en présence d’Esprit Joseph Seren, conseiller avocat du roi au siège de Marseille, frère de l’épouse, l’époux signe De Tende. 2) par contrat du 13 décembre 1746, Catherine de PEYRE veuve du sieur GLEIZE, fille de Louis et de Magdeleine BESSON. D’où :

  1. Du premier lit : Marc Antoine Henry Joseph de TENDE né et ondoyé le 22 mars 1745, baptisé le 13 avril suivant à Mane (parrain Marc Antoine Magnan, prêtre bénéficier de Forcalquier, marraine Marguerite de Robineau Le Maistre), décédé le 15 septembre suivant.

  2. Du second lit : Louis Henry Hubert de TENDE né le 3 novembre 1747 baptisé le même jour à Mane (parrain Louis Peyre son grand-père, marraine Jeanne Marie Ginoard), décédé et inhumé le 28 juillet 1749.
  3. Jean-Paul-Abdon qui suit,
  4. Marc-Antoine Annibal de TENDE prêtre de l’oratoire, prieur d’Ardène, né le 3 mars 1752 baptisé le même jour à Mane (parrain Marc Antoine Magnan prêtre bénéficier de l’église de Forcalquier, marraine Marguerite de Robineau Le Maistre veuve, de Forcalquier).
  5. Anne Marie Hyacinthe de TENDE née le 4 septembre 1754 baptisée le même jour à Mane (parrain Louis Pierre Gleize prêtre son frère utérin, marraine Anne Marie Peyre Pourpre sa tante).
  6. Gaspard Henry de TENDE né le 7 janvier 1757 baptisé le lendemain à Mane (parrain Jean Paul Abdon de Tende son frère, marraine Magdeleine Chauvet sa cousine).

VI - Jean-Paul de TENDE chevalier, sieur d’Ardène et patron du prieuré qui y est situé, prend part à l’assemblée de la noblesse tenue à Forcalquier en 1789, propriétaire, domicilié en cette ville, ondoyé le 30 juillet 1749 baptisé le 26 août suivant à Mane (parrain Jean Paul d’Ardenne prêtre de l’oratoire, marraine Magdeleine Besson femme de Louis Peyre sa grand mère), décédé à l’âge de 64 ans le 26 août 1813 en sa maison sise sur la grand place à Forcalquier, sans postérité, épouse le 5 mai 1783 à Saint-Sauveur de Manosque, Marie Louise de GARIDEL âgée de 26 ans, née en 1757, fille de feu Paul, chevalier, seigneur du Caire, et de feue Suzanne de MONGE. Veuve et sans postérité de son mari, elle fait passer l’héritage des Tende à son neveu Garidel. D’où :

  1. Catherine Suzanne Henriette de TENDE née et ondoyée le 15 juillet 1784 baptisée le 11 août suivant à Mane (parrain Balthasar de Garidel son grand oncle, marraine Catherine Peyre veuve de Jean de Tende son ayeule).

 

 

 
contact