Anciennes familles de Provence
     

 

Dille

puis Gantelmi d'Ille


 

 

Ancienne famille de robe, originaire de Saint-Julien-le-Montagnier, et dont un membre acquit la noblesse par charge de trésorier général de France en 1693. Les Dille apparaissent à Saint-Julien avec Jean-Bernard Dille notaire royal, marié vers 1596 à demoiselle Philippe Burle, d’une famille bien implantée à Saint-Julien. Deux fils sont sortis de ce mariage, qui ont formé les deux branches de la famille.

Le cadet, Pierre Dille, notaire royal et lieutenant du juge de Saint-Julien, eut quatre filles mariées aux sieurs Gougon et Decorio, de Manosque, et aux avocats Pellas et de Fauris, et plusieurs fils religieux, dont trois chanoines de l’église collégiale de Barjols. L’aîné des fils, Joseph Dille, avocat au parlement de Provence, fut père de Jean-Baptiste d’Ille, trésorier général de France en 1693, sieur de Boisset et de Barlemont, qui mourut sans postérité en 1731, après avoir institué pour héritier son neveu Jean-Baptiste Ganteaume, à la charge de relever son nom et ses armes.

La branche aînée issue de Gaspard Dille, procureur au siège d’Aix, donna cinq générations d’avocats au parlement de Provence, et s’allia à la fin du XVIIIe siècle avec la branche des Ganteaume d’Ille. En 1870 André Dille obtient par jugement la modification de son nom en d’Ille ; il relève également le nom et les armes des Ganteaume, alias Gantelmi, avec le titre de marquis, et remet au gout du jour l’origine antique de la maison de Gantelmi, comme issue des anciens rois d'Ecosse, et dont plusieurs nobiliaires se font alors l'écho. Il est père du félibre Charles d’Ille (1847-1924), président de l’Académie d’Aix et maire de Volx.

Les Dille pourraient être en lien avec les Dille de Saint-Maximin, issus de Melchion Dille notaire royal de la ville, marié en 1581 à une fille du capitaine Hugon Pinchinat, et alliés aux Laget, Fresquière, Saint-Marc, Gasquet, aux Cadry de Pourrières, et aux Rives de Sisteron.

*

Armes : de gueules à deux triangles d'or alésés et entrelacés, accompagnés en pointe d'un rocher d'argent, issant d'une mer du même ondée d'azur; alias : de gueules à un rocher d’argent au milieu d’une mer d’azur surmonté de deux triangles entrelacés d’or, ainsi enregistrées par Jean-Baptiste Dille, trésorier de France, à l’Armorial général de 1696. Le rocher d’argent pourrait être une reprise du mont d’argent figurant sur les armes de la communauté de Saint-Julien, par allusion à la position du village, perché sur un mont escarpé ; mais il fait également allusion au patronyme lui-même, ainsi que le montre un blasonnement ultérieur, plus explicite : de gueules à une mer en pointe au naturel entourant une île de même, surmontée de deux triangles d’or cléchés et enlacés.

Honorade Dille veuve d’Alexandre Gougony bourgeois de Manosque, se vit attribuer pour armes : d’azur à la bande d’argent chargée d’un besan de gueules (ce qui symbolise une île), tandis que Joseph Dille, juge de Saint-Julien, son frère, et Louis Dille, bourgeois, son cousin, portaient : d’azur à une bande d’argent chargée d’une aigle de gueules.

En suite de leurs alliances avec les Gantelmi, les d’Ille ont écartelé leurs armes : au premier, d'or au lion de gueules, tenant dans sa patte dextre une croix fleuronnée d'azur (qui est Gantelmi), et au quatrième, d'or au lion de gueules chargé sur l'épaule d'un lambel à trois pendants d'azur (qui est Gantelmi, de Naples). Devise : leo non expavescit.

 

I - Jean Bernard DILLE notaire royal de Saint-Julien le Montagnier, épouse Philippe BURLE soeur d’Antoine Burle, greffier, d’où :
  1. Diane DILLE baptisée le 7 septembre 1597 à Saint-Julien (parrain messire Jean de Charais, marraine Diane de Suavis), épouse le 10 février 1613, Gaspard CABROL, de Rians, en présence des parents et de Jean de Garay, Sauveur Brémond et Jacques Laugier.
  2. Honorade DILLE baptisée le 9 avril 1600 à Saint-Julien (parrain Antoine Suavis, avocat et conseiller référendaire, marraine Allione Frontel).
  3. Gaspard qui suit,
  4. Antoine DILLE baptisé le 4 décembre 1605 à Saint-Julien (parrain Antoine Burle praticien, marraine madame Aimare d’Albertas).
  5. Jeanne DILLE baptisée le 20 juillet 1608 à Saint-Julien (parrain Antoine Gaillardon, marraine Isabeau Gos).
  6. Pierre qui a fait la seconde branche,
  7. Marguerite DILLE baptisée le 18 décembre 1619 à Saint-Julien (parrain Jacques Cabrol, de Rians, marraine Diane Dille), y épouse le 3 septembre 1634, Jacques CABROL bourgeois de Rians, fils d’Antoine et de Marguerite Burle, en présence des parents et d’Honoré Coquillat et Pierre Palhier.
  8. ? Joseph DILLE vicaire de Lambesc, parrain du fils de Pierre Dille en 1639.

II – Gaspard DILLE procureur au siège général d’Aix, consul de Saint-Julien, bourgeois du lieu et aussi d’Aix, élu consul d’Aix pour l’année 1655, baptisé le 8 décembre 1602 (parrain Gaspard de Beaumont avocat en la cour d’Aix, marraine Louise Philip) décédé avant 1660, épouse 1) suivant contrat passé le 27 avril 1623 à Aix, Honorade de MATHIEU fille de Jean, procureur, et de Françoise BORRILLI. 2) le 11 octobre 1649 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Denise LATIL fille de feu Louis, et de Marguerite VERDILLON, en présence des parents et témoins Honoré Paul, Melchion Casanove, Pierre Parigon, et Joseph Gaillardon. D’où, du premier lit :

  1. Silvestre DILLE baptisée le 25 avril 1628 à la Madeleine d’Aix (parrain André Mathieu avocat au parlement, marraine Silvestre de Roux), marraine à Saint-Julien en 1640, épouse le 29 mars 1644 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Etienne ROUX, avocat, fils de feu Melchior, et d’Honorade de BERENGUIER.
  2. Jean qui suit,
  3. Magdeleine DILLE baptisée le 10 janvier 1633 à la Madeleine (parrain François Giraud, marraine Magdeleine Beau...).
  4. Thérèse DILLE baptisée le 16 octobre 1635 à la Madeleine d’Aix (parrain Joseph Dille vicaire de Lambesc, marraine Lucrèce d’Isnard).
  5. Claude DILLE baptisé le 8 juillet 1637 à la Madeleine d’Aix (parrain Claude Mathieu sacristain du chapitre Saint-Sauveur, marraine Marguerite Mathieu).
  6. Joseph DILLE baptisé le 10 septembre 1644 à la maison compléments le 21 à la Madeleine d’Aix (parrain Joseph Dille vicaire de Lambesc, marraine Silvestre Dille).
  7. Louis DILLE bourgeois, baptisé le 25 août 1647 à la Madeleine d’Aix (parrain Ciprien Traversery, marraine Anne de Coudoulenty), décédé le 26 juillet 1706, inhumé le lendemain à Saint-Julien, épouse Anne PERRIN. D’où :

    1. Honorade DILLE épouse le 9 septembre 1709 à Saint-Julien, Jean MEYNIER, bourgeois de la Verdière, fils de feu Henry, et de Catherine RIVIER.

III - Jean DILLE avocat au parlement de Provence, bourgeois de Saint-Julien, baptisé le 6 octobre 1629 à Saint-Julien (parrain Jean Bernard d’Ille, notaire royal, son grand père, marraine Marguerite d’Ille sa tante), épouse le 17 avril 1660 en l’église Saint-Sauveur d’Aix, Perpétue Félicité de GUERRE fille de Bernard, avocat au parlement de Provence, et de Jeanne de RICHIEUD, en présence des témoins requis, Noël Jusquin, François Ricard et Germain Mourgues. Elle est inhumée le 5 décembre 1698 à Saint-Julien, âgée d’environ 52 ans. D’où :

  1. Gaspard DILLE baptisé le 5 octobre 1662 à Saint-Julien (parrain Etienne Arbaud, avocat de la Verdière, marraine Anne Arbaud).
  2. Joseph DILLE baptisé le 26 novembre 1664 à Saint-Julien (parrain Claude Dille prieur, marraine Françoise Rencurel).
  3. Jean-Paul qui suit,
  4. Jeanne DILLE baptisée le 24 août 1668 à Saint-Julien née la veille (parrain Louis Dille son oncle, marraine Jeanne de Richier).
  5. Jean Augustin DILLE prêtre, vicaire de la paroisse Saint-Julien, né le 28 novembre 1671 baptisé le 1er décembre à Saint-Julien (parrain Jean Augustin de Guerre, marraine Anne Dille), décédé à l’âge de 73 ans, et inhumé le 28 septembre 1745.
  6. Claude DILLE né le 22 février 1673 baptisé le 27 à Saint-Julien (parrain Joseph Dille avocat en la cour, marraine Françoise de Rencurel).

IV – Jean-Paul DILLE avocat au parlement de Provence, bourgeois et juge ordinaire de Saint-Julien, baptisé le 10 juin 1666 à la Madeleine d’Aix (parrain Jean-Paul de Guérin substitut au parlement, marraine Claire Queyrelle), inhumé le 29 octobre 1722, âgé de 56 ans, épouse le 26 juin 1698 en l’église de Saint-Julien, avec dispense du troisième degré de consanguinité, Isabeau PELLAS, âgée de 17 ans, baptisée le 5 juin 1681 à Saint-Julien, fille de feu Pierre, bourgeois, et d’Anne DILLE, en présence des parents et amis, et notamment Mr Dille conseiller du roi trésorier général de France, et Bernard de Guerre, l’épouse signe Isabeau Pellas. Elle meurt après 1742. D’où :

  1. Jean-Baptiste Constance DILLE prêtre, bénéficier de l’église collégiale de Barjols, vicaire perpétuel de la paroisse Saint-Julien, baptisé le 11 septembre 1701 à Saint-Julien (parrain Jean-Baptiste Henry de Forbin d’Oppède seigneur de Saint-Julien, marraine Marguerite Constans).
  2. Jean Estienne qui suit,
  3. Anne Magdeleine DILLE née le 10 février 1706 baptisée le même jour à Saint-Julien (parrain Jean Augustin Dille, marraine Anne Pellas).
  4. François DILLE née le 27 janvier 1708 baptisée le lendemain à Saint-Julien (parrain Joseph Pellas avocat en la cour, marraine Françoise de Rencurel).
  5. Joseph DILLE né le 23 janvier 1710 baptisé le même jour à Saint-Julien (parrain Joseph Jauffret Burle bourgeois, marraine Magdeleine Pellas sa femme).
  6. Anne DILLE née le 1er septembre 1711 baptisée le lendemain à Saint-Julien (parrain Barthélémy Berne docteur en médecine, marraine Anne Perrin), épouse le 27 juin 1735 à Saint-Julien, avec dispense du 4e degré de consanguinité, noble Honoré-François d’AUTHIER sieur de la Morée, écuyer de Rians, officier de cavalerie, fils de feu François, seigneur de la Morée, capitaine d’infanterie, et d’Anne CABROL, en présence des parents et témoins Antoine de Trabaud sieur de Taulane, Claude d’Authier de Favas, Félix Berne fils d’André chirurgien, et Claude Ricard fils de Louis chirurgien.
  7. Jean-Paul DILLE baptisé le 2 juin 1714 à Saint-Julien (parrain Jean Augustin Dille prêtre son oncle, marraine Suzanne Pellas sa tante), décédé le 4 avril 1720.
  8. Antoine DILLE prêtre, curé de Saint-Julien, né le 27 février 1717 baptisé le lendemain à Saint-Julien (parrain Antoine de Castellane chevalier de Montmeyan, marraine Ursule d’André épouse de Joseph Pellas avocat en la cour).
  9. Marie Elisabeth DILLE née le 10 septembre 1719 baptisée le lendemain à Saint-Julien (parrain Jean-Baptiste Constance Dille bénéficier de l’église collégiale de Barjols son frère, marraine Françoise Dille sa soeur), décédée le 25 juillet 1720.
  10. Joseph Roch DILLE baptisé le 2 septembre 1721 à Saint-Julien (parrain Jean-Baptiste Dille président trésorier général de France, marraine Catherine Gros épouse de M. Gautier trésorier des Etats de Provence).

V – Jean Estienne DILLE avocat au parlement de Provence, bourgeois et juge ordinaire de Saint-Julien-le-Montagnier, né le 26 décembre 1703 baptisé le même jour à Saint-Julien (parrain Jean-Baptiste Dille prieur bénéficier de l’église collégiale de Barjols, marraine Anne Dille), épouse le 1er mai 1742 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Magdeleine DIGNE âgée d’environ 17 ans, fille d’Honoré, procureur au siège général d’Aix, présent, et de feue Rose JAULNE, en présence des témoins Joseph Giraudenc avocat en la cour, Guillaume Heiriès, Jean Turc et François Aubert, l’épouse signe Magdelene Digne. D’où :

  1. Honoré qui suit,
  2. Françoise Julie DILLE née le 12 juillet 1745 baptisée le 15 à Saint-Julien.
  3. Joseph Alphonse DILLE né le 5 mai 1747 baptisé le 7 à Saint-Julien.

VI – Honoré DILLE avocat, bourgeois de Saint-Julien, né le 11 août 1743, baptisé le surlendemain à Saint-Julien (parrain Honoré Digne, procureur au siège d’Aix, son ayeul, marraine Elisabeth Pellas ayeule), décédé à Barjols le 11 brumaire an IX, épouse le 7 juillet 1778 à Saint-Julien, sa parente, Agnès GANTEAUME d’ILLE, âgée de 25 ans, née à Aix le 19 janvier 1753, fille de Jean-Baptiste (1693-1771), trésorier général de France au bureau des Finances d’Aix, sieur de Barlemont, et de Catherine SOUCHEIRON. Elle meurt le 15 janvier 1789 à Saint-Julien, âgée de 36 ans. D’où :

  1. Magdeleine DILLE épouse le 4 octobre 1795 à Saint-Julien, Joseph François Victor TRUCY, avocat, fils de Joseph Victor, notaire de Barjols, et d’Anne Marie Thérèse Dorothée BOYER. Il meurt le 15 novembre 1834 à Brignoles, âgé de 68 ans.
  2. Alphonse qui suit,
  3. Fortunée Catherine Toussaine DILLE célibataire, née en 1783 à Saint-Julien, décédée à l’âge de 30 ans le 30 décembre 1813 à Saint-Julien.
  4. Julie DILLE née le 20 mai 1787 à Saint-Julien, épouse le 21 avril 1812 à la mairie de Saint-Julien, Jean Louis Nicolas NICOLAS propriétaire, âgé de 31 ans, né à Puymoisson le 25 avril 1781, fils de Pierre Nicolas, propriétaire, et d’Anne Magdeleine ROMAN.

VII - Alphonse DILLE propriétaire, né le 11 septembre 1780 à Saint-Julien, décédé le 15 décembre 1853 à Saint-Julien, âgé de 73 ans ; épouse le 15 germinal an XII en la mairie de Saint-Julien, Joséphine GANTEAUME d’ILLE âgée de 21 ans, née le 17 juillet 1783 à Quimperlé (Finistère), fille de Joseph Platon (1741-1813), lieutenant de gendarmerie, et de feue Marie Magdeleine MARQUIS, les témoins sont Etienne André Pourcelly notaire, Julien Alexandre Guis, André Pellas, et André Bon. Elle meurt le 14 janvier 1844 à Saint-Julien, âgée de 60 ans. D’où :

  1. Joséphine DILLE née le 8 mars 1805 à Saint-Julien, y décédée à l’âge de 48 ans le 26 janvier 1853, épouse le 10 janvier 1825 à Saint-Julien, Fortuné ROLLANDY propriétaire, âgé de 36 ans, veuf de Marie Anne ARNOUX, né à Entrevennes le 2 avril 1788, fils de feu Jean-François, avocat, et de feue Geneviève BLANC, les témoins sont Jean-Louis Nicolas, bourgeois de Puimoisson, parent, Joseph François Victor Trucy, avocat de Brignoles, parent, Jean Rollandy et Joseph Jouvens.
  2. André qui suit,
  3. Caroline Julie Zoé DILLE née le 31 mai 1810 à Saint-Julien, décédée le 8 octobre 1812.
  4. Sophie Victorine Hortense DILLE célibataire, née le 9 mai 1814 à Saint-Julien, y décédée le 6 juillet 1854, âgée de 40 ans.

VIII – André d'ILLE négociant à Aix, et propriétaire à Saint-Julien, obtient par jugement du tribunal d’Aix du 20 mai 1870 de faire rectifier son nom Dille en d’Ille, demande le 6 septembre 1873 l’autorisation de substituer à son nom celui de Gantelmi d’Ille, ce qui ne lui fut pas accordé; né le 24 juillet 1807 à Saint-Julien, décédé en 1885 ; épouse le 13 janvier 1836 à la mairie d’Aix, Thérèse PALIS née à Aix le 23 avril 1811, fille de Victor, négociant, et de Thérèse Joséphine FOUQUE, en présence des parents des deux époux, et des témoins : Me Trucy avocat et avoué à Brignoles, cousin de l’époux, Joseph Pierre Palis, négociant, frère de l’épouse, Antoine Roure, propriétaire, et Jean Joseph Venture, propriétaire. Elle meurt à Aix le 18 mai 1871. D’où :

  1. Joséphine d'ILLE née à Aix le 16 février 1837, épouse le 18 avril 1860 en la mairie d’Aix, son cousin germain, Marius Victor PALIS, négociant, né à Aix le 25 mai 1828, fils de Joseph Pierre, négociant, et de Marie Philippe Caroline BERNARD, les témoins sont M. Castellan magistrat à Aix, Alphonse Nicolas, négociant, oncles à la mode de Bretagne de l’épouse, Henry Christol et Hippolyte Jouyne, amis. D’où postérité.
  2. Charles qui suit,

IX – Charles d’ILLE marquis de GANTELMI écrivain provençal, majoral du Félibrige, membre puis président de l’Académie d’Aix, châtelain de Saint-Clément et maire de la commune de Volx, officier à son mariage (sous-lieutenant auxiliaire au 112e de ligne), officier du Nicham-Iftikar de Tunis, chevalier de l’ordre royal de la couronne de Roumanie, décoré de la médaille coloniale, propriétaire de l’hôtel Gantelmi d’Ille sur le Cours, à Aix; né le 21 avril 1847 à Aix, décédé en 1924. Epouse le 28 octobre 1875 à la mairie de Manosque, Elise d’HERBES née le 29 novembre 1853 à Manosque, fille de César, propriétaire châtelain de Saint-Clément, et d'Aimée d’HERBES, les témoins sont Victor Palis négociant à Aix, oncle de l’époux, le comte Henry Tonduti de la Balmondière, Marius Ligier médecin à Marseille, oncle de l’épouse, et Amédée Dherbès son cousin. Elle meurt en 1905.

D’où deux filles (Mmes de Saqui-Sannes et Double), et un fils qui continue la famille Gantelmi d’Ille.

 
contact