Anciennes familles de Provence
   

 

(de) Magnan


 

Importante et ancienne famille originaire de Haute-Provence, dont les racines se situent au village de Bayons où Guillaume et Laugier Magnan sont cités comme fourniers en un acte de 1304. Un siècle plus tard, Guillaume Magnan est juge et bailli des Mées, co-seigneur de l’Escale, de Saint-Pierre de Bezaudun et de Malijai, auteur d’une lignée qui posséda d’importants biens nobles à Lurs et au terroir des Mées, où elle conserva les premiers honneurs municipaux : divisée en deux branches, elle s’éteignit en la personne du conseiller à la cour et publiciste Paul de Magnan (1817-1887). Une généalogie succincte leur a été consacrée dans le supplément d’Artefeuil paru en 1901 (t.IV p.36 ss.).

La seconde lignée de la famille Magnan, issue de noble Antoine Magnan, laboureur à Bayons en 1492, établie au milieu du XVIe siècle à Céreste, se fixa à Manosque où elle donna plusieurs notaires et consuls, puis à Aix, et de là à Marseille, où elle fit fortune au commencement du XIXe siècle dans le négoce et l’industrie huilière.

Esprit Magnan, marchand d’Aix, fit enregistrer à l’Armorial général pour armes : d’argent à trois fasces d’azur et un chef de gueules chargé de trois étoiles d’or.

 

 

Si la plupart des branches de la famille Magnan ont été traitées par Joseph Magnan-Corréard dans son Livre des Magnan en 1919 - ouvrage renouvelé en 2004 par M. Pierre Viallet (que nous remercions), certaines sont restées dans l’ombre. Ainsi en va-t-il des Magnan, officiers et avocats du roi à Forcalquier, et des Magnan notaires royaux à Saint-Etienne-des-Orgues durant tout le XVIe et le XVIIe siècle, que nous croyons former une troisième lignée de cette famille.

Le premier personnage mentionné à Saint-Etienne est André Magnan, fils de Jean, qui épousa en 1470 Aicarde de Rome (Magnan-Corréard d’ap. Ambroise Tardieu, Histoire généalogique des Tardieu, 1893, p.223).

Vient ensuite une succession de notaires royaux à Saint-Etienne : Me Mary Magnan, qui obtient un jugement en 1571 lui conservant l'exercice de sa charge malgré l’opposition de Me Barthélémy Bernard, notaire de Forcalquier. Jean Magnan, notaire, autorisé par jugement en 1590 à accepter sous bénéfice d’inventaire l’héritage de Toussaint Magnan son père. Jean-Antoine Magnan, notaire, marié vers 1630 à Anne Bernard, père du notaire Louis Magnan, qui épousa en 1657 une fille du marchand Jean Louis de la Combe. Enfin le notaire Augustin Magnan, marié en 1633 à une fille du capitaine Raymonet de Posillis, de Sigonce.

Les Magnan de Forcalquier apparaissent quant à eux, en deux branches : la première est formée par Augustin Magnan qui exerça de 1564 à 1586 la fonction importante de juge de la ville de Forcalquier ; marié vers 1545 à une d’Escalis, d’Aix, il eut plusieurs fils : Melchion qui lui succéda dans sa charge, Gaspard reçu conseiller au siège en 1572, et Balthasar capitaine.

La deuxième branche issue de Michel Magnan, procureur au siège de Forcalquier, co-seigneur de Malcor et du Revest-des-Brousses par sa femme, donna plusieurs générations de magistrats au siège sénéchal de Forcalquier et au parlement.

*

 

I – Augustin de MAGNAN docteur en droit et avocat, juge royal et ordinaire de la ville de Forcalquier durant plus de vingt années, de 1564 à 1586, épouse vers 1545, Anne d’ESCALIS d’Aix, fille d’Accurce, licencié en droit, procureur au parlement de Provence, et de Catherine MEOLHE, d’où :

  1. Melchion qui suit,
  2. Gaspard de MAGNAN docteur en droit, conseiller du roi au siège de Forcalquier, mis en possession de cet office le 26 août 1572, épouse par contrat du 11 janvier 1579, assisté par son frère Balthasar, Anne de MATHIEU, fille de feu Nicolas, écuyer du Revest, assistée de Me Jacques Verdillon sieur de Châteauredon procureur du roi au siège de Digne et Louise de Bagaris, ses oncle et tante. D’où :

    1. Diane de MAGNAN baptisée le 22 janvier 1581 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Claude Parisy, marraine Catherine de Valence dame de Revest).
    2. Isabeau de MAGNAN baptisée le 1er avril 1582 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Paul Brunet, marraine Isabeau Magnan).

  3. Balthasar de MAGNAN capitaine, témoin au mariage de son frère Gaspard Magnan en 1579, épouse Marguerite de MASSE, remariée par contrat du 7 décembre 1591 à Honoré BRUNET, docteur en médecine, de Pertuis.
  4. Isabeau de MAGNAN épouse en 1560, Joseph de BERLUC avocat à Forcalquier, veuf de Catherine du RIS.
  5. Prob. Lucrèce de MAGNAN décédée en 1614, épouse Esprit VALLANSAN notaire royal de Forcalquier, décédé en 1615.
  6. Anne de MAGNAN baptisée le 12 septembre 1569 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Marc Arnaud chanoine, marraine Anne Berluc).= ? épouse Hercule HABERT procureur au siège de Forcalquier. Elle est condamnée « à avoir la main et le pied gauche coupés sur un plot et à estre ensuite estranglée et bruslée sur un bûcher dressé sur la place du Bourguet à Forcalquier, comme coupable du crime de lèse majesté divine pour, ayant reçu la sainte communion, avoir jette dans sa main gauche le saint sacrement et de là à terre et l'avoir foulé et écrasé de son pied gauche »; la dite sentence est lue en présence de messires : André Miraillet, prévôt de l'église concathédrale, Jacques Audibert, grand vicaire et Baptiste Barthélémy, curé de Forcalquier ; elle est ensuite signifiée à Me Habert, mari de la condamnée, « qui se porte appelant pour ladite Magnan, folle furieuse, aliénée de son bon sens et possédée du malin esprit »... janvier 1612. Il est inhumé le 5 avril 1630 à Saint-Mary.
  7. p-ê. Honorade de MAGNAN épouse Claude de BERMOND avocat au parlement et au siège de Forcalquier, co-seigneur de Malcor, fils de Guillaume, co-seigneur de Malcor, et de Marguerite FAUCHERIC.

II - Melchion de MAGNAN docteur en droit et avocat, juge royal et ordinaire de Manosque, mis en possession le 12 juin 1582, puis juge de Forcalquier par lettres de provisions du 1er janvier 1587, en succession d’Augustin Magnan, il exerce jusqu’en 1614 (la charge de juge de Forcalquier revient ensuite à la famille du Teil qui la conservera pendant près d’un siècle), décédé avant 1624, épouse vers 1585, Anne de JOANNIS ou Jehan, citée en un acte du 4 octobre 1604, inhumée le 1er mars 1632 à Saint-Mary. D’où :

  1. Jacques qui suit,
  2. Justinien MAGNAN baptisé le 2 février 1594 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Esprit Vallansan, marraine Isabeau Magnan).

III - Jacques MAGNAN docteur en droit, avocat au siège de Forcalquier et au parlement, procureur du roi, épouse par contrat du 30 avril 1624 Sibille de PARISY fille de Balthasar avocat, et de Claire d’ANDRE.

  1. Pierre de MAGNAN baptisé le 1er avril 1628 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Pierre Coulersen ? notaire royal, marraine Anne de Parisy).
  2. Catherine de MAGNAN baptisée le 26 janvier 1630 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Jean Antoine Berluc avocat en la cour, marraine Catherine de Fauris).
  3. Jean qui suit,
  4. Marguerite de MAGNAN baptisée le 15 septembre 1635 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Balthasar Parisy avocat son grand père, marraine Marguerite Valansan).
  5. Jeanne de MAGNAN baptisée le 31 octobre 1639 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Joseph Vallansan chanoine, marraine Jeanne Burle).
  6. Suzanne de MAGNAN décédée en décembre 1676 à Forcalquier, épouse vers 1652, Jean-Baptiste BERLUC bourgeois de Forcalquier, décédé en 1682, fils de Jean Gabriel, bourgeois de Forcalquier, et de Marguerite de ROCHE.

IV - Jean MAGNAN bourgeois de Forcalquier, baptisé en août 1631 supplément le 29 janvier 1632 à Saint-Mary (parrain Charles de Parisy, marraine Anne de Joannis), décédé le 2 décembre 1713 inhumé le 3 à Saint-Mary, épouse par contrat du 20 février 1659 et le même jour à Saint-Mary, Diane de FAUCHIER fille de Jean, écuyer de Cruis, et de Marguerite de REVEST. Elle est inhumée le 12 juin 1695 à Saint-Mary, décédée la veille.

 

 

 
contact