Anciennes familles de Provence
   

 

branche de Saint-Marc


 

IV - Alphonse de MEYRONNET (fils de Paul, greffier, et de Catherine de Moricaud) reçu procureur général à la cour des Comptes, Aides et Finances de Provence le 4 décembre 1656, nommé conseiller du roi en ses conseils d'Etat et Privé et de ses Finances le 30 mars 1660, reçu dans cet office le 29 mai suivant, fait reconstruire à Aix l’hôtel Meyronnet (rue Papassaudi), né à Aix et baptisé le 8 février 1636 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Alphonse d’Oraison, comte de Bourbon, marraine Marguerite de Pontevès dame du Muy), décédé à l’âge de 74 ans, inhumé le 4 septembre 1710 au couvent des cordeliers ; épouse le 12 février 1675 en l’église du Saint-Esprit à Aix, Thérèse de FAURIS SAINT-VINCENT, âgée de 25 ans, née en mars 1650 à Manosque, fille de Jean, avocat au parlement, seigneur de Saint-Vincent, co-seigneur de Lansac et Malcor, et de Marguerite de VILLAGES, mariage célébré en présence de Claude Brouchier professeur de médecine, Guillaume Rose, clerc tonsuré, Mathieu Puech, de Rians, et André Guinaud, d’Alenc. Elle meurt à l’âge de 78 ans le 29 décembre 1728, inhumée le 1er janvier 1729 paroisse de la Madeleine. D’où :

  1. Marguerite Claire de MEYRONNET née le 12 août 1676, baptisée le même jour à la Madeleine d’Aix (parrain Paul Meyronnet greffier du pays, marraine Anne de Fauris) ; épouse le 17 mars 1698 à la Madeleine, Joseph d’ARNAUD de NIBLES chevalier, baron de Vitrolles et d’Esparron, conseiller du roi au parlement de Provence (1694), veuf d’Anne de RICHERY, fils de Jean Louis, écuyer de Sisteron, sieur de Nibles, et de Christine de LAURENS de VAUGRANIER, présents, en présence également des parents de l’épouse, et des témoins Pierre de Cugis curé de Sainte-Madeleine d’Aix, Charles de Fauris sieur de Saint-Vincent, Gentiac et Malcor, Guillaume François de Fauris, frère écuyer d’Aix, Philippe de Meyronnet conseiller du roi doyen de la cour des Comptes, Paul de Meyronnet, conseiller du roi au parlement, et Mathieu Puech. Il meurt à Aix en avril 1746.
  2. Catherine de MEYRONNET née le 14 septembre 1677 baptisée le même jour à la Madeleine d’Aix (parrain Louis de Rians avocat en la cour, marraine Catherine de Moricaud), inhumée le 17 août 1678 aux Cordeliers.
  3. Françoise de MEYRONNET née le 9 novembre 1678, baptisée le 10 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Philippe de Meyronnet conseiller en la cour, marraine Françoise de Fauris), inhumée le 24 décembre 1678 aux Cordeliers.
  4. Pierre de MEYRONNET inhumé le 5 février 1681 au couvent des Cordeliers.
  5. Gabrielle de MEYRONNET née le 22 janvier 1686 baptisée le lendemain en l’église de la Madeleine à Aix (parrain Charles de Fauris sieur de Saint-Vincent, marraine Gabrielle de Meyronnet d’André), décédée à l’âge de 2 ans et demi, inhumée le 21 août 1688 au couvent des Cordeliers.
  6. Jules François qui suit,
  7. Joseph Philippe de MEYRONNET bachelier en Sorbonne, baptisé le 27 septembre 1690 à la Madeleine, né le même jour (parrain Philippe de Fauris Saint-Vincens, marraine Jeanne de Rissy), décédé à l’âge de 80 ans, le 9 octobre 1770 à Aix, inhumé le lendemain en l’église de la Madeleine.
  8. Anne Thérèse de MEYRONNET née le 20 mai 1692 baptisée le lendemain à la Madeleine (parrain Balthasar d’André conseiller du roi en la cour des Comptes, marraine Anne de Citrany).
  9. Catherine de MEYRONNET célibataire, décédée le 6 avril 1764 à Aix, inhumée à la Madeleine, âgée de 75 ans.

V - Jules François de MEYRONNET SAINT-MARC chevalier, seigneur et baron de Saint-Marc (acheté des Puget en 1723), seigneur de Collongue et le Prignon, conseiller du roi au parlement de Provence, reçu le 15 mars 1709 en la charge de Mathias de Milan Laroque, né le 3 septembre 1687 et baptisé le lendemain à la Madeleine d’Aix (parrain Jules François de Fauris seigneur de Saint-Vincent, marraine Marguerite Thérèse de Meyronnet), décédé à l’âge de 71 ans, inhumé au cimetière de la Madeleine le 28 août 1759 ; épouse le 9 août 1713 à Aix, Catherine Marguerite de MATHIEU MORTEIN fille de François René, major au régiment de la Vieille Marine, et de Catherine de RIPERT MONTCLAR. Elle teste en 1754, et meurt à l’âge de 82 ans le 1er novembre 1777, inhumée le lendemain au cimetière de la Madeleine. D’où :

  1. Marie Thérèse de MEYRONNET SAINT-MARC née le 1er septembre 1714 baptisée le même jour à la Madeleine d’Aix (parrain Pierre François de Rippert conseiller au parlement, marraine Thérèse de Saint-Vincent de Meyronnet).
  2. Philippe Louis qui suit,
  3. Marie Josèphe Julie de MEYRONNET SAINT-MARC née le 15 février 1717 à Aix, baptisée le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Joseph-Philippe de Meyronnet bachelier en Sorbonne, marraine Marie Catherine de Meyronnet), épouse le 29 janvier 1737 en l’église Sainte-Marie Madeleine d’Aix, Pierre de ROBINEAU écuyer, seigneur de Beaulieu à Rognes, conseiller du roi commissaire ordinaire des guerres à Marseille de 1725 à sa mort, receveur général de Provence et des terres adjacentes, receveur particulier du taillon en Provence (1738), conseiller secrétaire du roi (1749), né le 10 août 1694 à Marseille, décédé le 26 janvier 1764, fils de Pierre, seigneur de Bellombre en Auxerrois, commissaire ordinaire des guerres à Marseille, receveur général des finances de Provence, trésorier général et receveur du taillon, et de Catherine RAGUENEAU, originaires de Paris, le mariage est célébré en présence des parents de l’épouse, et des témoins Louis Jourdan, Joseph Benoît ecclésiastique, François Ollivier et Antoine Sauvat.
  4. Joseph de MEYRONNET SAINT-MARC officier de marine, entré comme garde-marine à Brest le 20 février 1733, enseigne de vaisseau le 1er mai 1741, prisonnier lors de la tentative de prise de l’île de Tabarca par les Français, esclave à Tunis, libéré puis passé lieutenant d’infanterie le 17 mai 1751 puis dans l’artillerie à Calais le 17 octobre 1753, capitaine de vaisseau le 17 avril 1754, est fait chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis à Calais le 25 juillet de la même année, brigadier des armées navales le 18 août 1767, et enfin sénéchal d’Hyères de 1752 jusqu’à sa mort en 1773 ; né à Aix le 11 octobre 1718, baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Joseph d’Arnaud de Nibles, conseiller du roi, marraine Anne de Fauris de Saint-Vincent de Meyronnet), décédé le 21 août 1773 à Toulon, âgé de 54 ans, sans postérité ; épouse Elisabeth-Claude REVELLI née le 2 octobre 1726, décédée après 1803.

VI - Philippe de MEYRONNET SAINT-MARC chevalier, baron de Saint-Marc, seigneur de Collongue, du Prignon et autres lieux, conseiller du roi au parlement de Provence, reçu le 24 mars 1737 en l’office de son père, sous la réserve de cinq ans d’exercice, né le 15 février 1716 à Aix, baptisé le 18 en l’église de la Madeleine (parrain Philippe de Meyronnet conseiller du roi, doyen en la cour des Comptes, marraine Catherine de Rippert de Laugier), décédé à l’âge de 84 ans, inhumé au cimetière de la Madeleine le 6 septembre 1790 ; épouse le 6 septembre 1740 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Marie-Thérèse de FAURIS SAINT-CLEMENT née en 1719 à Hyères, décédée à l’âge de 79 ans en son domicile à Aix le 25 septembre 1798, fille de Pierre Charles, seigneur de Saint-Clément, conseiller du roi, grand sénéchal au siège d’Hyères, et de Françoise de FAURIS de NEOULES. D’où :

  1. Jules (François) Bruno qui suit,
  2. Marguerite Catherine de MEYRONNET SAINT-MARC née le 16 septembre 1742 à Saint-Marc, ondoyée le lendemain et baptisée le 9 novembre suivant en l’église paroissiale (parrain Pierre Charles de Fauris de Saint-Clément, grand sénéchal d’Hyères son ayeul, marraine Marguerite Catherine de Mathieu épouse de Jules François de Meyronnet baron de Saint-Marc, conseiller honoraire au parlement, sa grand mère), décédée à l’âge d’un an le 22 septembre 1743 à Aix.
  3. Thérèse de MEYRONNET SAINT-MARC née le 11 octobre 1743 baptisée le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Joseph de Meyronnet enseigne des vaisseaux, marraine Marie Thérèse de Fauris de Saint-Clément veuve du comte de Berton de Crillon, d’Avignon), épouse le 12 mars 1766 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, âgée de 23 ans, Louis Gaëtan de PORTALIS âgé de 38 ans, ancien capitaine de cavalerie au régiment de Poly devenu Normandie cavalerie, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, de Toulon, né en août 1727, fils de feu Pierre, commissaire de la marine à Toulon, et de feue Geneviève de MINOTTY en présence des parents de l’épouse, ainsi qu’André Marc-Antoine de Joannis, procureur général en la cour des Comptes, Pierre Jean Paul de Bonnet, avocat trésorier de France, et Esprit Roubaud, bourgeois, et Jean-Baptiste Lantoin. Il est reçu, trois mois après son mariage, en une charge de conseiller en la cour des Comptes d’Aix. Le 7 juin 1771, il achète la terre de Martialis en la paroisse d’Ansouis et se fait dès connaître ainsi que sa famille sous le nom de Portaly Martialis.
  4. Jean Pierre Balthasar de MEYRONNET SAINT-MARC entre dans la marine le 7 mai 1757 au département de Toulon, nommé enseigne de vaisseau le 27 novembre 1765 puis premier lieutenant des apprentis canonniers à Toulon le 1er janvier 1775, jusqu’au 16 mars 1776, lieutenant de vaisseau le 4 avril 1776, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis le 3 novembre 1778, envoyé à Naples en novembre 1779 pour y commander la compagnie des gardes militaires, obtient le brevet de capitaine de frégate de la Marine napolitaine le 23 mars 1781, quitte la marine au mois de juillet suivant pour raison de santé et est nommé consul général de France à Lisbonne, suivant provisions du 21 janvier 1781, il est révoqué en 1786 et se retire à Aix, nommé gouverneur de la principauté de Monaco et seconde précepteur du Dauphin en 1791, émigré à Venise en 1792 où il donne des cours de français et refuse toute autre pension; né le 5 janvier 1745 à Aix, baptisé le même jour à la Madeleine (parrain Jean Pierre François de Rippert baron de Monclar et Salonet, marraine Marie Catherine de Meyronnet), il meurt le 15 mars 1817 à Venise, âgé de 72 ans, après avoir testé cinq jours plus tôt en faveur de son neveu.
  5. Joseph Philippe Augustin de MEYRONNET SAINT-MARC officier de marine, reçu comme garde-marine à Toulon le 28 mars 1762, passé enseigne le 15 novembre 1771, lieutenant au régiment de Toulon le 1er mai 1772, puis lieutenant d’apprentis canonniers le 27 mars 1776 et enfin lieutenant de vaisseau le 14 février 1778, fait la campagne d’Amérique, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis le 3 novembre 1781, capitaine de vaisseau le 16 mai 1786, se retire du service en 1791 et émigre, rejoint les armées contre-révolutionnaires de Vendée puis passe à Vienne et revient à Aix en 1803 ; né le 24 mars 1746 à Aix, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Joseph Philippe de Meyronnet, marraine Marie Thérèse de Fauris comtesse de Berton), il meurt à Aix en décembre 1813, à l’âge de 67 ans.
  6. Marie-Anne de MEYRONNET SAINT-MARC née le 25 février 1748 à Aix, baptisée le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Jules François de Fauris de Saint-Vincent, conseiller du roi en ses conseils, président à mortier au parlement, marraine Anne de Fauris de Meyronnet) ; épouse le 5 février 1767 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, André de RIPERT d’ARTAUD MONTAUBAN fils mineur de Joseph, écuyer, seigneur de Barret et de la Verrière, et de Delphine de THOMAS de GIGNAC, d’Apt, présents et consentants, en présence des parents de l’épouse, et de Boniface Louis Denis de Périer, chevalier marquis de Flayosc, conseiller au parlement, Esprit Roubaud, François Geoffroy, greffier, Guillaume Mérigon, ancien procureur.
  7. Hilarion de MEYRONNET de FAURIS dit Saint-Marc de Fauris ou le Marquis de Meyronnet de Fauris officier de marine, d’abord garde-marine à Toulon le 24 février 1766, enseigne de vaisseau à Brest le 1er octobre 1773, succède à son oncle dans la charge de sénéchal d’Hyères le 8 mars 1775, passé dans l’infanterie avec le grade de lieutenant le 1er juillet 1777, puis dans la marine au département de Toulon le 13 mars 1779, participe à de nombreuses campagnes dont celle d’Amérique, promu major de vaisseau au département de Brest le 1er mai 1786, chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint-Louis, demande sa retraite en avril 1792 ; né le 13 juin 1750 à Aix, baptisé le même jour en l’église de la Madeleine (parrain Balthasar de Meyronnet chevalier de Saint-Louis ancien major de cavalerie, marraine Marie Thérèse de Piolenc de Meyronnet Châteauneuf), meurt à la Guadeloupe le 1er juin 1794, dans sa 44e année ; épouse le 15 septembre 1789 en l’église Saint-Ferréol de Marseille, suivant un contrat signé le 20 août, (Elisabeth) Germaine de PEYSSONNEL fille de Sauveur Germain (1736-1809), sieur de Guillou, et de feue Eugénie ROUJOL (1733-1774), l’épouse habite Marseille depuis trois ans, et est native de la Guadeloupe ; en présence de Joseph Jean-Baptiste Ripert de Salonet, lieutenant colonel de cavalerie, chevalier de Saint-Louis, Louis de Peyssonnel, chevalier, seigneur de Fuveau, ancien capitaine au régiment royal, chevalier de Saint-Louis, l’un procureur du père de l’époux, l’autre du père de l’épouse, et des témoins Jean François Joseph, chevalier de Montgrand, chevalier de Saint-Louis, chef de division des armées royales, Joachim de Mestre d’Aygalades, Jean-François Melchior de Mestre d’Aygalades, Jean Gaspard Henry chevalier de L’Isle Saint-Martin, chevalier de Saint-Louis, ancien officier de la Marine. Elle meurt massacrée par les révolutionnaires, avec sa fille, à Port-Louis de la Guadeloupe en décembre 1794. D'où :

    1. Ne de MEYRONNET de FAURIS décédée en décembre 1794 à la Guadeloupe.
  8. Marie Julie Thérèse de MEYRONNET SAINT-MARC née le 18 juillet 1752 à Aix, baptisée le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Pierre François de Laugier du Puy, d'Apt, marraine Marie Joseph Julie de Meyronnet épouse de Pierre de Robineau, conseiller, secrétaire du roi, commissaire de guerre).
  9. Jules Elzéar Parfait de MEYRONNET SAINT-MARC dit le Chevalier de Saint-Marc, garde-marine à Toulon le 17 février 1778, enseigne de vaisseau le 16 février 1780, lieutenant de vaisseau le 1er mai 1786, émigré et fixé à la Martinique sous la Révolution ; né le 27 septembre 1760 à Aix, baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Jules François Bruno de Meyronnet, marraine Marie Thérèse de Meyronnet), tué en duel en 1795 à la Martinique par M. de Raousset, d’Avignon.

VII - Jules Bruno de MEYRONNET SAINT-MARC chevalier, baron de Saint-Marc, nommé conseiller du roi au parlement de Provence, reçu le 19 avril 1765 en la charge de François Louis de Gras (que son père avait achetée pour lui le 9 mars précédent), assiste aux assemblées de la noblesse tenues en 1789 ; né le 6 octobre 1741 à Aix, baptisé le même jour à la Madeleine, décédé à l’âge de 55 ans en l’hôpital de Gênes le 29 août 1797, épouse le 19 mai 1778 à Aix, église du Saint-Esprit, Cécile LE BLANC de VENTABREN âgée de 21 ans, née à Aix en 1756, fille de Louis, chevalier, sieur de Ventabren, conseiller du roi au parlement de Provence (1715-1777), et de Louise Claire MARTIN de GERMAIN. D’où :

  1. Philippe qui suit,
  2. Charles de MEYRONNET SAINT-MARC chevalier de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, propriétaire, né à Aix le 19 décembre 1782 baptisé le même jour à la Madeleine (parrain Charles Elzéar Joseph Le Blanc de Ventabren, chevalier de Saint-Louis, lieutenant colonel d’infentarie, son grand oncle, marraine Marie Josèphe Julie de Meyronnet de Saint-Marc Robineau, sa grand tante), décédé en son hôtel sur le Cours à Aix, le 29 août 1851, âgé de 68 ans.

VIII – Philippe de MEYRONNET SAINT-MARC chevalier, baron de Saint-Marc, substitut du procureur général d’Aix en 1811, second avocat général à la cour impériale d’Aix en 1814, procureur général à la cour royale de Besançon le 27 mars 1816, conseiller d’Etat et secrétaire général du ministère de la justice en 1828, conseiller en la cour de Cassation de Paris en 1829 puis conseiller honoraire, officier de la Légion d’Honneur (1828) puis commandeur (18 janvier 1853), propriétaire, maire de Saint-Marc-Jaumegarde, né à Aix le 23 décembre 1780, baptisé le 24 à la Madeleine (parrain Philippe de Meyronnet baron de Saint-Marc, Collongue et Prignon, conseiller au parlement, son ayeul, marraine Louise Claire Martin veuve de Mr Le Blanc de Ventabren, conseiller au parlement, ayeule maternelle), décédé le 18 octobre 1866 en son château de Saint-Marc, âgé de 85 ans, après avoir adopté en 1864 son petit-neveu et filleul Philippe BOYER de FONSCOLOMBE (1823-1904) officier de cavalerie, dont la postérité prend le titre de marquis de Meyronnet-Saint-Marc. Son portrait est à la chapelle des Pénitents Gris à Aix. Epouse le 17 mars 1864 à Marseille, alors âgé de 83 ans, Eglé BART, âgée de 65 ans, née le 28 octobre 1798 à Bordeaux (Gironde), fille de Jean Marc et d’Emilienne COLLA de PRADINES.

 

 

 
contact