Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Fauris


 

 

Célèbre famille de robe, issue de la bourgeoisie de Manosque, agrégée à la noblesse à la fin du XVIe siècle par possessions de fiefs et usage de qualifications nobles, qu'elle régularisa par l'acquisition de charges en cour souveraine. Elle forma trois branches, et posséda de nombreux biens : à Saint-Vincent-sur-Jabron, Saint-Clément, Gentiac, Malcor, Néoules, Noyers et Aigremont.

Jules de Fauris Saint-Vincent (1718-1798) et Alexandre de Fauris de Noyers (1750-1819), père et fils, tous deux présidents à mortier au parlement de Provence, se distinguèrent particulièrement par leur goût de l'Histoire et des antiquités.

Les armes des Fauris Saint-Vincent sont : écartelé aux 1 & 4 d’argent à une couleuvre de sinople, aux 2 & 3 d’azur à une colombe d’argent, ainsi enregistrées par Charles de Fauris seigneur de Saint-Vincent à l'Armorial général de France. Son arrière-petit-fils, le président de Saint-Vincent, créé chevalier d'Empire en 1811, portait ses armes en parti, avec une champagne de gueules, chargée du signe des chevaliers légionnaires.

Des variations ont existé suivant les branches. Christophe de Fauris écartelait au 1er et 4e d'or à une guire tortillée en pal de sinople, au 2e et 3e de gueules à une colombe d'argent. Jules François de Fauris, écuyer d'Aix, portait l'écartelé avec une guivre d'or sur un champ de gueules.

Balthasar de Fauris sieur de Saint-Clément, eut quant à lui des armes distinctes, sans doute attribuées : d’azur à l’écureuil d’argent coupé d’or au pairle de gueules.

 

 

I - François de FAURIS marchand de Manosque, ainsi qualifié dans le contrat de son fils de 1594. Artefeuil le dit fils d'un noble Pierre de Fauris sieur de Châteauneuf, et marié suivant contrat du 30.9.1532 devant Me Mane, notaire, avec Anne de Laidet fille de noble Pierre, mais cela parait douteux. On trouve plus sûrement que François de Fauris, bourgeois de Manosque, épouse Marguerite FERAUD d'où :

  1. Jean qui suit,
  2. Marguerite de FAURIS épouse 1) Pierre LATIL, bourgeois du Luc et habitant d’Aix, co-seigneur de Méouilles (1569), notaire royal du Luc jusqu’en 1557, également notaire royal et tabellion d’Aix de 1544 jusqu’à son décès en 1574, protestant, veuf de Françoise MUROT, fils d’Esprit, bourgeois du Luc, et de Gille VALLIERES. 2) par contrat du 24 mars 1585 et au temple, Michel EYSSAUTIER docteur en droits et juge royal de Sisteron, sans doute veuf aussi.
  3. François de FAURIS bourgeois de Manosque, baptisé le 28 septembre 1546 à Notre-Dame de Manosque (parrain Antoine Aloat notaire, marraine Jeanne Reyne) épouse Françoise POCHET d'où :

    1. Olivier de FAURIS baptisé le 13 avril 1586.
    2. Melchion de FAURIS baptisé le 3 janvier 1588.

  4. Claude de FAURIS baptisé le 4 novembre 1551 à Notre-Dame de Manosque (parrain Claude Féraud, marraine Marguerite Brémond).

II - Jean de FAURIS reçu docteur en droits à l’Université d’Aix le 15 novembre 1556, avocat au parlement de Provence, épouse 1) par contrat du 10 avril 1559 (Moiroux notaire à Avignon), Marguerite de GUILHEN fille de Jean, seigneur de Puylaval et du Castellet en Comtat, et d'Isabeau de LIBELLIS. 2) par contrat du 11 août 1594, Jacqueline SENEZIN d’Avignon, veuve de Jacques BOYER, médecin de Manosque, décédée le 12 septembre 1613 et inhumée en l’église de l’Observance. D’où, du premier lit :

  1. Pierre qui suit,
  2. Claire de FAURIS épouse par contrat du 17 mars 1591 noble Joseph BLANCHARD écuyer de Manosque, fils de Claude docteur en droit et avocat au parlement, et de Marguerite BLAYN. Il se remarie à Melchionne de LINCEL dont il a plusieurs enfants, et meurt en 1618.
  3. Catherine de FAURIS épouse capitaine Etienne TEISSIER de Cadenet, fils de Jean, bourgeois de Cadenet.
  4. Marguerite de FAURIS baptisée le 26 décembre 1579 à Saint-Mary de Forcalquier (parrain Antoine Boniface, marraine Marguerite Godin) épouse par contrat du 16 février 1597 Balthasar REBUT, avocat au parlement, de Manosque, fils de Jacques, bourgeois de Manosque, et de Françoise du MAYNE.
  5. Jean auteur d’un rameau resté à Manosque.

III - Pierre de FAURIS écuyer, seigneur en partie de Néoules (acquisition de la 4e partie de la terre de Néoules par donation de demoiselle Marguerite de Fauris du 5 mai 1588 devant Hugoleny notaire), acquiert également les seigneuries de Saint-Vincent-sur-Jabron et de Saint-Clément, en partie de celles de Gentiac et Malcor, reçu docteur en droits de l'université d'Aix le 5 avril 1587, avocat au parlement, élu syndic de la noblesse par délibération du 19 août 1618 (Roche greffier), teste le 18 novembre 1635 (Laugier not. Manosque) en faveur de son fils aîné Philippe de Fauris, et fait légataires ses autres fils Jean, Christophe et Antoine de Fauris. Epouse par contrat du 15 décembre 1593 (Dubois notaire à Marseille), Anne de GAGNON, de Marseille, fille de Philippe, et d'Anne de LA CEPEDE; elle meurt le 1er juin 1659 et est inhumée au couvent de l’Observance de Manosque ; d’où :

  1. Catherine de FAURIS inhumée le 10 avril 1655 en l’église concathédrale Saint-Mary de Forcalquier épouse par contrat du 1er janvier 1617 (Maurel, notaire à Aix), Jean-Paul BRUNET avocat au Parlement, doyen des avocats au siège de Forcalquier, fils de Me Paul, conseiller au siège de Forcalquier, et de Marie de JOANNIS.
  2. Marguerite de FAURIS baptisé le 12 février 1597 à la Madeleine d’Aix (parrain François Beauchamp lieutenant de Forcalquier remplacé par Jean de Fauris avocat, marraine Marguerite de Gagnon, de Marseille), épouse par contrat du 20 décembre 1612 à Aix, Jean BOURDIN, de Marseille, fils de François et de Jeanne de LANFRIN.
  3. Jean qui suit,
  4. Christophe qui a fait la branche de Saint-Clément.
  5. Philippe de FAURIS prêtre de l'Oratoire, baptisé le 3 décembre 1605 à la Madeleine d’Aix, mort sans alliance.
  6. Antoine auteur du rameau de Néoules.
  7. Jeanne de FAURIS baptisée le 17 décembre 1611 à la Madeleine d'Aix (parrain Joseph Martelli avocat au parlement, marraine Jeanne de Materon).
  8. Pierre de FAURIS baptisé le 13 juillet 1613 à la Madeleine.
  9. Louise de FAURIS baptisée le 24 août 1617 à la Madeleine (parrain Jean Paul Brunel avocat en la cour, marraine Louise d’Albertas).

IV – Jean de FAURIS écuyer, seigneur de Saint-Vincent et en partie de Gentiac et Malcor, avocat à la cour du parlement, monsieur maître, teste le 11 septembre 1660 (Beausin not. Aix), en faveur de son fils aîné Charles. Baptisé le 23 mai 1601 à la Madeleine (parrain Barthélémy de Valbelle de Huc, conseiller du roi et lieutenant général de l’Amirauté du Levant, marraine Anthonette de Matheron), il meurt à l'âge de 60 ans, et est inhumé le 22 novembre 1661 aux Grands Carmes; épouse par contrat du 22 février 1631 passé à Marseille (Vaccon notaire), Marguerite de VILLAGES fille de Christophe, écuyer de Marseille, et de Marthe de BOUYER, l'épouse est assistée d’Antoine de Boyer sieur de Bandol, chevalier, gentilhomme ordinaire de la maison du roi, et gouverneur de Notre-Dame de Marseille, son ayeul. Elle meurt après 1675. D’où :

  1. Charles qui suit,
  2. Antoine de FAURIS baptisé le 26 juin 1643 en l’église de la Madeleine d’Aix (parrain Antoine d’Olivier cabiscol de l’église de Fréjus, marraine Marguerite de Sabolin).
  3. Françoise de FAURIS baptisée le 9 août 1644 à la Madeleine d’Aix (parrain Antoine de Fauris sieur de Néoules, marraine Cécile de Masargues), épouse le 20 octobre 1672 en l’église du Saint-Esprit à Aix, âgée d’environ 25 ans, Louis d’ESTIENNE MONTPLAISIR fils de François, seigneur de Montplaisir, avocat et juge de Lambesc, et de Diane de RABASSE, âgé d’environ 32 ans, en présence d’Etienne Abel procureur notaire de Lambesc, Charles de Rosset chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, Louis de Rians, avocat au parlement, Jean Baptiste Garandeau prêtre de Saint-Cannat et Guillaume Rose fils d’Antoine.
  4. Jules-François de FAURIS écuyer d'Aix, légataire de son père en 1660, fait enregistrer ses armes à l'Armorial.
  5. Philippe de FAURIS seigneur de Saint-Vincent, baptisé le 14 avril 1647 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Philippe de Fauris, marraine Oriane Blancon), légataire de son père en 1660, maintenu noble par ordonnance du 26 mars 1702.
  6. Joseph de FAURIS baptisé le 29 mai 1648 à la Madeleine (parrain Pierre d’Olivier conseiller au parlement, marraine Anne de Beaumont).
  7. Anne de FAURIS inhumée le 27 mai 1679 aux Observantins, épouse le 28 avril 1660 à Saint-Sauveur et par contrat du 7 mai 1660 (Anglès notaire à Aix), Louis de RIANS seigneur de Saint-Vincent, assesseur d'Aix, procureur du pays en 1665, fils de Marc Antoine et de Marguerite de BOMPAR. Dont postérité.
  8. Thérèse de FAURIS baptisée le 13 mars 1650 à Saint-Sauveur de Manosque (parrain Balthasar de Fauris écuyer, marraine Marguerite Martin), décédée à l’âge de 78 ans le 29 décembre 1728, inhumée le 1er janvier 1729 paroisse de la Madeleine; épouse le 12 février 1675 en l’église du Saint-Esprit à Aix, Alphonse de MEYRONNET conseiller général à la cour des comptes (1656) conseiller du roi en ses conseils d'Etat et Privé et de ses Finances (1660), né à Aix en 1636, fils cadet de Paul, seigneur baron de Saint-Marc, greffier des Etats de Provence, et de Catherine de MORICAUD, mariage célébré en présence de Claude Brouchier professeur de médecine, Guillaume Rose, clerc tonsuré, Mathieu Puech, de Rians, et André Guinaud, d’Alenc. Dont postérité.
  9. Julie de FAURIS baptisée le 16 avril 1652 à la Madeleine d’Aix (parrain Honoré Marre avocat, marraine Julie de Boyer).
  10. Marguerite de FAURIS baptisée le 4 mars 1655 à la Madeleine d’Aix (parrain Gaspard Jaufroy prêtre docteur en théologie, cabiscol de l’église métropolitaine Saint-Sauveur, marraine Anne de Fauris).

V– Charles de FAURIS écuyer, seigneur de Saint-Vincent, Gentiac et Malcor, avocat au parlement d'Aix, monsieur maître, maintenu noble par jugement de la commission du 30 septembre 1667, épouse le 2 juillet 1667 en l'église de la Madeleine d'Aix, Anne d'ARNAUD du ROUSSET fille de feu Esprit, écuyer d'Aix, avocat, conseiller à la cour des comptes, et de Polixène de GUIRAN, présente, ainsi que Honoré François d’Arnaud, Jules de Fauris et Louis de Rians, témoins. Elle meurt peu après avoir donné naissance à son fils Joseph, et est inhumée le 1er août 1676. D’où :

  1. Joseph de FAURIS né le 9 avril 1668 à Aix, baptisé le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Louis de Rians, avocat en la cour, marraine Marguerite de Martin), inhumé le 26 janvier 1670 aux Grands Carmes d’Aix.
  2. Antoine qui suit,
  3. Polixène de FAURIS née le 24 octobre 1671 baptisée le même jour à la Madeleine (parrain Claude d’Arnaud conseiller au parlement, marraine Polixène de Guiran), inhumée le 25 novembre suivant.
  4. Thérèse de FAURIS née et baptisée le 8 mars 1671 au Saint-Esprit (parrain Pierre de Fauris conseiller du roi et grand sénéchal d’Hyères seigneur de Saint-Clément, marraine Thérèse de Fauris de Saint-Vincent).
  5. Anne de FAURIS de SAINT-VINCENT décédée le 8 avril 1755, épouse le 26 juin 1692 en l'église Sainte-Madeleine à Aix, Paul de MEYRONNET 1er marquis de Châteauneuf, seigneur de Châteauneuf, Montfort et Saint-Donat, conseiller au parlement de Provence (1688), né à Aix en 1662, inhumé en janvier 1738, fils de Philippe (1634-1723), conseiller à la cour des Comptes, et de Madeleine de CABANES.
  6. Catherine Marguerite de FAURIS née et baptisée le 28 février 1675 au Saint-Esprit (parrain Alphonse de Meyronnet procureur général en la cour des Comptes, marraine Catherine d’Aycard femme de Pierre de Fauris sieur de Saint-Clémens).
  7. Joseph de FAURIS baptisé le 20 juillet 1676 en l’église du Saint-Esprit à Aix (parrain Joseph de Foresta chevalier de Malte, marraine Marguerite d’Arnaud), inhumé le 28 juillet suivant au couvent des Grands Carmes.

VI– Antoine de FAURIS de SAINT-VINCENT écuyer, seigneur de Saint-Vincent, Gentiac et Malcor, reçu conseiller à la cour des Comptes le 26 mars 1707 en l'office d'Ignace de Perrin, né à Aix et baptisé le 29 mai 1669 à la Madeleine, épouse 1) le 26 janvier 1700, Catherine Thérèse de ROUX d’ARBAUD fille de Jean-François, seigneur de la Pérusse, conseiller au parlement, et de Marie d’HUGUES. Sans postérité. 2) en 1712 à Aix, Barthélémie BOUCHET de FAUCON fille de Louis, seigneur de Faucon, conseiller au parlement, et de Thérèse de SUFFREN. D’où :

  1. Jules (François Paul) qui suit,

VII - Jules de FAURIS de NOYERS de SAINT-VINCENT chevalier, seigneur de Saint-Vincent, Gentiac, Noyers, Aigremont, reçu conseiller au parlement de Provence le 10 octobre 1737, puis reçu le 10 mars 1746 en la charge de président à mortier au parlement de Provence précédemment tenue par André Elzéar d’Arbaud de Jouques, puis deuxième président en 1776, érudit et historien, membre associé de l’Académie des Belles Lettres (1786), né à Aix le 21 juillet 1718 baptisé en l'église du Saint-Esprit, mort à Aix à l'âge de 80 ans, le 22 et inhumé le 23 octobre 1798 ; épouse le 31 mai 1746, Julie de VILLENEUVE de VENCE née le 16 août 1726 à Vence, décédée à la fin de 1778, seconde fille d’Alexandre (1704-1774), marquis de Vence, et de Sophie de SIMIANE-ESPARRON (1701-1769) (fille de Pauline de Grignan et petite-fille de Mme de Sévigné); Julie de Villeneuve eut une conduite assez légère qui décida son père à la faire enfermer dans un couvent, un mémoire virulent prenant sa défense fut édité au bout de quelques années. D’où :

  1. (Julie) Sophie (Rosseline) de FAURIS de NOYERS de SAINT-VINCENT née à Aix le 17 avril 1747, décédée à Aix le 27 octobre 1781, âgée de 34 ans, épouse le 27 juillet 1767 à Aix, Boniface de PERIER FLAYOSC marquis de Flayosc, seigneur de Clumanc, Douroules et autres lieux, conseiller au parlement de Provence (1765), né le 9 octobre 1745 à Aix, décédé à Aix le 6 mai 1820, fils de Charles, marquis de Flayosc, seigneur de Clumanc, Douroules, la Traille et autres lieux, second consul d’Aix, et de Marthe Clémence de FORTIS. Il se remarie en 1798 à Marie d'AMAT de VOLX.
  2. Alexandre (Jules Antoine) qui suit,

VIII - Alexandre de FAURIS de NOYERS de SAINT-VINCENT chevalier, seigneur de Saint-Vincent, reçu le 10 novembre 1775 conseiller au siège et sénéchaussée de Provence, puis le 11 juillet 1782 en la charge, résignée en sa faveur par son père, de président à mortier au parlement de Provence, qu'il exerça jusqu'à la supression de celui-ci en 1789, député au Corps législatif (1800), administrateur des hospices d'Aix (1802), conseiller général du département (mai 1807), élu maire d'Aix en Provence (13 août 1808 - 20 novembre 1809), membre de la chambre des députés, président à la cour royale d’Aix (1811), chevalier de la Légion d'Honneur le 29 janvier 1810, créé chevalier d'Empire par lettres patentes du 30 septembre 1811, officier de la Légion d'Honneur, membre de l'Académie d'Aix puis président (1813-1814), membre de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettre de l'Institut de France (1816), collectionneur et érudit, auteur de nombreux écrits sur l'histoire et les antiquités de Provence, né le 1er et baptisé le 3 septembre 1750 à Aix, en l'église du Saint-Esprit, décédé à l'âge de 69 ans le 15 novembre 1819 en son hôtel, sur le Cours, à Aix. Epouse en 1781 Marguerite Dorothée de TRIMOND fille de Henri Joseph Gabriel, chevalier, seigneur de Puimichel, et de Dorothée DURAND.

Il fut le dernier de sa famille.

 

 
contact