Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Guiran


 

Blason réalisé par A. de la Pinsonnais
pour le site FranceGenWeb

L’une des plus notables familles d’Aix, issue d’un riche marchand, Guilhem Guiran, vivant à la fin du XIVe siècle et dont les fils et petit-fils acquirent des charges à la Cour des Comptes, au parlement, ou auprès du roi René. Les Guiran formèrent de nombreuses branches dont plusieurs ne sont pas encore sorties de l’ombre.

Les plus connues s’illustrèrent dans le droit, dans l’exercice de nombreuses charges, mais aussi à Malte, possédèrent les fiefs de la Brillane, du Castellet-des-Sausses, de la Morée et de Peyresc. Une branche se fixa en 1586 en Normandie où elle posséda la baronnie de Dampierre près de Dieppe et la seigneurie de Pierrepont, et subsistait dans ces deux rameaux à la fin du XVIIIe siècle.

Les armes des Guiran étaient gravées, selon l'historien Roux-Alpheran, au dessus de la porte du couvent des Augustins à Aix. Elles furent enregistrées à l'Armorial général par Jean-Antoine de Guiran conseiller à la cour des Comptes d'Aix, Antoine Guiran conseiller garde scel au parlement, François de Guiran conseiller aux Comptes, et encore Jean Guiran sieur de la Moette : d’azur à la bande d’or accompagnée de deux colombes d’argent bequées et membrées de gueules, à la bordure engrelée de même.

 

 

I – Hugon GUIRAN marchand d’Aix en 1355 d’où :

II – Guilhem GUIRAN marchand apothicaire et épicier d’Aix, élu syndic d’Aix en 1409 et 1414, avait acheté de Claire Forcalquier veuve de Jacques Forcalquier, une bastide située à Saint-Cannat, mort peu avant mai 1416, un partage de ses biens entre ses enfants Louis, Pierre, Laugier, Nicolas, Raymond et Marguerite Guiran est effectué le 27 avril 1418 (Guillaume Meynier substitut de Guillaume Borrilly, notaire d’Aix); épouse 1) p-ê. Marguerite de PONTEVES des seigneurs de Bargème. 2) Douce CAPOULIER, de la ville de Trets. 3) Douceline GRAFFELLI fille de François et de Beatrix LORINQUE. 4) Bérenguière FERAUD. 5) Elinos de ROGNES nièce de Bertrand, jurisconsulte de la ville d’Embrun. Partage des biens de son mari le 24 mai 1416 (François Borrilli, not.). Elle se remarie par contrat du 15 mars 1418 passé à Aix, avec Elzéar de VILLEMUS co-seigneur de Pierrevert, veuf de Metheline REQUISTON. D’où :

  1. du premier ou second lit : Louis GUIRAN docteur en droits de l’Université d’Avignon, savant professeur de droit civil, lieutenant du primicier de ladite université, mais aussi prêtre et chanoine de l’église d’Aix, prévot du chapitre Saint-Sauveur en 1434, archidiacre de Digne, élu conseiller du roi maître rational en la cour des Comptes, reçu le 4 mai 1420, fut député au concile de Pise en 1408 pour l’extinction du schisme occasionné par l’élection des deux papes Benoit XIII et Grégoire XII, meurt le 22 juin 1436.

  2. du troisième lit : Elzéar GUIRAN marchand, premier syndic d’Aix en 1434, vivant en 1449. Epouse 1) Catherine des BAUX fille de Jacques, notaire d’Aix, et de Catherine de CANOYS sa première épouse. 2) Marguerite GRASSI fille de Jean, notaire d’Aix. D’où, du premier lit :

    1. Raymond GUIRAN licencié en droit, avocat au barreau d’Aix et marchand, institué héritier universel par son ayeul le notaire Jacques des Baux dans son testament du 26 septembre 1422, reçu conseiller du roi et maître rational en la cour des Comptes le 6 juillet 1453, épouse Bellette ARTAUD fille de Jean, jardinier d’Aix, et de Douce.

  3. du quatrième lit : Pierre qui suit,

  4. du cinquième lit : Laugier qui a postérité.
  5. Raymond GUIRAN chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Rhodes en 1432, prieur du prieuré Sainte-marie de Tournon en Montélimar, passe procuration à Pierre, Louis, Elzéar et Laugier Guiran, ses frères, pour faire la régie et administration de ses biens, le 19 novembre 1432 (Jacques Martini, notaire royal d’Aix).
  6. Nicolet GUIRAN
  7. Marguerite GUIRAN épouse 1) par contrat du 5 mars 1418, Jean de VILLEMUS fils d’Elzéar co-seigneur de Pierrevert, et de Metheline REQUISTON. 2) Gillet de BILLI marchand d’Avignon.
  8. Rostang GUIRAN mort avant le 24 mai 1416.
  9. Douce GUIRAN épouse avant le 19 août 1416 (reconnaissance de dot devant François Borrilli, notaire) Pierre FABRI fils de Jacques, d’Aix.
  10. Baudette GUIRAN abbesse du couvent de Sainte-Claire d’Aix.
enfants naturels :
Jeannet GUIRAN cité en 1418
autre Jeannet GUIRAN cité en 1418

III – Pierre GUIRAN marchand d’Aix, fait un testament en prévision d’un voyage le 6 mai 1418 (Guilhem Borrilli, notaire) par lequel il élit sépulture en la tombe de sa mère au cimetière Saint-Sauveur et fait des legs à Jeannet et Jeannet Guiran ses frères naturels, il est élu syndic d’Aix en 1457, épouse par contrat du 11 mars 1435 devant Alban Félix, notaire à Aix, Marguerite REBOUL fille de Bertrand, marchand d’Aix, l’époux est assisté de son frère Louis Guiran prévôt de Saint-Sauveur. Elle est soeur ou tante de Catherine Reboul épouse de Jacques Senhoni. D’où :

  1. Jean qui suit,
  2. Louis GUIRAN marchand d’Aix, partage la succession de son père avec son frère Jean par acte du 14 mars 1482 (Bertrand Borrili, notaire). Epouse suivant contrat du 14 mai 1480 (Barthélémy Darneti, notaire à Marseille) Catherine VIVAUD de Marseille, veuve de N. GUES, fille de Mathieu, et de Blanche R.
  3. Anthonone GUIRAN épouse par contrat du 17 juin 1469 (Bertrand Borrili, notaire) Louis BERNARD fils d’Hugues.
  4. Anthonette GUIRAN épouse Jean de PIGONO.
  5. p-ê. Batrone GUIRAN épouse Antoine MURRI licencié en droit de Villa Lovicarum, remarié à Marguerite CLEMENT. D’où Jean Murri qui teste le 2 juin 1502 à Aix (Imbert Borilli, not.) en faveur de sa marâtre Marguerite Clément, et de ses oncles Jean Guiran conseiller du roi maître rational et Pierre Guiran son parent, marchand d’Aix.
Pierre Guiran laisse en outre un fils naturel :
Guillaume GUIRAN

IV – Jean GUIRAN docteur en l’un et l’autre droit, élu assesseur d’Aix en 1475, conseiller du roi et juge à Martigues, nommé premier maître rational en la cour royale d’Aix par commission du 11 septembre 1482, reçu le 6 octobre suivant en l’office de Louis de Forbin (promu juge-mage), prête serment entre les mains du grand sénéchal Aymar de Poitiers à Blois, le 25 octobre 1483, confirmation en 1498. Achète en 1492 la seigneurie du Castellet des Sausses dont il fait hommage au roi la même année, le 23 mai, puis en 1503, résigne son office en faveur de son fils Michel en 1514. Epouse 1) par contrat du 29 novembre 1468 (Borrili, notaire à Aix) Alayone GAUFRIDY ou Geoffroy veuve de Gervais AYRELLI, marchand d’Aix, et fille d’Hugues bourgeois d’Aix, et petite-fille du notaire aixois Jean Gaufridi. 2) par contrat du 1er juin 1471 (Guillaume Raymond, notaire à Arles) Marguerite de BOCHE ou Bochon, de la ville d’Arles, fille d’Henri et de Thadée de RISPE. D’où, du second mariage :

  1. Michel auteur des sieurs de la Morée.
  2. Honoré qui a postérité.

 

 
contact