Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Garçonnet


 

 

Famille originaire de Poitiers, installée à Aix où Guillaume Garçonnet fut reçu avocat général en 1536, puis président du parlement de Provence en 1541. Ses descendants ont exercé plusieurs fois l’office de maître des ports, ponts et passages de Provence. Certains dérogèrent, mais les Garçonnet furent toujours réintégrés dans leur noblesse. Ils ont formé deux branches, l’une restée à Aix, l’autre établie à Pélissanne.

Armes : d'azur à une croix de mission d'argent soutenue de deux lions affrontés d'or et cantonnée en chef de deux étoiles de même.

 


I - Guillaume GARÇONNET né à Poitiers, conseiller au parlement de Turin, pourvu par lettres du 23 novembre 1535 de l’office d’avocat général du roi au parlement de Provence vacant par suite de la condamnation d’Honorat Laugier, puis deux jours plus tard de l'office de garde du sceau de la chancellerie, reçu en sa charge d'avocat général le 16 juin 1536, il est nommé président au parlement d'Aix suivant lettres patentes données à Châtellerault le 23 mai 1541, réception en charge le 18 juin, il meurt le 5 janvier 1543 à Montpellier où il avait été appelé par le roi pour présider les Etats du Languedoc. Epouse 1) Marie de GARNIER. 2) Jeanne MAUPIN, que l'on trouve marraine en 1537 en l'église de la Madeleine. D’où, du premier lit :

  1. Pierre qui suit,
  2. Claude GARÇONNET chanoine prébendé de l’église Sainte-Marthe de Tarascon avant 1541.

II - Pierre GARÇONNET bourgeois, écuyer d’Aix, épouse en 1549 à Aix, Andrieve de ROQUEBRUNE fille de Michel, marchand néophyte d'Aix, et de Marguerite de SAINT-MARTIN ; d’où :

  1. Pierre GARÇONNET baptisé le 3 décembre 1551 à Saint-Sauveur (parrain Pierre Messini, marrain Hugone Boisselle).
  2. Boniface GARSONNET baptisé le 28 juillet 1553 à Saint-Sauveur (parrain Boniface Pellicot avocat en la cour du parlement, marraine Bernardine Arbaud, dame d’Astoin).
  3. Joseph GARÇONNET baptisé le 25 avril 1560 à Saint-Sauveur (parrain Joseph Thorel).
  4. Françoise GARÇONNET baptisée le 14 septembre 1563 à la Madeleine (parrain me Pierre Pignoli trésorier et receveur géénral du roi, marraine Françoise Guion veuve de M. Martin conseiller du roi).
  5. François de GARÇONNET écuyer d’Aix, pourvu d’un office de maître des ports, ponts et passages de Provence, il cède sa charge à son frère Charles en 1599, et apprend l’art de la verrerie (non dérogeant). Il part à Rouen où il obtient du roi par lettres du 27 avril 1605, la permission de fonder une verrerie de cristal au faubourg Saint-Sever. Incendiée l’année suivante, la manufacture est aussitôt reconstruite. Il cède son entreprise le 19 janvier 1619 au prix de 7.500 livres tournois, et plus de 22.000 livres de matériel. Il meurt à Aix et est inhumé le 11 avril 1638 aux Observantins. D’où :

    1. Jeanne de GARÇONNET née vers 1602 à Aix, épouse par contrat du 17 juin 1622 à Aix, François ORCEL, écolier en lois à son mariage, puis avocat, fils d’Honoré, marchand d’Aix, et de Polixène PONSET.
    2. Elisabeth de GARÇONNET épouse le 8 février 1633 à Saint-Sauveur, François d’ICARD.

  6. Charles qui suit,

III - Charles de GARÇONNET pourvu par lettres du 19 février 1599 de l’office de maître des ports ponts et passages de Provence, sur la résignation de son frère François ; épouse par contrat du 11 décembre 1604 à Aix, Lucrèce de SUAVIS fille d’Antoine, conseiller du roi référendaire, et d’Honorade ROUSSEL. Elle meurt à Aix et est inhumée le 8 avril 1655 aux Observantins, près de la grande porte. D’où :

  1. François qui suit,
  2. Antoine de GARÇONNET né jumeau, baptisé le 2 décembre 1605 à la Madeleine (parrain Antoine de Suavis conseiller référendaire, marraine Honorade de Rians).
  3. Henri de GARÇONNET baptisé le 29 mars 1610 à Saint-Sauveur (parrain sieur de Beaufort, marraine Françoise de Demandolx).
  4. Diane de GARÇONNET baptisée le 6 octobre 1615 à Saint-Sauveur (parrain Guillerme Mille, marraine Jeanne de Beaumont) inhumée le 3 janvier 1616 aux Observantins devant l’image de Saint-Etienne.
  5. Catherine de GARÇONNET baptisée le 29 octobre 1618 à la Madeleine (parrain Claude de Chazelles conseiller du roi et contrôleur de ses Finances, marraine Catherine de Cheylan).
  6. Boniface qui a postérité.

IV - François de GARÇONNET écuyer d’Aix, conseiller du roi et avocat en la cour du parlement, pourvu par lettres du 8 juin 1638 de l’office de maître des ports, ponts et passages de Provence, qui appartenait précédemment à son père, né jumeau à Aix et baptisé le 5 décembre 1605 en l’église de la Madeleine (parrain Nicolas de Peyruis sieur de Montauron et avocat en la cour, marraine Diane de Suavis), décédé à l’âge de 82 ans, inhumé le 2 novembre 1688 aux Observantins, épouse le 26 septembre 1638 à Saint-Sauveur, Lucrèce d’ANTELMY fille de feu Jean, conseiller au parlement de Provence, et de Jeanne de LA CEPEDE ; en présence du père de l’époux et des témoins Louis d’Antelmy, conseiller du roi au parlement de Provence, frère de l’épouse, et François de Beaumont. Elle est inhumée le 30 mars 1694 aux Observantins. D’où :

  1. Charles qui suit,
  2. Louise de GARÇONNET baptisée le 21 mars 1644 en la cathédrale d’Aix (parrain François de Beaumont conseiller au parlement commissaire en la chambre des requêtes du palais, marraine Louise de Sigoyer).
  3. (Boniface) Bruno de GARÇONNET écuyer d’Aix, commandait comme capitaine cinq compagnies au régiment de Vivonne, en 1676 et 1677, condamné comme faux-noble puis maintenu, inhumé le 16 août 1714 aux Observantins.
  4. Marguerite de GARÇONNET épouse le 6 octobre 1664 à Saint-Sauveur, Pierre ORCIN avocat au parlement, veuf de Marguerite MARROT, fils de feu Pierre, conseiller correcteur en la cour des comptes, et de Suzanne de COLOMB, sa première épouse, en présence des parents de l’épouse et des témoins Jean Claude Sobolis, prêtre bénéficier de l’église Saint-Sauveur, et Antoine Besson. Elle meurt à l’âge d'environ 41 ans le 31 mars 1687, et est inhumée en l’église des Augustins à Aix, assistent au convoi en Jean-François d’Orcin son fils, et Antoine Sauvaire son neveu.
  5. Melchion de GARÇONNET inhumé le 24 mai 1653 aux Observantins.
  6. Anne de GARÇONNET baptisée le 9 avril 1653 (parrain Pierre de Thomassin, sieur de Loubet, procureur du pays, marraine Anne de Puimichel) obtient un arrêt du parlement de Grenoble en 1699 concernant la part dans l’héritage de ses parents due à son neveu Jean-Baptiste de Garçonnet. Elle reste célibataire, meurt à l’âge de 66 ans et est inhumée le 7 juillet 1719 aux Observantins.
  7. François Magloire de GARÇONNET baptisé le 6 octobre 1654 à Saint-Sauveur (parrain Charles de Garçonnet, marraine Marguerite de Garçonnet).

V - Charles de GARSONNET écuyer d’Aix, épouse le 24 novembre 1663 à Saint-Sauveur, Magdeleine de BEAUMONT baptisée le 17 juillet 1645 à Saint-Sauveur, fille de Pierre, écuyer d’Aix, et de Catherine d’AUDOUARD. Remariée en 1708 (à l’âge de 63 ans, s’il s’agit de la même) à Joseph de SIMON. D’où :

VI – Jean-Baptiste de GARÇONNET écuyer d’Aix, élu consul d’Aix en 1715, né à Aix et baptisé le 6 avril 1666 en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Jean-Baptiste Beaumont, marraine Marguerite Varion); épouse 1) le 1er septembre 1692 en la cathédrale Saint-Sauveur, Honorade ou Honorée de BRUEYS, fille de Gaspard, bourgeois d’Aix, tiers consul en 1685, et de Thérèse de CIPIERES, en présence de Pierre Abeille ecclésiastique, Jean Antoine Brun bourgeois, Guillaume Bonnefoy, maître menuisier, et Jean Turcas illettré travailleur. L’épouse est déjà enceinte et à quelques jours d’accoucher. 2) le 4 février 1710 à Saint-Sauveur, Gabrielle de VETERIS du REVEST, fille de Jean, seigneur du Revest, et de Gabrielle de GANTES. Remariée en 1727 à Jean-Joseph de SAUVAT. D'où :

  1. du premier mariage : Jean-Antoine de GARÇONNET né le 10 septembre 1692 à Aix, dix jours après le mariage de ses parents, baptisé le lendemain en la cathédrale Saint-Sauveur (parrain Jean Antoine Brun, bourgeois, marraine Marguerite Varion).

  2. du second mariage : Ne de GARÇONNET inhumée le 12 juin 1711 aux Observantins.

 

 

 
contact