Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Garidel


 

 

Famille de robe ancienne et distinguée de la ville d’Aix. Si son adhésion au second ordre, sur le plan formel, n’arrive que tardivement par l’acquisition d’une charge de conseiller au parlement de Provence en 1777, la famille de Garidel n’en était pas moins, par ses divers emplois auprès de la cour, dès la fin du XVIe siècle, déjà admise au sein de l’élite aixoise.

Antoine Garidel, installé à Aix où il est avocat, y acquiert le premier une fonction importante, celle de procureur des pauvres auprès du parlement, en 1533. Fils de Jean Garidelli, bourgeois de Grasse, et marié dans la bourgeoisie de Pertuis, il est l’ayeul de Joseph Garidel (1584-1644), jurisconsulte éminent, primicier de l’université d’Aix en 1637, et surtout l’auteur d’un livre de raison qui sera continué par ses descendants pendant cinq siècles, offrant à l’historiographie un exemple rare d’humanisme et de piété religieuse consignés et perpétués au sein d'une même famille.

De ses deux mariages, Joseph Garidel eut deux fils, qui firent deux branches. L’aîné, Pierre de Garidel (1610-1686), conseiller au siège d’Aix, est le commanditaire de l’hôtel particulier qui restera la résidence familiale, remarquable par sa façade et son escalier majestueux orné de ferronneries Louis XV. Son fils Pierre de Garidel (1658-1737), reçu docteur en médecine, puis professeur d’anatomie à l’université d’Aix, ami de Tournefort, sera comme lui un botaniste émérite, membre de l’Académie des sciences et auteur d’une Histoire des plantes du pays d’Aix et de la Provence, remarquée, il faut dire, à une époque où la connaissance des plantes était, à juste titre, si indispensable à la médecine.

Petit-neveu du botaniste, Bruno de Garidel (1753-1828) acquiert en 1777 une charge anoblissante de conseiller au parlement, et se rend propriétaire d’une partie de la seigneurie de Villemus. Après avoir relevé un temps le nom de Legrin, qui était celui de sa grand-mère, il portera le nom et les armes de sa mère, héritière de la famille de Thoron d’Entrages. Son fils, Léon de Garidel-Thoron (1804-1887), conseiller municipal d’Aix, président de l’Académie des sciences et belles-lettres d’Aix en 1836, étant demeuré célibataire, c’est son frère Bruno de Garidel-Thoron (1807-1886) qui perpétuera la famille en la transplantant près de Moulins en Bourbonnais, où elle subsiste de nos jours, ainsi qu’à Aix et Paris.

La seconde branche, issue de Paul de Garidel (1623-1687) jurisconsulte de renom, comme son père, s’est installée en la ville de Manosque. Jean-Baptiste de Garidel (1667-1714), son fils, après avoir servi comme officier dans l’infanterie, fut nommé maire de la ville en 1709. Cette charge est exercée ensuite par son fils, qui devient par son mariage seigneur du Caire en Haute-Provence. Le fils de celui-ci, Jean-Baptiste de Garidel du Caire est déchargé du droit de franc-fief par ordonnance en 1782. Il est père de Paul de Garidel (1778-1844) juge d’instruction à Marseille, héritier du domaine d’Ardène près de Forcalquier, qui eut un fils Abdon de Garidel, marié mais sans enfant, et une fille, Caroline, mariée en 1827 à Victor de Rey, de Marseille.

Armes : d’azur à la croix d’or accostée de deux triangles d’argent, alias d’azur à la croix du calvaire pattée et fichée d’or accostée vers la pointe de deux triangles d’argent selon une description plus moderne donnée par Poplimont en 1874 (La France héraldique). Saint-Allais précise que ces armes ont été adoptées par Joseph Garidel lorsqu’il quitta la religion prétendue réformée et que ce sont les seules qui, depuis lors, ont été portées par ses descendants. Ce fait n’est pas tout à fait exact puisqu’à l’Armorial général de 1696, nous voyons le sieur de Garidel, de Manosque, faire enregistrer : d’azur à trois palmes posées sur trois rochers d’argent accompagnées en chef de trois étoiles d’or. Il s’agit d’une variante des armes anciennes de la famille de Garidel, les palmes étant à l’origine du métal or (Borricand, Saint-Allais). Notons enfin que le célèbre botaniste Pierre Garidel fit enregistrer des armes différentes : d’azur à une tour d’argent maçonnée de sable sur un mont du même..

*

 

I – Jean GARIDELLI citoyen de la ville de Grasse selon le contrat de mariage de son fils, d’où :

  1. Antoine qui suit,
  2. Guillaume GARIDEL père de :

    1. Audin GARIDEL (Audinus Garidelli) nommé chanoine de l’église de Vence par bulles du pape Pie IV du 11 décembre 1564, grand vicaire de l’évêque de Vence Louis Grimaldi qui démissionne en sa faveur en 1576, prend possession de ses fonctions épiscopales le 8 décembre 1576 ; prédicateur assidu, il meurt à Saint-Paul de Vence le 23 avril 1588.

II – Antoine GARIDEL avocat, reçu le 20 juin 1533 en la charge de conseiller du roi et son procureur pour les pauvres au parlement de Provence, résignée par François Sommati devenu conseiller, résigne à son tour en faveur d’Antoine Fabri en 1543, teste à Aix le 18 janvier 1541; épouse à Pertuis, Catherine VERNET. D’où :

III - Albert GARIDEL licencié en droit le 26 juillet 1564, docteur en droits et avocat en la cour du parlement de Provence, en procès contre Jacques Catin, trésorier des Etats en 1570, il est reconnu dans sa noblesse dans une déclaration solennelle des gens du parlement de provence en 1589, protestant, possède des biens à Vidauban, décédé en 1596 à Nîmes ; épouse 1) Suzanne de CAZENEUVE. 2) par contrat du 1er octobre 1582 à Aix, Lucrèce COMBE, veuve d’Esprit de BEZIEUX, bourgeois, fille de Raymond, docteur en droit et avocat au parlement, et de Catherine AMIC sa première épouse. Elle rend un compte de tutelle de son fils Joseph le 16 juillet 1594. D’où :

  1. Du premier mariage : Raymond GARIDEL décédé le 30 novembre 1626 à Aix, âgé de 51 ans.
  2. Samuel GARIDEL écuyer, sert avec distinction sous le prince de Condé, est tué à la bataille de Moncontour.

  3. Du second mariage : Joseph qui suit,
  4. Vincent GARIDEL né en 1586 à Aix.

IV - Joseph GARIDEL célèbre jurisconsulte, reçu docteur en droit à Aix et avocat au parlement de Provence en 1604, questeur de l’université en 1607, nommé le 7 octobre 1618 syndic des avocats, puis le 1er mai 1637 primicier de l’Université d’Aix, élu le 30 avril 1640 assesseur d’Aix et procureur du pays (« J’ay achevé mon année d’assesseur et de procureur du pays avec beaucoup de peine et de fatigue, mais avec beaucoup d’honneur. Dieu en soit loué ! Je confesse ingénuement que ce m’a esté l’année la plus dure de toutes celles que j’ay passées » écrit-il), il est l’auteur d’un livre de raison qui sera poursuivi par ses descendants pendant cinq générations, teste en 1644, abjure son protestantisme, né à Aix en 1584, décédé à Aix et inhumé le 7 septembre 1644 au couvent des Pères Observantins, épouse 1) le 1er mai 1605 en l’église de la Madeleine, assisté de ses frères, et suivant contrat reçu à Aix (Citrany notaire), Angélique de CHEILAN fille d’Antoine, écuyer, seigneur de Moriès, et de Suzanne de GOMBERT. Elle meurt à Aix et est inhumée le 18 juin 1618 en la chapelle de M. de Bézieux au couvent des Observantins. 2) par contrat du 29 décembre 1619 à Manosque (Magnan, notaire), Suzanne du TEIL alias Tillia, âgée de 34 ans, née le 9 août 1585 à Manosque, baptisée au temple Saint-Sauveur le 1er septembre, fille d'Honoré, juge de Riez, et de Louise de MONIER sa seconde épouse. Elle meurt à l’âge de 84 ans, et est inhumée le 19 octobre 1669 aux Observantins d’Aix. D’où :

  1. du premier mariage : Jeanne de GARIDEL célibataire, baptisée en mars 1608 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Raimond de Bézieux, marraine Jaumette d’Estienne), décédée à l’âge de 24 ans, inhumée le 21 mai 1632 au couvent des Observantins.
  2. Pierre qui suit,
  3. Sybille de GARIDEL née en 1612, inhumée le 11 mars 1676 au couvent des Observantins, épouse le 9 mai 1633 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, et suivant contrat signé le même jour, Etienne CONSTANT conseiller et secrétaire ordinaire de la chambre du roi, procureur et secrétaire de la princesse de Martigues, avocat à Aix, veuf de Françoise de GANTELMY, né à Montargis, fils de François, seigneur du Pred, et de Philippe LOISELEUR.
  4. Anne de GARIDEL baptisée le 23 février 1615 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Raymond d’Espagnet avocat, marraine Anne de Cheilan), décédée à l’âge d’un an et demi le 19 décembre 1616.

  5. du second mariage : Jean Louis GARIDEL baptisé le 30 janvier 1622 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Jean Louis du Teil écuyer habitant de Manosque, marraine Suzanne d’André) , décédé à l’âge de 3 mois le 9 avril 1622.
  6. Paul qui a postérité.

V - Pierre de GARIDEL docteur en droit et avocat au parlement de Provence, conseiller au siège général d’Aix, fait construire l’hôtel Garidel à Aix, conservé par ses descendants, teste en faveur de son épouse ; baptisé le 12 avril 1610 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Pierre de Fauris avocat, marraine Catherine de Cheilan), meurt à l’âge de 76 ans et est inhumé le 22 septembre 1686 au couvent des Pères Observantins d’Aix. Epouse par contrat passé à Marseille le 20 mai 1643, Louise de VELIN décédée un mois après la naissance de son deuxième enfant, inhumée le 19 juin 1645 au couvent des Observantins d’Aix. 2) Louise de BARTHELEMY née en 1627, fille de Jean Joseph, avocat en la cour, et de Sybille de SIMON ; elle meurt à Aix et est inhumée le 19 janvier 1695 aux Observantins. D’où :

  1. Du premier lit : Joseph GARIDEL baptisé le 6 février 1644, inhumé le lendemain au couvent des Observantins.
  2. Anne GARIDEL baptisée le 7 mai 1645 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Paul Garidel avocat en la cour, marraine Anne de Bausset) ; inhumée le 9 août 1649 aux Observantins.

  3. Du second lit : Isabeau de GARIDEL baptisée le 25 mars 1652 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Jean Joseph Barthélémy avocat en la cour, marraine Elisabeth d’Asselin).
  4. Jean Joseph qui suit,
  5. Sybille de GARIDEL célibataire, baptisée le 10 janvier 1655 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Paul Garidel avocat en la cour, marraine Sybille de Simon), décédée à l’âge de 68 ans, le 24 août 1723.
  6. Pierre (Joseph) de GARIDEL célèbre botaniste, fit ses études au collèges des Jésuites, docteur en médecine, professeur royal d’anatomie et de médecine à l’Université d’Aix, nommé professeur de botanique en l’université d’Aix par arrêt du Conseil du roi signé à Fontainebleau le 28 septembre 1697, membre de l’Académie des Sciences, compagnon et émule de Tournefort, et auteur de travaux botaniques, notamment d’une Histoire des plantes qui naissent aux environs d’Aix et dans plusieurs autres endroits de la Provence (1 vol. in f° avec 100 planches gravées), imprimé chez David imprimeur à Aix en 1715, aux frais des procureurs du Pays de Provence, réimprimée à Paris en 1723; né le 1er août 1658 à Aix, décédé à l’âge de 77 ans et dix mois, après six jours de maladie (apoplexie) le 6 juin 1737 au matin, son corps est inhumé le lendemain en la sépulture de ses ancêtres aux Révérends Pères Observantins, épouse le 27 septembre 1707 en l’église Saint-Jean-Baptiste du Faubourg, Marguerite de CONSTANS fille de feu Christophe, marchand drapier d’Aix, et de Françoise ROCHE, en présence de Jean Daumas maître apothicaire, Jean-Baptiste Bourrely, Antoine Hermitte bachelier en droit, Pierre Garidel bachelier en droit, et Antoine Constans bourgeois. Elle est inhumée le 21 mai 1734 aux Observantins.
  7. Anne de GARIDEL baptisée le 8 février 1662 en l’église Sainte-Madeleine (parrain François Barthélémy avocat, marraine damoiselle de Barthélémy), peut-être la fille qui est inhumée le 16 août 1664 aux Observantins.
  8. Louise de GARIDEL baptisée le 19 février 1666 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Esprit de Bézieux, marraine Sybille de Simon), épouse le 6 avril 1691 en l’église de la Madeleine, Jean-Baptiste LIEUTAUD avocat au parlement de Provence, âgé de 39 ans, veuf d’Anne de RASCAS, fils de feu Michel et de Magdeleine NOEL.
  9. Barthélémy de GARIDEL religieux, décédé à l’âge de 50 ans environ le 27 janvier 1716, inhumé le surlendemain au couvent des Observantins.
  10. Jean Baptiste GARIDEL écuyer d’Aix, célibataire, baptisé le 18 octobre 1671 en l’église de la Madeleine d’Aix, décédé à l’âge de 51 ans, inhumé le 7 avril 1723 aux Observantins.
  11. Jeanne de GARIDEL célibataire, baptisée le 22 janvier 1669 en l’église Sainte-Madeleine (parrain Vincent Barthélémy, avocat, marraine Jeanne Chabaud), décédée à l’âge de 50 ans, inhumée le 31 octobre 1729 aux Observantins, dans la sépulture de sa famille près du gros chandelier du maître autel.

VI - Jean Joseph de GARIDEL avocat en la cour du parlement, reçu conseiller du roi au siège général d’Aix suivant lettres de provisions d’office datées de Paris le 13 avril 1690, condamné par défaut à l’amende pour usurpation de noblesse par jugement rendu à Aix le 30 juin 1697, il est relevé de cette condamnation par un nouveau jugement du 20 août 1708 après avoir justifié qu’il n’avait jamais pris la qualification de noble ; baptisé le 1er décembre 1653 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Jean Joseph Barthélémy, avocat en la cour, marraine Suzanne de Tillia), teste le 9 décembre 1711 en faveur de ses sept enfants vivants et institue pour héritier son fils aîné Pierre, meurt le 10 novembre 1727, âgé de 73 ans ; épouse le 28 novembre 1684 en l’église de la Madeleine à Aix, Marguerite de LEGRIN fille de Jean Nicolas, avocat au parlement, et d’Anne de LOQUES de PUIMICHEL, sa seconde épouse. Elle est inhumée le 2 juillet 1709 aux Observantins. D’où :

  1. Pierre de GARIDEL écuyer d’Aix, né le 17 février 1686 à Aix, baptisé le lendemain en l’église de la Madeleine (parrain Pierre Garidel avocat en la cour, son grand père, marraine Marguerite d’Eyssautier), décédé à l’âge de 26 ans, inhumé le 27 novembre 1712 aux Observantins.
  2. Louise de GARIDEL née le 2 juillet 1687 à Aix, baptisée le même jour en l’église Sainte-Madeleine (François de Montaud sieur de Pierrefeu, audiencier en la cour des comptes, marraine Louise de Barthélémy), décédée le 8 décembre 1740, épouse le 8 juillet 1710 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, François d’ORGON officier dans le régiment de Flandres, bourgeois d’Aix, fils de François, procureur au siège d’Aix, et d’Isabeau FREGIER.
  3. Albert Joseph de GARIDEL écuyer d’Aix, célibataire, né le 20 mars 1689 à Aix, baptisé le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Pierre Garidel docteur en médecine, marraine Louise de Barthélémy), décédé à l’âge de 74 ans le 6 avril 1763.
  4. Barthélémy de GARIDEL né le 14 novembre 1690 baptisé le même jour à la Madeleine d’Aix (parrain Barthélémy Garidel, marraine Pierra de Barthélémy Garidel), décédé le 1er septembre 1692 à l’âge de presque 2 ans, inhumé le lendemain au couvent des Observantins.
  5. Jean-Baptiste qui suit,
  6. Thérèse de GARIDEL baptisée le 1er juin 1695 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Gaspard de Loques écuyer, marraine Thérèse de Cipières veuve de Jean-François de Thoron conseiller au parlement), décédée le 20 janvier 1732, âgée de 36 ans, épouse le 23 janvier 1731 en l’église du Saint-Esprit, Pierre BONNET avocat au parlement d’Aix, fils de Pierre, procureur, et de Jeanne d’ESTIENNE.
  7. Alphonse de GARIDEL baptisé le 24 mars 1697 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Jean-Baptiste Lieutaud, avocat en la cour, marraine Marguerite de Coriolis), décédé le 23 mai suivant.
  8. Anne Marquise de GARIDEL née le 19 septembre 1698 à Aix, baptisée le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Barthélémy Garidel ecclésiastique, marraine Marquise de Legrin), inhumée le 14 juillet 1699 aux Observantins.
  9. Jeanne de GARIDEL née le 8 novembre 1699 à Aix, baptisée le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Pierre Garidel son frère, marraine Jeanne de Garidel sa tante), décédée à l’âge de 5 ans le 3 février 1705, inhumée le lendemain aux Observantins.
  10. Jean Joseph de GARIDEL né le 26 décembre 1700 à Aix, ondoyé le même jour à cause du danger de mort, baptisé le lendemain en l’église Sainte-Madeleine (parrain Jean-Baptiste Garidel, marraine dame Pierre de Barthélémy), inhumé le même jour aux Observantins.
  11. Marie Louise de GARIDEL baptisée le 20 juin 1702 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix (parrain Me Pierre Garidel conseiller du roi professeur en l’université de la ville, marraine Louise de Garidel), décédée à l’âge de 3 ans, inhumée le 27 septembre 1705 aux Observantins.
  12. Marguerite de GARIDEL baptisée en l’église Sainte-Madeleine, décédée le 14 juin 1748 à Aix, inhumée le même jour en la paroisse de sa naissance, épouse le 22 novembre 1729 en l’église Sainte-Madeleine d’Aix, Joseph BROCHIER président trésorier général de France, fils d’Alexandre et d’Anne ABEL, présents et consentants.
  13. Audin de GARIDEL né le 21 juin 1709 à Aix, baptisé le même jour en l’église Sainte-Madeleine (parrain Pierre Barthélémy conseiller au siège, marraine Marguerite de Constans épouse de Pierre Garidel docteur en médecine et professeur en l’université d’Aix), inhumé 7 jours plus tard au couvent des Observantins d’Aix.

VII - Jean-Baptiste de GARIDEL écuyer d’Aix, né le 11 novembre 1693 à Aix, baptisé le jour même en l’église Sainte-Madeleine (parrain Jean-Baptiste Garidel écuyer, marraine Marquise de Legrin), décédé à Aix, à l’âge de 62 ans, inhumé le 24 août 1756 au couvent des Observantins ; épouse le 15 juin 1734 à Aix, en l’église du Saint-Esprit, Louise Henriette Victoire de THORON âgée de presque 17 ans, née le 3 juillet 1717, fille de Jean-Joseph, seigneur d’Entrages, conseiller en la cour des Comptes, Aides et Finances de Provence, et de Claire de SAINT-JACQUES. D’où :

  1. N. de GARIDEL né, ondoyé et inhumé le 30 janvier 1744 au couvent des Pères Observantins.
  2. Jean André Dominique Joseph de GARIDEL né le 31 mars 1751 à Aix, baptisé le 1er avril en l’église Sainte-Madeleine (parrain Jean André de Thomassin la Garde, écuyer d’Aix, marraine Claire de Saint-Jacques épouse de Jean Joseph de Thoron conseiller en la cour des comptes d’Aix), décédé le 11 septembre suivant.
  3. Bruno Amable Pierre qui suit,

VIII – Bruno de GARIDEL écuyer, seigneur de Villemus, nommé conseiller au parlement de Provence suivant lettres de provisions du 1er juin 1777 avec dispense d’âge, réception en charge le dernier jour dudit mois (« Ce n’est pas sans trembler que j’envisage les devoirs d’un juge, note-t-il dans son journal. Sagacité, connaissances, droiture, intégrité, enfin tout ce qui peut tendre moralement à la perfection humaine, doit résider en la personne de ceux dont l’opinion décide de l’état et de la vie des citoyens »), relève le nom et les armes de la famille de sa mère, après avoir porté celui de sa grand-mère Legrin, émigre au moment de la Révolution ; né le 6 octobre 1753 à Aix, décédé le 3 novembre 1828 à Aix âgé de 75 ans, épouse 1) le 1er février 1785 en l’église de la Madeleine, Léontine de GRAVIER PONTEVES de BAUDUEN, née en 1765 à Riez, fille de Benoît, seigneur de Bauduen, conseiller en la cour des Comptes, et de Charlotte de GAUTIER de GIRENTON dame de Cuges, présents et consentants, les témoins sont Esprit Hyacinthe Bernard d’Albert président en la cour des Comptes, baron de Bormes, Jean-François de Calvi conseiller en ladite cour, baron de Vignolès et Saint-André, Louis François Victor de Bauduen de Cuges, Louis Charles Sauveur de Bauduen, l’épouse signe Léontine de Bauduen. Elle meurt le 1er mai 1802 à Aix, âgée de 37 ans. 2) le 26 septembre 1803 (3 vendémiaire an XII) à la mairie d’Aix, Louise PIN âgée de 30 ans, née le 25 août 1773 à Aix, fille de Félix Joachim (1726-1805), trésorier général des Etats de Provence, et de Claire PASCAL (1724-1807), les témoins des mariés sont August Bonnet de la Beaume chanoine, André de Bovis jurisconsulte, Jean Joseph Magnan, négociant, et Josachim-Xavier Pin, frère de l’épouse, laquelle signe au registre Louise Pin. D’où:

  1. Du premier lit : Henri François Léon de GARIDEL-THORON baptisé le 11 avril 1787 à Aix, ondoyé le même jour et baptisé le 14 en l’église Sainte-Madeleine (parrain François Joseph Benoît de Gravier de Pontevès de Bauduen, conseiller en la cour des comptes, marraine Louise Henriette Victoire de Thoron de Garidel son ayeule paternelle), décédé le 11 mars 1803, âgé de 15 ans.
  2. Bruno de GARIDEL-THORON né et décédé en 1795.

  3. Du second lit : Léon de GARIDEL-THORON dit le comte de Garidel, licencié en droit, conseiller municipal d’Aix, président de l’Académie des sciences et belles-lettres d’Aix en 1836, propriétaire, né le 28 août 1804 à Aix, décédé en son domicile à Aix le 9 mars 1887, âgé de 82 ans, célibataire.
  4. Marie Louise de GARIDEL-THORON née le 1er octobre 1805 à Aix, décédée dans le même mois.
  5. Bruno qui suit,
  6. Joséphine de GARIDEL-THORON née le 23 octobre 1808 à Aix, y décédée le 19 mars 1821.
  7. Augustine de GARIDEL-THORON née le 20 février 1812 à Aix, y décédée le 11 mars 1821.

IX - Bruno DE GARIDEL THORON dit le vicomte de Garidel-Thoron, élève de l’Ecole Polytechnique, capitaine au corps royal du génie militaire, auteur de travaux sur les revêtements militaires, s’installe en Bourbonnais où il acquiert le château de Beaumont à Agonges (Allier), chevalier de la Légion d’Honneur, né à Aix le 16 février 1807 à Aix, décédé le 16 mars 1886 en son domicile à Aix rue Villeverte n°21, âgé de 79 ans, épouse le 2 janvier 1835 à Paris (IVe), Mathilde de CROUSAZ CRETET âgée de 21 ans, née le 30 juillet 1813 à Paris, fille de Henry (1773-1861), baron d’Empire, ancien officier, contrôleur général de la Banque de France, chevalier de la Légion d’honneur (neveu d’Emmanuel Crétet ministre de l’Intérieur sous l’Empire, dont il fut autorisé à porter le nom en 1810), et d’Emilie BREHERET de COURCILLY (1791-1873) fille d’un conseiller au parlement de Paris. Elle décède au château de Beaumont le 1er avril 1876, âgée de 62 ans. D’où :

  1. Joachim qui suit,
  2. Louise de GARIDEL THORON née le 9 octobre 1840 à Paris (Ier), décédée à l’âge d’à peine 40 ans le 28 avril 1880 à Beaurepaire (Saône-et-Loire), âgée de 40 ans, épouse le 17 novembre 1863 à la mairie de Paris (7e), et le lendemain en l’église Saint-Thomas d’Aquin, Paul vicomte de BEAUREPAIRE, propriétaire, âgé de 29 ans, né à Paris le 26 février 1834, fils de Xavier (1802-1865), marquis de Beaurepaire, maire de ladite commune en Bresse, membre du Conseil général de Saône-et-Loire, et de Louise Marie Gabrielle de LA CROIX de CASTRIES (1811-1876) les témoins sont les comtes de Castries et de Boisrenaud, oncles de l’épouse, le baron de Cousaz-Crétet, oncle de l’époux, et le comte d’Hozier, son cousin. Conseiller d’arrondissement de Louhans, il meurt à Beaurepaire le 13 avril 1896. D’où huit enfants, l'une des filles, Gabrielle, est mère du futur cardinal Henri de Lubac (1896-1990).
  3. Léonce de GARIDEL THORON capitaine d’infanterie, puis propriétaire producteur oléicole à Coudoux et Ventabren, président du Syndicat des oléiculteurs ; né le 17 octobre 1841 à Paris, épouse le 17 août 1887 à la mairie d’Aix, Caroline BOCQUET âgée de 34 ans, née à Cherchell (Algérie) le 2 février 1853, fille de feu Isidore (1804-1880), intendant militaire, commandeur de la Légion d’honneur, et de feue Caroline HARVEY (décédée à Marseille le 23 janvier 1874).
  4. Gaston de GARIDEL THORON né le 21 octobre 1843 à Paris.

X - Joachim de GARIDEL THORON dit le marquis de Garidel-Thoron, propriétaire agriculteur, châtelain de Beaumont à Agonges (Allier), fondateur du concours agricole de Moulins, nommé en 1874 à la présidence de la Société d’agriculture de l’Allier, qu’il exerce durant 64 ans jusqu’à son décès, chevalier de la Légion d’Honneur (décret du 31 août 1923); né le 15 octobre 1838 à Paris, décédé dans sa centième année le 30 décembre 1937 en son château de Beaumont, âgé de 99 ans, épouse le 20 avril 1870 à la mairie de Moulins, Valentine du BOUYS, née le 23 octobre 1847 à Moulins, fille de feu Alphonse (1814-1861), lieutenant de frégate, et de Marie DURYE, les témoins des époux sont le baron de Crousaz-Crétet oncle de l’époux, Gaston de Garidel-Thoron son frère, Georges du Bouys frère de l’épouse et le baron Durye son oncle. Elle meurt le 13 avril 1905 à Moulins, âgée de 57 ans. D’où :

  1. Marie de GARIDEL THORON née le 3 septembre 1871 à Moulins, décédée le 23 septembre 1933 à Villeneuve-sur-Allier, âgée de 62 ans, épouse le 21 avril 1891 à la mairie d’Agonges, Henri baron DURYE, propriétaire agriculteur à Aurouër, né le 8 novembre 1864 au château du Riau à Villeneuve-sur-Allier, fils de Joseph (1827-1905), baron Durye, propriétaire à Agonges, et de Marie Mathilde LE ROY de CHAVIGNY (1829-), l’épouse signe Marie de Garidel. Ancien officier de réserve, élu maire d’Aurouër en 1892, le baron Durye est nommé chevalier de la Légion d’honneur par décret du 10 août 1929 pour ses 37 années d’administration, et meurt le 8 septembre 1936, âgé de 71 ans.
  2. Pierre qui suit,
  3. Léon de GARIDEL THORON propriétaire agriculteur, châtelain du Monceau à Agonges, membre du Nouveau Cercle à Paris, né le 5 novembre 1881 au château de Beaumont à Agonges, décédé le 16 avril 1943 à Agonges, âgé de 61 ans, épouse le 7 février 1907 en l’église de Saint-Aubin de Baubigné (Deux-Sèvres), Agnès de CHABOT née le 23 septembre 1883 à Boissière, décédée le 8 juillet 1967 à Agonges, âgée de 83 ans, fille du vicomte Gérard (1854-1928), conseiller général du canton de Châtillon-sur-Sèvres, et d’Irène FOUCHER de BRANDOIS (1861-1886) sa première épouse (il s’était remarié à Mlle d’ISOARD VAUVENARGUES et mourut en son hôtel à Aix). D’où :

    1. Jean de GARIDEL THORON né le 29 juin 1908 à Paris, décédé le 6 novembre 1967 à Vichy, âgé de 59 ans, épouse France PRADON-VALLANCY veuve de Lucien THONIER ingénieur agronome, fille d’Hubert (1891-1943), agriculteur, maire de Taxat-Senat, chevalier de la Légion d’honneur, conseiller général de l’Allier, député. France de Garidel est l’auteur d’un ouvrage sur Vichy et ses environs (1970).
    2. Marie-Françoise de GARIDEL THORON née le 25 mai 1909 à Paris, épouse le 22 février 1933 en l’église d’Agonges, et civilement le même jour à la mairie dudit lieu, Georges de REGIS de GATIMEL âgé de 32 ans, né le 11 septembre 1900 à Puyricard près d’Aix, fils du vicomte Louis (1862-1919), propriétaire, et de Thérèse de BORDES du CHATELET (1879-1944), la bénédiction est donnée par le R.P. de Lubac, cousin de la mariée. Chevalier de la Légion d’honneur, il meurt le 2 septembre 1970 à Mézoargues, âgé de 69 ans.
    3. Jacqueline de GARIDEL THORON née le 30 janvier 1911 à Moulins, décédée le 15 édcembre 2002 au Gué (Vendée), épouse le 3 septembre 1936 en l’église d’Agonges, François de LAMBILLY âgé de 27 ans, né le 25 septembre 1909 à Saint-Julien des Landes (Vendée), fils d’Yves (1876-1969), lieutenant de hussards, et de Marie MORISSON de LA BASSETIERE (1884-). Il meurt le 20 avril 1980, âgé de 71 ans.

  4. François de GARIDEL THORON capitaine, propriétaire, châtelain de Coudoux près d’Aix, né en 1883, décédé le 13 décembre 1962, âgé de 79 ans, épouse le 4 novembre 1909 à Paris, en l’église Saint-Pierre de Chaillot, Thérèse du LAU d’ALLEMANS née le 22 décembre 1884, fille de Gaston (1840-1890) comte du Lau d’Allemans, propriétaire, châtelain des Essarts à Thiescourt (Oise), et à Lailly (Loiret), et de Constance de SUZANNET, la bénédiction des époux est donnée par Mgr de Durfort, cousin de la mariée. D'où postérité (second rameau auquel appartient l'homme d'affaires Bruno de Garidel).

XI – Pierre de GARIDEL-THORON dit le marquis de Garidel-Thoron, élève de l’école forestière de Nancy, ingénieur agronome, capitaine de réserve, nommé en novembre 1924 inspecteur des Eaux et Forêts, passé inspecteur général, puis honoraire, président de la Société d’agriculture de l’Allier, titulaire de la croix de guerre, chevalier (1924) puis officier (1932) du Mérite agricole, chevalier de la Légion d’Honneur (1931), né le 23 décembre 1879 à Moulins, décédé au château de Beaumont le 2 octobre 1957, âgé de 76 ans, inhumé le 7 au cimetière d’Agonges ; épouse le 27 septembre 1904, Mathilde de ROQUEFEUIL, née le 12 janvier 1884 à Riom, fille d'Edouard (1855-1922), comte de Roquefeuil, chef de bataillon, chevalier de la Légion d’Honneur, et d’Elisabeth de SABLON du CORAIL (1859-1932). Elle décède le 2 septembre 1967 à Agonges, âgée de 83 ans.

D’où postérité.

 

Page de titre de l'ouvrage de
Pierre Garidel (1658-1737)
médecin et botaniste de l'Université d'Aix

 

 
contact