Anciennes familles de Provence
     

 

(de) Margalhet


 

 

Famille originaire de Saint-Paul-lez-Durance où elle tenait un rang honorable dès le XIVe siècle. Attirée à Aix par l’exercice d’une charge de conseiller du roi référendaire en la Chancellerie d’Aix en 1529, elle fournit plusieurs avocats dont un avocat-conseil de Provence en 1568, puis une succession ininterrompue de conseillers à la cour des Comptes (cinq, nommés en 1601, 1633, 1680, 1699, 1722) dont un président (1738), et pas moins de huit chevaliers de Malte.

Possessionnée à Saint-Auquille près Beaumont-de-Pertuis, puis à Collobrières, elle hérite, par alliance en 1649 avec l’héritière des Ségur d’Aix, de la terre de Luynes qu’elle fait ériger en fief et dont elle adopte le nom. Une branche cadette s’établit en Auvergne où elle possède les fiefs de Laval et du Vernet. Les deux lignées sont maintenues dans leur noblesse en 1668 et 1669.

Le nom est écrit suivant la tradition provençale Margalhet, ou Margalet, et francisé au XVIIIe siècle en Margaillet.

Armes : d’azur à trois croissants d’argent posés en pal ; ainsi enregistrées à l’Armorial pour Antoine de Margalet seigneur de Luynes conseiller à la cour des Comptes.

 

I – Hugues MARGALHET vit à Saint-Paul en 1379. D’où :

II – Monet MARGALHET vit à Saint-Paul en 1469. D’où :

  1. Claude qui suit,
  2. Etienne MARGALHET ménagier de Saint-Paul, inhumé en l’église dudit lieu.

III – Claude MARGALHET inhumé à la Madeleine d’Aix, épouse Marguerite ROUGIER inhumée à Saint-Paul, d’où :

IV – Claude MARGALHET docteur en droits et avocat au parlement, il s’établit à Aix où il est reçu en un office de conseiller du roi référendaire en la chancellerie d’Aix en 1529, et le 15 janvier 1544, en un office créé de conseiller au siège d’Aix (provisions données par François Ier à Fontainebleau le 1er décembre 1543). Grand jurisconsulte, il compose en latin un traité du Style et usage de la Cour des soumissions au pays de Provence (augmenté et traduit en français par son fils Jean Margalet et publié à Lyon chez Stratius en 1584, puis à Aix chez David en 1641). Il teste à Aix le 7 novembre 1557 devant Bernardin Borrili notaire, élit sépulture en l’église de la Madeleine où son père et deux de ses fils et une fille sont ensevelis, ou s’il meurt à Saint-Paul en l’église du lieu où sa mère et Etienne Margalhet son oncle sont inhumés, lègue à son épouse Marguerite de Colonia l’oliveraie des Molières qu’elle a acheté à Me André de Colonia son frère, et lui laisse également la jouissance de trois chambres de la grand maison où il habite à Courte-Ailhade, qu’il a acquise de Guillaume de Colonia son beau-frère, chanoine de Barjols, lègue à Jean Margalhet son fils, une maison à Saint-Paul à condition de ne la point dissiper et d’être de bonne vie, lègue à son fils Gaspard tous ses biens à Manosque. Il teste à nouveau le 15 décembre 1560 et le 22 août 1562. Né vers 1500 à Saint-Paul, il épouse à Aix en 1529 Marguerite de COLONIA, veuve de N., fille de Pascal, avocat au parlement, conseiller au siège d’Aix, et de Pétrone SEGUIRAN. Elle teste à Aix le 21 mai 1550 et meurt en décembre 1577. D’où :

  1. Antoine MARGALHET moine puis prieur de l’abbaye Saint-André lès Avignon.
  2. Jean MARGALHET avocat au parlement de Provence, teste à Barjols le 23 juillet 1582 (Montagnac, notaire), en faveur de sa femme Anne de Graveson et nomme son fils aîné Claude-Antoine, né de son premier mariage, et Jean né de son second mariage, veut que son fils Gaspard entre comme religieux au monastère de Saint-André les Avignon lorsqu’il aura douze ans, et nomme pour héritières particulières ses filles Marguerite, Anne et Jeanne ; il est inhumé le 12 septembre 1596 au couvent des Grands Augustins d’Aix, épouse 1) par contrat du 4 juin 1559 à Aix, Anne BERNUS fille de Claude, châtelain de Saignon, baile et juge d’Apt, seigneur de Lioux, et de Florimonde GUEYDON sa seconde épouse, d’Orgon. 2) par contrat du 7 juillet 1568 à Aix, Anne de GRAVESON, fille de Jacques, et d’Anne de GUEYDON. D’où :

    1. du premier lit : Claude Antoine MARGALHET baptisé le 7 novembre 1560 en l'église de la Madeleine à Aix.
    2. Gaspard MARGALHET se fixe en Auvergne où sa postérité possessionnée dans les fiefs de Laval et du Vernet, près d'Ambert, sera maintenue noble en 1667, et s'est poursuivie jusqu'à nos jours.

    3. du second lit : Honoré MARGALHET baptisé le 22 février 1570 à la Madeleine (parrain Claude Geoffroy conseiller du roi au siège d’Aix, marraine Honorade de Bernus).
    4. Gaspard MARGALHET destiné à l'Eglise.
    5. Jean MARGALHET baptisé le 3 octobre 1574 à la Madeleine (parrain Jean Isnard, conseiller, marraine Anne Corriolis).
    6. Marguerite MARGALHET
    7. Anne MARGALHET
    8. Jean MARGALHET baptisé le 6 juillet 1579 à la Madeleine (parrain Jean Pierre Bompar, marraine Marguerite de Bouliers dame de Saint-Etienne).
    9. Jeanne MARGALHET baptisée le 20 mars 1582 à la Madeleine.
    10. Marguerite MARGALHET baptisée le 20 août 1585 à la Madeleine.
    11. Sibylle MARGALHET épouse par contrat du 21 avril 1603 à Aix, Louis COCOREL dit MEYSSONNIER, docteur en médecine, médecin ordinaire du roi Louis XIII, fils de Bérenguier, marchand de Rians, et d’Anne MEYSSONNIER, tous deux décédés.

  3. Gaspard MARGALHET baptisé le 1er janvier 1540 à la Madeleine (parrain Gaspard Bonnet docteur en médecine, marraine Madeleine de Tributiis), légataire de son père de ses biens à Manosque, épouse par contrat du 4 décembre 1571 à Brignoles (H. Fulconis, notaire), Hippolyte CLAVIER fille de Jean-Baptiste et de Marguerite MANNION.
  4. Pierre qui suit,
  5. Magdeleine MARGALHET épouse en 1568 à Aix, Louis MASSE docteur en droit et avocat à Aix.
  6. Gilles MARGALHET
  7. Etienne MARGALHET légataire de son père en 1557, épouse Claudie BOYER d’où :

    1. Jean MARGAILHET baptisé le 16 décembre 1571 à Saint-Sauveur (parrain Sidoine Bonfils, marraine Andrieve Gras).
    2. Claude MARGAILLET baptisée le 3 février 1573 à Saint-Sauveur (parrain Claude Rive, marraine Delphine Penchinat).
    3. Honorade MARGALHET baptisée le 17 mai 1577 à Saint-Sauveur (parrain Jean Maria, marraine Anne Jubert).
    4. Jaumette MARGALHET baptisée le 5 août 1587 à Saint-Sauveur (parrain Jean Carnaud, marraine Jaumette Sobolis).

V – Pierre de MARGALHET docteur en droits et avocat au parlement de Provence, sieur de Saint-Auquille au terroir de Beaumont (qu’il reçut en arrière-fief du sieur de Cental), assesseur d’Aix et procureur du pays en 1567 et 1574, nommé avocat conseil du pays de Provence en 1568 (« L’avocat du pays étoit membre de toutes nos Assemblées politiques, Etats, Assemblées générales des Communautés, Assemblées des procureurs du pays ; il étoit présent à tout ; il étoit consulté ; il avoit même le droit de rappeler la règle lorsqu’on pouvoit s’en écarter », Abbé de Corriolis, Dissertation sur les Etats de Provence, 1867, p.153), baptisé le 21 janvier 1543 à la Madeleine (parrain noble Pierre Targe, sieur de Redortiers, marraine Magdeleine Chauchard), décédé à Aix, âgé de 33 ans, et inhumé le 24 août 1576 aux Grands Augustins ; épouse en 1565 à Aix, Anne de CORIOLIS, fille aînée de Louis, seigneur de Corbières, conseiller du roi au parlement de Provence, puis second président à mortier au même parlement (1568), député du roi aux Etats de Provence, et d’Honorade d’ESCALIS de BRAS sa première épouse; un compte de la tutelle exercée par Anne de Coriolis sur ses enfants est effectué le 9 juin 1597. D’où :

  1. Marguerite de MARGAILLET baptisée le 23 octobre 1566 à la Madeleine (parrain monsieur le conseiller de Coriolis, marraine Marguerite de Pontevès dame de Senas) épouse 1) par contrat du 11 février 1584 à Aix, Jacques BLEGIER fils de Pierre et de Catherine PEIRAN. 2) par contrat du 23 janvier 1585 devant Hugoleny, notaire à Aix, noble Antoine de LEON, écuyer de Marseille, fils de Gaspard et de Marguerite de HUC.
  2. Louis de MARGALHET baptisé le 10 mai 1568 à la Madeleine (parrain Artus d’Escalis seigneur de Bras, marraine Pierra de Corriolis).
  3. Claire MARGALHET baptisée le 21 septembre 1572 à la Madeleine (parrain Arnaud Borrili trésorier du roi, marraine Marguerite Roland).
  4. Claude qui suit,
  5. Catherine MARGALHET baptisée le 14 juin 1576 à la Madeleine (parrain Vincent Boyer conseiller en la cour, marraine Catherine Garnier).

VI – Claude de MARGALHET sieur de Saint-Auquille, avocat en la cour, reçu le 19 novembre 1601 en un office de conseiller-maître en la cour des Comptes, Aides et Finances de Provence, sur résignation de Joseph de Michaelis, devient doyen de sa compagnie et résigne en faveur de son fils en 1632. Baptisé à la Madeleine d’Aix le 14 février 1574 (parrain le marquis de Trans, marraine Marguerite Roland), il meurt à Aix le 7 avril 1638. Epouse 1) en 1597 à Aix, Françoise de SIMIANE LA COSTE âgée de 24 ans, née à Aix en décembre 1573, fille de Claude, seigneur de la Coste, conseiller au parlement, et d’Anne Catherine de VETERIS. 2) par contrat du 22 août 1616, Gasparde de SAQUY veuve de Balthazar de CARBONNEL seigneur de Collobrières, fille de François, lieutenant général en la sénéchaussée d’Hyères, conseiller du roi au parlement de Provence, seigneur des Tourets, et de Louise de SIGNER. D’où :

  1. du premier lit : Anne de MARGALHET baptisée le 16 janvier 1599 à la Madeleine.
  2. Marthe de MARGALHET baptisée le 18 février 1600 à Saint-Sauveur, épouse par contrat passé le 21 janvier 1618 devant Me Louis Gazel notaire à Aix, Jean-Baptiste d’ALBERT seigneur de Saint-Martin, avocat au parlement, fils de Jean-Baptiste, conseiller auditeur archivaire en la chambre des Comptes, et de Marguerite de BAUSSET ROQUEFORT.
  3. Pierre de MARGALHET écuyer d’Aix, baptisé le 7 juin 1601 à la Madeleine (parrain Laurent de Coriolis président en la cour, marraine Catherine de Vétéris dame de la Coste) épouse par contrat du 22 août 1616, le même que pour son père, Marguerite de CARBONNEL dame de Collobrières, fille de feu Balthasar, seigneur dudit lieu, et de Gasparde de SAQUY. D’où :

    1. Madeleine de MARGALHET dame de Collobrières, épouse en 1641 Charles de SAQUY seigneur de Fos et de Collobrières, lieutenant général aux soumissions du siège de Toulon, fils de François, seigneur de Tourris et en partie de Fos, lieutenant principal criminel au siège d’Hyères puis de Toulon, et de Gabrielle de NAS.

  4. Magdeleine de MARGAILHET baptisée le 26 novembre 1602 à la Madeleine (parrain Antoine de Pontevès conseiller du roi en la cour, marraine Magdeleine de Coriolis).
  5. Anne de MARGAILLET baptisée le 30 décembre 1603 à la Madeleine (parrain Julien du Périer conseiller en la cour du parlement, marraine Anne de Corriolis).
  6. Anne Honorade de MARGALHET baptisée le 24 janvier 1605 à la Madeleine (parrain Jean-Baptiste Boyer conseiller aux Comptes, marraine Anne de Corriolis).
  7. Jean Louis de MARGAILLET baptisé le 7 mars 1606 à la Madeleine (parrain Jean de Rolland sieur de Réauville premier président en la cour des Comptes, marraine Angélique de la Cépède).
  8. François qui suit,
  9. Joseph de MARGALHET baptisé le 3 février 1610 à la Madeleine (parrain Joseph Michaelis conseiller du roi à cour, marraine Lucrèce de Corriolis).
  10. Antoine de MARGALHET reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte en 1624, condamné aux galères le 15 mars 1638 pour avoir enlevé sa nièce et trahi ses voeux, il est grâcié et réhabilité par Louis XIII, prend le commandement d’une galère royale à la bataille de Gênes en 1638 où il parvient à refouler les Espagnols, il meurt commandeur de Canebières et grand sénéchal de Toulon; il avait été baptisé le 31 juin 1611 à la Madeleine (parrain Antoine de Boulongne évêque de Digne, marraine Anne de Bermont).
  11. Charles de MARGALHET reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte en 1626, baptisé le 5 septembre 1612 à la Madeleine (parrain Palamède Suffren, conseiller du roi en la cour, marraine Anne de Seillans).

  12. du second lit : Joseph de MARGALHET baptisé le 8 octobre 1617 à Collobrières (parrain François Saquy conseiller du roi et lieutenant principal au siège d’Hyères, marraine Marguerite de Carbonnel, de Collobrières).
  13. Claire de MARGALHET baptisée le 24 avril 1621 à la Madeleine d’Aix (parrain Pierre Margalet sieur de Collobrières, marraine Claire de Saqui).
  14. Pompée de MARGALHET écuyer d’Aix, docteur en lois, épouse le 5 décembre 1639 en l’église de Trets, et par contrat reçu par Me Dragon, notaire à Collobrières (Var), Marguerite de BONNET, fille de Charles, seigneur de Malignon, avocat au parlement de Provence, assesseur d’Aix, et d’Honorade de FARGES, dame de Malignon, d’où :

    1. Honorade de MARGALHET épouse le 10 décembre 1656 en l’église de la Madeleine d’Aix et par contrat du lendemain reçu Darbès notaire, Pierre de MOUSTIER, écuyer de Marseille, né en 1623, fils de Pierre écuyer, et de Françoise de GERENTE, en présence des témoins Charles Sauvaire avocat, Jacques Amphoux, Pierre Boyer, et Jean-Baptiste Caissot.

VII – François de MARGALHET écuyer, sieur de Saint-Auquille, et d’une partie de la terre de Luynes par son mariage, conseiller maître en la cour des Comptes, héritier de la charge de son père, pourvu le 1er janvier 1633 et reçu le 21 avril suivant ; baptisé le 4 octobre 1608 à la Madeleine (parrain André Lombard, conseiller aux Comptes, marraine Anne de Simiane), il meurt en charge le 15 septembre 1669 âgé de presque 61 ans. Epouse le 26 avril 1649 à Saint-Sauveur d’Aix, Madeleine de SEGUR dame en partie de la terre de Luynes, fille héritière de Charles, écuyer, sieur de Luynes, et de Lucrèce de BEAUMONT, en présence des témoins Michel d’Albert chanoine de Saint-Sauveur, et Jean-Baptiste Allard religieux augustin, docteur en théologie. D’où :

  1. Lucrèce de MARGALHET baptisée le 7 octobre 1651 à la Madeleine (parrain Gervais de Beaumont, marraine Lucrèce de Beaumont).
  2. Antoine qui suit,
  3. N. de MARGALHET inhumé le 21 janvier 1657 aux Grands Augustins d’Aix.
  4. N. de MARGALHET inhumé le 11 mai 1657 aux Grands Augustins d’Aix.
  5. Ne de MARGALHET inhumée le 25 avril 1658 aux Grands Augustins d’Aix.
  6. Joseph de MARGALHET baptisé à la maison le 17 septembre 1658.
  7. Joseph Antoine de MARGALHET SAINT-AUQUILLE maintenu avec son frère dans leur noblesse par jugement du 8 septembre 1668, reçu chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte en 1670, capitaine au régiment Dauphin, né à Aix le 17 septembre 1658.
  8. Balthasar de MARGALET baptisé le 23 septembre 1660 à la Madeleine (parrain Balthasar de Ségur sieur de Chamberon, marraine Anne de Pontevès dame de Giens), inhumé le 27 juillet 1666 aux Grands Augustins.

VIII – Antoine de MARGALHET de SEGUR écuyer, seigneur de Saint-Auquille et de Luynes (qu’il fait ériger en fief le 26 juin 1683), maintenu noble par jugement de la commission du 8 novembre 1668, est reçu le 18 juin 1680 en un office de conseiller à la cour des Comptes, né à Aix le 3 avril 1653. Epouse le 2 avril 1672 à Saint-Sauveur, Elisabeth alias Isabeau de THORON d’ARTIGNOSC d’Aix, fille d’Antoine, écuyer, seigneur d’Artignosc, conseiller au parlement d'Aix, et de Gabrielle de BOYER BANDOL, tous deux présents, l’époux est assisté de Balthasar de Ségur de Luynes son oncle maternel, et curateur, présents Antoine d’Albert seigneur de Saint-Martin, avocat au parlement, Henry de Simiane de la Coste, chevalier, lieutenant colonel du régiment de la Croix Blanche, cousin second de l’époux, Joseph de Thoron, oncle, et Joseph de Cipières, aussi oncle, avocat, l’époux signe de Margalet, l’épouse Isabeau de Thouron. D’où :

  1. Antoine Joseph de MARGALHET de SEGUR baptisé le 30 août 1673 à la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Antoine de Margaillet, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, conseiller du roi au siège sénéchal de Toulon, commandeur de Canebières, marraine Gabrielle de Boyer de Bandol).
  2. Gabrielle Marguerite de MARGALHET de SEGUR baptisée le 3 mai 1674 en la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix (parrain Balthasar de Boyer de Luynes, marraine Cl. de Boyer de Bandol).
  3. Antoine qui suit,
  4. Joseph Antoine de MARGALHET de SEGUR baptisé le 7 avril 1676 à Saint-Sauveur (parrain Antoine de Margailhet chevalier de Malte, marraine Françoise de Thoron d’Artignosc).
  5. Jean-Baptiste de MARGALHET de SEGUR chevalier de Malte en 1690, baptisé le 23 novembre 1678 en l’église du Saint-Esprit à Aix (parrain Antoine de Thoron d’Artignosc, conseiller au parlement, marraine Elisabeth Roman).
  6. Anne de MARGALHET de SEGUR née le 28 août 1680 à Aix, baptisée le même jour en l’église du Saint-Esprit (parrain Pierre Anglet, marraine Anne Chivan domestiques du sieur de Margalhet).
  7. Thomas de MARGALHET de SEGUR baptisé le 7 juillet 1681 en l’église du Saint-Esprit (parrain Joseph Antoine de Margaillet chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, marraine Gabrielle de Boyer Bandol femme du conseiller d’Artignosc).
  8. Joseph de MARGALHET de SEGUR ecclésiastique, décédé le 26 février 1741 à Aix, inhumé le lendemain en l’église des Minimes, âgé de 60 ans.
  9. Alexis de MARGALHET de SEGUR chevalier de l’ordre de Malte en 1695, baptisé le 13 février 1683 au Saint-Esprit (parrain Joseph de Thoron d’Artignosc chanoine de l’église métropolitaine Saint-Sauveur d’Aix, marraine Catherine de Lempereur fille de François, de Marseille).
  10. Thérèse de MARGALHET de SEGUR née et baptisée le 20 janvier 1684 en l’église du Saint-Esprit (parrain Antoine de Margalhet sieur de Luynes, marraine Anne d’Aycard femme de noble Joseph de Thoron d’Artignosc).
  11. Marguerite de MARGALHET de SEGUR baptisée le 8 décembre 1684 en l’église du Saint-Esprit née le même jour (parrain Joseph François de Thoron d’Artignosc, marraine Marguerite de Lempereur veuve de Jean de Monier de Melan), inhumée aux Grand Augustins le 11 juillet.
  12. Elisabeth Ursule de MARGALHET de SEGUR née le 29 baptisée le 30 mars 1689 en l’église du Saint-Esprit (parrain Antoine de Margalet frère de la baptisée, marraine Anne de Margalet sa soeur).
  13. François Louis de MARGALHET de SEGUR chevalier de Malte le 22 juin 1696, admis comme garde-marine à Toulon le 16 août 1699, sous-brigadier le 18 février 1709, brigadier des gardes le 20 janvier 1713, rayé le 29 août 1713, devient plus tard lieutenant-colonel du régiment de Créqui-cavalerie, teste le 9 décembre 1739 (Bernard, notaire à Aix).

IX - Antoine de MARGALHET de SEGUR écuyer, seigneur de Luynes, reçu conseiller en la cour des Comptes en l’office de son père le 1er décembre 1699, né le 18 avril 1675, baptisé le lendemain en la cathédrale d’Aix (parrain Antoine de Thoron de Cassin de la Cépède, seigneur d’Artignosc, conseiller du roi au parlement, marraine Elisabeth de Thoron) ; épouse le 28 février 1698 à la Madeleine, Jeanne de MALIVERNY soeur du président Maliverny, et fille de feu Nicolas, conseiller en la cour des Comptes, et de Jeanne de VILLENEUVE, présente, ainsi que les témoins Joseph de Thoron d’Artignosc, docteur en théologie et chanoine de Saint-Sauveur, Joseph de Gallicy conseiller au parlement, Joseph Le Camus, gouverneur du fort de Mévouillon, et Me Henry Joseph de Saquy seigneur de Collobrières, conseiller en ladite cour. D’où :

  1. Joseph François Jules Auguste qui suit,
  2. Jean-Baptiste Ignace de MARGAILLET né le 13 mars 1703 baptisé le même jour en l’église du Saint-Esprit.
  3. Jeanne Marie de MARGAILLET de SEGUR de LUYNES épouse le 20 juin 1717 en l’église du Saint-Esprit d’Aix, Michel d’ALBERT de SAINT-HIPPOLYTE sieur de Saint-Hippolyte, Saint-Estève et Montravail, conseiller en la cour des Comptes (reçu le 13 avril 1709), né à Aix et baptisé le 14 octobre 1678 à la Madeleine, veuf de Marie-Anne de THIBAUD de TISATI SANNES, fils de Jean, seigneur de Sainte-Croix, second consul d’Aix et procureur du pays, et de feue Anne d’ALBERT de SAINTE-CROIX ; les témoins sont Esprit d’Albert chevalier de Saint-Louis, Michel d’Albert chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, Jacques Arnulphe Pugnaire Chazelles, et Joseph de Margallet. Il meurt en avril 1757, et est enseveli le 15 avril aux Dominicains.

X – Joseph de MARGAILLET de SEGUR de LUYNES chevalier, seigneur de Luynes, conseiller du roi en ses conseils, reçu conseiller en la cour des Comptes Aides et Finances de Provence le 9 août 1722, puis président garde des sceaux de la même cour le 21 juin 1738 (office de Gaspard de Lombard son beau-père). Il était né à Aix le 9 mars 1701 et baptisé le même jour en l’église du Saint-Esprit (parrain Joseph François de Thoron d’Artignosc, conseiller au parlement, marraine Marguerite de Boyer Bandol), et est inhumé le 23 janvier 1755 au couvent des Minimes, âgé de 53 ans. Il avait épousé 1) par contrat du 3 juin 1722 (Vaugier not.) et le lendemain en l’église du Saint-Esprit à Aix, Claire de THIBAUD TISATI de SANNES fille de Joseph, chevalier, seigneur de Sannes, conseiller au parlement de Provence, et de Charlotte de GRIMALDI REGUSSE. 2) le 5 octobre 1728 en l’église du Saint-Esprit, Magdeleine Suzanne de LOMBARD du CASTELLET, fille de Gaspard, chevalier, seigneur du Castellet et de Rougiers, président en la cour des Comptes, et de Gabrielle d’ALBERTAS de SAINT-MAYME, les témoins sont Michel d’Albert seigneur de Saint-Hyppolite et Montravail, conseiller en la cour des Comptes, Pierre de Lombard du Castellet, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem, Etienne Buterne avocat en la cour, de Toulon, et Jean Fronart de Fontlevar du diocèse de Laon. D’où :

  1. du premier lit : enfants morts jeunes.

  2. du second lit : Jeanne Thérèse de MARGALLET de SEGUR de LUYNES née le 15 octobre 1729 baptisée le même jour au Saint-Esprit (parrain Gaspard de Lombard seigneur du Castellet chevalier, président à la cour des Comptes, marraine Jeanne de Maliverny de Luynes).
  3. Madeleine Dorothée Suzanne de MARGALLET de SEGUR de LUYNES née le 6 février 1731 à Aix, baptisée le même jour en l'église du Saint-Esprit (parrain Antoine abbé de Margallet seigneur de Luynes, marraine dame Madeleine de Séguiran marquise de Bouc), décédée à Toulon le 7 août 1782, âgée de 51 ans ; épouse le 15 février 1757 en la cathédrale Saint-Sauveur, Joseph-Ignace d’AUGIER, d’Avignon, fils de Simon, et de Marie Marguerite d’ICARD en présence de Jean-Baptiste d’Albertas premier président en la cour des Comptes, Pierre Henri de Lombard du Castellet, François Paul de Chénerilles de Sainte-Marguerite, conseiller au parlement, et noble Joseph François de Colonia, avocat en la cour.
  4. Gabriel Michel Antoine Henry de MARGAILLET de SEGUR de LUYNES né le 21 juin 1732 baptisée le même jour en l’église du Saint-Esprit (parrain Michel d’Albert seigneur de Saint-Hippolyte et Montravail, conseiller du roi en la cour des Comptes, marraine Gabrielle d’Albertas de Lombard du Castellet).
  5. Henry Renaud Auguste de MARGAILLET de SEGUR de LUYNES né le 14 novembre 1735 ondoyé le même jour et baptisé le 1er juillet 1736 en l’église du Saint-Esprit (parrain Henry Renaud d’Albertas chevalier, marquis de Bouc, baron de Dauphin et Saint-Maime, seigneur de Gemenos, Consenove et autres laces, conseiller du roi et premier président en la cour des Comptes, marraine Jeanne de Margaillet épouse de Mr d’Albert Saint-Hippolyte conseiller en ladite cour).
  6. Joseph de MARGALLET de SEGUR de LUYNES écuyer, seigneur de Luynes, reçu en 1783 chevalier de Saint-Jean de Jérusalem ; né le 1er décembre 1737 à Aix, baptisé le lendemain en l’église du Saint-Esprit (parrain Joseph de Maliverny conseiller du roi en ses conseils président à mortier au parlement, marraine Suzanne de Séguiran veuve d’Antoine d’Aymar seigneur de Pierrerue), décédé le 1er avril 1800 à Aix, âgé de 62 ans. Sans alliance.
  7. Madeleine de MARGALLET de SEGUR de LUYNES née le 20 septembre 1739 baptisée le même jour au Saint-Esprit (parrain Jean Baptiste d’Albertas marquis de Bouc, Dauphin, Saint-Maime, marraine Magdeleine de Callamand d’Antrages veuve de Louis de Léotard d’Antrages conseiller au parlement), décédée à l'âge de 40 ans le 26 mai 1780 à Aix, épouse le 23 novembre 1762 en l’église du Saint-Esprit à Aix, âgée de 23 ans, Joseph Antoine Louis de BONAUD de GATUS de SAINT-PONS et de la GALINIERE, seigneur de Saint-Pons et de la Galinière, âgé de 25 ans, conseiller à la cour des Comptes, né le 18 mars 1737 à Aix, décédé le 29 août 1816 à Aix, fils d’Ignace, chevalier, seigneur de la Galinière et Saint-Pons, conseiller en la cour des Comptes, et de Thérèse Angélique de LAUGIER de SAINT-ANDRE, elle est assistée de Gaspard Jean François Bernard avocat et procureur au siège, son curateur, et des autres parents et amis, les témoins sont Pierre Joseph de la Boulie, chevalier, conseiller au parlement, Jacques de Laurens, chevalier des ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel, Saint-Lazare de Jérusalem et Saint-Louis, lieutenant des maréchaux de France, inspecteur général des Ponts et Chaussées grand prévôt du département de Provence, Jean-Baptiste de Duranti chevalier, seigneur de Saint-Louis de la Calade, conseiller à la cour des Comptes, et Jean Polieucte du Queylar, chevalier, conseiller au parlement.
  8. Balthasar Antoine de MARGALLET de SEGUR de LUYNES mort chevalier de Malte, né le 12 juillet 1741 baptisé le même jour en l’église du Saint-Esprit (parrain Balthasar de Cabanes baron de Viens, conseiller aux Comptes, marraine Catherine de Guérin marquise de Laydet Calissane).
  9. Jeanne Marie Henriette de MARGALLET de SEGUR de LUYNES née le 10 décembre 1743, baptisée le lendemain en l’église du Saint-Esprit (parrain Simon Alexandre Jean de Galliffet seigneur du Tholonet et de Monbijeaux, conseiller du roi président aux enquêtes, marraine Jeanne Marie de Maliverny de Luynes), décédée le 29 janvier 1795.

 

Louis de Bonaud et Madeleine de Margaillet
peints en 1770 par Arnulphy

Toile percée par les révolutionnaires en 1793.
Collection privée © toute reproduction soumise à autorisation.


 
contact